AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
3,91

sur 52 notes
5
8 avis
4
18 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis
Jeanfrancoislemoine
  18 avril 2022
J'ai beaucoup apprécié ce roman , d'abord parcequ'il me rappelle une certaine similitude avec le personnage principal , Francis . Comme lui , je ne connais pas mon père biologique et , comme lui , j'aurais eu " besoin " de savoir . Pour lui , une lettre de sa mère va le lancer sur une piste , pour moi , il faudra me contenter d'un " c'était quelqu'un de bien " . Bon , ça rassure , enfin je me comprends , une fin de non recevoir qui n'aide pas vraiment à se " construire " ,même si j'avoue que le fait d'avoir croisé les bonnes personnes, au bon moment m'a dispensé de " pleurnicher " sur mon sort et de foncer vers une vie qui pourrait satisfaire bien du monde . Francis va bien entendu partir à la recherche du père, bien encadré, si je puis m'exprimer ainsi , de deux êtres à part et eux mêmes en quête d'identité, Grover , le geek et Anne - May, une jeune femme hospitalisée, comme la mère de notre héros, dans un hôpital psychiatrique , et dont il est tombé subitement amoureux . Deux autres losers .... Voyage d'Est en Ouest , d'État en État vers ....vers quoi ? La Terre Promise ? Hum , trop simple ...Le road trip aboutira ...car on aboutit toujours quelque part mais le dénouement sera- t- il à la hauteur des aspirations des uns et des autres ? Pas facile d'être un loser et de vouloir s'extirper du " trou du cul du monde " qu' est la petite ville de Claymont , dans le New Jersey ....Un peu comme la Creuse , dans notre belle France ...
Un road trip raconté avec beaucoup de finesse où les caractères des trois personnages disparates vont nous émouvoir, nous étonner, nous surprendre ou nous désespérer...sans jamais nous lasser .J'ai adoré, avec leurs atouts et leurs faiblesses , parcourir un long chemin parsemé d'événements surprenants , voire improbables. C'est bien écrit, bien décrit, humain et , en même temps , réaliste. Une quête qui forcément , débouchera sur une issue que l'on peut espérer, supposer , envisager mais jamais déterminer avec certitude .Noir ou gris ? Noir ou rouge ? La vie est un dé qu'on jette avec l'espoir que la roue tourne du bon côté, ce qui , hélas, ne va pas forcément de soi ......
En m'identifiant à Francis , je me suis vraiment senti impliqué,et pas complètement "neutre" ce qui ne sera pas forcément le cas de tout un chacun .Il n'empêche qu'au delà de mon cas personnel , ces trois personnages pourraient bien émouvoir nombre de lecteurs et lectrices sensibles aux relations humaines , aux histoires individuelles des origines personnelles, au manque de repères et de quête d'une histoire qui , puisque cachée, n'en devient que plus douloureuse .
J'ai découvert là un livre qui m'a ému et a créé en moi des émotions certaines .Il y a dans tout ce que nous lisons, " un petit quelque chose " de nous ...ou des autres . Je ne veux pas vous entraîner, juste vous suggérer. Moi , pour la dernière page , j'ai choisi entre le rouge et le noir et je prendrai.......Mince ! On passe sous un tunnel , je n'ai plus de liaison . Je vous quitte pour ce soir..À bientôt. Souvenez vous , hein , rouge ? Noir ? ......... Vous me direz .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          796
Kittiwake
  08 décembre 2020
Claymont. Une petite ville du new-jersey. C'est là que Francis vit, dans un mobil-home où l'on parque les indigents, et lorsque l'on fait sa connaissance, il se trouve au chevet de sa mère, hospitalisée dans une clinique psychiatrique après une décompensation du mal qui la ronge.


Scolarité moyenne, petits boulots pour tenter d'apporter une contribution financière à la famille, le père s'étant éclipsé avec le demi-frère de Francis et participant de plus en plus discrètement au soutien financer de Francis et de sa mère. Pas la joie donc. Même si les visites quotidiennes à la clinique l'amènent à rencontrer Anne-May, une jeune et jolie patiente.

On l'aura compris, les paillettes n'illuminent pas sa vie (encore que, à la réflexion, la recherche de ses origines va finir par les mettre en scène, les paillettes!). Alors avec son pote Grover, un nerd accro aux jeux vidéo, et sa dulcinée, la décision est prise, et le trio fuit vers l'ouest, avec la certitude d'un avenir radieux, mené par un Francis débarrassé d'un doute sur ses origines et les poches pleines de dollars.

L'histoire est intéressante, comme peut l'être un bon film d'aventures, un road movie avec rebondissements et révélations, et situations insolites. La vraisemblance n'est pas le problème, il faut accepter de faire le parcours avec l'équipage improbable.

En filigrane, une réflexion sur les laissés pour compte d'une Amérique qui a perdu son modèle, et abandonné son rêve, ainsi que sur la quête des origines et le fantasme d'un eugénisme de laboratoire.


L'écriture a l'efficacité d'un scénario, rien de remarquable dans le style, mais du prêt à porter à l'écran. Avec une bonne distribution, ça peut marcher.

Lien : https://kittylamouette.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          720
musemania
  04 octobre 2020
Si comme moi, les voyages et les escapades vous manquent à cause de ce satané virus qui a englouti toute la terre, la lecture reste un bon remède pour nos besoins d'évasion. Je vous ai donc tout trouvé un livre qui comblera vos manques : « Presque génial » de Benedict Wells. C'est parti pour un road-trip déjanté à travers les Etats-Unis.

Francis est un adolescent, on ne peut plus banal. Il vit dans un camp de mobile-homes en compagnie de sa mère, dépressive chronique dans le New Jersey. Alors que sa mère est une énième fois hospitalisée dans un hôpital psychiatrique, il y fait la rencontre de Anne-May dont il tombe amoureux. Via une lettre d'adieu, sa mère lui révèle qu'il a été conçu grâce à une banque du sperme tout à fait spéciale : cette dernière devait engendrer des petits génies. Francis décide alors de mettre tout en oeuvre pour découvrir l'identité de son géniteur et embarque pour cette aventure son meilleur ami, le geek Grover et Anne-May.

La vie de Francis est bien loin du strass et des paillettes des grandes métropoles américaines, telles qu'on nous les montre dans les films et les séries. Bien ancrée dans une société très loin du rêve américain, Benedict Wells nous transpose dans cette Amérique profonde et nous offre un road-trip d'est en ouest au fil des pages.

C'était la première fois que je découvrais la plume de cet auteur dont ses livres connaissent un très beau succès en France et en Belgique. Malgré qu'il soit allemand, il dépeint une Amérique authentique avec des personnages qui, même s'ils sont haut en couleurs, n'en sont que fort attachants.

Même si aux premiers abords, cela pourrait passer pour un roman somme tout banal, l'auteur nécessite pas à faire réfléchir ses lecteurs, notamment en matière d'expériences scientifiques, des addictions, les classes sociales,.… Loin du roman « feel-good », on se rapproche bien plus du roman de la quête d'identité.

Malgré que le livre compte un peu plus de 400 pages, on ne voit pas les pages défiler. C'est fluide et très prenant. Au terme de cette très bonne lecture, la fin est assez « ouverte ». Pourtant, malgré mon aversion habituelle pour ce type de final, il ne m'a pas dérangé dans cette lecture.

Je remercie les éditions Slatkine & Cie pour leur confiance.
Lien : https://www.musemaniasbooks...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          372
sylvaine
  01 novembre 2020
Francis Dean , 17 ans. Claymont dans le New Jersey, un mobile home dans un trailer park.... C'est là que vit Francis. Sa mère est malade, bi-polaire, et les séjours en clinique psychiatrique sont nombreux autant que ses tentatives de suicide. Francis est mal , très mal. Il a décroché des études, il aurait pu être excellent en sport mais il a renoncé à la lutte.
Alors lorsqu'il apprend qu'il est né sous X d'un donneur anonyme sélectionné pour son QI , sa vie bascule , l'espoir renait il lui faut enfin connaitre son géniteur, en route pour Los Angeles... La route est longue mais Grover, son ami geek, est au volant et à l'arrière Anne-May, rencontrée à la clinique où sa mère est hospitalisée.. Trois individus, trois jeunes adultes, trois mondes différents, trois routes qui vont se croiser, s'entre-mêler pour ensuite ...
Un très beau roman sur la quête de soi, sur la quête de son identité ,sur le choix d'un futur voulu ou non , accepté ou rejeté. 5000 kilomètres et tout va changer pour chacun d'eux.
Benedict Wells signe ici un roman magistral. Je me suis beaucoup attachée à Francis, un personnage à la fois fragile et fort, timide et casse-cou , prêt à toutes les folies par amour.
Merci infiniment aux éditions Slatkine pour ce voyage inoubliable à travers les U.S.A .

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          293


AnitaMillot
  24 août 2020
Francis a dix-sept ans mais parait plus âgé, dépassant le mètre quatre-vingt dix. Depuis deux ans, il vit dans un mobile home vétuste dans la ville de Clayton (New Jersey) avec Katherine, sa mère maniaco-dépressive dont l'état ne cesse de s'aggraver, et qui vient (une fois de plus) d'être internée en hôpital psychiatrique … Dès le premier regard, Francis va éprouver un coup de foudre pour Anne-May Gardener, la jeune voisine de chambre (suicidaire) de sa mère.

Lorsque Katherine tentera à son tour de mettre fin à ses jours en laissant une lettre à son fils, lui révélant le secret improbable de sa naissance, Francis entrainera Grover Chedwick (son meilleur ami) et Anne-May vers la Californie dans un road trip épique, afin de retrouver son géniteur anonyme. Un voyage initiatique particulièrement touchant et lucide, un récit pertinent abordant des faits sociétaux majeurs …

« Presque génial » est mon quatrième roman de l'auteur, Benedict Wells, qui ne m'a jusqu'à présent jamais déçue ! Ce jeune prodige – qui ne semble plus se faire d'illusions quant à la nature humaine – est doté d'une finesse d'analyse et d'une maturité hors du commun pour un trentenaire. Un récit intimiste sur la quête des origines et les mystères de la génétique. Encore un gros coup de coeur en ce qui me concerne !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Norlane
  22 juin 2022
Mais où est passée la belle écriture sensible qui m'avait tant émue de vérité dans La fin de la solitude ? L'effet du changement de traducteur ? Une phrase qui s'emmêle les pinceaux dans les âges me ferait pencher pour cette réponse mais l'histoire m'a aussi déçue... le voyage à travers l'Amérique de trois jeunes perdus et attachants m'annonçait plus de puissance et n'importe quelle autre conclusion m'aurait mieux convenu que celle choisie par l'auteur. Snif, je voulais aimer ce roman et c'est raté.
Commenter  J’apprécie          71
EvlyneLeraut
  27 août 2020
Interlude, myriade d'oiseaux en plein vol, « Presque génial » est un récit poignant, lucide. Les fiançailles renouvelées d'une quête existentialiste. Francis est un jeune adulte entre deux rives. Les yeux plongés dans son enfance chaotique, en manque de repaires paternels, cherchant d'un regard affirmé le tracé originel de sa vie. Cet adolescent grandissant, arrimé au bancal d'une vie sociale appauvrie. Un mobil-home comme antre. Exclu dès le lever du jour, seul avec sa mère qui se doit d'aller à l'hôpital contrer ses turbulences, ses abîmes, son mal-être. Nous sommes à New-Jersey à Claymont encerclés dans un trailer park où Francis a un ami Grover, son alter-ego son ami de toutes les galères et solidarités. Les questionnements de Francis sont des écueils, des souffrances, des incertitudes tenaces. La trame soulève les inquiétudes, les risques, se ploie sous l'improbabilité du devenir de Francis. Ce dernier pressent ce qui fait de lui ce roseau frêle, cassant, courbé sous les affres, et le vent d'une précarité sans fin. Il veut savoir qui est son père, cet anonyme, dont Francis ignore tout. Benedict Wells délivre une histoire initiatique et rebelle. Cheveux devant les yeux, brouillard dense, Francis va avec Grover et Anne-Mary, oisillon échappé de l'hôpital psychiatrique où se trouve la mère de Francis, partir vers l'horizon des plausibles retrouvailles avec son inconnu de père. le récit est émouvant, volontaire, sillons d'une jeunesse éprouvée. Francis se sent hasardeux, triste et nostalgique de ce qui lui manque cruellement : la stabilité d'un foyer aimant. Deviendra-t-il cet autre ? Comment construire sa vie lorsque l'on sait qu'un donneur anonyme est le géniteur, choisi en rapport d'un QI particulièrement relevé ? D'où provient alors ce manichéen ? Lui, qui n'avance pas, et se sent dévoré par les aspérités de ses faiblesses ? L'empreinte sociologique est ici. La teneur grave du récit enclenche l'éthique des Sages. Ce qui est contraire au noble d'une science nécessaire. Francis est le bouc-émissaire, celui qui est issu d'un programme flouté par les ambitions d'un scientifique décalé et quelque peu fou aussi, somme toute dangereux. « Presque génial » est un signal, une échappée nécessaire au fond de soi-même. Il pointe du doigt là où ça fait mal. Il attise les vents contraires et bouscule l'ordre établi. Francis doit trouver sa voie, renaître à lui- même et aux autres. Racines généalogiques, passage de l'ombre à la lumière, ce récit émancipateur est une ouverture. Francis s'habille du point final. Lever de rideau. Traduit de l'allemand par Dominique Autrand. Publié par les Editions Slatkine & Cie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Squirelito
  31 août 2020
Francis, pas encore vingt ans, est las de la vie : son lycée, son mobil-home dans un quartier réservé aux exclus, sa mère Katherine qu'il vient de faire interner pour la énième fois. Il ne voit guère son demi-frère Nicky qui est parti vivre avec son père Ryan. Il aimait bien son beau-père mais le temps a joué en sa défaveur. Il a peu d'amis excepté le singulier Grover, le petit geek absolu. Il se considère un loser dans toute sa personnification.

Pourtant il aurait pu être brillant, performant, être un génie ! Lors d'une nouvelle tentative de suicide, sa mère lui laisse une lettre, un longue lettre pour qu'il apprenne enfin la vérité : elle a été fécondée artificiellement dans une clinique de Los Angeles par un père choisi pour ses facultés intellectuelles et son QI hors norme ; à l'époque un programme avait été mis en place par une poignée de scientifiques pour faire naître des êtres d'exception. Eugénisme total. Et des enfants en manque de père…

Dès lors, le jeune Francis n'a plus qu'une idée en tête : partir à la recherche de son père pour enfin le rencontrer. Et en même temps, sur le chemin pour rejoindre la Californie, passer par le Nevada pour aller à Las Vegas. Là-bas, il peut devenir riche, très riche, il a une intuition… Après une discussion avec son beau-père, il finit par avoir un peu d'argent en poche et part avec son ami Grove et Anne-May, une jeune femme mystérieuse, elle aussi internée, dont il est tombé fou amoureux après une relation charnelle sur un piano oublié dans un coin de l'hôpital.

Arrivera-t-il à retrouver son père biologique ? Comment le trio va se comporter lors de ce périple ? Vous le saurez en lisant ce dernier roman de Benedict Wells qui est presque génial

A la fiction et au plaisir de lire du vrai roman avec des personnages excessivement cinématographiques, s'ajoute la faculté avec laquelle l'écrivain germanique écrit comme s'il venait vous raconter une histoire dans votre salon. Et forcément on écoute son écriture.

Benedict Wells sait décortiquer les sentiments de ces jeunes adultes pris dans les carcans d'une société qui est loin d'être un éden mais, aussi, comme Francis, qui attendent peut-être trop des autres, sachant pourtant que les cadeaux sont rares, que les trahisons, moqueries et superficialité sont légion. Mais c'est surtout la quête d'un fils sans père qui prend une dimension particulière, cette absence à combler par tous les moyens et pouvoir un jour regarder son géniteur et l'appeler « papa ». Quant à la science, elle peut conduire à des blessures inguérissables lorsque des docteurs Jekyll manipulent leurs éprouvettes pour ne faire sortir que des protocoles et inventions détruisant le naturel de la vie.

A toute oeuvre « wellsilienne » n'occultons pas sa marque de fabrique estampillée « romantisme ». Encore une fois, les errances du coeur et du corps tournoient, à la recherche d'un amour mettant joie et tristesse, passion et abandon. Et pour nous, lecteurs, une évasion terriblement romanesque dans ce mirage du rêve américain. Avec une plume bienveillante trempée dans une sagesse désordonnée.
Lien : https://squirelito.blogspot...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
TheAutumnCarnival
  31 décembre 2020
En ouvrant Presque génial de Benedict Wells, traduction de Dominique Autrand, je ne sais pas vraiment pourquoi (peut-être le titre, peut-être la couverture...), je m'attendais à une lecture plutôt légère et j'y ai trouvé une histoire bouleversante abordant des thématiques fortes comme la dépression, le deuil,... . Un roman surprenant donc, mais dans le bon sens du terme, mêlant émotion et aventure.
🔸
C'est l'histoire de Francis. Francis qui vit dans un mobile-home installé dans un trailer park du New-Jersey. Francis qui est un peu perdu sur ce qui l'attend après le lycée. Francis qui doit s'occuper de sa mère, grande dépressive, hospitalisée dans un service psychiatrique. Francis qui a un coup de foudre pour une jeune fille hospitalisée dans le même service que sa mère. Francis qui apprend par une lettre laissée par sa mère lors de sa dernière tentative de suicide, qu'il a un père quelque part, un homme très intelligent qui plus est, puisqu'il est le fruit d'une expérience folle, la banque des génies. Son avenir sombre s'éclaire alors et il décide de traverser le pays pour retrouver ce père incroyable qui saura, il en est sûr, donner un sens à sa vie.
Un roman initiatique qui nous fait traverser les États-Unis et même la frontière mexicaine en compagnie de trois jeunes gens cabossés par la vie : Francis qui s'élance à la recherche de son père dans l'espoir que ce dernier donne un nouveau souffle à son existence et, pourquoi pas, que cette rencontre soit le déclic qui lui fallait pour trouver sa part de génie. Grover, le meilleur ami de Francis, excellent élève qui va faire son entrée dans une grande université mais qui est dépourvu de confiance en lui tant il est malmené par ses camarades de lycée et qui accepte de jouer les chauffeurs dans ce périple fou. Et enfin Anne-May, qui voit dans ce road-trip une opportunité pour s'échapper de l'hôpital, pour fuir ses parents qui l'oppressent mais surtout pour fuir sa souffrance. Un roman d'une grande sensibilité. Je ne m'attendais pas à une histoire si forte et si trouble, les espoirs et les désillusions de Francis m'ont touchée. Il veut tellement changer de vie qu'il est prêt à tout risquer quitte à tout perdre, il parie sur le rêve et sur la chance.
Cette lecture a été un très beau voyage. J'ai beaucoup aimé ce roman. Je me suis laissée porter par ce road-trip de trois jeunes gens au sortir de l'adolescence qui, chacun à leur manière, mènent une quête d'identité et de sens dans cette vie où ils se sentent un peu en marge.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
hangoutwithmau
  18 novembre 2020
3 raisons de lire ce roman qui se classe très clairement parmi mes préférés :

1. Il nous permet de voyager (et on sait combien cela nous manque avec la situation sanitaire actuelle) en nous emmenant dans un road-trip à travers les États-Unis, d'est en ouest.

2. Il n'est pas « Presque génial »… Il l'est carrément ! Je me suis retrouvée absorbée par cette histoire et la quête d'identité de Francis, qui souhaite à tout prix rencontrer son géniteur. Ce récit aborde des faits sociaux avec finesse. Des personnages hauts en couleur, qui entretiennent des relations d'amour, d'amitié voire de rivalité, ce qui donne une histoire totalement décalée mais passionnante, drôle et dramatique à la fois !

3. La plume de Benedict Wells, qui, comme à son habitude, nous transmet des émotions, nous soulève le coeur. L'écriture permet au lecteur d'être accroché directement. On a vraiment accès ici à un récit intimiste. Très souvent dans les romans de Benedict Wells, tout ne se termine pas bien, mais c'est là toute la beauté du récit selon moi. J'y ai retrouvé ce côté « pessimiste » présent dans « La fin de la solitude » qui m'avait tant conquis, plein de maîtrise et de maturité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz: l'Allemagne et la Littérature

Les deux frères Jacob et Whilhelm sont les auteurs de contes célèbres, quel est leur nom ?

Hoffmann
Gordon
Grimm
Marx

10 questions
362 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature allemande , guerre mondiale , allemagneCréer un quiz sur ce livre