AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2878580443
Éditeur : Viviane Hamy (08/03/1999)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 15 notes)
Résumé :

En 1914, Werth a 36 ans. Libertaire, antimilitariste, jauressien, il croit à l’internationalisme. Pourtant, comme nombre de ses camarades, il part volontaire pour le front afin de défendre son idéal d’homme libre qui va faire « la guerre à la guerre », à cette guerre, la dernière. Il y restera 15 mois. Aussi biographique soit-il, Clavel soldat (rédigé entre 1916 et 1917) est avant tout un magnifi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
petch
  22 janvier 2013
Pacifiste de la première heure, antimilitariste, fréquentant les milieux anarchistes, Leon Werth s'est engagé volontaire en 1914, avec l'espoir et l'illusion de participer à la rébellion des masses contre la boucherie programmée. Ce livre, à la fois autobiographique et romancé, raconte ses progressives désillusions vis-à-vis de ses compagnons d'infortune, dont il constate impuissant la soumission à l'autorité militaire.
« Oui… Décidément, ils sont trop bêtes » : voilà une phrase récurrente déclinée tout au long du livre, montrant le peu d'indulgence de Leon Werth face à l'attitude moutonnière des soldats partis au front. Contrairement à d'autres témoignages sur 14-18 qui mettent souvent en avant à la fois les horreurs de la guerre et la compassion vis-à-vis des soldats du front, ici rien ne se passe, l'ennui est permanent, et l'impatience d'aller en découdre est grande. Comme le dit Stéphane Audoin-Rouzeau à la fin de sa préface « Que Léon Werth soit parvenu à transcrire cet aspect presque indicible de l'expérience de 1914-1918 – la temporalité si particulière de la vie des tranchées pour ceux qui l'ont vécue – contribue à faire de Clavel soldat un des témoignages les plus incisifs jamais écrit sur la Grande Guerre ».
Un livre poignant et résolument militant d'un auteur qui écrira de nombreux autres ouvrages sur l'armée, les deux guerres mondiales, mais aussi le colonialisme. Esprit indépendant et polémique de l'entre-deux guerres, il a cependant forcé le respect de ses contemporains, à tel point qu'Antoine de St Exupéry lui dédiera le Petit Prince.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          173
ablachair
  22 septembre 2014
Je ne saurais dire ce que vaut ce livre d'un point de vue littéraire.
En un certain sens, la question ne se pose pas.
C'est un témoignage fondamental sur la première guerre mondiale.
Commenter  J’apprécie          40
alexgrandin
  30 novembre 2016
Werth, auteur trop méconnu hélas, livre dans un style sobre un témoignage essentiel, pour nous et pour les générations futures, de ce que fut la guerre 14-18, et de ce qu'est l'instinct grégaire chez l'homme.
Commenter  J’apprécie          00
moravia
  21 février 2013
Un auteur qui sort de l'ombre pour nôtre plus grand bonheur.
Commenter  J’apprécie          20

critiques presse (1)
Actualitte   18 décembre 2017
Clavel soldat sera apprécié des connaisseurs et par les témoins, mais cette peinture sans concession éloignera, semble-t-il, le grand public.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
awalooawaloo   18 octobre 2010
Le vin... Il n'y a que le vin, la boue et les cadavres, les uns vivants, les autres morts. Et l'ennui, un ennui auparavant inconnu, l'ennui jusque dans les mains, jusque dans les pieds, un ennui qui fourmille, tout cela pour rien... rien... rien. Clavel en est sûr, maintenant : Pour rien. C'est cela l'horrible et cela seulement. Et la plupart ont perdu la force même de s'ennuyer. L'ennui devient le signe de ceux qui ne sont pas morts à tout. À connaître leur ennui, combien sont-ils? dix, cent, mille peut-être et ceux-là sont prêts à se joindre des deux côtés des lignes. Et moi-même, quel est mon souci? se demande Clavel... Je n'ai plus en moi que la sensation du temps qui coule, le désir qu'il coule plus vite, et un dégoût toujours croissant, non pas de la mort, mais de cette mort-là.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
simonbusimonbu   29 avril 2015
L'Allemagne, dites-vous, a besoin de territoire pour son peuple toujours multiplié, pour son commerce toujours croissant... Imaginez-vous un Allemand mobilisable désirant la guerre pour étendre les affaires, ou, par mystique commerciale, pour étendre les affaires de l'Empire ? L'idée est si sotte que nous consentons à la prêter aux Allemands, mais que nous ne pouvons une minute l'attribuer à un Français.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
awalooawaloo   18 octobre 2010
Clavel pense à la mort. Il n'en a aucune épouvante hébétée de cauchemar. Il ne redoute pas l'au-delà. Mort, il rentrera dans la nécessité universelle. Seul disparaîtra le petit hasard de personnage qu'il est et son lien à d'autres personnes. C'est cela simplement qu'il voudrait préserver et les imprévus possibles de la vie qu'il pourrait vivre encore si nul accident de guerre ne la supprime. Il n'a pas peur de la mort. Il veut bien mourir, mais pas à la guerre. (p. 210)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
awalooawaloo   18 octobre 2010
Il y a beaucoup de chalands à la messe. Rien n'est ignoble comme ce réveil du sentiment religieux sous la peur.
Commenter  J’apprécie          11
Video de Léon Werth (4) Voir plusAjouter une vidéo

Léon Werth : Cochinchine
Olivier BARROT présente depuis le Musée Rodin le livre de Léon WERTH : "Cochinchine". Images d'archives de Saîgon.
autres livres classés : première guerre mondialeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
818 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre