AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782234063495
364 pages
Éditeur : Stock (28/04/2010)
4/5   2 notes
Résumé :

Ils sont enseignants, conseillers Pôle Emploi, postiers, électriciens/gaziers, forestiers, hospitaliers, psychiatres, chercheurs, magistrats, policiers… Ils ne feront pas le « sale boulot » qu’on exige d’eux depuis que Nicolas Sarkozy a lancé la plus grande opération de déconstruction et de privatisation des services publics jamais menée.Face à une politique d’asphyxie programmé... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
art-bsurdeart-bsurde   24 septembre 2015
Toute lutte syndicale qui s'exerce « contre » un projet, qui conteste une réforme, des mesures, est bien sûr une résistance puisqu'elle s'oppose. Mais ce qui est inédit dans le cas d'EDF, c'est de montrer en quoi ces nouvelles formes de lutte d'aujourd'hui empruntent des canaux jusque là encore inexplorés, voire illégaux et ont une portée politique à haute valeur redistributive. Car à côté des opérations Robin des Bois (qui ont vraiment commencé en 2004), qui consistent donc à rétablir l'électricité aux plus démunis, il y a aussi les opérations Vitale, qui reviennent à distribuer gratuitement l'énergie destinée aux hôpitaux et aux associations caritatives. Sans oublier les coupures ciblées : « On décide les coupures en AG, les protocoles de coupures sont sécurisés ; on choisit des lieux symboliques du pouvoir et de l'argent, le Sénat, des hôtels particuliers bien choisis dans Neuilly, le Carrousel du Louvre mais aussi le Forum des Halles et des hypermarchés, symboles s'il en est de la société marchande. Et puis on bascule des usagers en heures creuses, ou on coupe des radars routiers automatiques », explique encore Cédric Liechti. Mais ils risquent gros quand ils coupent le courant, car l'action est illégale : licenciement, poursuites pénales. Et puis, il y eut aussi cette occupation de bureau, symbolique et non dénuée d'humour, mais qui leur coûtera cher : « On est rentrés dans le bureau de Mestrallet, numéro 1 de GDF-Suez et, puisqu'on nous écrase comme des insectes, eh bien on lui a lâché trois boites de cafards dans son bureau, ça grouillait partout. » Des actions qui fleurent bon la lutte des classes. Il rit, pas mécontent que leur résistance ait aussi le goût délicieux de la juste vengeance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
art-bsurdeart-bsurde   29 septembre 2015
Faire comme si l'on ne savait pas, faire en sorte de ne pas vouloir savoir, s'en remettre au fractionnement des tâches pour mieux pouvoir suspendre sa conscience, autant de stratégies d'évitement que stigmatise Roland Gatti [Fonctionnaire de police, chargé des reconduites aux frontières], pour permettre l'accomplissement des basses besognes. « Ce sont des gens qui n'ont aucune capacité de jugement! » Il pointe aussi l'absurdité de cette situation, qui n'est autre que la conséquence des inégalités entre les riches et les pauvres et de cette mondialisation libéral que le président [Nicolas Sarkozy] vénère tant : « Un africain que je raccompagnais m'a dit dans l'avion : « De toute façon, quand je vais arriver dans mon village, ils vont se cotiser pour me repayer le billet d'avion, parce que c'est moi qui nourrit tout le village. » Tout est mondialisé, l'argent, les capitaux, c'est bien ça le libéralisme à la Sarkozy, alors pourquoi ils n'auraient pas le droit de circuler tous ces gens? »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
art-bsurdeart-bsurde   18 juillet 2015
Mais encore faut-il s'entendre sur la notion de démocratie et analyser de près les conditions dans lesquelles celle-ci s'exerce aujourd'hui. Dès lors que l'information des gouvernés se réduit – à l'exception parfois d'un service public et de quelques journaux indépendants qui tentent tant bien que mal de résister – à un matraquage de communication d'influence fabriquée par les experts politiques de l’Élysée avec le soutien logistique bienveillant des grands médias dominants, on est en droit de se demander comment des esprits non avertis ou peu portés à la critique pourraient échapper à cette emprise de la pensée unique. Comment,dans ces conditions, oser prétendre que notre démocratie est en bonne santé et qu'elle s'exerce de manière effective ? C'est donc tout à l'honneur des désobéisseurs que de contribuer, par leur refus de collaborer, à ouvrir les esprits à un discours dissonant et dissensuel.
Désobéir ce ne serait donc pas affaiblir la démocratie, mais au contraire la faire progresser. Hannah Arendt reconnaît un rôle absolument indispensable à la désobéissance civile « pour favoriser les progrès de la démocratie dans la nécessaire adaptation des lois et des institutions aux évolutions sociales. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
art-bsurdeart-bsurde   04 juin 2015
A tout individu, tout groupe qui s'oppose, résiste et lutte au nom de valeurs humaines est désormais réservé le traitement généralement appliqué à un individu interpellé à la suite d'une infraction ou d'un délit de droit commun. Criminalisation du mouvement protestataire.
Commenter  J’apprécie          10
art-bsurdeart-bsurde   04 juin 2015
L'économie devenant la "science du comportement humain", c'est toute la socialisation de l'individu qui va être soumise à cet impératif.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Elisabeth Weissman (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Elisabeth Weissman
Invitée du 12/13 Élisabeth Weissman sur RCJ
Dans la catégorie : Groupes politiquesVoir plus
>Science politique>Relations entre l'Etat et les groupes sociaux organisés>Groupes politiques (26)
autres livres classés : désobéissance civileVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Charade-constat

Première saison d'une épopée

Iliade
Bible
Saga
Genji

6 questions
51 lecteurs ont répondu
Thèmes : sociologie , météorologie , vacancesCréer un quiz sur ce livre