AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782253079637
360 pages
Le Livre de Poche (02/03/2022)
3.93/5   45 notes
Résumé :
Un road trip pas comme les autres !

Francis, dix-sept ans, vit avec sa mère dans un trailer park, à Claymont, New Jersey. Lorsqu’il apprend qu’il est le fils d’un donneur anonyme sélectionné pour son QI, Francis se met en tête de retrouver son géniteur. Il entraîne dans son road trip son meilleur ami, le geek Grover, et la mystérieuse Anne-May, dont il vient de tomber amoureux.

Un roman qui vous fera voyager sur les routes des Etat-Unis... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (29) Voir plus Ajouter une critique
3,93

sur 45 notes
5
8 avis
4
18 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis

Jeanfrancoislemoine
  18 avril 2022
J'ai beaucoup apprécié ce roman , d'abord parcequ'il me rappelle une certaine similitude avec le personnage principal , Francis . Comme lui , je ne connais pas mon père biologique et , comme lui , j'aurais eu " besoin " de savoir . Pour lui , une lettre de sa mère va le lancer sur une piste , pour moi , il faudra me contenter d'un " c'était quelqu'un de bien " . Bon , ça rassure , enfin je me comprends , une fin de non recevoir qui n'aide pas vraiment à se " construire " ,même si j'avoue que le fait d'avoir croisé les bonnes personnes, au bon moment m'a dispensé de " pleurnicher " sur mon sort et de foncer vers une vie qui pourrait satisfaire bien du monde . Francis va bien entendu partir à la recherche du père, bien encadré, si je puis m'exprimer ainsi , de deux êtres à part et eux mêmes en quête d'identité, Grover , le geek et Anne - May, une jeune femme hospitalisée, comme la mère de notre héros, dans un hôpital psychiatrique , et dont il est tombé subitement amoureux . Deux autres losers .... Voyage d'Est en Ouest , d'État en État vers ....vers quoi ? La Terre Promise ? Hum , trop simple ...Le road trip aboutira ...car on aboutit toujours quelque part mais le dénouement sera- t- il à la hauteur des aspirations des uns et des autres ? Pas facile d'être un loser et de vouloir s'extirper du " trou du cul du monde " qu' est la petite ville de Claymont , dans le New Jersey ....Un peu comme la Creuse , dans notre belle France ...
Un road trip raconté avec beaucoup de finesse où les caractères des trois personnages disparates vont nous émouvoir, nous étonner, nous surprendre ou nous désespérer...sans jamais nous lasser .J'ai adoré, avec leurs atouts et leurs faiblesses , parcourir un long chemin parsemé d'événements surprenants , voire improbables. C'est bien écrit, bien décrit, humain et , en même temps , réaliste. Une quête qui forcément , débouchera sur une issue que l'on peut espérer, supposer , envisager mais jamais déterminer avec certitude .Noir ou gris ? Noir ou rouge ? La vie est un dé qu'on jette avec l'espoir que la roue tourne du bon côté, ce qui , hélas, ne va pas forcément de soi ......
En m'identifiant à Francis , je me suis vraiment senti impliqué,et pas complètement "neutre" ce qui ne sera pas forcément le cas de tout un chacun .Il n'empêche qu'au delà de mon cas personnel , ces trois personnages pourraient bien émouvoir nombre de lecteurs et lectrices sensibles aux relations humaines , aux histoires individuelles des origines personnelles, au manque de repères et de quête d'une histoire qui , puisque cachée, n'en devient que plus douloureuse .
J'ai découvert là un livre qui m'a ému et a créé en moi des émotions certaines .Il y a dans tout ce que nous lisons, " un petit quelque chose " de nous ...ou des autres . Je ne veux pas vous entraîner, juste vous suggérer. Moi , pour la dernière page , j'ai choisi entre le rouge et le noir et je prendrai.......Mince ! On passe sous un tunnel , je n'ai plus de liaison . Je vous quitte pour ce soir..À bientôt. Souvenez vous , hein , rouge ? Noir ? ......... Vous me direz .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          796
Kittiwake
  08 décembre 2020
Claymont. Une petite ville du new-jersey. C'est là que Francis vit, dans un mobil-home où l'on parque les indigents, et lorsque l'on fait sa connaissance, il se trouve au chevet de sa mère, hospitalisée dans une clinique psychiatrique après une décompensation du mal qui la ronge.

Scolarité moyenne, petits boulots pour tenter d'apporter une contribution financière à la famille, le père s'étant éclipsé avec le demi-frère de Francis et participant de plus en plus discrètement au soutien financer de Francis et de sa mère. Pas la joie donc. Même si les visites quotidiennes à la clinique l'amènent à rencontrer Anne-May, une jeune et jolie patiente.
On l'aura compris, les paillettes n'illuminent pas sa vie (encore que, à la réflexion, la recherche de ses origines va finir par les mettre en scène, les paillettes!). Alors avec son pote Grover, un nerd accro aux jeux vidéo, et sa dulcinée, la décision est prise, et le trio fuit vers l'ouest, avec la certitude d'un avenir radieux, mené par un Francis débarrassé d'un doute sur ses origines et les poches pleines de dollars.
L'histoire est intéressante, comme peut l'être un bon film d'aventures, un road movie avec rebondissements et révélations, et situations insolites. La vraisemblance n'est pas le problème, il faut accepter de faire le parcours avec l'équipage improbable.
En filigrane, une réflexion sur les laissés pour compte d'une Amérique qui a perdu son modèle, et abandonné son rêve, ainsi que sur la quête des origines et le fantasme d'un eugénisme de laboratoire.

L'écriture a l'efficacité d'un scénario, rien de remarquable dans le style, mais du prêt à porter à l'écran. Avec une bonne distribution, ça peut marcher.

Lien : https://kittylamouette.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          720
musemania
  04 octobre 2020
Si comme moi, les voyages et les escapades vous manquent à cause de ce satané virus qui a englouti toute la terre, la lecture reste un bon remède pour nos besoins d'évasion. Je vous ai donc tout trouvé un livre qui comblera vos manques : « Presque génial » de Benedict Wells. C'est parti pour un road-trip déjanté à travers les Etats-Unis.
Francis est un adolescent, on ne peut plus banal. Il vit dans un camp de mobile-homes en compagnie de sa mère, dépressive chronique dans le New Jersey. Alors que sa mère est une énième fois hospitalisée dans un hôpital psychiatrique, il y fait la rencontre de Anne-May dont il tombe amoureux. Via une lettre d'adieu, sa mère lui révèle qu'il a été conçu grâce à une banque du sperme tout à fait spéciale : cette dernière devait engendrer des petits génies. Francis décide alors de mettre tout en oeuvre pour découvrir l'identité de son géniteur et embarque pour cette aventure son meilleur ami, le geek Grover et Anne-May.
La vie de Francis est bien loin du strass et des paillettes des grandes métropoles américaines, telles qu'on nous les montre dans les films et les séries. Bien ancrée dans une société très loin du rêve américain, Benedict Wells nous transpose dans cette Amérique profonde et nous offre un road-trip d'est en ouest au fil des pages.
C'était la première fois que je découvrais la plume de cet auteur dont ses livres connaissent un très beau succès en France et en Belgique. Malgré qu'il soit allemand, il dépeint une Amérique authentique avec des personnages qui, même s'ils sont haut en couleurs, n'en sont que fort attachants.
Même si aux premiers abords, cela pourrait passer pour un roman somme tout banal, l'auteur nécessite pas à faire réfléchir ses lecteurs, notamment en matière d'expériences scientifiques, des addictions, les classes sociales,.… Loin du roman « feel-good », on se rapproche bien plus du roman de la quête d'identité.
Malgré que le livre compte un peu plus de 400 pages, on ne voit pas les pages défiler. C'est fluide et très prenant. Au terme de cette très bonne lecture, la fin est assez « ouverte ». Pourtant, malgré mon aversion habituelle pour ce type de final, il ne m'a pas dérangé dans cette lecture.
Je remercie les éditions Slatkine & Cie pour leur confiance.
Lien : https://www.musemaniasbooks...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          372
sylvaine
  01 novembre 2020
Francis Dean , 17 ans. Claymont dans le New Jersey, un mobile home dans un trailer park.... C'est là que vit Francis. Sa mère est malade, bi-polaire, et les séjours en clinique psychiatrique sont nombreux autant que ses tentatives de suicide. Francis est mal , très mal. Il a décroché des études, il aurait pu être excellent en sport mais il a renoncé à la lutte.
Alors lorsqu'il apprend qu'il est né sous X d'un donneur anonyme sélectionné pour son QI , sa vie bascule , l'espoir renait il lui faut enfin connaitre son géniteur, en route pour Los Angeles... La route est longue mais Grover, son ami geek, est au volant et à l'arrière Anne-May, rencontrée à la clinique où sa mère est hospitalisée.. Trois individus, trois jeunes adultes, trois mondes différents, trois routes qui vont se croiser, s'entre-mêler pour ensuite ...
Un très beau roman sur la quête de soi, sur la quête de son identité ,sur le choix d'un futur voulu ou non , accepté ou rejeté. 5000 kilomètres et tout va changer pour chacun d'eux.
Benedict Wells signe ici un roman magistral. Je me suis beaucoup attachée à Francis, un personnage à la fois fragile et fort, timide et casse-cou , prêt à toutes les folies par amour.
Merci infiniment aux éditions Slatkine pour ce voyage inoubliable à travers les U.S.A .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          293
scob
  16 juin 2022
Wikipedia : "Road trip est une expression en anglais américain désignant un voyage d'agrément effectué sur les routes, quel que soit le nombre d'arrêts. Généralement, un road trip se fait sur de longues distances, le plus souvent en auto ou à moto et parfois à pied. En français on parle de « virée » ou « équipée » routière."
Bon, on va pas tourner autour du pot et aller directement à l'essentiel.
Et de un, on va quand même utiliser "road trip" plutôt que "équipée routière", si cela ne dérange personne.
Et de deux, pour ceux qui n'aiment pas les road trips, ce livre ne sera pas complètement indispensable.
Parce que des kilomètres (heu ... des miles plutôt : 1 miles =1,609 km pour la culture générale), il vont s'en manger quelques uns les trois copains de cette affaire, apparemment inspirée d'une histoire vraie.
Le personnage principal se prénomme Francis et il a 17 ans. À première vue, sa vie n'est pas franchement dingue. Il n'a jamais connu son père. Sa mère, Katherine, la quarantaine, s'est remariée mais a divorcé après avoir eu un autre fils, demi-frère de Francis. Pour couronner le tout, comme elle est gravement dépressive, elle collectionne les séjours en hôpital psychiatrique, ce qui fait qu'elle n'a pas obtenu la garde de son fils. Elle ne vit donc qu'avec Francis qui s'occupe d'elle comme il peut du haut de son jeune âge.
Jusqu'au jour où, lors d'une rechute plus vilaine que les autres, sa mère décide d'en finir avec la vie et projette une tentative de suicide. Comme souvent dans ces situations un peu extrêmes, elle écrit donc une lettre d'adieu et d'explications destinée à Francis. Elle lui révèle notamment qu'elle est déçue de lui car elle trouve que c'est une faignasse, que son envie de s'engager dans l'armée qu'il envisage n'est pas assez bien pour lui, qu'il est pourrait mieux faire et qu'elle avait d'autres ambitions pour lui... Mais aussi que malgré tout, elle l'aime quand même.
Oui, en effet, les dépressifs n'ont pas toujours le sens de la nuance.
Mais ce n'est pas tout. Elle va aussi lui révéler ... le secret de sa naissance !!
Comme c'est écrit dans le pitch de la 4ème de couverture, je ne spoilerai pas en disant que Francis est un bébé éprouvette issu d'un programme expérimental lancé il y a une vingtaine d'années. Il s'agissait de collecter le sperme d'hommes de type plutôt à très hauts QI et gâtés par la nature, afin d'inséminer artificiellement certaines femmes volontaires (contre une certaine somme d'argent évidemment) et voir si les enfants qui en sortaient étaient plus intelligents que la moyenne.
En d'autres mots, Francis est né dans une usine à génies.
On peut facilement comprendre que cette révélation va transformer le cerveau de Francis en bouillabaisse. Il n'aura désormais qu'un seul objectif : retrouver son père biologique.
On va pas se mentir, ça va pas être facile facile, surtout que le laboratoire a été fermé suite à la mort du Directeur des recherches mais aussi de quelques polémiques sur le principe des bébés sur catalogue, qui ne faisaient pas trop fureur outre Atlantique à l'époque et aussi d'une sombre histoire de collaboration avec des nazis que le laboratoire a toujours nié. Mais le sujet n'est pas là.
Francis demande à son meilleur pote, Grover, de l'accompagner dans son périple. Déjà parce que c'est son meilleur pote, mais aussi parce qu'il a une voiture et que c'est mieux pour traverser l'Amérique. Sauf que Grover appartient à cette catégorie d'intellos qui se fait harceler par tout le monde et qui est tellement blasé qu'il ne se rebelle même plus. C'est la tête de turc du lycée. Pas trop chaud au départ, il cède finalement devant l'insistance de Francis et se lance aussi dans l'aventure.
Mais un road trip à deux mecs, ça manquerait de romanesque quand même. Les deux copains ne seront donc pas seuls à partir à l'aventure.
Dans l'hôpital psychiatrique de sa mère, Francis a rencontré une patiente un poil plus âgée que lui mais pas très bien dans sa tête. Anne-May. Évidemment Francis va en tomber amoureux immédiatement. Un coup de foudre ! Bim ! Coup de foudre accentué par le fait que Anne-May veut quitter cet hôpital.m de fou. Elle passe un marché avec Francis : s'il lui promet de l'aider à s'enfuir et de l'emmener avec eux, elle couche avec lui, là, sur le piano à queue... Mais le deal, c'est que ça ne sera qu'une seule fois. Faut pas pousser mémé dans les pyracantha non plus. Francis, puceau et amoureux, n'a pas réfléchi très longtemps pour accepter.
Et les voilà partis tous les trois, dans la Chevy d'occase de Grover, à la recherche du propriétaire du spermatozoïde qui a fécondé la mère de Francis.
Ils vont donc parcourir les États-Unis et vivre ensemble quelques aventures plus ou moins sympathiques en cours de route.
Vont-ils réussir leur quête ?
Francis va-t-il réussir à retenir sa qué-quête ? (oui, je sais ... je sors)
Je n'irai pas jusqu'à dire que c'est le livre du siècle, loin de là. Mais, ça passe crème et c'est bien écrit (bien traduit du moins).
Un roman pas trop long, parfait pour les séances bronzette sur les plages du Cap d'Agde ou sur les transats à l'ombre des pins du camping paradis. Ou n'importe où, ça marche aussi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
musemaniamusemania   04 octobre 2020
Objectivement, la mort est la meilleure chose qui puisse arriver aux humains. Elle les oblige à affronter la vie, à jouir de chaque seconde et à se réaliser. Elle est la seule fin concevable, un mal nécessaire et une motivation puissante. (…) Subjectivement, bien sûr, la mort c’est nul.
Commenter  J’apprécie          180
YendareYendare   24 juin 2021
Quand on regarde l’histoire d’une vie, un écart minuscule suffit parfois à casser l’équilibre, à tout faire basculer d’un côté ou de l’autre. Et pour finir, c’est le hasard qui décide, beaucoup plus souvent qu’on ne le pense.
Commenter  J’apprécie          130
celliermarielaurecelliermarielaure   27 mars 2022
L'essentiel c'est que tu prennes tes foutus espoirs et tes rêves sous ton bras et que tu t'y cramponnes. Tu peux crier, tu peux désespérer, tu peux te lamenter. Mais même si tu ne crois plus en toi, ne les lâche surtout pas. Car si tu le fais c'est foutu, mon petit gars. Ta vie est terminee a l'instant même. Tu déambuleras encore des annees à travers le monde, mais tu seras mort à l'intérieur depuis longtemps... comme la plupart des gens ici.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
OgrimoireOgrimoire   05 novembre 2020
Nous les mères ne savions pas en principe de qui venait le sperme. Tous les donneurs, nous disait-on, étaient beaux, en bonne santé et athlétiques. Ils avaient des pseudonymes tels que Donor Brian ou Donor Michael, et nous disposions de vagues informations sur leur profession, leur QI et leurs centres d’intérêt. On n’en savait pas davantage. […] Mais Monroe avait un assistant, un type falot appelé Andy, qui était amoureux de moi. Il a dérobé le dossier de ton père dans le bureau de Monroe. Ton père était diplômé de Harvard, il jouait du violon et avait un QI de 170.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
SofiertSofiert   10 mai 2021
Il laissait une minuscule bille blanche decider seule de son sort. D'un autre côté, il savait qu'il avait frappé à la bonne porte car la vie n'était rien d'autre en somme qu'une roulette géante. Soit on était chanceux, on vivait dans un pays riche, on avait la santé et l'intelligence, soit on avait la poisse,, on était catalogue comme "idiot", on chopait le cancer ou bien on naissait dans un bidonville en Afrique et on mourait avant même d'être capable d'epeler le mot "mourir".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Benedict Wells (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Benedict Wells
Auteur prodige de 34 ans, Benedict Wells est d'ores et déjà une star de la littérature en Allemagne. Il nous présente ici son premier roman traduit en français et disponible au Livre de Poche, "La Fin de la solitude", une saga familiale au croisement entre "Harry Potter" sans la magie et "Six feet under".
En savoir plus sur La Fin de la solitude : https://www.hachette.fr/livre/la-fin-de-la-solitude-9782253074243
À lire aussi, son tout premier roman tout juste paru chez Slatkine &Co, "Le dernier été" : http://www.slatkineetcompagnie.com/catalogue/le-dernier-ete/
autres livres classés : quête du pèreVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quiz: l'Allemagne et la Littérature

Les deux frères Jacob et Whilhelm sont les auteurs de contes célèbres, quel est leur nom ?

Hoffmann
Gordon
Grimm
Marx

10 questions
358 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature allemande , guerre mondiale , allemagneCréer un quiz sur ce livre