AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782253111467
275 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (30/11/-1)

Note moyenne : 3.48/5 (sur 1363 notes)
Résumé :
Vingt petites histoires sous forme de contes, de légendes, de minipolars.

Bernard Werber nous offre avec L'Arbre des possibles des récits fantastiques où les dieux vont à l'école pour apprendre à bien gouverner leurs troupeaux d'humains, où les objets sont soudainement remplacés par leurs noms, où les gens ont l'esprit limité pour ne compter que jusqu'à vingt, où l'on part en vacances au XVIIe siècle après s'être fait vacciner contre la peste. Les hy... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (73) Voir plus Ajouter une critique
latina
  10 août 2015
« Foisonnant d'images poétiques, de décors grandioses, de personnages drôles et truculents »...dixit la 4e de couverture.
Comme quoi, on n'est pas toujours d'accord avec les 4e de couverture...
Images poétiques ? Plutôt un ramassis de clichés. Décors grandioses ? Je n'ai vu aucune description, mais plutôt des actions se voulant fantaisistes, oui. Personnages drôles et truculents ? Pitoyables, plutôt, et sans une once d'humour (ou presque).
Sur les 20 nouvelles que compte ce recueil, 2 ou 3 sortent du lot et m'ont titillé l'imagination. Les autres ont chuté lamentablement. Car même si je n'affectionne pas le genre de la nouvelle, quand j'en lis une, il faut qu'elle le mérite, et que la fin en justifie les moyens.
Un petit mot quand même des sujets abordés ? Ce sont des nouvelles « irréalistes » ou « irréalisables », mais mettant en scène des sujets connus et même archi-connus : les limites (ou non) de la science ; l'homme, jouet des dieux ; la communication avec les plantes ; le règne de l'apparence ; la perception humaine erronée ; la guerre et le pouvoir – y compris par le jeu - ; le cerveau et ses multiples possibilités inexploitées ; les extraterrestres...et j'en passe.
Au départ, il y a l'espoir : espoir que la nouvelle se déploie et nous emmène dans des chemins inexplorés. Car reconnaissons-le, tous ces sujets sont intéressants en eux-mêmes. Mais vite, l'espoir s'amenuise et devient crayeux. Point de surprise finale, juste un effondrement total. Déception complète. Ah...où est passé le génial inventeur des « Fourmis » ?
L'arbre des possibles, pour moi, s'est recroquevillé et a fané.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          580
garrytopper9
  11 avril 2015
Voilà un petit recueil de nouvelles assez sympathique, qui même s'il ne révolutionne pas le genre se laisse lire agréablement. Une vingtaine de nouvelles composent ce recueil et ma préférence va aux nouvelles les plus longues.
Quelque soit l'auteur j'ai toujours du mal avec les nouvelles de trois ou quatre pages, par chance il n'y en à pas trop dans ce livre. Comme souvent avec Werber on se retrouve plongés dans des mondes fantastiques, qui sont des moyens détournés de dénoncer quelques vérités sur notre société. Cela est surtout valable pour les nouvelles dans lesquelles nous sommes les animaux.
J'avais été déçu de Werber et sa saga des fourmis( surtout le troisième tome qui a flingué sa saga) mais j'ai repris un peu gout à ses idées avec ce court recueil de nouvelles.
Simple à lire, sans être mémorable, mais c'est divertissant et cela nous fait réfléchir quelques fois, ce qui n'est pas si mal.
Commenter  J’apprécie          380
gargamel00
  03 juillet 2012
A ma plus grande honte je n'ai encore jamais lu la sage des fourmis de Werber. Pourtant j'ai déjà adoré les thanatonautes et l'empire des anges, mais je dois dire que Werber a l'art de faire des 4ème de couverture qui ne donnent pas envie de le lire. Ce qui a sauvé l'arbre des possibles c'est sa couverture. Oserais-je dire que je suis amoureuse des arbres? J'attends avec impatience que le livre de Cauwelaert consacré à un poirier centenaire sorte en format poche...
Je me plonge donc dans ce livre, et agréable surprise je le dévore en peu de temps. Je me méfie pourtant de ces recueils d'histoires multiples (Werber ne parle pas ici de nouvelles). En général, à part une ou deux, je n'y comprend pas grand chose et j'en sorts souvent frustrée. Que nenni ici, Werber prouve une fois de plus qu'il a une imagination sans faille, il nous pousse à nous interroger sur nos modes de fonctionnement, notre société consommatrice, le tout sans jugement et avec un humour grinçant comme je l'aime!
Une petite pépite donc, que je conseille à tout ceux qui veulent découvrir cet auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
pacaa
  05 juillet 2020
Lu en Juillet 2020
20 nouvelles (Je recommande "Fragrances", "Du pain et des jeux" et "Noir").

- Apprenons à les aimer. 3*. Métaphore des humains avec des animaux de compagnie. Il détaille l'espèce humaine et son mode de vie naturelle.
- le règne des apparences. 1*. Histoire courte et rapide. Plus comme un résumé ou une introduction. Cette histoire mérite d'être développée. Déception, je suis restée sur ma faim.
- Fragrances. 4*. Un objet de grande taille et qui propage une odeur nauséabonde atterrit à Paris. L'écrivain parle des sentiments et actions des français puis des décisions politiques. Il fait un lien avec l'écologie.
- Celle qui hante mes rêves. 1*. Description d'une femme Nout. Puis petite annonce comme "Meetic".
- Vacances à Montfaucon. 3*. Vacances dans le passé très intéressantes grâce à une agence qui veut vendre toujours plus et qui n'est pas honnête avec ses clients. Rebondissements sympathiques dans ce voyage.
- Manipulation. 3*. Nouvelle courte mais intéressante. Une main gauche qui veut devenir indépendante du corps.
- L'arbre des possibles. 2*. Un rêve raconté. Dans lequel le monde serait plus compréhensible et plus simple.
- le mystère du chiffre. 3*. Les connaissances se résument au savoir des chiffres. Il y a l'élite, la hiérarchie mais tout ne doit pas se savoir. Les limites sont posées pour garder le peuple dans un enclos.
- le chant du papillon. 3*. L'envie de l'homme à tout découvrir, à franchir les limites. Il prend certaines précautions mais est-ce suffisant ? Voyage galactique à quatre.
- L'ermite absolu. 2*. Cette nouvelle a la même trame que la précédente : la découverte de tout et franchir les limites humaines. Cependant, ce n'est plus dans le même contexte. Cette fois, le voyage se fait seul et un cerveau humain se libère de la prison de son corps pour mieux se connaitre. Il quitte également sa famille et ne peut plus communiquer avec elle. Comment réagissent des enfants face à un cerveau seul ?
- du pain et des jeux. 4*. La coupe du monde de football touche plein de gens. Il s'agit ici d'une transformation et de nouvelles règles sont imposées. La malignité des joueurs et leurs tactiques sont très intéressantes. Cela me rappelle les gladiateurs pour certains aspects : la mort autorisée.
- Attention : fragile. 2*. Histoire intéressante mais qui mériterait d'être développée ou ce n'est pas la bonne manière d'écriture, je n'ai pas été assez touchée.
Un père offre à son fils un cadeau mais qui lui plait plus à lui qu'à son enfant. Comment se faire plaisir de façon cachée (mais sa femme le connait et sait déjà ce vice). Métaphore comme la première histoire "Apprenons à les aimer".
- La dernière révolte. 3*. le système veut supprimer les personnes âgées qui sont un poids financier et qui n'apportent rien à la société. Cependant, ces personnes ne sont pas stupides et la dernière révolte est décrite.
- Transparence. 2*. Une expérience scientifique est décrite. Encore une découverte et franchir les limites humaines.
- Noir. 3*. Mélange de science-fiction, de légendes pour ne pas voir la vérité en face et faire face à cette nouvelle réalité.
- Tel maître, tel lion. 3*. L'image est importante pour l'homme et le monde économique est lié à chaque tendance.
- Un monde trop bien pour moi. 1*. Cette nouvelle me rappela le film "Pee Wee Big Adventure" de Tim Burton, diffusé depuis 1987. Mais rien ne peut dépasser ce film.
- le totalitarisme douceâtre. 0.5*. Je n'ai pas saisi l'intérêt de cette histoire ou alors trop mal rédigée.
- L'ami silencieux. 3*. Quel est donc cet ami silencieux qui peuple ce récit ? Histoire d'un trio de jeunes voleuses, de leurs actions, de leurs désirs... Une enquête policière dont les progrès et les témoins modernes vont surprendre.
- L'école des jeunes dieux. 3*. Récit narré par un élève Dieu avec ses progrès dans cette matière : humaniser une planète.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
cicou45
  28 avril 2011
Recueil de 20 nouvelles dans lequel l'auteur se pose une nouvelle fois la question de savoir où va l'humanité. Dans cet ouvrage, Werber imagine une école destinée aux jeunes dieux pour apprendre à mener leurs «troupeaux» d'humains, à les contrôler...Ouvrage plein d'humour mais qui pose toujours des questions existentielles. En comparant les hommes à des troupeaux d'animaux, Bernard Werber ne fait qu'énoncer une triste vérité. En regardant l'histoire de l'humanité qui a eu son lot de guerres de tortures et autres, on ne peut que se rendre compte à l'évidence : l'homme, toujours en quête de pouvoir, n'arrive pas à maîtriser ses pulsions et ressemble en effet à une sorte de troupeau mal dressé. le pire dans tout ça est qu'en regardant la société d'aujourd'hui, on se rend compte que l'homme ne tire pas de leçon de ses erreurs passées ? L'histoire serait-elle un éternel recommencement ?
Ouvrage léger et facile à lire mais qui contient des questions philosophiques que l'homme se doit de se poser. L'écriture de Werber est fluide et cet ouvrage se lit en un rien de temps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100

Citations et extraits (47) Voir plus Ajouter une citation
LydiaBLydiaB   03 décembre 2010
Enfants, nous avons tous eu des humains d'appartement que nous faisions jouer dans des cages, qui tournaient sans fin dans des roues, ou bien que nous gardions dans un aquarium au milieu d'un joli décor artificiel.
Pourtant, en dehors de ces humains de compagnies, il en existe qui ne sont pas apprivoisés. Rien à voir avec ceux des égouts ou ceux des greniers qui prolifèrent et nous obligent à utiliser l'humanicide.
Depuis quelques temps on sait en effet qu'il existe une planète où vivent des humains à l'état sauvage, et qui ne se doutent même pas de notre présence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
garrytopper9garrytopper9   11 avril 2015
Dans le combat humain pour l’élévation de l’esprit, il ne suffit pas de monter le plafond, il faut aussi empêcher le plafond de s’effondrer.
Commenter  J’apprécie          280
okkaokka   06 février 2016
Je suis si vieux.
C'est lorsque j'ai eu quarante-deux ans que j'ai commencé à me poser des questions.
Qui suis-je ?
Pourquoi suis-je né ?
Quelle est ma mission sur Terre ?
Est-il possible d'accomplir quelque chose d'intéressant dans une vie ?
Commenter  J’apprécie          120
bouboulbouboul   19 décembre 2012
Avant ils se tuaient pour manger.
Maintenant je ne sais plus pourquoi ils se tuent.
Probablement par habitude.
Commenter  J’apprécie          210
AnatemneinAnatemnein   09 mai 2017
Il y a belle lurette qu'il n'existe plus d'organismes vivants sur la terre, expliqua-t-elle. Nous sommes tous des machines que nous croyons vivantes parce que nos cervelles sont programmées pour nous donner l'illusion. La seule différence entre un distributeur de cacahuètes et vous, c'est que vous rêvez. Réveillez-vous.
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Bernard Werber (94) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bernard Werber
Extrait de "Le jour des fourmis" de Bernard Werber lu par François Tavares I Livre audio. Parution en numérique le 12 août 2020.
Pour en savoir plus : https://www.audiolib.fr/livre-audio/le-jour-des-fourmis
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






.. ..