AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur La guerre des mondes (78)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
finitysend
21 décembre 2015
Le texte de Wells est un texte bien écrit et la science-fiction comme genre sollicité ( pour ne pas dire crée ) par l'auteur est ici à sa pleine maturité .

C'est un texte assez court ( hors préface) , trépident , spectaculaire , une course-fuite pour la survie de personnages systématiquement ballotés par l'infortune , la perte de repère , la perte brutale de dignité , dans un monde ravagé intégralement . Devenus de véritables « riens « et brutalement projetés dans la terreur véritable et dans un environnement radicalement imprévisible . Un cadre qui est le théâtre d'une errance hallucinée.

En pratiquement un rien de temps , brutal , la civilisation s'effondre et naufrage .
Les êtres humains sont réduits à la solitude , à la poursuite de la survie au quotidien , une fuite éperdue pour échapper à des prédateurs impitoyables , avec des solutions qui s'effondrent comme des piles de dominos . Une humanité réduite au statut de lombrics pris dans les fourches caudines du jardinier envahisseur .
Une errance en compagnie aussi d'un personnage perdu dans une solitude individuelle , existentielle , palpable , intense et dense.

La langue a vieillie certes , mais elle est de qualité ( classique) et elle emporte le lecteur sans difficulté dans ce monde défiguré .

Il y a deux grands classiques de SF que vous devez découvrir en lecture , hormis Orwell .
Ces deux textes de qualités , dont la guerre des mondes qui fonde la science-fiction populaire édifiante à thèse , alors que le second , La planète des singes l'illustre brillamment :
- La planète des singes traite de la ségrégation et de racisme à une époque brulante .
- La guerre des mondes est un réquisitoire contre la colonisation violente ( Las Casas n'est pas très loin sur le fond du texte ) et aussi ce réquisitoire , est également un véritable Imago des grands conflits ravageurs , qu'un auteur lucide de la fin du XIXe siècle , à parfaitement sentis venir.

La fin du roman, La guerre des mondes , est délicieuse pour deux raisons .

D'abord , elle est délicieusement science-fictionnelle au titre du merveilleux scientifique à la sauce rationnelle .
Ensuite , elle montre le désarrois intérieur de l'auteur , car ce n'est pas la force ou la volonté qui sauve le monde ( au contraire des personnages ) . Mais c'est une sorte d'entropie arbitraire , fataliste et systémique qui le sauve , et c'est la raison pour laquelle la perte et la douleur résonnent si fort dans ce texte visionnaire , comme il raisonne dans la somme des âmes des êtres réduits à néant par leur semblables ( pas si semblables ) dans la longue histoire de l'humanité , pas très humaine .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          599
Wiitoo
21 mars 2014
J'ai voulu lire un grand classique de la science-fiction et j'ai eu ainsi l'occasion de découvrir ce que signifiait « un livre qui avait mal vieilli » !

C'est avec ce genre de lecture qu'on se rend parfaitement compte du temps qui passe et de quelle manière a évolué l'écriture au fil des années. Ce roman est vraiment lourd à lire, l'écriture y est vraiment dépassée et hors de notre temps. C'est un peu Sherlock Holmes au pays des extra-terrestres. L'histoire n'est pas très intéressante car finalement il ne se passe à peu près rien tout au long des 400 pages. En tout cas vous n'en saurez pas plus sur ces étranges extra-terrestres qui envahissent la terre.

Le meilleur résumé du livre se trouve écrit par l'auteur lui-même dans l'épilogue : « En terminant mon récit, je regrette de n'avoir pu contribuer qu'en une si faible mesure à jeter quelque clarté sur maintes questions controversées et qu'on discute encore. Sous un certain rapport, j'encourrai certainement des critiques, mais mon domaine particulier est la philosophie spéculative. »

Tout est là, dans ce petit paragraphe, une écriture d'un temps passé et une histoire philosophique spéculative sans grand intérêt.

Pas de héros, pas de solutions, pas de réponses, pas de guerre ni de grande confrontation, enfin bref, les extra-terrestres sont juste un prétexte à raconter une tranche de vie d'un homme sans grand intérêt.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          548
zwyns
19 février 2016
On pourrait dire que la Guerre Des mondes a considérablement vieilli,lorsque l'on considère les productions monumentales et souvent excessives de notre époque.
Je viens d'ouvrir mon premier HG Wells,et que ne fût pas mon étonnement de tomber sur unr oeuvre littéraire,au sens premier du terme sur un texte ,qui bien que fantastique,anticipatif,science -fictionnesque,que sais-je encore?m'a déjà beaucoup plu pour sont avant -garde dans le genre.
De plus en plus ,j'ai trouvé une écriture,qui bien qu'obsolète n'en a rien à envier a la pompeuse phraséologie de nos sagas modernes..h
Commenter  J’apprécie          513
Malivriotheque
07 mars 2017
Dans l'Angleterre victorienne, le narrateur assiste impuissant à l'arrivée d'envahisseurs venus de Mars qui détruisent tout sur leur passage. Il décrit son parcours pour échapper à la mort, ainsi que la terreur ambiante...

A cause de Spielgerg, presque tout le monde a entendu parler de la Guerre des mondes et connaît la silhouette menaçante des tripodes meurtriers. Bien sûr, on sait que ce n'est pas le réalisateur qui a pondu cette histoire. Mais comme on connaît la fin, comme on sait plus ou moins comment la Terre réussit à se débarrasser de ces monstres, on pourrait croire que ça sert presque à rien de lire le livre. En plus il est vieux, quoi !
Oui, bah nan. Argumentaire en 2 temps qui ne devrait même pas être nécessaire :
On lit La Guerre des mondes parce que c'est l'une des clef-de-voûte de la science-fiction, la base même de tous les codes utilisés aujourd'hui dans la sci-fi moderne. Même si le style est un peu guindé et défraîchi, c'est juste fascinant de voir à quel point ce livre aurait pu être publié aujourd'hui mais qu'il l'a été à la toute fin du 19ème siècle. Ce livre, c'est juste le canon de la science-fiction qui se fait de nos jours, le repère ultime, le fondement d'une ère imaginaire, le pivot littéraire d'un genre nouveau. Il faut bien être conscient qu'il était clairement avant-gardiste, et c'est ça qui est d'autant plus hallucinant.
On lit La Guerre des mondes parce qu'H. G. Wells a une capacité extraordinaire à installer un suspense tétanisant (le bruit que font les tripodes, ainsi que l'horreur simple de pomper le sang des humains.... ça glace le sang !!!) et une atmosphère des plus réalistes. Ce livre est d'autant plus moderne que la description de la réaction des foules, entre panique et curiosité dangereuse et irréfléchie, est d'une actualité déroutante. Wells prouve que l'Homme ne change pas et a les mêmes instincts antagonistes dans un contexte de peur et d'épouvante qui le place au rang suprême de l'égoïsme et souvent de l'irrationnel. Wells ramène clairement l'Homme à sa condition animale en inversant sa position dans la chaîne alimentaire dès lors que des créatures supérieures viennent prendre possession du territoire. Il remet tout simplement l'Homme à sa place, et interroge sans détours les Britanniques sur leur empire colonial jugé à l'époque invulnérable et surpuissant. Il rappelle à tout un chacun que nous ne sommes faits que de chair et qu'un rien (ici de simples rayons thermiques ou de la fumée toxique) peut nous envoyer aux oubliettes, qui que nous soyons. C'est surtout son moyen de rappeler que l'envahisseur peut aussi être l'envahi.
Certes ça peut souvent être long, Wells, comme Jules Verne, étant féru de descriptions et de détails hyper précis en ce qui concerne les lieux et les mouvements de toute chose ou personne. Mais c'est un livre magistral que l'on ne peut se permettre d'éviter, surtout si la science-fiction est un genre qui nous tient à coeur. La fin peut paraître facile, mais le narrateur qui s'interroge sur la possibilité qu'un jour cela se reproduise montre une clairvoyance affolante de l'auteur sur l'insouciance effarante du genre humain, trop imbu de sa domination supputée.
A lire, parce que comme Jules Verne, H. G. Wells était un visionnaire, et qu'il avait déjà compris que cent ans plus tard les choses auraient peu changé et que les envahisseurs de la liberté et de la vie c'est pas les aliens, mais nous.
Lien : http://livriotheque.free.fr/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Masa
19 août 2013
Incroyable roman qu'à écrit H .G. Wells. Avant de se plonger dans son oeuvre, il faut d'abord se mettre dans le contexte, il fut écrit et publié en 1898, sous le nom original de the War of eh Worlds, soit bien avant toutes les inventions qui ont révolutionné et pervertie notre vie. Il est vrai qu'avec le recul, il peut paraître risible lorsque l'on connaît maintenant que Mars est une planète morte, bien que l'on ait découvert de l'eau. Enfin, il faut savoir faire abstraction de ces quelques inepties qui, à l'époque était tout à fait plausible.

Ainsi, j'ai commencé à lire les premières pages et, un constat, c'est vraiment bien écrit, c'est fluide et prenant, même si le style à un peu vieillit. Un récit condensé où il y a très peu de dialogue, un récit qui se veut d'avantage profond. Il est découpé en deux parties. La première est d'avantage axée sur la guerre, les êtres-humains tentent de se battre avec leurs propres armes. En 1898, l'aviation n'était pas créé, le gaz fut employé durant la première guerre mondiale tout comme le tank. Et bien, les martiens ont développé des armes similaires. La deuxième partie est orienté sur la survie.

Ce qui était très intéressant dans ce livre, c'était les thèses scientifiques. Comme la pesanteur sur Mars moins importante, les martiens ne peuvent pas se mettre debout au risque de voir leurs os se fracturer. J'ai bien aimé aussi, la réflexion, que les martiens pouvait-être une évolution de notre espèce. Pour finir, que je trouve farfelus, mais c'est ce qui fait le charme de ce livre, vu que Mars est rouge, les végétaux qui poussent sont de la même couleur, ces mêmes plantes se sont installés et ont colonisé la Terre. Quand on sait que le feuillage d'un végétal ne peut-être toujours rouge, lié aux fréquences lumineuses, hormis dans les fonds marins où là ces autres fréquences ne sont pas présente.

En tout, cas, c'est un chef-d'oeuvre de la littérature science-fiction. Un très vieux roman précurseur où l'auteur aura eu une vision étonnante, voir avant-gardiste du monde qu'il l'aura précédé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          223
odin062
12 mars 2012
Wells est un mythe vivant, un auteur que j'ai toujours voulu découvrir de par son oeuvre, je connaissais le film de Spielberg et c'est donc avec beaucoup d'envie que je me suis jeté sur La guerre des mondes, un roman écrit au XIXe, dur à imaginer !

En effet, même sans connaitre, dès le départ, le décor est posé : « Personne n'aurait cru, dans les dernières années du XIXè siècle, que les choses humaines fussent observées, de la façon la plus pénétrante et la plus attentive, par des intelligences supérieures aux intelligences humaines et cependant mortelles comme elles. ». Un roman traitant d'une vie extra-terrestre et même plus précisément Martienne. Cela peut nous faire sourire, mais replaçons nous dans le contexte, imaginez un contemporain écrire que nous pouvons aller sur Mars, développer une nouvelle civilisation tandis que dans 20 ans, lorsque nous y serons, l'équipe envoyée ne trouvera aucune trace d'eau sous le sol et donc une invasion impossible de cette planète morte. C'est la même chose ici, Wells, dans ce contexte scientifique en pleine expansion s'est vu à penser à des créatures peuplant des planètes proches ! Rien d'affolant la dedans et même rien de dépassé !

Oui c'est un livre moderne, j'ai même était frappé par la force de cette modernité, le cadre scientifique jouant un grand rôle dans cet étonnement. D'un côté, l'Angleterre du XIXe et ses omnibus et autres charrettes tirés par de bon vieux chevaux. de l'autre, l'acier, la technologie, la destruction, la force des envahisseurs devant lesquels la toute-puissance humaine est ridicule. Cette puissance humaine qui est d'ailleurs très critiquée durant cet ouvrage et même ridiculisée ! Wells traite de la relation Homme/Animaux dans ce temps où la colonisation est prospère faisant également penser à la domination de l'Homme sur l'Homme encore d'actualité. Il prend également du recul sur cette société et imagine de par ce dialogue de fin avec l'artilleur, particulièrement réussi, les fondements d'une nouvelle société, plus ou moins humaine ou animale.

Bref, une histoire qui nous est conté par un journaliste. Il y raconte son expérience suite à l'arrivée des martiens mais également le vécu de son frère au coeur de Londres lors de la panique générale. Une histoire passionnante bourrée de rebondissement de de voyages, impossible de s'ennuyer ! Les descriptions sont très complètes et permettent de visualiser parfaitement des choses impossible à se mettre en tête comme ces mains mécaniques ou encore ces larves de martiens sans corps, poussant la description jusqu'à l'anatomie comparée ! Comment peut-on rendre plus réelle cette invasion ?

Et puis le dénouement (attention spoiler!) que je connaissais déjà via le film de 2005, une fin qui ridiculise la toute-puissance des envahisseurs, de simples et minuscules unicellulaire au pouvoir tellement grand, mettent fin à tout cela. On connait trop bien l'effet des bactéries, virus et autres champignons sur notre organisme, menant parfois aux épidémies, comment peut-on imaginer que les martiens, au milieu de tous ces cadavres humains sur une terre inconnue, puissent survivre ? Et bien il fallait y penser et tout cela replace l'Homme dans l'évolution, se croyant supérieur, Darwin encore malmené à cette époque par une majorité de personne, restant figé sur la classification d'Aristote. Non les unicellulaires ne sont pas moins forts et moins évolués que nous pauvres humains, juste moins complexe et pourtant bien plus efficace.

Au final, un livre frappant de modernité, je le répète, qui se finit trop rapidement, faisant passé 200 pages de récits pouvant être résumé avec 5 fois moins de pages mais qui passe tout de même extrêmement vite et sans lourdeur. C'est bien là la force de ce livre. Une impression de livre très complet tandis qu'on en redemande !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Luniver
06 mars 2012
Des phénomènes étranges sont observés à la surface de Mars. Quelque temps plus tard, un cylindre arrive sur Terre. À la stupeur des curieux venus voir ce que c'était, des Martiens, tout en tête en en tentacules, en sortent. Ils ne provoquent qu'un peu de curiosité sur l'instant, paraissant maladroits et incapables de se mouvoir correctement sur Terre. Cependant, ils vont rapidement construire des engins sophistiqués et attaquer sans pitié les humains qui traînent dans leur parage. L'humanité va alors passer de l'agacement à l'énervement contre les autorités qui tardent à écraser ces impudents, puis à la panique complète quand elle se rend compte que les inventions humaines ne peuvent pas lutter contre les envahisseurs.

La fin de l'histoire m'a beaucoup plu : l'idée que ces Martiens apparemment invulnérables finissent par être défaits par les bactéries humaines, remet un peu l'humain à sa place.

Je suis partagé par ma lecture : d'un côté, le livre a pas mal vieilli : la planète Mars nous est presque familière maintenant, et pour que des envahisseurs nous fassent encore peur, il faut qu'ils viennent d'une autre galaxie. Les moyens militaires paraissent aussi désuets : charge de cavalerie et tirs de canon. D'un autre côté, il suffirait de changer quelques termes pour en faire un roman parfaitement moderne. On ne peut qu'être admiratif du talent et de l'imagination de l'auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Joualvert
03 mars 2015
J'ai lu celui-ci ça fait un bon bout de temps. Mon avis : les martiens qui débarquent et entament une guerre d'extermination à l'aide d'une mécanique infernale et de rayons de la mort pendant qu'une végétation martienne recouvre et étouffe notre pauvre planète... Cela peut-il être médiocre ? C'est de plus une oeuvre fondatrice du genre. Je me rappelle avoir aimé le préambule ou la population assiste enthousiaste aux phénomènes sur Mars et à l'arrivée du premier martien. Ensuite cela se gâte pour les terriens et nous suivons jusqu'à la finale les pérégrinations du personnage principal qui subi les désastres de cette invasion et tente de rester en vie. J'avais bien aimé !
Commenter  J’apprécie          141
fannyvincent
31 décembre 2014
Lecture d'un "classique" en cette fin d'année 2014, appartenant en outre à un domaine qui ne m'est pas vraiment familier, la science-fiction : la guerre des mondes, de H.G. Wells. Des années sont passées depuis la parution de ce roman (en 1898), et aucun martien n'a été repéré sur terre… à ma connaissance, tout au moins. C'est donc un grand ouf de soulagement que nous pouvons pousser, car, si l'on se réfère aux scènes (plutôt réussies) de panique et de terreur décrites dans le roman suite à l'arrivée des martiens sur terre, et au caractère inoffensif de nos moyens de défense face à l'envahisseur, nous aurions passé un sale quart d'heure… et même probablement un peu plus.
Commenter  J’apprécie          120
frandj
01 décembre 2014
C'est l'un des plus anciens romans de "vraie" science-fiction, dont le thème est bien connu. Les Martiens envoient des projectiles qui s'écrasent sur la Terre. Ils se révèlent être de grands cylindres, d'où partent des machines de guerre terrifiantes: des tripodes qui, en avançant rapidement, émettent un rayon de la mort. Ils sèment la terreur et la désolation dans la région de Londres. Les Terriens ne peuvent rien contre les envahisseurs, qui sucent le sang de leurs prisonniers. L'un des personnages, témoin désespéré de l'invasion, se trouve obligé de vivre des journées horribles au plus près des Martiens. Il est le premier à constater l'étonnant dénouement de cette épopée. Cette histoire illustre les surprises que le futur peur nous réserver et surtout démontre les limites de la puissance des hommes. Bien sûr, le lecteur d'aujourd'hui découvrira dans "La Guerre des Mondes" quelques naïvetés et un point de vue très "daté". Mais ce livre a servi de prototype à d'autres romans de SF publiés ultérieurement, qui vieillissent beaucoup plus mal. C'est donc une oeuvre qui fait date dans l'histoire de la science-fiction et qui mérite encore d'être lue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110


Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Le Pays des Aveugles de Wells

Où se déroule l'action de cette nouvelle?

Equateur
Pérou
Chili
Bolivie

25 questions
2 lecteurs ont répondu
Thème : Le Pays des aveugles et autres récits d'anticipation de H.G. WellsCréer un quiz sur ce livre