AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Sébastien Baert (Traducteur)Michael Williams (Collaborateur)Denis Beauvais (Illustrateur)
ISBN : 2811200207
Éditeur : Milady (21/08/2008)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 93 notes)
Résumé :
1.02, cycle des Chroniques de Lancedragon
Fleuve Noir #2
L'Histoire des dragons vol.2

La saga mythique est de retour !

Désormais, chacun sait que les dragons de Takhisis, la Reine des Ténèbres, sont revenus. Les peuples de tous les pays se préparent à combattre afin de sauver leur foyer, leur vie et leur liberté. Mais les races sont divisées depuis bien longtemps, à force de haines et de préjugés. Les guerriers elfes et le... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
Alfaric
  31 août 2018
Ce tome 2 des "Chroniques de Dragonlance" intitulé "Dragons d'une nuit d'hiver" ne va pas du tout : le tome 1 recouvrait 2 modules de jeu alors qu'ici on en reprend 7 d'où les coupes dans le récit pas très heureuses et surtout pas très intelligentes (malédiction tolkien : on bazarde l'action pour mieux développer descriptions et digressions) : "Dragons of Hope", "Dragons of Desolation", "Dragons of Mystery", "Dragons of Ice", "Dragons of Light", "Dragons of War" à cheval sur les tome 2 & 3, et "Dragons of Dreams"... Je vais reprendre les reproches que j'avais déjà fait à la saga car le combo tolkienisme + mormonisme + romantisme à l'eau de rose sévit encore mais renforcée ici par des maladresses narratives qui retirent tout ou presque de ce qu'il y avait de plaisant dans le tome 1.
Donc la récupération de l'indispensable artefact appelé Marteau de Kharas n'est pas raconté ici mais dans un autre produit dérivé de la saga donc on n'assiste par à cette scène culte de la saga :
http://goldbox.pbworks.com/f/Parkinson,-Keith-Dragons-of-Desolation-1984-384.jpg
Au lieu de cela on veut conduire en lieu sûr des réfugiés comme dans le fait la Team Aragorn dans le SdA, sauf que comme on continue à se diriger à partir des mythes et des légendes on débarque dans un port qui n'a plus accès à la mer depuis 300 ans (au 2e degré cela aurait pu être drôle, mais ici c'est 1er degré donc d'autant plus ridicule que cela ressemble fort à du comique de répétition involontaire). Tracy Hickman nous dit qu'il s'est longuement documenté sur les bombardements londoniens de la WWII, donc il nous offre une bataille dantesque de 2 pages prétexte à la séparation des personnages en 2 groupes (pour faire comme dans le SdA) et il faut prendre des notes pour savoir qui est avec qui pour aller où et pour faire quoi tellement c'est peu clair...
* Alors on la Team Laurana qui suit un trio de chevalier solamniques, avec l'elfette qui passe de princesse rebelle à princesse guerrière en deux coups de cuillère à pot. Elle se dirige vers le Mur des Glaces et affronte un mago psycho elfe noir et récupère un anneau de pouvoir, euh pardon un orbe draconique... sauf que tout cela est raconté dans un autre produit dérivé de la saga ! Putain, ils ont osé fait le coup 2 fois dans le même roman... (et c'est pas fini hein !!!)
http://www.larryelmore.com/core/imgs/prints/DRAGONLANCE-ICE-BOATS.jpg
On se dirige vers l'Ouest et on organise un Conseil Blanc où les peuples se dispute s'il vaut mieux le cacher, l'utiliser ou le détruire ou (que voilà du vil repompage tolkienien) . On aurait pu avoir un thématique ceux qui été épargnés par la guerre qui prennent de haut les réfugiés qui eux ont suer sang et eau pour échapper, et le thème de la « crise migratoire » aurait été intéressant à développer : oui mais non, on s'appesantit beaucoup plus sur la romance à l'eau de rose entre Gilthanas et Silvara... La Team Laurana se fait malle pour apporter l'orbe draconique aux chevaliers Solamnioques, qui l'amnèe à un nouveau Conseil Blanc où sont débattus les mêmes questions que précédemment (de la même manière en plus)... C'est un retour à la case départ qui permet de gratter des pages, et la saga en compte mine de rien un bon paquet !... Soupirs...
* Alors on la Team Tanis qui suit la princesse elfe qui rapatrie tout le monde chez elle au Silvanesti où semble sévir une sombre sorcellerie... Alors c'était pas clair du tout, et en allant sur le Net j'ai cru comprendre que le roi elfe Lorac avait utilisé un anneau de pouvoir, euh pardon un orbe draconique pour protéger son peuple des envahisseurs draconiques ce qui aboutit à une déformation de la réalité dans laquelle s'est engouffré le dragon maléfique Cyan de Pestemort pour refaire le coup de Grima Langue-de-Serpent. Tout le monde se débat dans un cauchemar éveillé comme dans "A Nightmare on Elm Street", y compris la Team Laurana relié à tout cela par le diamant-étoile télépathique offert par à Sturm par Alhana Briseétoile, mais pas Raistlin qui plus malin que tout le monde rétablit la situation en s'emparant de l'orbe draconique pour assouvir ses propres ambitions... Ellipse et on retrouve la fine équipe à Kenderfoule, où Raitslin joue aux illusionnistes comme Gandalf dans le SdA, Lunedor du chant entre deux prêches religieux, et Tika de la danse. Pourquoi ? J'en sais rien !... Ellipse et on retrouve la fine équipe à Flotsam, où les vrais mecs du groupe tentent de s'infiltrer dans le camp ennemis. Pourquoi ? J'en sais rien !... Cerise sur le gâteau : vous vous souvenez de Berem le muet analphabète avec un joyau vert incrusté dans le torse qui déboulait de nulle part à la fin du tome 1 et qu'on nous expliquait qu'il était très important mais qu'on ne savait pas pour qui et pourquoi, et bien il redéboule de nulle part à la fin du tome 2 eton nous réexplique qu'il est très important mais ne sait toujours pas pour qui et toujours pourquoi.. Soupirs...
Tout le monde aurait sans doute du se retrouver à Palanthas après avoir fait le tour du monde, mais tome se finit par la version éco+ de la bataille de Fort-le-Cor : les chevaliers solamniques en sous nombre évident mais d'un orgueil se rassemble à la Tour du Grand Prêtre sauver la population de la ville à côté qui veut négocier, mais le siège n'est pas raconté, la bataille n'est pas raconté, du coup la seule seule bien c'est le combat de Sturm contre la Dame Bleue, sauf qu'on a deviné de longue date que le chevalier solamnique devait respecter le cahier des charges tolkinien !
Donc comme dans le SdA on passe son temps à se séparer et à se retrouver (de manière parfois capillotractée : j'ai dû effectuer des retours en arrières pour savoir quand étaient intervenus certaines séparations / réunions, genre quand Tass et Fiztdan se retrouve chez les gnomes de Gnosh, une digression dans le récit qui aurait largement été davantage à sa place dans un bouquin de Terry Pratchett), mais dans le SdA l'objectif final a toujours été très clair : le Porteur de l'Anneau Unique doit atteindre la Montagne du destin ! Là un coup il faut forger des lancesdragons (à coup de deus ex machina successifs), un coup il faut récupérer les orbes draconiques (à coup de deus ex machina successifs), et un objectif chasse l'autre sans qu'on sache en quoi tout cela fait avancer le schmilblick (on détruit une orbe draconique avant d'en trouver une autre juste après comme par hasard ^^, on forge des lancesdragons mais elle s'utilisent à dos de dragons et on n'a pas de dragons ^^)...
Car le background est bancal. J'aurai pu accuser encore une fois le tolkienisme qui construit des univers très dense dans sa dimension temporelle mais très mince dans sa dimension spatiale, pour se retrouver retrouver avec des personnages écrasés par le poids du passé qui passent leur temps à crapahuter au milieu de nulle part... Mais j'ai bien peur que cela ne soit tout simplement une déficience typiquement yankee : j'avais déjà pointé du doigt dans plusieurs critiques de fantasy made in USA des univers bancals issu d'une mauvaise maîtrise pour ne pas dire une méconnaissance de leur propre histoire, mais ici c'est tout simplement un manque de compréhension du monde par des gens qui semblent avoir pour horizon les frontières canadiennes et mexicaines : il y a des méchants (Qui sont-ils ? D'où viennent-ils ? Que veulent-ils ? OSEF !) que doivent vaincre des gentils (Qui sont-ils ? D'où viennent-ils ? Que veulent-ils ? OSEF !), et puis c'est tout ! Syndrome "Star Wars" ou après 3 guerres galactiques on a toujours un méchant empire et une gentille rébellion (et attendez, Lord Soth le Dark Vador éco+ n'a pas fait son apparition dans la saga Dragonlance ^^). On veut mettre en scène les rivalités entres peuples du Monde Libre, entre les preux chevaliers solamniques ou les viles peaux-vertes des armées draconiques mais finalement on ne dépasse pas le cadre du tolkienisme hors-sol ! J'avais déjà fortement tiqué avec les aventuriers qui n'était absolument pas au courant d'une guerre mondiale avant qu'elle leur tombe dessus, mais là on voudrait la voir mise en scène cette guerre mondiale médiévale-fantastique mais on ne sait pas qui en sont les acteurs et les champs de bataille, les rapports de forces et les tenants et aboutissants, voire qui attaque quoi et qui défend quoi... Soupirs
Le truc sympa de la série c'était les interactions entre les personnages qui avaient déjà bourlingués ensemble, mais ces interactions sont castrées par la division du groupe et les nombreuses ellipses qui entachent leur périple. Les personnages deviennent unidimensionnels quand il ne passent pas carrément à la trapinette : ainsi Tika n'existe que pour soutenir Caramon, Caramon n'existe que pour soutenir Raistlin et Raistlin lui ne vit que pour assouvir ses ambitions, ainsi Sturm et Flint dont c'est censément les heure de gloire se font bien voler la vedette par Laurana et Theros Tranchedragon, eux-mêmes éclipsés par la romance du prince elfe et de la domestique elfe, et ainsi Elistan et Lunedor au centre du tome 1 ne servent plus à rien et on ne les ressort du carton que pour faire des prêches religieux mormons à l'occasion...
Le pire, c'est que ce n'est même pas spécialement mauvais, cela aurait même pu être bon, mais d'erreurs en maladresses tous les bons moments tolkieniens qui devraient être épiques et tragiques se font marcher sur les pieds par les bons moments comiques à la "Donjon de Naheulbeuk" qui eux fonctionnent mieux voire beaucoup mieux : même s'il est WTF j'adore le duo comique formé par Fitzban le mentor magicien faussement cinglé et Tass le deus ex machina ambulant (pastiches de Bilbo et Gandalf qui repompage tolkienien oblige doit forcément mourir et ressusciter ^^)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          264
lianne
  10 mars 2017
Ce tome porte bien son nom. On est vraiment dans la phase descendante de l'histoire, nos héros sombrant petit à petit alors que le monde semble s'acheminer vers sa perte tant les dissensions entre les peuples sont importantes.
Même l'arrivée de la reine des ténèbres n'entame en rien leur orgueil et leur façon de penser qu'ils sont les seuls à pouvoir faire quelque chose, que tout leur est du.
Nos héros sont désemparés, dispersés à travers le monde. Mais quelque soit l'endroit ou ils sont la nuit semble être tombée sur le monde et l'avancée des draconiens inéluctable.
Pourtant le petit groupe lutte de toute ses forces, il tente de survivre et de traverser les épreuves qui sont sur leur chemin. Tout semble reposer sur les Orbes draconiens, alors nos héros partent à leur recherche pour tenter quelque chose malgré tout ...
Un tome assez sombre en fait, comparé au précédent. Les ténèbres descendent vraiment sur le monde et on le ressent énormément. Il reste vraiment beaucoup de travail avant que les peuples libres arrivent à s'en sortir, si ils y arrivent un jour.
En fait tous ces peuples veulent s'allier, ils sont tous d'accord sur le papier, mais chacun de son coté veut être au centre de tout et ne comprend pas les autres. Trop de vieilles rancunes et de lois ou traditions les séparent.
Ce qui fait vraiment l'intérêt de cette série c'est avant tout les personnages. Ils sont tous très différents et contrairement a leurs peuples ils comprennent le problème mais personne de les écoute bien entendu.
L'action est aussi omniprésente et il ne se passe pas une page sans qu'un nouvel élément soit apporté à l'intrigue, on ne souffle pas une seule seconde !
J'ai vraiment bien aimé cette relecture. Au delà du coté nostalgique finalement l'intrigue tiens bien mieux la route que ce que j'avais peur au départ. C'est certes hyper classique par les peuples mais c'est vraiment très sympa car l'intrigue est complexe mine de rien. Et la fin nous pousse à lire le suivant !
Ce tome ce lit vraiment très rapidement pour son nombre de pages, le style est très fluide et nous entraîne sans qu'on s'en rende compte. Finalement je crois comprendre pourquoi j'adorais ces auteurs quand j'étais plus jeune, ce n'était pas juste parce que j'étais jeune et que je ne connaissais pas grand chose au genre !
16/20
Lien : http://delivreenlivres.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
JunoR
  02 mars 2017
J'aime beaucoup cette série emblématique du genre fantasy. le premier tome qui servait essentiellement à planter le décors et présenter les personnages, est suivi par ce tome plus profond et nuancé. Certains personnages deviennent plus ambivalents, les situations se complexifient. le bien, le mal, les gentils, les méchants; progressivement les frontières disparaîssent pour faire apparaître toute la palette intermédiaire de gris.
Je trouve également que la sensibilité, l'émotion et la délicatesse féminine de l'auteur sont tout particulièrement présentes, agréables et râres, il faut le dire, dans ce genre littéraire.
Je déplore une perte de clarté au début du livre, lors d'un long épisode un peu brumeux et onyrique. Néanmoins, ayant lu pour la première fois la version originale, je réalise que c'est surtout dans la traduction française que le problème apparaît...
Enfin, je termine en disant que c'est un excellent appât à la lecture pour un public adolescent et un bon moyen de travailler sa connaissance de l'anglais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Toon
  14 mai 2018
avouons le d'emblée, j'ai été nettement moins séduit par ce second tome qui fait pourtant totalement suite au premier.
Comme dit dans le quatrième de couverture, le groupe principal va se retrouver scindé ce qui va nuire finalement aux différentes interactions entre les personnages qui faisait justement tout l'intérêt du premier tome...
Par ailleurs, j'ai été surpris de constater qu'il manquait des passages importants comme la quête du Marteau de Kharas qui est déjà trouvé au tout début ! A priori pas une coupe sombre dans le texte car cette quête est décrite dans les Chroniques Perdues (Dragon Des Profondeurs).
Le tableau est loin d'être totalement sombre: le tome se lit assez vite car il y a toujours de l'action, des nouveaux personnages comme Kitiarra, et puis des lieux enchanteurs comme le Tombeau d'Huma
Par ailleurs ce tome est aussi celui qui permet de découvrir Krynn et ses particularités.
Commenter  J’apprécie          20
Skritt
  08 juillet 2018
Ce deuxième épisode poursuit l'aventure commencée tranquillement dans le premier roman. Maintenant que les personnages principaux sont présentés et que le groupe semble plus ou moins en place, les voilà dans une série d'événements importants pour l'avenir de leur monde, au milieu d'une guerre d'une grande ampleur et dont leurs actes sont en train de forger l'avenir. Il m'apparaît quand même un parallèle flagrant avec le SdA, tout d'abord pour la diversité des races représentées dans le groupe et puis dans la séparation dudit groupe dans le deuxième tome. Chacun suivant sa destinée mais chacun ayant des réactions ayant elles-mêmes des conséquences que les autres membres ressentiront. le récit est bien construit et l'écriture est bien supérieure au niveau des roman des Royaumes Oubliés. C'est de la fantasy, de la bonne fantasy, qui se lit avec plaisir. Un petit bémol pour la facilité des auteurs à revenir vers une histoire un poil linéaire. Mais l'ensemble est bon et donne envie de poursuivre sur le dernier opus.Ce deuxième épisode poursuit l'aventure commencée tranquillement dans le premier roman. Maintenant que les personnages principaux sont présentés et que le groupe semble plus ou moins en place, les voilà dans une série d'événements importants pour l'avenir de leur monde, au milieu d'une guerre d'une grande ampleur et dont leurs actes sont en train de forger l'avenir. Il m'apparaît quand même un parallèle flagrant avec le SdA, tout d'abord pour la diversité des races représentées dans le groupe et puis dans la séparation dudit groupe dans le deuxième tome. Chacun suivant sa destinée mais chacun ayant des réactions ayant elles-mêmes des conséquences que les autres membres ressentiront. le récit est bien construit et l'écriture est bien supérieure au niveau des roman des Royaumes Oubliés. C'est de la fantasy, de la bonne fantasy, qui se lit avec plaisir. Un petit bémol pour la facilité des auteurs à revenir vers une histoire un poil linéaire. Mais l'ensemble est bon et donne envie de poursuivre sur le dernier opus.
Lien : https://lectureroman.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
MadavenMadaven   01 avril 2015
Tass ne parlait pas en l'air. Les kenders avaient leur propre conception de la propriété d'autrui;rien ne restait bien longtemps dans la maison d'un kender,à moins d'être vissé au sol. Un voisin pouvait entrer,admirer un objet et partir nonchalamment avec. Chez les kenders,le patrimoine familial se résumait à ce qui avait réussi à rester plus de trois semaines dans la maison
Commenter  J’apprécie          80
MadavenMadaven   31 mars 2015
Si nous rejetons l'amour qui nous est offert,et si nous refusons de donner le nôtre par crainte de le perdre un jour,nos vies resteront vides,et nous aurons perdu plus encore.
Commenter  J’apprécie          60
MadavenMadaven   17 mars 2015
Il réalisa que ses reactions étaient typiquement humaines : refuser ce qui est à sa portée,pour pouvoir se lamenter quand l'objet vous échappe.
Commenter  J’apprécie          60
TatooaTatooa   10 avril 2013
- Le Marteau de Kharas !
L'annonce éclata dans la vaste salle d'audience du roi des nains des montagnes. Elle fut suivie d'une salve d'ovations et d'applaudissements. Dans le brouhaha des voix des nains et celles, plus aiguës, des humains, les portes massives s'ouvrirent. Elistan, prêtre de Paladine, fit une entrée triomphale.
Commenter  J’apprécie          20
JunoRJunoR   22 février 2017
If we deny love that is given to us, if we refuse to give love because we fear the pain of loss, then our lives will be empty, our loss greater.
Commenter  J’apprécie          10
Video de Margaret Weis (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Margaret Weis
Ten Wing Media Interviews Margaret Weis (2015). The Con Men interview New York Times best selling author, Margaret Weis about her career, her animals and what it's like to think like a kender...
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1384 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre