AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Depuis l'au-delà (74)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
florinette
  05 août 2018
Gabriel Wells, auteur de best-sellers, se rend compte qu'il est mort. Devenu une âme errante, il veut à tout prix comprendre ce qui lui est arrivé. C'est donc avec l'aide de Lucy Filipini, une médium avec laquelle il rentre en contact, qu'il entend bien découvrir l'identité de son meurtrier.

C'est un roman qui oscille entre polar et paranormal tout en laissant la place à d'intéressantes réflexions philosophiques, humoristiques et scientifiques, avec en prime des intermèdes extraits de l'encyclopédie du savoir relatif et absolu qui viennent agrémenter le tout.

Même si cela ne reste qu'un roman, j'ai bien aimé le regard et certaines des réflexions que se fait Gabriel Wells sur notre monde depuis l'au-delà. C'est une enquête pleine de rebondissements au dénouement plutôt surprenant.
Lien : http://www.leslecturesdeflor..
Commenter  J’apprécie          20
dannso
  25 février 2018
Je n'ai pas accroché du tout, je me suis ennuyée. Meme le dénouement m'a laissé sur ma faim. Je ne connaissais pas Weber. Ce livre ne m'incite pas à le découvrir.
Commenter  J’apprécie          21
RomansNoirsEtPlus
  03 février 2018
Cela fait quelques années que je ne m'étais pas replongé dans un roman de Bernard Werber. Après avoir lu les premières pages de " Depuis l'au-delà" aucun doute possible sur ce style inimitable. Entre enquête policière et voyage dans le monde des esprits, l'auteur des "Fourmis" nous propose ici l'histoire de cet écrivain, Gabriel Wells, qui se retrouve un beau matin propulsé dans le monde des esprits et des âmes errantes, alors que ce son corps de chair et de sang gît sans vie. Persuadé que sa mort n'est pas naturelle il va tenter de découvrir celui qui l'a tué à l'aide de la jolie médium, Lucy Filipini. En échange il va devoir retrouver l'amoureux de Lucy qui a disparu sans laisser de traces.
Mais rien n'est impossible pour un esprit qui flotte à la vitesse de la lumière et qui traverse les murs et l'esprit des hommes comme dans un morceau de gruyère bien tendre.
Une histoire qui flirte entre mode matériel et immatériel et qui finira de convaincre les sceptiques que la fin de la vie n'est que le début d'une autre....plus spirituelle, intemporelle, en attente d'une prochaine réincarnation.
Une intrigue qui fait donc la part belle aux ectoplasmes de tout poil, qu'ils aient été célèbres ou non, entrecoupées par l'érudition du célèbre Edmond Wells, à travers les citations de son Encyclopédie .Du pur Werber quoi. Ni plus ni moins même si l''histoire est cette fois-ci prétexte à un règlement de comptes ( personnel ?) entre auteurs classiques et ceux dit "de genre" dont fait justement partie Bernard Werber.
En somme un bon roman oú l'imaginaire est roi sans pourtant rebattre les cartes de l'originalité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
roseofyork
  23 novembre 2017
Les Werber sont toujours hors norme et à tout roman hors norme critique hors norme. Je ne ferai aucun sous titre dans cette chronique. Simplement parce que… Aaaaah c'est tellement compliqué de vous dire tout ce que j'ai aimé dans ce livre !
Commençons par l'intrigue, le synopsis est vraiment bien pensé et me rappelle un super jeu de société, Mysterium. Dans ce jeu vous incarnez un médium chargé de trouver le coupable d'un meurtre. Pour se faire, vous interrogez la victime en question. Eh bien, là, c'est à peu de chose près pareil : et je kiffe totalement !

L'idée d'une liaison entre le monde des vivants et celui des morts me plaît et connaissant Werber je m'attends à en apprendre beaucoup dans son roman. Lui qui a l'habitude de ponctuer son récit de petites notes instructives sur le sujet abordé (si mes souvenirs sont bons « Demain les chats » en avait été privé, à mon grand regret). Eh bien, quel plaisir de voir que, cette fois-ci, ils sont de retour en force ! Je me délecte à chacune de ces interruptions que je prends comme de délicieuses petites pauses instructives. J'en ai appris beaucoup et j'ai vérifié les infos : toutes sont exactes ! Elles m'ont même poussé parfois à approfondir le sujet. Bref, je me suis régalée.

On pense se retrouver face à un roman traitant uniquement de phénomènes paranormaux, mais il n'en est rien. Les fans de la première heure savent qu'en lisant un Werber ils ne se contentent pas d'explorer un seul sujet, mais plusieurs en une seule et même histoire. Au-delà (sans mauvais jeu de mot) de la dualité monde des vivants/monde des morts, vous explorerez notamment la question de la limite de la science sur le phénomène de mort : jusqu'où peut-elle aller? Quelles conséquences? Un autre grand sujet que n'hésitera pas à aborder l'auteur c'est la dualité entre les écrivains modernes, avides de nouvelles expériences et de nouveaux lecteurs et les classiques qui estiment que la littérature est réservée à une élite. On appréciera le fait que Werber n'hésite pas à montrer les choses telles qu'elles sont, et je ne vous en dis pas plus 🙂

*He pssst*
Quoi encore ??!
*C'est quand que tu parles de moi?! Je suis quand même le héros de cette histoire non?*
Et doucement monsieur l'écrivain, j'y viens, j'y viens ! Bon, vu qu'on insiste en haut… Parlons personnages : j'ai adoré les deux protagonistes. Mention spéciale à Lucy la médium femme à chat ! Loin des clichés (ah bon ?…Tu viens pas de parler de chats? ) des médiums traditionnelles, elle est juste super attachante (sauf à un seul moment du livre où j'ai voulu la gifler *Moi aussi d'ailleurs*…Chut Gabriel ! . Mais, merci, M. Weber a remis rapidement les pendules à l'heure). Elle forme un très beau duo avec Gabriel, notre écrivain (et narrateur) fantôme. Il est obsédé par sa mort et est prêt à tout pour trouver qui l'a tué. Mais c'est avant tout un écrivain rêveur et très avant-gardiste qui, de son vivant, n'hésitait pas à expérimenter une nouvelle littérature, plus accessible au monde …Quitte à s'attirer les foudres des grands conservateurs ! La relation qu'il développe avec Lucie est superbe et poétique.
Et puis, il y a les autres personnages, les connus et les moins connus, les morts et les moins morts… Des rencontres touchantes sont au rendez-vous, surtout quand…
*C'est bon là, tu leur en as pas dit assez non?*

-T'es sur que je ne peux vraiment pas leur dire un peu plus ? Oui ? Non ? Bon d'accord, je m'arrête là !

*Parle de l'histoire !*

Ah oui ! L'histoire ! En tant que telle, elle est très bien ficelée, mais certaines scènes sont parfois proches du grotesques. J'ai très légèrement flippé sur l'issue du livre. Mais l'auteur a réussi – comme d'habitude- a faire passer un message intelligent qu'ils renforcent à travers ces quelques scènes saugrenues. Des petites apparitions de personnages célèbres (et morts) sont croustillantes ! Mais ce que Werber nous raconte là, au fond, c'est un peu le sens de la vie humaine et c'est un sujet qu'on aborde non sans quelques séquences émotions bien placées.

*Tu parles de la vie humaine, mais je suis mort moi ! Comment il a fait pour parler de la vie….A travers un mort?*

Ça Gabriel, je ne vais pas leur raconter, car c'est toute l'essence du roman qu'il vont découvrir en se posant cette question. Et comme tu dis que tu veux leur laisser la surprise….

*Sur le coupable de ma mort uniquement ! Mais le reste ce n'est pas important…Si?*

Bien sur que si ! Finalement, ta mort, c'est le début d'une longue aventure et d'une longue découverte pour le lecteur …. Alors, laissons-les tenter l'expérience de l'au-delà !
Lien : https://limaginairdenael.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Lordo
  04 novembre 2017
J'aime ! Toujours aussi facile à lire, mais bien plus inventif et passionnant que son précédent "Demain les chats" qui m'avait un peu déçu. J'ai aussi adoré les nouveaux extraits du dernier tome de l'Encyclopédie du Savoir Relatif et Absolu d'Edmond Wells. Ce cher Bernard Werber en profite pour régler au passage quelques comptes dans le monde de la critique littéraire, et c'est plutôt jouissif. Bref, que du bon !
Commenter  J’apprécie          20
KatEncoreunlivre
  16 octobre 2017
Comme quelques lecteurs j'ai été frustrée par les deux derniers romans..
J'ai mis ce sentiment sur le compte de mon évolution.. il m'était d'ailleurs bien difficile de l'admettre, alors c'est avec cette appréhension que j'ai commencé Depuis l'au delà (merci C.S) ....Embarquement immédiat, osmose parfaite avec Gabriel Wells et Lucy Filipini!
Des moments forts, et incroyables,des rencontres bien surprenantes.....
Un voyage entre ces âmes errantes, des retrouvailles que l'on aimerait tous faire un jour quelque part dans l'au-delà....
Malgré sa mort Gabriel l'a vécu, accompagné de Lucy et ses capacités médiumniques.....
Avec encore une fois des passages de l'Encyclopédie du savoir relatif et absolu qui sont la preuve que l'on peut encore passionner les lecteurs pour L Histoire, la recherche et le savoir, ce roman est clairement celui qu'on attendait!
On ne pourra s 'empêcher de penser au roman Les thanatonautes ( publié en 1994), mais aussi à ce ton humoristique,qui est propre à l'auteur que je n'avais pas retrouvé depuis le rire du Cyclope.
Ce roman c'est un cadeau que Bernard Werber fait à ses lecteurs, ceux qui connaissent l'homme à travers les médias et ses interviews ( parfois originales) ne manqueront pas de relever cette part personnelle qu'il a voulu nous laissée....
J'ai adoré ce joli subterfuge pour s'adresser à un certain mépris qu'il peut y avoir entre la littérature officielle et la littérature de l'imaginaire..c'est toujours avec classe et une grandeur d'âme que Bernard Werber m'a encore conquise!
Pour les futurs lecteurs, allez-y et savourez....
Ce ne sera pas une chronique très poussée mais vous l'aurez compris, à la fin de ma lecture je me suis sentie heureuse! Heureuse de ce que ce roman m'a transmis, j'ai fait un voyage exceptionnel!
Chaque année c'est un rendez vous et cette fois je ne l'ai pas manqué
Lien : https://www.facebook.com/enc..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Le_Belge_Qui_Lit
  09 octobre 2017
Pour les lecteurs de WerBernard, il n'est pas nouveau de dire que ses livres sortent de l'ordinaire en interconnectant un monde pseudo-fantastique à notre monde, en y ajoutant une note de légère sciences-fiction, expliquant certains phénomènes paranormaux qui deviennent, pour le coup, normaux!

Et bien, ce livre, s'interconnectant merveilleusement à l'ensemble de ses oeuvres, est génial!

De part ce livre, il nous fait oublié le décevant "Demain, les chats" en nous embarquant dans une enquête très bien construit sur le thème de la vie après la mort.

L'auteur a traité d'un grand nombre de sujet : comment est-on perçu après
notre départ? Où allons-nous? La vie de l'invisible a-t-elle une architecture, une hierarchie telle celle des vivants? Comment communiquer avec nos amis défunts? Et si on était observé?

Mais surtout, il traite du fantasme de tout homme : quelles seraient les sentiments, sensations d'être un homme dans le corps d'une femme!

C'est extraordinaire.
L'écriture est fluide et appel le lecture à ne jamais décrocher.

comme d'habitude, on peut en être certain, Bernard Werber parle de lui-même dans ce livre...mais cela reste à confirmer!

Je vous le conseil fortement!
Si vous n'avez jamais lu de livre de Bernard Werber, "Depuis l'au-delas" vous donnera envie de lire ses oeuvres!
Si vous aimez le Werber Univers, ce livre s'inscrit parfaitement dans celui-ci!



Lien : http://lebelgequilit.be
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Les_chamoureux_des_livres
  05 octobre 2017
J'ai envie, une fois n'est pas coutume, de commencer par la fin de ce livre. Pour ceux qui sont familiers de Werber, vous savez que les fins sont... différentes des autres romans que l'on peut lire. Celui-ci n'échappe pas à la règle, on retrouve bien notre auteur ici. J'ai cependant beaucoup apprécié le petit twist finale sur le meurtrier. Vous voulez un indice ? Les premières pages sont cruciales...
Comme d'habitude, l'on s'attache rapidement aux personnages... et on s'en souvient encore plusieurs semaines après. Comme Michael Pinson, Freddy Meyer, Raoul Razorbak ou Edmond Wells, Gabriel Wells à ce petit "je ne sais quoi" qui fait qu'on l'aime direct. Peut-être se détachement vis-à-vis de ce qui se passe couplé à son humour avec un brin d'homme charmant ? En ce qui concerne Lucy Filipini, c'est exactement la même chose. On retrouve d'ailleurs en elle du Mata Hari, du Maryline Monroe ainsi que du Lucrèce Nemrod. Ce que j'aime beaucoup dans les personnages qu'inventent Bernard Werber, c'est qu'ils ne sont jamais parfaits ! Ils ont tous une manie, une phobie, un problème...
Enfin, terminons par l'histoire. Bien qu'elle pourrait être des plus banales, ce n'est pas le cas. Comme à son habitude, l'auteur fait intervenir différents auteurs célèbres qui ont déjà passé l'arme à gauche. On retrouve notamment Doyle. Mais pas seulement : il y a aussi des inventeurs, des politiciens, des militaires. Et c'est normal puisque ce roman est comme un retour aux sources (La trilogie des Dieux, l'Empire des anges, ....) puisque nous sommes entre le monde matériel et immatériel. Gabriel Wells navigue ainsi aux milieux des âmes errantes, ce qui est inédit il me semble dans l'univers de Werber. On en apprend ainsi un peu plus sur la géographie du monde des morts. Bien qu'il manque un peu de nouveauté (on retrouve encore une fois par exemple des batailles d'ectoplasmes, cette fois-ci sans le cordon !) on prend plaisir à replonger cet univers.

Je peux déjà voir venir les critiques : Bernard Werber ne se réinvente pas, toujours les Wells, toujours les esprits, toujours son histoire de hiérarchie... Et alors ? N'est-ce pas ce qui fait la force de Bernard Werber ? Que l'on croit ou non en ce qu'il raconte, cela importe peu. Il arrive, au fur et à mesure de ces romans, à écrire des romans où tout se connecte. Où l'univers s'étend à chaque fois. C'est cela qui fait sa force. Ce qu'il manque pour que ce livre soit parfait ? Une touche de nouveauté tout de même...

Cela étant, Depuis l'au-delà reste un très bon roman que je ne peux que conseiller pour les fans de Werber. Si cependant vous découvrez cet auteur, je vous conseille de commencer par Les Thanatonautes puis avec L'empire des anges et la trilogie des Dieux avant de lire ce livre !

Merci beaucoup à Albin Michel pour nous ce roman !
Lien : http://leschamoureuxdeslivre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Lilou08
  25 juillet 2018
Il y a pas mal d'années maintenant, j'ai beaucoup aimé « Les fourmis » de Bernard Werber. Vraiment beaucoup. J'ai donc essayé depuis, de lire d'autres romans de lui pensant avoir trouvé là un auteur à mon goût. Déception à chaque fois depuis… au point même que je n'ai pas terminé certains livres. Ayant de la suite dans les idées, je viens de réessayer avec « Depuis l'au-delà », d'autant que l'idée du livre, un écrivain assassiné cherchant son assassin depuis l'au-delà, me plaisait bien. Eh bien, le résultat n'est pas fameux. Je l'ai terminé mais je n'ai pas vraiment accroché à cette histoire. Pas assez de rythme, une intrigue très ténue, des interruptions fréquentes (trop) qui cassent encore ce petit rythme, avec des extraits d'une encyclopédie (fictive) : Encyclopédie du Savoir Relatif et Absolu d'Edmond Wells, grand-oncle de l'écrivain assassiné, Gabriel Wells, et accessoirement aussi le héros des Fourmis. L'auteur profite de ce roman qui tourne autour d'un écrivain pour donner son sentiment sur la littérature, le monde des livres, et le dédain des « vrais » littéraires pour la littérature dite populaire et de l'imaginaire. On a un peu l'impression qu'il règle quelques comptes avec certains critiques littéraires et la société des « bien-pensants ». Par ailleurs, les personnages sont assez stéréotypés et je ne suis pas parvenu à m'y attacher. Bref, en résumé, c'est un roman qui se lit assez facilement, mais pour moi sans grand plaisir ni intérêt.
Pour les fans inconditionnels de Bernard Werber.

Lien : https://mapassionleslivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lumina33
  08 juin 2018
Les derniers livres de Werber m'avaient déçue et je me disais que celui-ci serait le dernier s'il me déplaisait aussi. C'est tout l'inverse qui s'est produit, je ne parvenais pas à le lâcher ! Je conseille d'oublier quelque temps la quatrième de couverture pour mieux apprécier encore l'incipit, qui est excellent ! Cette enquête sur le meurtre d'un écrivain nous plonge aussi dans le monde littéraire avec ses éditeurs, ses critiques et ses prix… Werber dénonce et on en apprend de belles !! J'ai ma petite idée sur celui qui a inspiré le critique Jean Moisi…
On recommande généralement aux écrivains de distiller morceau par morceau des éléments de vie des personnages, tout au long du roman. Ce roman est bien le premier à faire exactement l'inverse ! Au début cela surprend, mais c'est assez crédible par rapport à l'histoire. Werber a su en user, mais pas en abuser.
Quant à l'analyse de sang, l'échantillon est à peine amené qu'il passe déjà dans la machine, sans préparation aucune ! Pour avoir utilisé le spectro de masse, je sais que cela ne se passe pas ainsi (est-ce un raccourci pour accélérer l'intrigue ?).
L'affaire Samy finit un peu en queue de poisson, je reste avec mes questions sur sa motivation et son devenir.
Les raisons de l'assassinat sont originales, comme toujours, mais cohérentes (toutefois je pense que l'assassin aurait pu agir différemment pour arriver à ses fins, il n'était pas obligé de le tuer). J'ai apprécié les leçons de vie et de spiritualité qui viennent conclure le roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox