AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2846269629
Éditeur : Au Diable Vauvert (01/04/2016)

Note moyenne : 4.36/5 (sur 22 notes)
Résumé :
Mark Renton, est le fils d'une famille de ces classes moyennes brutalement déclassées sous les années Thatcher. Et lorsque la déchéance sociale frappe sa famille, il sombre dans l'héroïne. Comme ses copains d'enfance, Tommy, qui bascule dans la petite délinquance et la violence, Spud, viré de son job, et Franco Begbie dont l'univers devient totalement psychotique. Seul Sick Boy semble pouvoir remonter la pente de l'exclusion sociale. On pense au Vernon Subutex de Vi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Blackrosesforme
  29 août 2016
« Jsuis pas un putain djunky. Jsuis trop malin, trop perspicace pour tomber dans ce genre de piège. Cette saloperie, c'est rien du tout pour moi. Jsais qu'tout le monde dit pareil : c'est pour sdonner un genre, carrément, mais dans mon cas c'est vrai. Jpeux le faire si j'en ai envie, et encore, les doigts dans le nez. Jpeux arrêter à n'importe quel putain dmoment, juste par la force de ma seule volonté. Arrêter, juste comme ça. Mais pas tout se suite. »
Sous les années Thatcher, la brutale déchéance sociale de la famille Renton entraîne Mark, le fils, dans l'héroïne. Quand je lis ce genre de résumé qui circule sur Skagboys, je me marre. Ho, le pauvre petit jeune tellement mal dans sa peau et tellement préoccupé par son avenir qu'il se drogue… Haha, vous avez lu l'extrait que j'ai copié en intro ? Vous avez pas rigolé ?
Réduire Skagboys à une descente aux enfers relève de la malhonnêteté intellectuelle ! Welsh n'est pas Zola ! On se fend la poire, comme on l'avait fait à la lecture de Trainspotting et de Porno ! Et s'ils plongent dans l'héro, c'est moins par désoeuvrement ou angoisse que parce qu'elle est à portée de main, et qu'ils veulent vivre plus.
C'est en cela que l'auteur a du génie, dans ce mélange sordidement hilarant.
Bien sûr qu'il décrit les conditions d'existence de plus en plus difficiles des prolétaires, qu'il y a des scènes d'une extrême violence, que les filles en prennent plein la gueule, que le chômage augmente autant que baissent les allocs, que le sida commence à décimer les toxicos, qu'Edimbourg n'a rien d'une carte postale….
Bien sûr que ses personnages souffrent, que les plus faibles morflent, que certains passages vous laissent au bord des larmes.
Mais ce qui pousse à tourner les pages, c'est tout sauf de l'apitoiement. C'est de l'excitation.
La suite ici :
Lien : https://blackrosesforme.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   26 mai 2016
Jusque-là, ma vie sexuelle s’était en gros résumée à une série de copulations décevantes, en douce, d’une rapidité exceptionnelle, dans des escaliers, des chambres de domiciles familiaux, ou sous les couettes malpropres de squats bruyants.
Commenter  J’apprécie          110
rkhettaouirkhettaoui   26 mai 2016
Plus important, on baise au moins deux fois par jour. Du vrai sexe, détendu, sans précipitation, pas en cachette. Le luxe suprême, se déshabiller totalement et pas se presser pour se rhabiller. Ça fait bizarre de se dire que même si j’ai baisé avec dix-huit nanas, Fiona est la seule qui m’ait vu vraiment à poil. Encore maintenant j’ai l’impression qu’à tout moment quelqu’un va débarquer.
Commenter  J’apprécie          50
rkhettaouirkhettaoui   26 mai 2016
Comme l’a dit le juge, on doit faire un exemple de ces individus qui tentent de profiter de ceux qui sont réellement dans le besoin par le biais de pratiques frauduleuses. Je crois qu’il a cité mot pour mot le secrétaire d’État à l’Intérieur.
Commenter  J’apprécie          70
rkhettaouirkhettaoui   26 mai 2016
C’est chiant quand tu plais aux nanas, genre en tant que pote. Ça m’arrive tout le temps ; on me refile toujours le rôle du gentil garçon qu’elles veulent pas sauter. J’adorerais jouer le salopard qu’elles baisent comme des sauvages, mais ceux du genre de Sick Boy monopolisent un peu le casting dans ce coin du bois.
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaouirkhettaoui   26 mai 2016
On dit que la liberté a toujours un prix. Ma bourse va bientôt s’achever, ça deviendra un prêt, et là, fin de la partie. Plutôt crever que d’accumuler des arriérés que je pourrai jamais rembourser. Autant passer toute sa vie avec un boulet et une chaîne au pied.
Commenter  J’apprécie          30
Lire un extrait
Videos de Irvine Welsh (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Irvine Welsh
Cette année, dans le cadre de la programmation cinéma de Quais du Polar, James Grady présentait "Les Trois jours du Condor" de Sydney Pollack au Com?dia, Irvine Welsh "Trainspotting", Jérôme Leroy "Vanishing Point", Richard Price "Assurance sur la mort" et Philippe Jaenada "Laura" à l'Institut Lumière, Bertrand Tavernier "Dans la brume électrique" au CNP Terreaux, David Lagercrantz "Millénium" au Pathé Bellecour, et bien d'autres ! Retrouvez toute la programmation ici : http://www.quaisdupolar.com/wp-content/uploads/2013/06/QDP16_PROGRAMME-BD.pdf Vidéo réalisée par les étudiants de Factory.
autres livres classés : sidaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Londres et la littérature

Dans quelle rue de Londres vit Sherlock Holmes, le célèbre détective ?

Oxford Street
Baker Street
Margaret Street
Glasshouse Street

10 questions
686 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature anglaise , londresCréer un quiz sur ce livre