AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782207160350
240 pages
Éditeur : Denoël (19/08/2020)

Note moyenne : 4.25/5 (sur 32 notes)
Résumé :
Elle le rencontre, et c’est un émerveillement. Tristan est un artiste génial qui transforme le rêve en réalité. À ses côtés, la vie devient une grande aire de jeux où l’on récite des poèmes en narguant les passants.
Il ne ressemble à personne, mais cette différence a un prix. Le monde est trop étriqué pour lui qui ne supporte aucune règle. Ses jours et ses nuits sont ponctués d’angoisses et de terreur. Seul l’amour semble pouvoir le sauver. Alors elle l’aime... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
Ladybirdy
  18 octobre 2020
Dans ce premier roman, il n'y en a que pour Tristan, bellâtre souriant, intelligent fantaisiste et poète. La narratrice qui ne sera jamais nommée - accentuant d'autant plus le déni de soi - tombe follement amoureuse de cet homme singulier. le couple vit au commencement sous de belles étoiles. Leur histoire est belle et la magie opère. Moi aussi je suis tombée dans le piège devant cet homme qui parle aux étoiles, s'offusque des répondeurs robotisés, traque et invente la beauté à tout prix.
Très vite pourtant, le tableau s'obscurcit. Tristan pleure sans raison, s'autoestime, puis les cris, les injures, la violence psychologique. Tristan ne va pas bien. Et comme souvent, c'est auprès de sa proie sous son emprise que les démons émergent. La narratrice devient chose, object, s'oublie, se ment, se trouve mille raisons pour aider son compagnon.
Il faut vraiment être fou d'amour pour accepter une telle descente en enfer, ne pas en parler, ne pas chercher d'aide, croire toujours que demain sera meilleur. Qui est ici au final le plus à plaindre : celui qui piétine ou celle qui reste et obtempère ?
À trop aimer est un premier roman très bien maîtrisé sur l'emprise amoureuse et les violences conjugales. Les sentiments tels que l'empathie affluent nous prenant en étaux face à cet homme d'un égoïsme sans précédent, devant cette femme qui rétrécit au fil de son histoire où l'amour a cédé toute sa place à la violence et la déchéance humaine.
J'ai aimé ce roman car il ne cache rien des débordements amoureux et de la folie humaine et s'est dressé vivant sous mes yeux ahuris par autant de perversion humaine. Une écriture pleine et aboutie, sensible et redoutable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1034
croquemiette
  03 septembre 2020
Rentrée littéraire 2020
J'avais hâte de lire ce premier roman de la rentrée littéraire, et je n'ai pas du tout été déçue.
Ecrit à la première personne, nous suivons le point de vue de la narratrice, qui nous raconte son histoire d'amour avec Tristan, jeune homme séduisant et artiste, de ses débuts idylliques, jusqu'à sa fin tragique. Nous passons du clair à l'obscur en quelques 200 pages.
Revenons un peu sur les personnages. Tristan est un être torturé et à bien des égards exceptionnel. Artiste, poète, il fait de la vie une fête pleine de rebondissements.
Il a assez vite un petit succès dans le monde de la photographie, grâce à ses auto-portraits, à la grande fierté de la narratrice.
La jeune fille est tout de suite sous le charme et tombe très vite amoureuse.
Les premiers moments sont très intenses, plein de douceur et de fougue à la fois.
Ils sont tous les deux dans un cocon amoureux, passant des heures ensemble dans leur appartement parisien, faisant l'amour, récitant des poèmes. Ils sont fusionnels.
Assez vite, Tristan se met à avoir des crises. D'abord de larmes, puis de colère. Chaque fois, un peu plus violentes. Il s'excuse le lendemain et comme le reste du temps il est adorable, elle lui pardonne.
La fréquence des crises s'intensifient. Il ne lui demande plus pardon, la blâme et va jusqu'à l'insulter. Il ne veut plus sortir, est jaloux - alors qu'il la trompe, dédaigne ses amis, s'enferme dans son bureau, passe tout son temps sur les réseaux sociaux et ne veut plus dormir avec elle.
Elle encaisse. Elle fait tout au mieux, par amour. A trop aimer, elle s'oublie et ne devint tendu que vers le bien-être de Tristan.
Dans ce roman, il est beaucoup question d'emprise, comment on "prend" l'autre, comment on le manipule, comment il finit par disparaître.
Pourquoi, la narratrice, intelligente, ayant fait des études, indépendante, reste-elle ? Est-ce un suicide inconscient ?
Autant de questions, fort intéressantes, que ce premier roman soulève sur la relation avec une personnalité toxique.
J'ai trouvé l'écriture de Alissa Wenz très subtile, les psychologies toute en finesse. Peut-être l'a-t-elle personnellement vécu car il y a beaucoup de vérité dans ce récit.
Je rapprocherais ce roman du superbe film "mon roi" de Maïwenn et du très beau roman de Amélie Cordonnier "Trancher".

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
CATHY69
  12 janvier 2021
Il faut passer les premières pages durant lesquelles l'heroine tombe amoureuse et cette beatitude qui nous parait trop fleur bleue. Ensuite on est aspirée dans cette spirale, ce reel bouleversement. Thriller psychologique, huit clos du couple montée de l'emprise psychologique de l'homme sur la femme et suspens jusqu'à la fin. On comprend tout car tout est analysé en sous main. Facile à lire, à dévorer. Je vous le conseille très vivement.
Commenter  J’apprécie          130
DOMS
  18 septembre 2020
Une narratrice dont on ne connaîtra pas le nom décrit sa rencontre avec Tristan. Tristan l'homme providentiel, l'amour et le révélateur de sa vie de femme, mais qui s'avère rapidement le manipulateur, celui dont l'emprise délétère va la mener à sa perte si elle n'arrive pas à s'en défaire.
Elle est danseuse, prof, aime danser et chanter, tout ce qui rend sa vie plus belle. Il est tellement beau, intelligent, créatif ce photographe, que son charisme, sa prestance et son air de ne pas avoir l'air l'ont immédiatement séduite. Elle se laisse prendre dans ses filets.
................
Un roman sensible et fort qui parle d'amour, un peu, beaucoup, mais surtout d'emprise, de manipulation psychologique, de violence conjugale.
lire la chronique complète sur le blog Domi C Lire https://domiclire.wordpress.com/2020/11/27/a-trop-aimer-alissa-wenz/
Commenter  J’apprécie          100
Cathy_lit
  15 août 2020
Bon samedi à tous, toujours dans la rentrée littéraire un premier roman " A trop aimer" d' @Alissa Wenz chez Éditions Denoël.
Une histoire d'amour, une histoire d'emprise. Jusqu'à quel point aimer ? Est ce qu'aimer c'est se fondre dans l'autre nier toute personnalité, ne faire que ce qui fera plaisir à l'autre . En tombant amoureuse d'un homme particulier, singulier, artiste, elle pensait avoir trouver le grand amour, elle ne se doutait pas de ce qui l'attendait.
Le livre commence par la visite d'un appartement dans lequel elle a vécu avec lui Tristan pour venir récupérer son courrier. Puis elle raconte son histoire. Elle n'est plus qu'elle d'ailleurs autant son prénom à lui est imprimé dans ma mémoire autant je n'arrive pas à me souvenir du sien à Elle. Elle raconte la joie, le grand amour ce que l'on trouve émouvant au départ puis l'emprise, la honte, le repli sur soi, l'isolement. Un premier roman très fort. J'ai adoré.
Quatrième de couv.Elle le rencontre, et c'est un émerveillement. Tristan est un artiste génial qui transforme le rêve en réalité. À ses côtés, la vie devient une grande aire de jeux où l'on récite des poèmes en narguant les passants. Il ne ressemble à personne, mais cette différence a un prix. le monde est trop étriqué pour lui qui ne supporte aucune règle. Ses jours et ses nuits sont ponctués d'angoisses et de terreur. Seul l'amour semble pouvoir le sauver. Alors elle l'aime éperdument, un amour qui se donne corps et âme, capable de tout absorber, les humeurs de plus en plus sombres, de plus en plus violentes.
Jusqu'à quel point ? Au point de s'isoler pour ne plus entendre les insultes, au point de mentir à ses proches, au point de s'habituer à la peur ? Est-ce cela, aimer quelqu'un ?
Un premier roman d'une rare justesse sur l'emprise amoureuse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   04 octobre 2020
La communication est un art ; l’image de soi aussi. Tristan y excelle. Il demande en amis des centaines de gens, tous ceux qu’il a croisés au cours de sa vie. Puis il se tourne vers ceux qu’il ne connaît pas mais avec lesquels il a plus de trente ou quarante amis en commun. Les amitiés foisonnent, explosent. À leur tour, des inconnus le sollicitent. Il atteint rapidement le nombre de deux, trois mille amis. Il se crée également un compte Instagram et se met à diffuser régulièrement les images qui tissent son quotidien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   03 octobre 2020
Ses résultats étaient brillants mais son comportement, disaient les bulletins scolaires, « inquiétant ». Un adolescent futé, conscient de tout, boulimique de lecture et de savoir, capable de lire Nietzsche avant l’entrée en troisième, mais tourmenté, tumultueux – si l’intelligence rendait heureux, cela se saurait. À quatorze ans, au hasard de fréquentations douteuses et de soirées interminables, il avait plongé dans des drogues dures, happé par l’envie de sortir du cadre, de sortir tout court. Il s’en était tiré par sa seule volonté, n’avait plus jamais touché à la moindre substance, et ses parents n’avaient rien su de cet épisode. Du reste, il passait sa vie à les éviter, de même qu’il évitait la police, les professeurs, les vigiles, les administrations en tout genre et, de façon générale, les donneurs de conseils.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   03 octobre 2020
Il me faisait l’effet d’un grand enfant tendre et moelleux, intelligent mais naïf, aux pitreries involontaires, à la douceur imperturbable. Bientôt il ouvrit un paquet de biscuits, les rocks indémodables de Chuck Berry résonnaient dans l’appartement, je montai le son, grisée, Tristan me tendit un biscuit en me proposant un cookie-woogie, j’aimais son extravagance un brin désenchantée, son humour candide et dénué de prétention, qui lui donnaient un air de Pierrot lunaire ; il me prit alors par la main et m’entraîna dans une danse grotesque, désarticulée, un cookie-woogie consistant essentiellement à manger des gâteaux en se déhanchant n’importe comment, une danse du rire et de la joie, dont la folie par bonheur échappa à tout le monde, tant nous étions désormais seuls sur terre. On dansait. On riait. On volait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
DeboDebbyDeboDebby   18 octobre 2020
Notre intimité était devenue le miroir d’un monde en folie, les douleurs les plus collectives venaient s’ancrer dans nos corps comme ces insectes qui pondent sous la peau des hommes.
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   03 octobre 2020
"  Tu as toujours eu des bonnes notes, et moi je t’ai toujours dit que les bonnes notes ça ne servait à rien dans la vie. Eh ben, j’avais raison, tu vois. "Il ne lâche pas Tristan. Ni du regard, ni de la voix. Et tout donne le sentiment qu’il est le seul à s’exprimer ici. Il parle fort, fort, tellement fort. Les autres baissent la tête. Ils n’osent pas. C’est de pire en pire. Tout au long du repas. « De toute façon, tes bonnes notes, tu les avais sûrement en trichant. » De pire en pire. À aucun moment le père ne m’a regardée, mais je sens bien que ma présence le gêne. Que ma présence lui donne envie d’humilier son fils devant moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Alissa Wenz (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alissa Wenz
Dorothée Cunéo, directrice des éditions Denoël, ainsi que les trois auteurs de notre rentrée littéraire ont le plaisir de vous présenter les titres qui paraîtront le 19 août prochain : À trop aimer d'Alissa Wenz, Mon nom était écrit sur l'eau d'Olivier Bleys et Fin de combat de Karl Ove Knausgaard.
Les extraits de Karl Ove Knausgaard proviennent des interviews suivantes sur la BBC : https://www.youtube.com/watch?v=w0xXuGbaXRc et sur Louisiana Channel : https://www.youtube.com/watch?v=4qsfSeuT-4w
Notre sélection Littérature française Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






.. ..