AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782210962507
176 pages
Éditeur : Magnard (07/06/2016)

Note moyenne : 3.48/5 (sur 31 notes)
Résumé :
Après Chevaux de foudre, le nouveau roman d'Aurélie Wellenstein !

Dix ans après le drame de Tchernobyl, Lana se rend clandestinement dans la Zone interdite. La nature y est resplendissante mais villes et villages ne sont plus que ruines, poussière et désolation. Après s'être recueillie sur la tombe de son père, pompier mort à la suite de l'explosion, Lana aperçoit un cheval sauvage, libre sur la route. Ainsi, certains animaux peuvent vivre ici en dépi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
mickaelinecuny
  30 octobre 2017
Lana tient à passer le week-end avec sa grand-mère, chez cette dernière, jusque-là, rien d'exceptionnel, sauf que sa grand-mère, en voulant retourner vivre chez elle, c'est comme qui dirait, mis elle-même en prison.

Car son aïeule, habite un petit village, proche de la centrale de Tchernobyl, cette dernière étant à l'origine, de la première grande catastrophe nucléaire. La maison de la vieille femme, se trouve donc en zone interdite.

Car lors de l'explosion de son réacteur, elle a forcément irradié, le territoire, sur des millions, de kilomètres. de façon décroissante. Les plus proches, étant les plus contaminées, etc.

Si sa grand-mère, peut sortir de ce périmètre, après en avoir fait la demande, elle n'a en revanche, pas le droit de faire venir, des gens chez elle, ni sortir quoi que ce soit de la zone interdite.

C'est donc, au milieu des pommes de terre, bien cachée sous une bâche que Lana y fait son entrée. Dès lors difficile pour elle, de ne pas se rendre au cimetière. Pour rendre hommage à son père. Enfin au mausolée, que sa grand-mère, a fabriqué, en guise de tombe, car bien évidemment ce dernier, étant l'un des premiers pompiers, à être intervenu la terrible nuit du 26 avril 1986, son corps se trouve dans une fosse commune.

Rien ne préparait Lana, à la rencontre intense, et surprenante, qu'elle y fera. Un cheval sauvage, et magnifique. En le suivant, elle découvrira tout un troupeau.
Sa grand-mère, à qui elle confiera cette rencontre, lui apprendra que les chevaux de Prewalski, on été introduit, dans la zone, en guise d'expérience, et malgré la radiation, ils semblent non seulement se plaire, mais en plus se reproduire.
La nuit venue, le sommeil de la jeune fille sera perturbé par du bruit, elle aperçoit un véhicule, et une remorque, comme celle où l'on transporte les chevaux. Elle pense, immédiatement aux pillards, et à la jument de sa grand-mère. Sans réfléchir, elle se rue dans le van. Mais au lieu, de la bonne vieille jument, elle découvre, l'animal sauvage, qu'elle a rencontré quelques heures plus tôt.
Elle s'est immiscée, bien malgré elle, dans un trafic, dès lors, un contre-la-montre meurtrier, s'engage, avec les braconniers.
La fille de Tchernobyl est le second livre d'Aurélie Wellenstein que je lis, le premier étant le roi des fauves, qui n'est d'ailleurs pas passé loin du coup de coeur. Je ne sais pas si vous connaissez l'auteure, mais pour l'avoir, déjà rencontré, je peu vous dire qu'elle est très jeune, si elle était née lorsque la catastrophe, est arrivée, elle devait l'être à peine. (Aurélie, si tu passes par là, dis-moi, si je me trompe). Alors évidemment la première question que je me suis posée, c'est pourquoi, un tel thème ? Ensuite, ses descriptions, m'ont beaucoup marquée. La plume de l'auteure, est d'une telle précision, que, j'en ai oublié, pour un temps, qu'il ne s'agissait pas d'une auto-biographie. On se laisse portée, et chose incroyable, Lana, nous emmène avec elle, dans cette zone, sinistrée. On a aucun mal à s'imaginer le paysage. Ensuite, le suspens, fait qu'on ne lâche pas le livre, un véritable page turner.

Mon mari ayant travaillé, lui-même dans une centrale, Française, je peux vous dire que le sujet de Tchernobyl, revenait régulièrement. Mais, je ne me rappelais pas l'histoire, de la fête foraine, ni celle des chevaux. Les avais-je seulement déjà entendu ?

Mon passage préféré, est lorsque Lana se souvient de ce terrible soir. L'anxiété, à peine voilée, de la mère. J'ai eu l'impression de me revoir. Les rares fois, où j'ai entendu sonner le signal d'urgence, de la central, avec mon mari à l'intérieur. Déjà, que je balisais, lorsque c'était pour des exercices. Alors en dehors, je ne vous raconte même pas.

Nous lecteurs, qui ont un recul de trente ans, on sait, ce qu'il en est, exactement. J'admire Aurélie Wellenstein, d'avoir su décrire, avec précision, ce décalage, entre les différents protagonistes, cette fillette, qui ne pense qu'à son pique-nique, qui ne comprend pas le geste héroïque de son père, et qui boude, presque de l'absence de ce dernier. de la mère, qui ne veut rien laisser paraître, et qui est rongée, de l'intérieur. Des voisins, et du fils, qui font de cet incendie, un spectacle. On a envie de les secouer, de leur dire, mais vous ne comprenez donc pas ! Nous, on sait que leur exil, ne durera pas 3 jours, alors on a envie de se rebeller, contre certaines attitudes.

Dix ans plus tard, Lana est devenue une jeune fille, courageuse, elle avait sans doute besoin, de ce retour aux sources, pour faire son deuil, et accepter, d'être la fille de Tchernobyl. Une pestiférée aux yeux de ses premiers camarades, maintenant avec le recul, on ne la juge plus, d'autant plus que le gouvernement a pris le temps de bien, endormir la population, en sous-évaluant les dégâts, et les victimes.

Avec la fille de Tchernobyl, c'est un véritable tour de force, que nous offre l'auteure. Des descriptions qui vous transportent à l'intérieur de cette zone sinistrée, qui vous fait vivre la catastrophe, comme si vous l'aviez, vous-même vécue. Et qui 10 ans plus tard, vous propulse dans une chasse à l'homme, où l'on fini par douter de tout, et de tous. Un gros coup de coeur.
Lien : https://lesptitsloupsmalin.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Scaldie
  03 novembre 2016
Ce court roman s'adresse à un jeune public (8-12 ans) : il nous raconte l'histoire de Lana, une adolescente de 16 ans, qui revient dans son village natal dix ans après de drame de Tchernobyl. Ce retour aux sources permet à l'auteure de raconter les évènements de 1986 et leurs conséquences sur la nature, l'environnement, la santé des personnes qui ont été exposées aux radiations. L'héroïne est une adolescente attachante, dont on suit les aventures avec intérêt. Son histoire et son parcours sont émouvants. Comme dans les autres ouvrages d'Aurélie Wellenstein, les animaux occupent une place de choix. N'étant pas le public cible, je n'ai pas été transportée plus que ça, mais c'est une jolie histoire, émouvante, bien écrite, qui se lit très bien (mais très vite) : à glisser entre les mains des plus jeunes !
Commenter  J’apprécie          60
clauclau28
  06 juillet 2017
Lana n'est qu'une petite fille de six ans lorsque la catastrophe de Tchernobyl l'oblige à être déportée jusqu'à Kiev avec sa famille, elle qui vient de Pripyat. Dix ans plus tard, elle veut rendre visite à sa grand-mère qui est restée las-bas ; mais de multiples péripéties retarderont le but de son périple.
Ce qui ressort de ce court roman jeunesse, c'est avant tout la nature qui reprend ses droits et s'épanouit partout, dans les villes de désolation où les décombres ne sont que fatras dans un pays où la grisaille de la poussière, les ruines et les gravats côtoient les animaux redevenus presque sauvages. Ce petit livre n'a l'air de rien, mais décrit bien la situation de ceux qui furent obligés de partir. le recours aux "fantômes" montre bien qu'ils ont tout perdu, jusqu'aux animaux domestiques qu'ils ont dû abandonnés, et sont hantés par le passé, leur passé encore si vivant dans leur mémoire.
Commenter  J’apprécie          50
Victor10
  25 juillet 2016
Ce livre me tentait énormément, aussi bien pour son sujet que pour la réputation de son auteure. En effet, j'ai beaucoup entendu parler d'Aurélie Wellenstein ces derniers temps, notamment pour son roman Les Loups Chantants. Alors, quand je l'ai découvert en même temps qu'un autre service presse dans un colis Magnard, j'étais très heureux de l'avoir reçu, et il n'est pas resté longtemps dans ma PAL.
On retrouve Lana, une fille d'environ 15-16 ans. Réfugiée de la catastrophe, elle se fait introduire clandestinement sur la Zone pour rendre un hommage à son père. Mais son chemin croisera celui d'un jeune cheval libre. C'est le début d'une grande aventure pour elle qui pourrait se révéler plus dangereuse que prévue. Lana est une jeune fille courageuse, un peu naïve sur les bords. Je l'admire vraiment car je n'aurais jamais eu le courage de faire ce qu'elle a fait. le fait qu'elle navigue entre le présent et ses souvenirs la rend encore plus proche du lecteur, comme si elle se confiait à nous.
A travers ce livre, Aurélie Wellenstein explique, informe, dénonce parfois, la catastrophe et ses conséquences. L'historie est prenante, et ses multiples rebondissements inattendus ne sont pas pour me déplaire. Aurélie Wellenstein a réussi à me surprendre plus d'une fois, si bien que j'ai dévoré ce roman et que je l'ai fini en une heure. J'ai appris beaucoup de choses grâce à ce livre. En effet, je pense qu'il est surtout destiné à en apprendre plus aux plus jeunes sur la catastrophe. J'ai beaucoup apprécié la pointe de fantastique présente à la fin du livre.
J'ai beaucoup aimé le style d'écriture d'Aurélie Wellenstein. Claire, sans déchet, visuel, il m'a agréablement surpris de part sa fluidité. Il n'y a pas trop de détails, on avance ainsi vite dans le récit. L'aventure et l'action sont omniprésentes, on ne perd pas le rythme à cause de descriptions trop longues. J'espère pouvoir découvrir d'autres livres de cette auteure à l'avenir.
La fille de Tchernobyl m'a agréablement surpris. J'ai beaucoup apprécier ma lecture, même si ce n'est pas un coup de coeur. Lana est une jeune fille attachante dont je me suis senti proche, et ce grâce à ses souvenirs. Ce livre vise avant tout à informer et à dénoncer la catastrophe, et ce à travers l'histoire de Lana et des chevaux. L'écriture fluide et visuelle est pour moi le point fort du roman. A mettre dans les mains des jeunes de 8-12 ans.
Lien : http://lecture-pour-tous-les..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LucilleCBS
  26 mars 2020
Avec ce roman d'Aurélie Wellenstein, "La fille de Tchernobyl", j'ai lu pour la première fois un roman de littérature jeunesse abordant l'une des plus grande catastrophe nucléaire jamais connue. La première de couverture a attiré mon attention et encore plus lorsque j'ai consulté le résumé. L'histoire se déroule des années après l'incendie de la centrale nucléaire de Tchernobyl qui a eu de nombreuses conséquences: décès de bons nombres d'hommes et de femmes qui ont stoppé l'incendie, des habitants forcés de quitter leur foyer et la ville dans laquelle ils vivaient depuis toujours et bien plus encore (maladies etc.). Une jeune fille s'est vu privé de son père, alors pompier et mobilisé cette fameuse nuit d'avril 1986. Bravant les interdictions, elle décide de rendre sur la sépulture dressé en hommage à son père dans la zone interdite..., là où vit encore sa grand mère. C'est une très belle histoire, touchante, émouvante et qui lève certaines interrogations sur ce qui s'est réellement passé ce jour-là. A découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
Victor10Victor10   25 juillet 2016
D'un air morne, la jeune fille regarda autour d'elle la nature luxuriante. La mort coulait dans ces terres fertiles. Les racines des arbres, leur sève, l'eau des rivières, tout ici charriait sans un bruit la menace de l'atome devenu fou. Le lait, le blé, les framboises, les fraises de Tchernobyl avaient apportés leur lot de maladies, cancers, leucémies... Tout ça à cause des mensonges d'autorités frileuses ou cupides.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Victor10Victor10   25 juillet 2016
Lana sentit un calme profond l'envahir. Elle se trouvait dans une ville fantôme, dévastée par une ancienne catastrophe nucléaire, mais des oiseaux pépiaient dans les branches. Des bourdons se déplaçaient paresseusement d'une pivoine à l'autre. Les fleurs embaumaient l'air chaud et doux. Assise sur ses talons, les bras autour de ses jambes repliées, elle ferma les yeux à moitié, et attendit.
Commenter  J’apprécie          10
Victor10Victor10   25 juillet 2016
Voilà qu'elle jurait. Sa mère n'aurait pas été contente. Les rayons la traversaient. Le plutonium s'accrochait à ses cheveux et entrait dans ses poumons. Non, sa mère n'aurait pas été contente du tout.
Elle prit la fuite, titubant hors du cimetière, les yeux rougis. Dans sa main, la dosimètre claquait comme une mitraillette.
Commenter  J’apprécie          10
mickaelinecunymickaelinecuny   30 octobre 2017
Une quinzaine de chevaux paissait l’herbe drue de la zone. Ils se déplaçaient lentement, par intervalles. Ils se ressemblaient tous, comme s’ils appartenaient à la même race, avec leurs robes claires nuancées de brun, leur raie noire sur le dos, leurs crinières courtes dressées en piquants et leurs regards sombres.

(…)

L’adolescente s’installa à distance pour les observer. Perplexe, elle les regardait broyer l’herbe entre leurs mâchoires.

_ Vous mangez tous de la nourriture irradiée. Vous allez tomber malade…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Victor10Victor10   25 juillet 2016
La petite fille s'étrangla, renifla pour ravaler ses sanglots. Jamais sa mère n'avait menacé de la frapper. L'envie de pleurer devint insoutenable. Elle courut dans sa chambre et sortit le lapin de sa cage pour le serrer contre son cœur.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Aurélie Wellenstein (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Aurélie Wellenstein
L'imaginaire au féminin - Salon entre les Mondes 2019
autres livres classés : tchernobylVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Littérature jeunesse

Comment s'appelle le héros créé par Neil Gailman ?

Somebody Owens
Dead Owens
Nobody Owens
Baby Owens

10 questions
1150 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , enfantsCréer un quiz sur ce livre