AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Benedict Wells (Autre)Dominique Autrand (Traducteur)
EAN : 9782889441471
Éditeur : Slatkine et Cie (20/08/2020)

Note moyenne : 4.15/5 (sur 30 notes)
Résumé :
Francis, 17 ans, est né de père inconnu. Il vit avec sa mère dépressive dans un mobile-home sordide à la périphérie de Claymont, petite ville de la côte Est des États-Unis.
Avant une tentative de suicide ratée, sa mère lui a laissé une lettre d’adieu dans laquelle elle lui révèle qu’il a été conçu grâce à une banque du sperme, dont les donneurs anonymes sont sélectionnés pour leur Q.I. hors du commun. Il se met alors en tête de retrouver son géniteur, et ent... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
Kittiwake
  08 décembre 2020
Claymont. Une petite ville du new-jersey. C'est là que Francis vit, dans un mobil-home où l'on parque les indigents, et lorsque l'on fait sa connaissance, il se trouve au chevet de sa mère, hospitalisée dans une clinique psychiatrique après une décompensation du mal qui la ronge.

Scolarité moyenne, petits boulots pour tenter d'apporter une contribution financière à la famille, le père s'étant éclipsé avec le demi-frère de Francis et participant de plus en plus discrètement au soutien financer de Francis et de sa mère. Pas la joie donc. Même si les visites quotidiennes à la clinique l'amènent à rencontrer Anne-May, une jeune et jolie patiente.
On l'aura compris, les paillettes n'illuminent pas sa vie (encore que, à la réflexion, la recherche de ses origines va finir par les mettre en scène, les paillettes!). Alors avec son pote Grover, un nerd accro aux jeux vidéo, et sa dulcinée, la décision est prise, et le trio fuit vers l'ouest, avec la certitude d'un avenir radieux, mené par un Francis débarrassé d'un doute sur ses origines et les poches pleines de dollars.
L'histoire est intéressante, comme peut l'être un bon film d'aventures, un road movie avec rebondissements et révélations, et situations insolites. La vraisemblance n'est pas le problème, il faut accepter de faire le parcours avec l'équipage improbable.
En filigrane, une réflexion sur les laissés pour compte d'une Amérique qui a perdu son modèle, et abandonné son rêve, ainsi que sur la quête des origines et le fantasme d'un eugénisme de laboratoire.

L'écriture a l'efficacité d'un scénario, rien de remarquable dans le style, mais du prêt à porter à l'écran. Avec une bonne distribution, ça peut marcher.

Lien : https://kittylamouette.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          700
musemania
  04 octobre 2020
Si comme moi, les voyages et les escapades vous manquent à cause de ce satané virus qui a englouti toute la terre, la lecture reste un bon remède pour nos besoins d'évasion. Je vous ai donc tout trouvé un livre qui comblera vos manques : « Presque génial » de Benedict Wells. C'est parti pour un road-trip déjanté à travers les Etats-Unis.
Francis est un adolescent, on ne peut plus banal. Il vit dans un camp de mobile-homes en compagnie de sa mère, dépressive chronique dans le New Jersey. Alors que sa mère est une énième fois hospitalisée dans un hôpital psychiatrique, il y fait la rencontre de Anne-May dont il tombe amoureux. Via une lettre d'adieu, sa mère lui révèle qu'il a été conçu grâce à une banque du sperme tout à fait spéciale : cette dernière devait engendrer des petits génies. Francis décide alors de mettre tout en oeuvre pour découvrir l'identité de son géniteur et embarque pour cette aventure son meilleur ami, le geek Grover et Anne-May.
La vie de Francis est bien loin du strass et des paillettes des grandes métropoles américaines, telles qu'on nous les montre dans les films et les séries. Bien ancrée dans une société très loin du rêve américain, Benedict Wells nous transpose dans cette Amérique profonde et nous offre un road-trip d'est en ouest au fil des pages.
C'était la première fois que je découvrais la plume de cet auteur dont ses livres connaissent un très beau succès en France et en Belgique. Malgré qu'il soit allemand, il dépeint une Amérique authentique avec des personnages qui, même s'ils sont haut en couleurs, n'en sont que fort attachants.
Même si aux premiers abords, cela pourrait passer pour un roman somme tout banal, l'auteur nécessite pas à faire réfléchir ses lecteurs, notamment en matière d'expériences scientifiques, des addictions, les classes sociales,.… Loin du roman « feel-good », on se rapproche bien plus du roman de la quête d'identité.
Malgré que le livre compte un peu plus de 400 pages, on ne voit pas les pages défiler. C'est fluide et très prenant. Au terme de cette très bonne lecture, la fin est assez « ouverte ». Pourtant, malgré mon aversion habituelle pour ce type de final, il ne m'a pas dérangé dans cette lecture.
Je remercie les éditions Slatkine & Cie pour leur confiance.
Lien : https://www.musemaniasbooks...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          372
sylvaine
  01 novembre 2020
Francis Dean , 17 ans. Claymont dans le New Jersey, un mobile home dans un trailer park.... C'est là que vit Francis. Sa mère est malade, bi-polaire, et les séjours en clinique psychiatrique sont nombreux autant que ses tentatives de suicide. Francis est mal , très mal. Il a décroché des études, il aurait pu être excellent en sport mais il a renoncé à la lutte.
Alors lorsqu'il apprend qu'il est né sous X d'un donneur anonyme sélectionné pour son QI , sa vie bascule , l'espoir renait il lui faut enfin connaitre son géniteur, en route pour Los Angeles... La route est longue mais Grover, son ami geek, est au volant et à l'arrière Anne-May, rencontrée à la clinique où sa mère est hospitalisée.. Trois individus, trois jeunes adultes, trois mondes différents, trois routes qui vont se croiser, s'entre-mêler pour ensuite ...
Un très beau roman sur la quête de soi, sur la quête de son identité ,sur le choix d'un futur voulu ou non , accepté ou rejeté. 5000 kilomètres et tout va changer pour chacun d'eux.
Benedict Wells signe ici un roman magistral. Je me suis beaucoup attachée à Francis, un personnage à la fois fragile et fort, timide et casse-cou , prêt à toutes les folies par amour.
Merci infiniment aux éditions Slatkine pour ce voyage inoubliable à travers les U.S.A .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          283
EvlyneLeraut
  27 août 2020
Interlude, myriade d'oiseaux en plein vol, « Presque génial » est un récit poignant, lucide. Les fiançailles renouvelées d'une quête existentialiste. Francis est un jeune adulte entre deux rives. Les yeux plongés dans son enfance chaotique, en manque de repaires paternels, cherchant d'un regard affirmé le tracé originel de sa vie. Cet adolescent grandissant, arrimé au bancal d'une vie sociale appauvrie. Un mobil-home comme antre. Exclu dès le lever du jour, seul avec sa mère qui se doit d'aller à l'hôpital contrer ses turbulences, ses abîmes, son mal-être. Nous sommes à New-Jersey à Claymont encerclés dans un trailer park où Francis a un ami Grover, son alter-ego son ami de toutes les galères et solidarités. Les questionnements de Francis sont des écueils, des souffrances, des incertitudes tenaces. La trame soulève les inquiétudes, les risques, se ploie sous l'improbabilité du devenir de Francis. Ce dernier pressent ce qui fait de lui ce roseau frêle, cassant, courbé sous les affres, et le vent d'une précarité sans fin. Il veut savoir qui est son père, cet anonyme, dont Francis ignore tout. Benedict Wells délivre une histoire initiatique et rebelle. Cheveux devant les yeux, brouillard dense, Francis va avec Grover et Anne-Mary, oisillon échappé de l'hôpital psychiatrique où se trouve la mère de Francis, partir vers l'horizon des plausibles retrouvailles avec son inconnu de père. le récit est émouvant, volontaire, sillons d'une jeunesse éprouvée. Francis se sent hasardeux, triste et nostalgique de ce qui lui manque cruellement : la stabilité d'un foyer aimant. Deviendra-t-il cet autre ? Comment construire sa vie lorsque l'on sait qu'un donneur anonyme est le géniteur, choisi en rapport d'un QI particulièrement relevé ? D'où provient alors ce manichéen ? Lui, qui n'avance pas, et se sent dévoré par les aspérités de ses faiblesses ? L'empreinte sociologique est ici. La teneur grave du récit enclenche l'éthique des Sages. Ce qui est contraire au noble d'une science nécessaire. Francis est le bouc-émissaire, celui qui est issu d'un programme flouté par les ambitions d'un scientifique décalé et quelque peu fou aussi, somme toute dangereux. « Presque génial » est un signal, une échappée nécessaire au fond de soi-même. Il pointe du doigt là où ça fait mal. Il attise les vents contraires et bouscule l'ordre établi. Francis doit trouver sa voie, renaître à lui- même et aux autres. Racines généalogiques, passage de l'ombre à la lumière, ce récit émancipateur est une ouverture. Francis s'habille du point final. Lever de rideau. Traduit de l'allemand par Dominique Autrand. Publié par les Editions Slatkine & Cie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
AnitaMillot
  24 août 2020
Francis a dix-sept ans mais parait plus âgé, dépassant le mètre quatre-vingt dix. Depuis deux ans, il vit dans un mobile home vétuste dans la ville de Clayton (New Jersey) avec Katherine, sa mère maniaco-dépressive dont l'état ne cesse de s'aggraver, et qui vient (une fois de plus) d'être internée en hôpital psychiatrique … Dès le premier regard, Francis va éprouver un coup de foudre pour Anne-May Gardener, la jeune voisine de chambre (suicidaire) de sa mère.
Lorsque Katherine tentera à son tour de mettre fin à ses jours en laissant une lettre à son fils, lui révélant le secret improbable de sa naissance, Francis entrainera Grover Chedwick (son meilleur ami) et Anne-May vers la Californie dans un road trip épique, afin de retrouver son géniteur anonyme. Un voyage initiatique particulièrement touchant et lucide, un récit pertinent abordant des faits sociétaux majeurs …
« Presque génial » est mon quatrième roman de l'auteur, Benedict Wells, qui ne m'a jusqu'à présent jamais déçue ! Ce jeune prodige – qui ne semble plus se faire d'illusions quant à la nature humaine – est doté d'une finesse d'analyse et d'une maturité hors du commun pour un trentenaire. Un récit intimiste sur la quête des origines et les mystères de la génétique. Encore un gros coup de coeur en ce qui me concerne !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
musemaniamusemania   04 octobre 2020
Objectivement, la mort est la meilleure chose qui puisse arriver aux humains. Elle les oblige à affronter la vie, à jouir de chaque seconde et à se réaliser. Elle est la seule fin concevable, un mal nécessaire et une motivation puissante. (…) Subjectivement, bien sûr, la mort c’est nul.
Commenter  J’apprécie          170
OgrimoireOgrimoire   05 novembre 2020
Nous les mères ne savions pas en principe de qui venait le sperme. Tous les donneurs, nous disait-on, étaient beaux, en bonne santé et athlétiques. Ils avaient des pseudonymes tels que Donor Brian ou Donor Michael, et nous disposions de vagues informations sur leur profession, leur QI et leurs centres d’intérêt. On n’en savait pas davantage. […] Mais Monroe avait un assistant, un type falot appelé Andy, qui était amoureux de moi. Il a dérobé le dossier de ton père dans le bureau de Monroe. Ton père était diplômé de Harvard, il jouait du violon et avait un QI de 170.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
hangoutwithmauhangoutwithmau   21 octobre 2020
Francis savait qu’il n’était plus pour longtemps dans ce lycée et qu’ensuite sa vie le conduirait dans un cul-de-sac. Mais pour l’instant il ne voulait pas y penser. La seule chose qui l’intéressait, c’était cette fille suicidaire dans la clinique où était sa mère.
Commenter  J’apprécie          00
hangoutwithmauhangoutwithmau   22 octobre 2020
Alors, bon, tu peux ne pas m’aimer, je m’en fous, moi je t’aime tellement que ça suffit pour deux ! Et tu n’as plus besoin de faire semblant, de feindre des sentiments. Maintenant je sais qui tu es, je connais tes secrets et tu connais les miens.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Benedict Wells (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Benedict Wells
Auteur prodige de 34 ans, Benedict Wells est d'ores et déjà une star de la littérature en Allemagne. Il nous présente ici son premier roman traduit en français et disponible au Livre de Poche, "La Fin de la solitude", une saga familiale au croisement entre "Harry Potter" sans la magie et "Six feet under".
En savoir plus sur La Fin de la solitude : https://www.hachette.fr/livre/la-fin-de-la-solitude-9782253074243
À lire aussi, son tout premier roman tout juste paru chez Slatkine &Co, "Le dernier été" : http://www.slatkineetcompagnie.com/catalogue/le-dernier-ete/
autres livres classés : littérature allemandeVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz: l'Allemagne et la Littérature

Les deux frères Jacob et Whilhelm sont les auteurs de contes célèbres, quel est leur nom ?

Hoffmann
Gordon
Grimm
Marx

10 questions
312 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature allemande , guerre mondiale , allemagneCréer un quiz sur ce livre

.. ..