AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2843772044
Éditeur : Charles Léopold Mayer (02/12/2016)

Note moyenne : 3/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Les décennies de l’invention de l’automobile moderne, du développement de l’aviation civile et de la conquête de l’espace ont construit un imaginaire positif du progrès technologique, qui promettait à chacun une vie meilleure. Elles ont donné l’illusion d’un inépuisable horizon des possibles et ont nourri la culture d’expansion de l’époque moderne, devenue partie intégrante de notre paysage mental et terreau d’une consommation de masse qui semble ne plus connaître d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Lybertaire
  13 mars 2017
Par quels mécanismes psychologiques la société et les individus parviennent-ils à occulter la catastrophe écologique ? Comment parvenons-nous à justifier notre léthargie, à nous trouver des excuses pour ne pas agir dans un monde en proie à la destruction ? L'ouvrage de Harald Welzer, volontiers rentre-dedans, analyse finement les ressorts psychologiques de notre passivité et nous exhorte à sortir de notre zone de confort, et à agir de manière écologique à notre échelle.
[...] Interrogeons-nous sur les choses du quotidien, posons un regard nouveau sur chaque geste, et demandons-nous : est-ce viable ? est-ce écologique ? comment faire autrement ?
[...] Certes, il faut sortir de sa zone de confort, changer ses habitudes, assumer sa différence ; car comme Harald Welzer le souligne, être différent·e de la norme sociale demande sans cesse de se justifier. Il s'appuie sur l'exemple du végéta*isme : puisqu'il va à l'encontre de normes sociales très ancrées, il demande une certaine forme de courage et de résistance. Pourtant, cet acte quotidien est le plus écologique qui soit.
Selon les recherches de Harald Welzer, il faut seulement 3 à 5 % de la population pour commencer un changement sociétal durable et profond : alors, vous en êtes ?
L'article entier sur Bibliolingus :
http://www.bibliolingus.fr/penser-par-soi-meme-harald-welzer-a128873976
Lien : http://www.bibliolingus.fr/p..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
LybertaireLybertaire   13 mars 2017
L’opposition aussi peut faire partie de la société majoritaire. C’est d’ailleurs une règle générale dans les démocraties modernes. Les sociétés modernes ont besoin de sous-cultures critiques : elles ouvrent la voie aux changements, elles canalisent les frustrations, elles modernisent en arrangeant des zones tampons. C’est toujours problématique pour les groupes qui se rebellent de manière non violente contre les rapports existants. La capacité d’adaptation si élastique des sociétés de marché modernes est tout à fait en mesure de les « mainstreamer », c’est ce qui est arrivé au mouvement punk, et c’est ce qui est arrivé au mouvement écologiste. Et il n’y a rien à y opposer, tant que l’on est conscient d’intégrer de cette manière la société normale et qu’on ne la critique pas « de l’extérieur », mais qu’on y contribue. Si, cependant, cette conscience se perd, ou même si elle n’a jamais existé, c’est qu’on se trompe sur soi-même et qu’on croit être « contre », alors qu’en réalité on n’a fait qu’endosser le rôle de l’opposition, et du coup on est même complètement pour. En ce sens, les membres de l’élite fonctionnelle par exemple, qui adoptent un mode de vie exigeant mais sensible à l’écologie, conduisent une hybride, vivent dans une maison passive et votent vert, contribuent bien plus à la satisfaction intérieure de la société que le manager exigeant dans le genre de Jürgen Grossmann ou de Josef Ackerman, qui sont aujourd’hui passés de mode.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LybertaireLybertaire   13 mars 2017
Il se pourrait bien que le totalitarisme d’aujourd’hui se manifeste justement sous les traits de la liberté : pouvoir, à tout instant, avoir et être tout ce que l’on croit vouloir avoir et être. Il n’existe qu’un seul système de régulation qui limite cette liberté : le marché.
Commenter  J’apprécie          00
LybertaireLybertaire   13 mars 2017
Nul besoin de Gestapo ni de Tchéka : à l’ère de Google et de Facebook, chaque internaute livre délibérément toutes les informations nécessaires sur lui, sans que personne ne l’y force.
Commenter  J’apprécie          00
LybertaireLybertaire   13 mars 2017
Il ne faut pas nécessairement tout vouloir simplement parce que l’on peut tout avoir.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : consommationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

L'écologiste mystère

Quel mot concerne à la fois le métro, le papier, les arbres et les galères ?

voile
branche
rame
bois

11 questions
80 lecteurs ont répondu
Thèmes : écologie , developpement durable , Consommation durable , protection de la nature , protection animale , protection de l'environnement , pédagogie , mers et océansCréer un quiz sur ce livre