AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9783036100258
64 pages
Éditeur : ABRUPT (20/02/2020)

Note moyenne : 5/5 (sur 1 notes)
Résumé :
1933, l’histoire bascule, Simone Weil interroge : « Allons-nous vers la révolution prolétarienne ? » Sans renoncer au combat, la philosophe déploie dans ce texte crépusculaire un pessimisme critique qui augure les ténèbres à venir. Simone Weil dissèque l’impossibilité d’émancipation face à des régimes bureaucratiques qui oppressent les masses, face à l’ouvrier broyé par la machine, cantonné à un rôle de soumission à la société. Au cœur des remous de l’époque, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
LePetitBleuDeLaCoteOuest
  07 juillet 2020
« le moment depuis longtemps prévu est arrivé, où le capitalisme est sur le point de voir son développement arrêté par des limites infranchissables. »
Philippe Poutou ?
Non Simone Weil en 1936.
C'est une période délicate : d'un côté le communisme ne marche pas fort et de l'autre le national-socialisme qui lui est en plein boom.
En ce qui concerne le communisme, Simone voit bien que ça tourne mal en URSS.
Et notamment pour ceux qui l'intéresse : les ouvriers.
Car c'est une intellectuelle qui a toujours pris faits et causes pour les ouvriers.
Elle a, elle-même, fait le choix de travailler à l'usine et a écrit un livre « La Condition ouvrière ».
Qui contient de magnifiques passages.
Le projet « scientifique » de Marx est gangréné par la bureaucratie.
Alors Simone voit bien que ça ne fonctionne pas.
« D'Etat ouvrier, il n'en a jamais existé sur la surface de la terre, sinon quelques semaines à Paris, en 1871, et quelques mois peut-être en Russie, en 1917 et 1918. »
Quelle lucidité par rapport à beaucoup d'autres intellectuels français !
Le communisme qui devait remplacer « le cadavre puant », expression de Rosa Luxembourg, de la social-démocratie.
Elle ne veut pas qu'on se fourvoie à nouveau dans des illusions creuses.
Comme le dit Sophocle en exergue de ce livre : « Je n'ai que mépris pour le mortel qui se réchauffe avec des espérances creuses.
Elle met aussi en garde contre le national-socialisme d'Hitler.
Qui n'a de socialiste que le nom.
Et dont elle perçoit là aussi, l'extrême violence.
C'est le même projet que celui de l'URSS. L'abolition de la propriété en moins.
Là encore elle est lucide bien avant tout le monde.
Hitler qui fût, on ne le redira jamais assez, élu.
Elle explique également les dérives, chez nous, du travail.
Des ouvriers devenus simples exécutants, une bureaucratie en constante augmentation et des actionnaires qui pensent qu'à l'argent !
L'homme après en avoir profité, se retrouve dominé par le progrès et ce mécanisme social, si l'on ne remet pas l'homme au centre, va le broyer.
Elle explique que Marx a très bien décrit le phénomène mais n'a pas apporté de solutions.
Ce qu'elle veut c'est que l'ouvrier retrouve sa dignité, que son travail ait du sens.
Le retour des ouvriers qualifiés. Qu'on n'oppose pas le travail manuel et intellectuel.
« L'émancipation des travailleurs se fera par les travailleurs eux-mêmes. »
Mais elle en voit aussi toute la difficulté.
Elle évoque le chômage de masse et la complexité à s'organiser.
C'est glaçant d'actualité…
Ce court livre est vraiment parfait pour découvrir cette philosophe extraordinaire.
Avec cette pensée si claire, si lucide, si pugnace, si intransigeante…
Et si crépusculaire.
« Si comme ce n'est que trop possible, nous devons périr, faisons en sorte que nous ne périssions pas sans avoir existé. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
LePetitBleuDeLaCoteOuestLePetitBleuDeLaCoteOuest   07 juillet 2020
Au reste comme Rousseau l'avait déjà compris, aucun système d'oppression n'a intérêt au bien être des opprimés ; c'est sur la misère que l'oppression peut peser le plus aisément de tout son poids.
Commenter  J’apprécie          80
LePetitBleuDeLaCoteOuestLePetitBleuDeLaCoteOuest   07 juillet 2020
D'Etat ouvrier, il n’en a jamais existé sur la surface de la terre, sinon quelques semaines à Paris, en 1871, et quelques mois peut-être en Russie, en 1917 et 1918.
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Simone Weil (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Simone Weil
François L'Yvonnet, professeur philosophie Les leçons philosophie Simone Weil et la grâce Colloque Monaco 2019 La Maison de la Philosophie Conférence du Samedi 8 Juin 2019
autres livres classés : révolutionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

la philosophe Simone Weil

S. W a été professeur de :

français
philosophie
mathématiques
histoire-géographie

10 questions
101 lecteurs ont répondu
Thème : Simone WeilCréer un quiz sur ce livre