AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2889440451
Éditeur : Slatkine et Cie (23/08/2018)

Note moyenne : 3.82/5 (sur 11 notes)
Résumé :
« J’ai besoin de souvenirs, tout ce qui compte ce sont les souvenirs »

Un prof guetté par la quarantaine, une fille qui n’est pas son genre, un guitariste prodige et l’illusion de pouvoir rattraper le temps perdu.

Le premier roman de Benedict Wells.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
Maks
  13 septembre 2018
Deuxième roman de Benedict Wells traduit en France mais son premier roman écrit, "Le dernier été" est pour moi un coup de coeur, tout comme l'avait été "La fin de la solitude".

Il y a plusieurs raisons qui font que "Le dernier été" m'a captivé dès la première page.
Tout d'abord l'écriture qui est simplement très fluide, addictive, sans être non plus simpliste, on tourne les pages sans s'en rendre compte, bravo également pour la traduction qui est très intéressante et particulièrement agréable.
Ensuite je n'ai pas pu faire autrement que de toujours vouloir lire "encore un chapitre", vous savez, cette attirance pour une intrigue qui nous force à rester éveillé pour en savoir toujours un peu plus, "Le dernier été" en est l'exemple parfait.
Je peux également vous parler de l'intrigue elle-même, on démarre sur une sensation de roman qui apporte le sourire, assez drôle, des personnages un peu fous, des situations cocasses, puis plus on avance et plus l'histoire devient plus folle, plus noire, plus dramatique, certains personnages qui nous faisaient rire au départ emportent finalement notre compassion, puis la douleur, la souffrance, celle qui fait qu'un livre vous marque pour longtemps.

Le dernier été est un conte moderne, un hommage à l'amitié, à l'amour, à la générosité, à la musique, à la folie, à l'appréhension paralysante, c'est également une réflexion sur l'échec, comment un homme se relève, ou pas, après une déconvenue, suite à un choix de vie, une mauvaise décision, un raté, un coup dans l'eau, la peur de s'engager, le lâché prise.

Si vous souhaitez passer un moment de lecture marquant, une tranche de vie qui se transforme en road-trip, un roman que l'on peut tout simplement qualifier de "Sexe, Drogue et Rock'n Roll" !
Voir la chronique sur mon blog :
Lien : https://unbouquinsinonrien.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Lecturepissenlit
  28 octobre 2018
Un dernier été est un livre que j'ai gagné dans un concours. Je ne connaissais pas l'auteur, Benedict Wells, présenté comme le nouveau super-auteur à succès allemand, ni son précédent livre qui avait apparemment fait son petit effet dans la sphère littéraire, La fin de la solitude.
Le dernier été est en réalité le premier roman qu'a écrit Benedict Wells, mais publié après son best seller La fin de la solitude.
Le dernier été est un livre que je n'aurais jamais acheté si je ne l'avais pas gagné.
Ce n'est pas la lecture transcendante de mon année, mais c'est une belle surprise sur plusieurs points.
Nous suivons Robert Beck, dit Beck durant quelques mois de sa vie.
C'est un professeur dans un lycée en Allemagne, Il faisait partie d'un groupe de musique dans sa jeunesse avant d'en être viré. Il garde de cette époque une nostalgie dont il n'arrive pas à se libérer et qui fera (re)naître en lui de lointains désirs de célébrité quand il se rendra compte que l'un de ses élèves, Rauli Kantas, est un génie de la musique qui laisserait Jimi Hendrix sur le carreau si ce dernier était encore en vie.
Mais ses rêves ne vont pas se passer comme il l'espérait. C'est entouré de Charlie, le seul membre de son ancien groupe qui ne l'a pas rejeté et de Lara, sa nouvelle petite amie, qu'il va se retrouver pris dans un tourbillon de (mauvaises ?) décisions et de coups du sort.
Charlie, Lara et Rauli formeront pendant quelques mois le noyau dur du "nouveau groupe" de Beck, ceux qui font son quotidien et feront (peut-être) son avenir.
Il est très difficile de résumer ce livre car il part un peu dans tous les sens à mon goût, comme seule une vie réelle en a le pouvoir. En effet la vie de Beck pourrait presque être celle de n'importe qui.
La construction du roman est très originale.
Elle rappelle les cassettes de musique des années 80. Avec la Face A et la Face B, chaque face comportant plusieurs chansons, ce qui rappelle l'univers musical du livre.
Ensuite j'étais très sceptique au début car le livre est raconté d'un point de vue externe. Ce n'est pas Beck qui raconte sa vie, ni Charlie, Lara ou Rauli. Au début nous ignorons complètement de qui il s'agit, et cela met une distance entre Beck et nous. J'ai eu du mal à m'attacher à lui à cause de ça.
Puis, un bon moment après on comprend que Beck a un lien avec le narrateur. Je n'en parlerai pas plus pour ne rien divulguer, mais j'ai trouvé cela très intelligent et bien fait.
Les personnages quant à eux, m'ont fait ressentir ce que je ressens rarement pour des personnages de roman.
Je m'explique, dès le début d'un livre je me fais des avis assez tranchés sur les personnages (très fortement orientés par l'auteur, il en va de soi) et cet avis ne change que très rarement. Certains personnages me plaisent, d'autres me révulsent, et d'autres sont insignifiants, mais ils le resteront durant toute ma lecture.
Ici, j'ai parfois détesté des personnages avant d'être de nouveau attendris par eux, puis ils m'énerveront, j'aurais après coup de la pitié pour eux etc. C'est presque si à chaque chapitre mon avis changeait. Et j'ai l'impression que chacun est libre de ressentir pour eux ce qu'il veut en fonction de son propre vécu et des émotions que cela lui rappelle.
Peut-être que je me suis faite balader par l'auteur, mais je n'en ai pas l'impression. J'ai l'intime conviction que si je faisais lire ce livre à une amie qui n'a pas le même caractère ni la même sensibilité que moi, son avis sur les personnages à des moments précis différerai du mien.
J'ai été touchée par la fin, même si j'estime ne pas avoir eu toutes les réponses que j'attendais.
Cependant, cela ne me frustre pas tant que ça car c'est vraiment un moment de vie que nous suivons sur quelques mois, et parfois dans la vie il arrive que nous n'ayons pas toutes les réponses que l'on voudrait, que nous ayons des doutes et des questionnements sur des choix, des personnes ou des actes manqués, et que nous n'obtenons jamais de réponses.
Alors ça me va et j'accepte de ne pas tout savoir, j'accepte que Beck garde pour lui certains détails.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
livreclem
  07 janvier 2019
En Allemagne, un prof d'allemand et de musique s'ennuie dans son quotidien. Il repère parmi ses élèves, un talent brut pour la musique. Il va tout faire pour lancer sa carrière et fera face a beaucoup de péripéties.
Entre amitié, mentor, road-trip, amour, ce roman nous embarque dans l'aventure même si il y a quelques longueurs.
Commenter  J’apprécie          100
JML38
  17 décembre 2018
Eté 1999, Robert Beck est professeur d'allemand et de musique dans un lycée de Munich. Il approche de la quarantaine et du moment où il va devoir jouer dans l'équipe des vieux lors du match de foot entre profs. Sa vie sentimentale se résume à des relations de trois mois et quelques fantasmes, mais la rencontre avec Lara, qui n'est pourtant pas son genre, va lui faire prendre conscience qu'il peut s'attacher plus durablement. Sa vie de professeur ne le satisfait pas et il ressasse un passé de guitariste de rock et une époque de rêves de gloire et d'articles dans «Rolling Stone».
Rauli est un jeune Lithuanien un brin mythomane à qui Robert a permis d'utiliser la stratocaster blanche symbole de ses heureuses années.Le jeune garçon se révèle être un virtuose de la guitare - meilleur que Jimi Hendrix - dont le chant "tenant du miracle" fait s'arrêter le temps et refleurir les plantes desséchées.
Robert se voie déjà revenir par la grande porte dans le monde de la musique en tant qu'imprésario de ce petit génie à qui toutes les maisons de disques vont forcément dérouler le tapis rouge.
Charlie, son meilleur pote et batteur de son ancien groupe, géant afro-allemand, hypocondriaque, maniaco-dépressif et toxicomane va embarquer Robert et son jeune protégé dans un voyage totalement déjanté jusqu'en Turquie, sorte de quête existentielle qui va influencer l'avenir de chacun. D'une rencontre hallucinée avec Robert Zimmerman au bistrot des âmes perdues, Beck va retenir que ce qui compte ce sont les souvenirs.
Tout se passant rarement dans la réalité comme dans les rêves, Robert va devoir surmonter son incapacité à s'assumer pleinement, faire des choix pour la suite de sa vie, sentimentale, professionnelle et artistique, faire la part des choses entre remords et regrets, la fin de la quête personnelle du musicien qu'il restera toujours pouvant être belle comme quelques notes de musique.
Je remercie les éditions Slatkine et lecteurs.com pour cette lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
lespetiteslecturesdemaud
  23 octobre 2018
Beck est professeur de musique dans un lycée et approche de la quarantaine. Ce fameux moment où tu te retournes sur ta vie et effectue un petit point avec toi même, tes rêves d'adolescent et ce que tu en as fait.
Justement, Beck, lui, il n'en n'a pas fait grand chose.
Il se rêvait en rock-star, faisant la couverture de Rolling Stone, flirtant avec la gloire, la richesse et l'amour.
Mais après l'éviction de son groupe, tout est parti à vau-l'eau : il a fini prof de musique frustré, n'a jamais rencontré l'amour et reste un célibataire et un solitaire endurci.
Seul son ami Charlie est encore là, mais quel personnage ! Un junkie dépressif et un brin voyant, très attachant. Mais Beck rencontre bientôt Rauli, un lycéen littuanien, musicien de génie, qui pourrait bientôt faire basculer le destin de son professeur.
Tu connais ce genre de livre qui te laisse dans une zone grise : tu n'as pas adoré, pas détesté et tu t'interroges encore longtemps sur tes sentiments une fois le livre refermé ?
C'est d'autant plus frustrant quand tu as beaucoup aimé un autre livre du même auteur !
J'ai pourtant aimé la plume de Benedict Wells. A aucun moment je n'ai eu envie de reposer ce livre pour ne plus jamais l'ouvrir. Il a une plume addictive et agréable et sait donner du rythme à son récit. En cela, tu ne t'ennuies pas et tu as envie de savoir ce qu'il adviendra de ses personnages, quelle aventure les attend.
Mais ici, j'ai eu un problème avec les personnages. Ils m'ont exaspérée. Enfin, un surtout.
Ce Beck est insupportable à mes yeux. Doté d'une immaturité totale, carrément limite avec ses jeunes élèves féminines, il prend systématiquement les mauvaises décisions. Je l'ai trouvé défaitiste, paumé, immature.
Finalement je n'ai jamais réussi à comprendre ce personnage et savoir quels ressorts faisaient qu'il agissait ainsi. Tu peux évidemment ne pas être en accord avec un personnage, mais j'aime quand l'auteur explore son passé ou te donne des clefs pour le comprendre. Ici, je n'ai pas pu le cerner, à aucun moment.
Certes, il ne laisse pas indifférent (C'est le moins que l'on puisse dire), mais je suis sortie de cette lecture le moral plombé, avec une sensation de noirceur absolue. C'est étrange, car dans le fond, j'ai lu des romans bien plus noirs que celui ci mais il s'en dégage quelque chose de très sombre sans que je puisse identifier quoi exactement.
La musique est pourtant omniprésente, un brin de folie aussi et même un road trip déjanté, façon Very Bad Trip. Autant d'éléments qui pour certains égaieront ce roman, mais ( suite en commentaire) mon petit coeur sensible de lectrice n'a gardé que la part sombre et m'a laissé un goût amer !
Ceci dit, ce roman, par les sentiments qu'il me laisse, restera longtemps gravé en moi, même si ces sentiments sont plutôt dérangeants ... Après tout, c'est aussi ça une bonne littérature, non ? C'est aussi une littérature qui nous dérange, nous bascule et nous interroge, longtemps encore après avoir refermé le livre. Qu'en pensez-vous ?
Lien : https://www.lespetiteslectur..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
missmolko1missmolko1   30 septembre 2018
Beck garda le combiné dans la main pendant quelques minutes. Il devenait jaloux. De ce Marc Schumann, mais surtout de Lara. Elle se bougeait les fesses et allait au-devant d'une vie meilleure. Quant à lui, il alla vers le réfrigérateur. Beck considéra dans sa main la bière qu'il s'apprêtait à boire. Lara était déjà si loin, presque impossible à rattraper. Il fallait qu'il mette un terme à ces beuveries du soir s'il voulait rester à la hauteur.
Comme il se savait faible, il vida sa bière dans l'évier et fit de même avec les bouteilles restantes. Sinon, il avait peur qu'elles ne l'appellent alors qu'il serait déjà au lit en train de s'endormir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
ConfidencesLitterairesConfidencesLitteraires   03 septembre 2018
On savait déjà qu’on ne verrait jamais Rauli en tablier servir des hamburgers ni octroyer des crédits en costume d’homme d’affaires. Il trouverait un job dans lequel il pourrait gagner sa vie en gardant ses propres fringues.
Commenter  J’apprécie          10
LecturepissenlitLecturepissenlit   28 octobre 2018
Beck lista ce qui le dérangeait chez Lara. Elle riait comme une Courtney Love ivre, enfin comme Courtney Love.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Benedict Wells (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Benedict Wells
Auteur prodige de 34 ans, Benedict Wells est d'ores et déjà une star de la littérature en Allemagne. Il nous présente ici son premier roman traduit en français et disponible au Livre de Poche, "La Fin de la solitude", une saga familiale au croisement entre "Harry Potter" sans la magie et "Six feet under".
En savoir plus sur La Fin de la solitude : https://www.hachette.fr/livre/la-fin-de-la-solitude-9782253074243
À lire aussi, son tout premier roman tout juste paru chez Slatkine &Co, "Le dernier été" : http://www.slatkineetcompagnie.com/catalogue/le-dernier-ete/
autres livres classés : road tripVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr






Quiz Voir plus

Musique et littérature

Quel grand philosophe des Lumières s'est essayé à la musique, sans succès ?

Voltaire
Jean-Jacques Rousseau
Denis Diderot
D'Alembert

10 questions
296 lecteurs ont répondu
Thèmes : musiqueCréer un quiz sur ce livre
.. ..