AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Henry D. Davray (Traducteur)Bronislaw Kozakiewicz (Traducteur)
EAN : 9782070314607
128 pages
Gallimard (06/05/2004)
3.62/5   53 notes
Résumé :
Quelle attitude adopter lorsqu'un homme étrange vous aborde dans un train pour vous raconter le plus terrifiant des rêves ?
Nuit après nuit, il vit la fin du monde et sa propre mort... Faut-il croire cet ami qui vous dévoile le secret qui le hante depuis l'enfance: "la porte dans le mur" ? Franchir cette porte, c'est se retrouver dans un monde merveilleux et mystérieux. Deux nouvelles fantastiques où rêve et réalité sont étroitement mêlés par l'auteur de La ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Aetherys
  20 avril 2022
Il y a deux nouvelles majeures à retenir dans la carrière d'auteur de H.G Wells, que sont Un Rêve d'Armageddon et La Porte dans le Mur, et qui à elles seules justifient de s'intéresser aux travail de cet auteur riche en récits clés dans la littérature fantastique.
Pour Un Rêve d'Armageddon, H.G Wells prophétise une nouvelle fois avec brio l'apogée d'une guerre totale déchirant une civilisation en deux, à la manière de la future Première Guerre Mondiale. Au travers de ce récit, une histoire d'amour que vite le narrateur mais dont l'issue tragique est décuplé par le fait que : tout ce ci n'est qu'un rêve. Entre réalité et visions onirico-cataclysmiques, on découvre un futur du point de vue des souvenirs d'un homme dont nous ignorons les origines, et qui cherche simplement à vivre heureux avec sa femme.
En ce qui concerne La Porte Dans le Mur, nous sommes sûrement face à l'une des plus poétiques, l'une des plus douces-amère nouvelle qu'ait pu écrire H.G Wells, tant elle rêvet de multiples visages.
En effet, sur la vingtaine de pages durant laquelle le protagoniste principal nous narre comment une mystérieuse porte verte est apparu à divers moments de son existence, pléthore d'interprétations naîtront sûrement dans l'esprit du lecteur. Un parallèle éventuellement biblique, tant cette, histoire de jardin d'Eden devenu inaccessible à l'Homme transparaît dans le récit de l'enfance du protagoniste, est à faire dans un premier temps.
Mais ce qui saute réellement aux yeux, c'est bel et bien la métaphore d'une enfance bien morne et sévère, de laquelle, juste une fois, le protagoniste aura pu s'évader par le biais d'une étrange porte verte sur un mur blanc. Malheureusement pour lui, les prochaines fois que lui apparaîtront cette porte, il aura à vaquer à d'autres affaires digne d'un représentant de l'Homme moderne, affairé à tout et à rien, et c'est avec une amertume palpable que ce bien triste homme conclura son histoire.
C'est donc avec une certaine mélancolie poétique que nous est narré cette courte histoire personnelle, à la portée pourtant universelle. Car qui n'a jamais eu souvenirs d'un temps lointain, d'un bonheur oublié dans les méandres de des souvenirs ?
Qui n'a jamais espéré, parfois, retrouver au coin d'une rue un accès menant à un endroit d'apaisement et de bonheur, entre deux bouffés d'air de vie harassante ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Tmor
  03 janvier 2021
Je poursuis ma découverte de l'oeuvre d'H.G Wells. Merci au site Litteratureaudio.com pour la très belle mise en voix de la porte dans le mur. le récit est doux, tranquille et tendu à la fois. On suit le récit de deux amis dont l'un a le pouvoir de voir une porte dans le mur, qui l'emmène dans un monde bienveillant, positif, idyllique... Avec l'âge, les responsabilités, le pouvoir, la séduction, il néglige cette porte ouverte sur l'imaginaire, qui n'apparaît pas tout le temps, hélas ! La métaphore de l'ouverture d'esprit, de l'imagination et de l'utilité de nos vies et de nos centres d'intérêts (thème très actuel en 2021 !) s'entremêlent, s'alimentent, se contredisent en douceur pour une fin qui ne nous laisse pas sur notre faim, mais nous laisse cois. Qu'est-on prêt à abandonner pour ce que l'on croit être l'essentiel. La douceur du récit me surprend dans l'oeuvre de Wells et pourtant me ravit tout à la fois. Il est bon de découvrir chaque auteur par toutes les portes et fenêtres qu'il a empruntées, on peut souvent être surpris. Bonne lecture, bonne écoute.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Ayano
  30 juin 2013
Je voulais depuis un moment déjà, découvrir la plume de ce grand Wells mais j'avais cependant peur de m'aventurer dans un roman. La nouvelle m'a paru alors être un bon compromis. Mon avis sera assez court car étonnement je n'ai pas trouvé beaucoup de choses à dire sur ces deux nouvelles. Tout d'abord la première, La porte dans le mur, est sans doute celle que j'ai préféré. L'histoire est celle de Wallace, un ami du personnage principal, qui nous confit avoir été irrésistiblement attiré par une porte verte encastrée dans un mur blanc lorsqu'il avait 5 ans. C'est alors qu'il ouvrit cette porte et qu'il y découvrit un monde merveilleux, un petit paradis verdoyant, où se promènent des panthères et de jolies jeunes femmes. Cette porte réapparaît plusieurs fois au cours de sa vie mais seulement aux moments clés, là où le choix s'impose. J'ai particulièrement apprécié l'atmosphère qui s'y dégageait ainsi que la fin de la nouvelle qui nous fait réfléchir sur nos actes : "Ai-je bien fait ?". Il en est de même pour Wallace, pour qui l'on se demande s'il n'aurait pas été mieux qu'il ré-ouvre cette porte, surtout lorsque l'on voit la fin de son histoire. Bref, cette nouvelle a été une agréable surprise et je l'ai peut-être tellement apprécié que j'ai été déçue par la deuxième.
En effet, Un rêve d'Armageddon a été difficile à finir. Je me suis pour ainsi dire forcée, en me disant que peut-être cela allait s'améliorer au fil des pages, sauf que dans une nouvelle, des pages il n'y en a pas énormément. J'ai eu du mal à me représenter les décors, ce qui est tout de même problématique, et j'étais également agacée par le personnage principal dont j'ai déjà oublié son nom, peut-être même qu'il n'y était pas mentionné, je ne sais plus trop. Au final je retiens La porte dans le mur et j'oublie Un rêve d'Armageddon. Je pense même m'essayer à La machine à explorer le temps dans un futur proche j'espère.
Lien : http://countingpulse.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Bob-Morane-Contre-Tout-Chacal
  07 juillet 2014
Les deux nouvelles sont excellentes et m'ont amené à me procurer d'autres nouvelles de Wells mais aussi les textes en marge des grands classiques : la Guerre des mondes, l'Ile du Docteur Moreau, la Machine à voyager dans le temps...
Les deux nouvelles sont différentes mais questionnent toutes les deux la valeur à accorder à nos rêves et à notre imagination, à la façon de son roman "Une vie rêvée" : n'ont-ils pas aussi quelque réalité, quelque part ou plus loin dans le temps ? Notre monde est-il vraiment réel ? Philosophe ou fantastique, ces nouvelles sont avant tout teintées de nostalgie et la chute y est terrible ! J'ai souvent repenser à ces histoires...
Je ne vous dit pas de vous y précipiter pour les lire, car cela reste de l'ordre de l'intime. Elles toucheront profondément certains, d'autres pas.
Commenter  J’apprécie          00
sakura230
  26 juin 2013
J'ai beaucoup aimé les deux nouvelles, elles sont originales et fluides. Toutefois la chute "d'un rêve d'armagueddon" m'a laissé sur ma fin tandis que celle de "la porte dans le mur" est plus explicite, elle donne lieux à réfléchir.
Un petit bouquin fort sympathique !
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
gillgill   07 mai 2012
Il y a environ trois mois, par un soir de confidences, Lionel Wallace me raconta l'histoire de la porte dans le mur, et je pensai alors que l'aventure était vraie, en ce qui le concerne tout au moins.
Il y mit une simplicité si convaincante que je ne pus faire autrement que de le croire. Mais le lendemain, je m'éveillai dans une atmosphère différente, et, paressant au lit, je me remémorai ses paroles, dépouillées à présent du charme de sa voix lente et grave.
Il y manquai l'atmosphère indécise qui nous enveloppait, la lumière tamisée que l'abat-jour renvoyait sur les objets luxueux qui couvraient la table, sur l'argenterie, les cristaux et le linge blanc, sur les reliefs du dessert, toutes choses qui formaient un petit monde baigné de clarté et comme retranché de la réalité quotidienne.
Son histoire, à présent, m'apparaissait franchement incroyable.
- Il a voulu me mystifier, - me dis-je - Comme il s'y est pris habilement !...Je ne me serais pas attendu à cela, de lui surtout !...
(extrait de "La porte dans le mur")
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
JoualvertJoualvert   15 octobre 2016
Et ces machines volantes n'étaient qu'une partie des engins inventés et restés sans emploi pendant la longue paix. Il y en avait de toutes sortes, que des gens dérouillaient et fourbissaient : machines infernales, idiotes, qui n'avaient jamais été essayées, engins énormes, explosifs terribles, canons gigantesques. Vous connaissez la manie absurde de ces hommes ingénieux qui inventent de telles choses : ils les fabriquent à la façon dont les castors construisent une digue, sans se préoccuper des rivières qu'ils détournent et des pays qu'ils vont inonder.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Ethiquement_EveEthiquement_Eve   31 mars 2022
Mais pourquoi est-ce possible ? Si, en vérité, ces combats, ces massacres, ces épouvantes sont la vie, pourquoi ressentons-nous ce désir de la joie et de la beauté ? S’il n’y a aucun sûr refuge, s’il n’y a aucun lieu de paix, et si tous nos rêves de repos et de calme ne sont que folie et embûches, pourquoi les avons-nous ? À coup sûr ils n’étaient pas des appétits ignobles, des intentions basses, qui nous avaient réduits à l’impuissance, c’est l’amour qui nous avait isolés. L’amour était venu avec ses yeux, à elle, et vêtu de sa beauté, plu glorieux que tout, avec la forme et la couleur mêmes de la vie, et m’avait contraint à la suivre. J’avais fait taire toutes les voix, j’avais réfuté tous les arguments, j’étais allé à elle. Et tout à coup, il ne restait plus que la Guerre et la Mort !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
sakura230sakura230   26 juin 2013
Je me soulevai sur le coude et demeurai ainsi, contemplant la jeune femme et me réjouissant de m'être échappé de ces folies, de ce tulmute, de ces violences, avant qu'il ne fut trop tard.
Après tout, me disais-je, c'est ceci qui est vivre : l'amour et la beauté, le désir et la joie ne valent-ils pas toutes ses sinistres luttes pour des fins gigantesques et vagues ? Et je me blâmais d'avoir jamais cherché la dictature, quand j'aurai pu donner ma vie à l'amour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MarhineMarhine   08 juillet 2012
Mon histoire resta confinée en moi-même. Je la confiai à mon oreiller que mes larmes d'enfant trempèrent souvent... Et j'ajoutais toujours à mes prières régulières cette fervente requête: "Plaise à Dieu que je rêve du jardin. Seigneur, ramène-moi à mon jardin, ramène-moi à mon jardin..."
Commenter  J’apprécie          10

Videos de H.G. Wells (66) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de H.G. Wells
Rencontre avec Laurent Galandon et Jean-Denis Pendanx “A Fake Story” (Futuropolis) Rencontre présentée par : Sonia Déchamps, journaliste
Le 30 octobre 1938, Orson Welles met en ondes, sur CBS, la Guerre des mondes de H. G. Wells, racontant l'attaque de la Terre par des extra-terrestres. C'est la panique ! "Une fausse guerre terrifie tout le pays", titrent les quotidiens du lendemain. Dans le récit de Laurent Galandon, afin "d'échapper au massacre des Martiens", un homme tue sa femme et tire sur son fils avant de se suicider. Un ancien journaliste vedette de CBS, Douglas Burroughs, va mener l'enquête. Il en fera un livre. A Fake Story pose la question du vrai et du faux avec un art consommé, dans une enquête policière réjouissante, mise en scène par Jean-Denis Pendanx, que l'on trouve ici dans un nouveau registre.
Retrouvez leur livre chez vos librairies indépendantes : https://www.librairies-nouvelleaquitaine.com/
Inédite édition de l'Escale du livre, du 24 au 28 mars 2021 et durant tout le printemps https://escaledulivre.com/
Suivez nous Youtube : Escale du livre - Bordeaux https://www.youtube.com/channel/UCPVtJFeOHTTNtgQZOB6so1w Facebook : escale.dulivre https://www.facebook.com/escale.dulivre Instagram : escaledulivre https://www.instagram.com/escaledulivre/?hl=fr Twitter : escaledulivre https://twitter.com/escaledulivre

© musique : Hectory - Réalisation et sound design : Grenouilles Productions - création graphique : Louise Dehaye / Escale du livre 2021 - Inédite édition
+ Lire la suite
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Le Pays des Aveugles de Wells

Où se déroule l'action de cette nouvelle?

Equateur
Pérou
Chili
Bolivie

25 questions
15 lecteurs ont répondu
Thème : Le Pays des aveugles et autres récits d'anticipation de H.G. WellsCréer un quiz sur ce livre