AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782226455857
432 pages
Éditeur : Albin Michel (30/09/2020)

Note moyenne : 3.77/5 (sur 68 notes)
Résumé :
Affronter des hordes de rats impitoyables
Faire alliance avec de stupides humains
Circuler sur un fil entre les buildings de New York
Désamorcer une bombe atomique...

Franchement, si j’avais su, parole de CHAT, je n’aurais pas traversé l’océan.

Après l’effondrement de la civilisation humaine, Bastet, reine autoproclamée des chats, et sa
petite communauté hétéroclite composée notamment de Champollion, le perr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
Nowowak
  21 octobre 2020
- On va commencer par boire un coup ! C'est qui qui a soif ?
- Moi, moi !
- le buffet a été annulé mais vous pouvez picoler à volonté. Il y a trois jus de fruits différents, on ne s'est pas foutu de votre gueule ! Demandez au serveur ce que vous préférez. Si vous écoutez bien ma conférence vous aurez droit à repartir avec un livre de conseils de dix-huit pages. Il vous dira comment devenir écrivain en dix leçons. Comment transformer un truc entendu à la radio en une saga de trois volumes.
- Monsieur Werber, vous pourrez le dédicacer ?
- Oui bien sûr coco ce sera vingt euros. Non je déconne ! Juste dix euros. Sinon appelez-moi Nanard, je ne suis pas une icône inaccessible, je ne porte pas de chemise blanche, je ne suis pas BHL !
- Ouh, ouh !
- Des questions mes cocos ?
- On peut brancher sa tablette ? Je ne vois pas de prise !
- Je voudrais me raser, on peut ?
- Pour ça voyez mes confrères !
- Ouh ouh !
- Vous êtes cinq cent les loulous. On va pas péter un câble. Ni sortir les huîtres. On va se la jouer décontractée sous les aisselles. Pour commencer je vous balance un petit diapo avec les couvertures de livres que j'ai écrits.
- Recto verso ?
- Bien sûr. Ils seront en vente à la sortie de la conférence. J'ai écrit vingt romans, vous pourrez tous les acheter !
Le petit film se déroule sur une musique de Richard Wagner. J'en ai des frissons. Je les sens sous le charme. Prêts à sortir leur chéquier. Dix minutes plus tard je renoue le contact avec ces ploucs qui croient tout qu'est-ce que je dis. Je pourrais les écraser comme des fourmis. Je suis au top des meilleures ventes. Ils ne savent rien et moi je sais tout. C'est bon d'être moi.
- Qui c'est qui a lu tous mes livres ?
- Moi, moi !
- Qui qu'à lu tout sur qu'est-ce que j'ai écrit sur les chats ?
- Miaou ! Miaou !
- Avec cette conférence vous allez tout comprendre sur l'écriture, vous serez tous de nouveaux Marc Levy ou Anna Gavalda !
- Pour devenir riche et célèbre comme vous Nanard ?
- Tout juste Auguste ! Qui c'est qui a été sur mon site ?
- Moi, moi !
- Qui c'est qui vient ici par OVS ? Twitter ? Facebook ? WhatsApp ? Discord ?
- Moi, moi !
- Qui c'est qui a lu "les chats et les dieux" ?
- Moi, moi !
- Qui c'est qui a lu tous mes livres ?
- Moi, moi !
- Qui c'est qui en a lu aucun ?
- Ouh, ouh !
- Qui c'est qui pense qu'il peut faire pareil que comme moi j'ai fait ?
- Moi, moi !
Les blaireaux. Ils écrivent des rédactions de CM2 et ils pensent être des génies. Ils sont tout juste bons à s'auto-éditer et à vendre leur merde sur Amazon où à la sortie des églises. Je les traiterais de crétins congénitaux qu'ils répondraient "moi, moi !" J'adore cette impression de toute puissance. Peut-être qu'un jour je ferai de la politique. Peut-être même qu'un jour j'aurais un chat, je l'appellerai Médor, c'est bien ça Médor pour un chat.
Nowowak
Lien : https://pasplushautquelebord..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          343
Brooklyn_by_the_sea
  02 février 2021
Parce que j'aime les chats et que j'aime les romans, on m'a offert ce livre. Et parce que c'est un cadeau et que je suis gentille, je l'ai lu.
Honnêtement, j'étais abasourdie au début, avec cette histoire de chats, chiens, et quelques humains, qui atteignent les USA en bateau pour fuir les hordes de rats qui ont pris le pouvoir en Europe, après le grand Effondrement. Il faut dire que ce roman est le 3e tome d'une saga dont j'ignorais l'existence, mais un chapitre récapitule tout ce qui s'est précédemment passé. Toutefois, j'étais encore plus abasourdie en poursuivant ma lecture et en découvrant les aventures de la chatte Bastet, fan de Bach, capable de parler avec des humains, de piloter un drone, de recadrer Hillary Clinton, et de combattre des armées de rats. Sur quelle planète étais-je donc ?
Mais...
Alors que ce roman m'est d'abord apparu comme plutôt nul (gloups), je me suis surprise à tourner les pages avec avidité, pour connaître au plus vite la suite de l'histoire. Je me suis même surprise à partager certaines des pensées des chats et des rats, et j'ai apprécié la résonance gentiment écologique du livre. Mais je n'ai toujours pas compris s'il s'adresse à des enfants ou à des adultes -certains passages m'ont semblé effrontément violents.
Au final, je dois bien admettre que j'ai passé un bon moment. Même si c'est Bernard Werber et que ce n'est pas de la grande littérature, même si c'est totalement extravagant et que je ne suis pas habituée à ce genre de... "fantaisie", je ne regrette pas cette lecture.
Mais elle reste dispensable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          308
gruz
  30 septembre 2020
Chatperlipopette ! Les USA sont envahis de rats !
Troisième épisode du monde vu par Bernard Werber à travers les yeux d'un chat. Plus particulièrement ceux de la femelle Bastet, sacré caractère, haute opinion d'elle. Ingénieuse au point d'être passée de chatte d'intérieur à déesse rassembleuse de toute l'animalerie terrestre (et pourtant toujours un brin égoïste), humains compris. Bon, sauf les rats…
L'auteur avait commencé « petit » en 2016, depuis un appartement parisien, à un moment où le monde que nous connaissions s'effondrait. Depuis, de chapitres en chapitres, il voit toujours plus grand, au point d'avoir imaginé débuter la confrontation finale à New York City. Bastet, en bonne Chatman, et grâce à son troisième oeil qui lui permet de se plonger dans toute la connaissance humaine (sa prise USB greffée sur son crâne), se débat, débat (et s'ébat). le sort du monde est entre ses griffes, et l'imagination de Werber.
Ah, l'imagination ! La plus puissante des armes mentales. L'écrivain fait preuve de facétie et d'invention pour raconter cette histoire. Il semble d'ailleurs s'amuser de plus en plus, et c'est contagieux.
Cette troisième aventure est toujours ludique, parfois d'une naïveté assumée (parce qu'elle est sans l'ignorance), et aussi joliment instructive.
L'enrichissement du lecteur passe toujours par des extraits de l'Encyclopédie du Savoir Relatif et Absolu, outil cher à Bernard Werber, et que Bastet s'est approprié. Moins d'extraits toutefois cette fois-ci, le malicieux et spirituel écrivain ayant décidé de privilégier l'action. La réflexion est toujours présente, cette confrontation entre chats / chiens / humains (perroquets, etc.) et les rats méritait un rythme soutenu.
La fantaisie est bien au rendez-vous, aidé par un mélange de félinité et d'anthropomorphisme. le type même de livre accessible à tous, qu'on pense sans prétention, mais qui s'avère nous faire gentiment réfléchir à nombre de sujets (et sur nous-même).
L'intrigue est ancrée dans notre monde, mais s'appuie sur les leçons du passé pour mieux regarder l'avenir. du moins, pour les rares survivants, en dehors de ces hordes de rats gras et hargneux…
Les lecteurs qui ont aimé les deux précédents épisodes seront heureux de voir un auteur s'amuser à les divertir. Les autres pourront entrer par cette porte dans ce monde vu par un chat et ses yeux verticaux.
Bernard Werber clôt sa trilogie chatesque avec un plaisir évident et communicatif. Oui, la communication est au centre de tout, et c'est ce qui sauvera le monde.
Si même les chats le pensent… Il serait peut-être temps de leur donner la « parole », vu que nos démocraties sont malades de ne plus se comprendre.
La planète des chats est un divertissement qui dit des choses sur nous et amuse. de quoi passer, quelques heures de détente assumée (en enrichissant ses pensées au passage).
Lien : https://gruznamur.com/2020/0..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          181
odin062
  06 décembre 2020
Nous y sommes ! La fin de la trilogie des chats de Bernard Werber ! Après deux tomes qui se bonifiaient avec le temps, le troisième et dernier tome est arrivé et il promet du voyage. En effet, nous avions laissé nos compagnons de route dans un monde apocalyptique dominé par les rats, en direction du nouveau continent !
Pour rappel des faits, la multiplication des actes terroristes avaient mené la France, puis le monde dans le chaos puis la maladie… L'humanité est réduite en miette et les rats se gavent ! C'est sans compter notre petite chatte Bastet qui compte bien dominer le monde ! Après tout, là est la place d'un chat !
Bon alors la trilogie était bien perchée mais là, on est monté d'un sacré cran. Werber se lache totalement au risque d'en perdre plus d'un… mais pas moi ! Même si ce roman est moins captivant que les deux autres, je dois bien avouer avoir pris autant de plaisir à découvrir les pages encyclopédiques et les pages romancées.
A vrai dire, il ne se passe pas grand-chose, comparé au deuxième tome qui offrait une belle mobilité. Nous passons les 4/5 du roman à New York City, coincé dans un building où Werber prend plaisir à ridiculiser l'humanité via cette petite communauté autocentrée. On est même triste de perdre autant de personnages adorés dans le tome 2… J'aurais surement préféré un roman bourré d'exploration et d'aventure… Encore que ça n'aurait pas été le même roman !
Au final, Werber là où il voulait nous emmener. C'est un poil décevant certes mais ça n'en reste pas moins barré et captivant. Captivant de situations toutes plus loufoques que les autres ! Et que dire de ce combat final… Un final hollywoodien, à en oublier qu'on parle de chat… Quoi ? Ah oui, alors Werber a peut-être réussi son pari… On les aime ces boules de poils quand même !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Lilou08
  27 décembre 2020
Voici donc le dernier tome de la trilogie de Bernard Werber sur les chats. Je n'ai pas lu le 1er tome « Demain les chats » mais j'avais pris beaucoup de plaisir à lire le second tome « Sa majesté des chats » où j'avais découvert Bastet, une chatte qui se rêve reine après le déclin des humains. Je n'avais pas eu trop de difficulté à me glisser dans l'aventure, Bernard Werber donnant régulièrement des éléments sur le début de l'histoire. Et franchement, j'ai pris encore plus de plaisir avec ce troisième tome « Demain les chats » comme si son auteur et son héroïne se bonifiaient avec le temps. Oui Bastet se bonifie dans ce troisième opus. Bien sûr, elle a toujours un égo surdimensionné et garde son projet de régner sur la planète, mais peu à peu les évènements, les drames qui la touchent, son exploration de la communication avec les autres et de la connaissance finissent par la rendre un peu moins égoïste, un peu plus humaine si on ose dire pour Bastet qui méprise tant les humains. Après s'être enfuie sur un bateau, la troupe de rescapés des rats de Paris, arrive en baie de New-York. Et là c'est la consternation pour tous. Ils avaient tant espéré trouver un continent sans domination des rats ! Or les rats américains sont encore plus nombreux qu'à Paris. C'est une catastrophe ! Et ils attaquent le bateau. C'est violent, sanglant et beaucoup des compagnons de Bastet meurent au combat. Elle-même, elle est sauvée in extrémis par Esméralda. Anéantis et découragés, les rares survivants aperçoivent des signaux venant du sommet des tours se trouvant en face d'eux. Ce sont les humains qui se sont réfugiés dans les hauteurs pour échapper aux rats qui ont tout envahis. Grâce à une périlleuse traversée sur une tyrolienne, les survivants rejoignent cette communauté en survie. Commence alors une grande aventure pour les humains, les chats et les chiens qui vivent en haut de ces tours américaines. Cette équipée est une question de vie ou de mort. Surtout que Tamerlan et les rats parisiens ont eux aussi traversé l'Atlantique pour retrouver Bastet qui possède une clé USB qui contient l'encyclopédie de toutes les connaissances de l'humanité. Et ça Tamerlan la veut à tout prix pour dominer lui aussi le monde. Tamerlan est un rat intelligent et cruel. Il devra affronter le roi des rats américains, surnommé Al Capone, pour devenir l'empereur des rats. Mais c'est sans compter avec Bastet, une chatte orgueilleuse certes, mais audacieuse et elle aussi très intelligente. Elle fera tout pour sauver l'humanité et tous les animaux… sauf peut-être les rats, quoique ! Lecture très agréable et intéressante car toujours entrecoupée par la fameuse Encyclopédie du Savoir Relatif et Absolu. Par le biais de la chatte Bastet, Bernard Werber nous assène quelques vérités bien senties sur le comportement inadapté des humains et ma foi, la plupart du temps je suis bien d'accord avec lui. Ce genre d'effondrement pourrait très bien arriver si on continue à se comporter aussi égoïstement sans penser à la planète qui nous héberge, sa faune, sa flore etc. A lire pour un bon moment de lecture !
Lien : https://mapassionleslivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70


critiques presse (2)
LeJournaldeQuebec   07 décembre 2020
Après l'effondrement de la civilisation humaine, les chats ont pris le contrôle, mais n'ont pu résister aux rats qui ont envahi l'Europe.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
LaProvence   03 novembre 2020
Bernard Werber continue sa série post-apocalyptique avec un troisième volet d'aventures des félins et de leur reine.
Lire la critique sur le site : LaProvence
Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
Lilou08Lilou08   27 décembre 2020
Que se passerait-il si l’humanité disparaissait soudainement ?
Au bout de dix jours : les animaux d’élevage, n’étant plus nourris, mourraient.
Après un mois : le système de refroidissement des centrales nucléaires ne fonctionnant plus, le cœur des réacteurs chaufferait jusqu’à exploser, ce qui entraînerait des Tchernobyl en chaîne. Les radiations tueraient les espèces les plus fragiles.
Après six mois : les satellites sortiraient de leur orbite et commenceraient à chuter.
Au bout d’un an : dans les zones tempérées, les plantes recouvriraient les constructions humaines, routes, immeubles, maisons, champs, jardins. Les forêts se remettraient à pousser et le CO2 serait absorbé plus rapidement.
Au bout de cinq ans : la température baisserait et les hivers redeviendraient plus froids. Les espèces chassées, comme les sangliers, les renards, les lapins, les cerfs, les loups, les ours, se remettraient à proliférer en Europe. Dans le reste des écosystèmes, la biodiversité reprendrait ses droits.
Au bout de trente ans : tous les immeubles en béton finiraient par s’écrouler. Les ruines deviendraient des niches pour les animaux. Dans les océans, les barrières de corail se reconstitueraient. Les poissons, dont certaines espèces ont été affectées par la surpêche, pourraient de nouveau se reproduire. Notamment les thons, les requins, les dauphins, les baleines. Les méduses par contre deviendraient moins nombreuses.
Au bout de deux cents ans : l’air serait entièrement exempt de tout le CO2 produit par l’homme. Les barrages céderaient, permettant aux rivières et aux fleuves de retrouver leur lit naturel.
Au bout de trois cents ans : les constructions métalliques, comme les ponts suspendus ou la tour Eiffel, s’effondreraient du fait de la corrosion par la rouille.
Au bout de cinq cents ans : toutes les forêts retrouveraient leur faune d’il y a dix mille ans.
Vingt-cinq mille ans plus tard : les déchets nucléaires commenceraient à devenir inactifs.
Cinquante millions d’années plus tard : les monuments en pierre auraient tous disparu depuis très longtemps, cependant resteraient encore les objets en plastique.
Cent millions d’années plus tard : même les objets plastique disparaîtraient et il n’y aurait plus aucune trace du passage des hommes sur terre.
Encyclopédie du Savoir Relatif et Absolu. Volume XIV.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Amnezik666Amnezik666   10 décembre 2020
— Vous êtes sûre qu’être prophète, c’est mieux qu’être reine ?
— Être reine ne consiste précisément qu’à régner. La reine gère des guerres et donne des ordres. Ça n’est que du court terme. Une prophète continue de diffuser sa pensée après sa mort. Elle influence les rois et les reines qui lui succèdent, par la seule puissance de ses idées.
Elle continue :
— Être prophète, c’est donner un sens au passé puis, de là, déduire l’avenir. Être prophète, c’est avoir une vision personnelle originale du futur. Et ça, je crois que tu en es capable, Bastet.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
arabesquearabesque   24 décembre 2020
À cet instant, je comprends le problème des humains : leur imagination est plus souvent utilisée à faire leur malheur que leur bonheur.
Commenter  J’apprécie          80
Lilou08Lilou08   27 décembre 2020
J’ouvre les yeux dans l’eau salée rougie où s’agitent autour de moi des dizaines de pattes roses griffues.
Mes blessures me piquent.
C’est un instant que je qualifierais de… comment dire… ? Inconfortable ? Inquiétant ? Non. La meilleure description serait : totale solitude.
Je ne sais pas ce que vous feriez à ma place. Moi, je veux hurler, mais comment hurler sous l’eau ? Même ce petit défoulement m’est interdit. Je suffoque, tout en continuant à recevoir des coups de griffes.
Ainsi tout s’arrêterait là, maintenant, comme ça, dans de l’eau de mer, au milieu de rats américains ?
Moi qui pensais être reine, je songe que même mon cadavre n’aura pas droit à la moindre sépulture. Je vais être mangée par les poissons et mes quelques restes pourriront au large d’un pays que je ne connais même pas.
Pire : ces mêmes rats qui m’entourent risquent fort de me dévorer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Amnezik666Amnezik666   12 décembre 2020
Tu sais, chez les humains, être en couple, ça ne veut rien dire. En général, il y a trois ans d’amour passionnel, puis trois ans d’installation et de gestion du quotidien, puis arrivent les enfants et, là, au mieux on devient deux amis qui vivent ensemble, au pire des ennemis, mais le plus souvent, le résultat, c’est deux colocataires qui se croisent pour gérer les enfants, les courses, l’évacuation des ordures.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Bernard Werber (100) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bernard Werber
Vous avez toujours rêvé de rencontrer Bernard Werber ? Découvrez le replay d'un Live réalisé pour la parution de son nouveau roman ! Il nous dit tout sur son nouveau livre qui clôt sa fantastique saga des chats. Il nous parle aussi des oeuvres qui l'ont inspiré, nous donne des conseils d'écriture et répond à toutes vos questions !
"La planète des chats" dès à présent en librairie.
Découvrir son nouveau livre: https://www.albin-michel.fr/ouvrages/la-planete-des-chats-9782226455857
Activez la cloche pour être informé des nouvelles vidéos et abonnez vous : https://www.youtube.com/user/VideoAlbinMichel?sub_confirmation=1
Nous suivre sur les réseaux sociaux : Instagram : https://www.instagram.com/editionsalbinmichel Facebook : https://www.facebook.com/editionsAlbinMichel Twitter : https://twitter.com/AlbinMichel Linkedin : https://www.linkedin.com/company/albin-michel
#bernardwerber #albinmichel #laplanetedeschats
+ Lire la suite
autres livres classés : chatsVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox


Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère





.. ..