AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266159429
Éditeur : Pocket (01/09/2006)

Note moyenne : 4.18/5 (sur 92 notes)
Résumé :
Les Patryns allaient gagner la guerre. Les Sartans n'avaient plus qu'une carte à jouer. Ils n'hésitèrent pas.
Et ce fut la séparation ! L'ancien monde se dissocia en quatre univers élémentaux et les Patryns se retrouvèrent isolés dans le Vortex. Ils mirent trois mille ans à en sortir, atteignant les Portes de la Mort, qui donnent accès aux univers.
Haplo fut choisi pour les explorer, désorganiser les pouvoirs en place et préparer la nouvelle guerre. ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
lehibook
  27 juin 2019
Les ingrédients (un peu trop ) habituels de la fantasy tolkienienne : Elfes, nains ,humains, magiciens et dragons mixés avec une certaine habileté , quelques originalités et une morale humaniste un peu simplette (« Aimons-nous au lieu de nous haïr ») mais ça se laisse lire avec plaisir . On n' adhère pas vraiment aux personnages , les auteurs en bons spécialistes des jeux de rôle gardent trop de distance . Mais une lecture délassante …
Commenter  J’apprécie          10
erniko
  12 juin 2011
L'un des meilleurs tome du cycle des portes de la mort.
Commenter  J’apprécie          10
asn83
  30 juillet 2012
Le seul tord de cette série est de permettre au lecteur de la terminer. Quel regret de tourner la dernière page, après s'être bien assuré que rien n'a été oublié, pour finalement se rendre à la triste évidence : c'est déjà fini.
Chacun des quatre premier tome de cette série nous emmène dans un nouveau monde (donc à la rencontre de nouveaux personnages), dont l'environnement, les relations sociales, politiques, les traditions et les manières de penser sont bien spécifiques. Un délice de description et de découverte chaque fois renouvelé.
Lire la suite : http://www.bizzetmiel.com/2012/07/margareth-weis-et-tracy-hickman-death.html
Lien : http://www.bizzetmiel.com/20..
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
CielvariableCielvariable   04 mars 2019
«… La domination du monde était à portée de main. Nos antiques ennemis, les Sartans, étaient impuissants à enrayer notre ascension. Mais l’idée qu’ils allaient être contraints de vivre sous notre domination leur était insupportable, amère comme le fiel. Les Sartans résolurent donc de prendre des mesures draconiennes, presque inconcevables. Plutôt que de nous abandonner l’hégémonie du monde, ils le détruisirent.

« À sa place, ils créèrent quatre mondes nouveaux, formés à partir des quatre éléments de l’ancien ! Air, Feu, Pierre et Eau, et ils y transportèrent les peuples qui avaient survécu à l’holocauste. Nous, leur antique ennemi, nous fûmes jetés dans une prison magique connue sous le nom de Labyrinthe.

« D’après les archives que j’ai découvertes dans le Nexus, les Sartans espéraient que cette prison nous "rééduquerait", que nous en sortirions assagis, notre nature dominatrice et, selon eux, "cruelle", adoucie. Mais leur plan ne se déroula pas comme prévu. Nos geôliers Sartans, qui devaient contrôler le Labyrinthe, disparurent, et le Labyrinthe lui-même les remplaça, se transformant de prison en bourreau.

« Notre peuple fut décimé en ce lieu terrible. Des générations entières furent détruites, anéanties. Mais chaque génération, avant de s’éteindre, envoyait ses enfants plus avant, se rapprochant un peu plus de la liberté. Enfin, grâce à mes extraordinaires pouvoirs magiques, je pus vaincre le Labyrinthe et je fus le premier à m’en évader. Je franchis la Dernière Porte et émergeai dans ce monde, connu sous le nom de Nexus. C’est ici que je découvris ce que nous avaient fait les Sartans. Plus important encore, je découvris l’existence de quatre nouveaux mondes et de la voie permettant d’y accéder. Je découvris les Portes de la Mort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
BeatsonBeatson   16 août 2015
« Ne vous mêlez pas des affaires des magiciens, a-t-il pontifié. Car ils sont prompts à la colère…», comme disait un de mes confrères. Et il s’y connaissait. Très bon pour les bijoux. Pas mauvais pour les feux d’artifices non plus. Toutefois, il ne s’habillait pas avec l’élégance de Merlin. Voyons, comment s’appelait-il ? Raist… non ; ça, c’était ce jeune homme agaçant qui n’arrêtait pas de faire du massacre et de produire du sang. Dégoûtant. L’autre s’appelait Gand… Gand quelque chose…»
[un des nombreux clins d’œil]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
CielvariableCielvariable   04 mars 2019
Haplo, mon cher fils,

J’espère pouvoir vous donner ce nom. Vous m’êtes aussi cher que mes propres enfants, peut-être parce que j’ai le sentiment d’avoir joué un rôle dans votre naissance – ou plutôt votre renaissance. Il est certain que je vous ai arraché aux griffes de la mort et rendu à la vie. Et, en regard, que fait un père biologique pour se donner un fils, si ce n’est passer quelques moments agréables avec une femme ?

J’avais espéré assister à votre départ pour Pryan, le Royaume du Feu. Malheureusement, les veilleurs m’informent que le champ de force magique se désagrège quelque part aux alentours de la quatre cent soixante-troisième porte. Le Labyrinthe a vomi dernièrement des essaims de fourmis cannibales, qui ont tué par centaines les nôtres. Je dois donc y retourner pour les combattre, et, par conséquent, je serai absent lors de votre départ. Inutile de dire que j’aimerais vous avoir à mon côté, comme vous l’avez été pour tant d’autres combats, mais votre mission est urgente et je ne veux pas la retarder.

Mes instructions sont similaires à celles que vous avez reçues avant de partir pour Arianus. Naturellement, vous dissimulerez vos pouvoirs magiques à la populace. Comme sur Arianus, notre retour dans le monde doit rester secret. Si les Sartans me découvraient avant que je sois prêt à réaliser mes plans, ils remueraient ciel et terre (comme ils l’ont déjà fait) pour m’arrêter.

N’oubliez pas, Haplo, que vous êtes un observateur. Si possible, n’agissez pas directement pour modifier le cours des événements, mais recourez uniquement à des moyens indirects. Quand j’entrerai moi-même dans ces mondes, je ne veux pas avoir à répondre d’atrocités commises en mon nom par mes agents. Vous avez fait un excellent travail sur Arianus, mon fils, et je ne mentionne cela que pour mémoire.

Nous savons peu de chose sur Pryan, le Monde du Feu, sauf qu’il est immense. Les dessins qu’en ont laissés les Sartans montrent une boule de pierre gigantesque avec un noyau de feu en son centre, similaire à l’ancien monde, mais beaucoup, beaucoup plus vaste. C’est son étendue qui me plonge dans la perplexité. Pourquoi les Sartans ont-ils ressenti le besoin de créer une planète aussi énorme ?

Autre mystère ! où est son soleil ? Ce sont là deux des innombrables questions auxquelles vous tenterez de répondre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CielvariableCielvariable   04 mars 2019
Pathan s’était fait son éducation dans la vie, pas dans les livres. Depuis la mort de sa mère, survenue quelque huit ans plus tôt, et la folie subséquente de son père, Pathan et sa sœur aînée s’occupaient des affaires. Calandra restait à la maison et gérait les finances de leur prospère compagnie d’armement. Les Elfes n’étaient pas entrés en guerre depuis plus de cent ans, mais les humains continuaient à aimer cette activité, et aimaient encore plus les armes elfiennes magiques fabriquées à cette intention. Le rôle de Pathan consistait donc à aller par le monde, négocier les contrats, surveiller les livraisons et s’assurer de la satisfaction des clients.

C’est pourquoi il avait voyagé dans tous les pays de Thillia, et s’était même aventuré une fois jusqu’au royaume des Rois de la Mer, au norinth. Les nobles elfiens, en revanche, quittaient rarement leurs domaines de la canopée. Beaucoup même n’étaient jamais allés dans les parties inférieures d’Equilan, leur propre reinarchie. En conséquence, Pathan était considéré comme un cas passionnant, et courtisé comme tel.

Pathan savait que les seigneurs et les dames appréciaient sa compagnie comme celle de leur singe apprivoisé – pour les amuser. La haute société elfienne ne l’acceptait pas vraiment. Lui et sa famille étaient invités au palais royal une fois par an – concession de la reine à ceux qui remplissaient ses coffres – mais c’était tout. Pathan ne s’en offusquait pas le moins du monde.

Savoir que des Elfes qui n’avaient pas la moitié de leur intelligence ou le quart de leurs richesses dédaignaient les Quindiniar parce qu’ils ne pouvaient pas faire remonter leur arbre généalogique jusqu’à la Peste, c’était pour Calandra comme une blessure à son flanc. Elle ne se souciait pas du « lignage » et exprimait ouvertement son mépris, du moins devant son jeune frère. Et elle était extrêmement contrariée que Pathan ne partage pas ses vues.

Pathan, quant à lui, trouvait les nobles elfiens presque aussi amusants qu’eux le trouvaient drôle. Il savait que s’il demandait la main d’une fille de duc, il y aurait des pleurs et des grincements de dents à l’idée que cette « chère enfant » épouserait un roturier – et que le mariage se ferait aussi rapidement que le permettaient les convenances. Car le train de vie d’une famille noble revient très cher.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CielvariableCielvariable   04 mars 2019
Calandra Quindiniar, assise à son immense bureau à cylindre, additionnait les bénéfices du mois. Ses doigts blancs volaient sur le boulier, et elle marmonnait les chiffres qu’elle reportait dans un grand registre à reliure de cuir. Son écriture lui ressemblait ! fine, droite, précise et facile à lire.

Au-dessus de sa tête, quatre plumes de cygne brassaient l’air. Malgré la chaleur suffocante du mi-cycle, il faisait frais dans la maison, construite au plus haut niveau de la ville, et jouissant ainsi de la brise qui, sinon, se perdait dans la luxuriante végétation de la jungle.

C’était la plus grande maison de la cité, après le palais royal. (Lenthan Quindiniar était assez fortuné pour se construire une demeure plus vaste que le palais royal, mais c’était un elfe modeste, qui savait rester à sa place.) Les pièces étaient spacieuses et aérées, avec de hauts plafonds, beaucoup de fenêtres, et un réseau magique de ventiplumes – au moins un dans chaque pièce. Les appartements privés du premier étage étaient ouverts et magnifiquement meublés. Des écrans permettaient d’y garder la fraîcheur pendant les heures brillantes du cycle. On les relevait au moment du temps-vent, pour laisser entrer la brise rafraîchissante chargée de pluie.

Le frère cadet de Calandra, Pathan, se balançait paresseusement dans un fauteuil à bascule près du bureau, un ventipalme à la main, tout en regardant les plumes de cygne tourner au-dessus de sa sœur. De sa place, il voyait d’autres ventiplumes – celui du salon, et, au-delà, celui de la salle à manger. Il les regardait brasser l’air paresseusement, et, bercé par le froufrou rythmique des plumes, le cliquetis des perles du boulier et le léger craquement de son fauteuil à bascule, il tomba dans une somnolence hypnotique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Video de Margaret Weis (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Margaret Weis
Ten Wing Media Interviews Margaret Weis (2015). The Con Men interview New York Times best selling author, Margaret Weis about her career, her animals and what it's like to think like a kender...
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1469 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre