AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Martine Leroy-Battistelli (Autre)
ISBN : 2253030708
Éditeur : Le Livre de Poche (01/06/1986)

Note moyenne : 4.25/5 (sur 6 notes)
Résumé :


Quatrième de couverture
Le pape français Grégoire XVII a reçu une terrible révélation : la fin du monde est proche, et l'heure du Second Avènement est arrivée. Il voudrait l'annoncer dans une encyclique. Grégoire XVII est-il un mystique, un fou ou un fanatique avide de puissance ?

La Curie, devant les dangers d'une telle proclamation, le contraint à abdiquer et l'expédie dans un monastère. La crise internationale se précise et l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
ladesiderienne
  24 janvier 2016
CHALLENGE PAVES 2015/2016 (7/10)
Grégoire XVII, alors pape en fonction a eu une vision de l'Apocalypse et du Second Avènement du Christ. Toute la Curie, prétextant la folie, l'a obligé à abdiquer avant qu'il ne fasse part au monde entier de la fin prochaine de l'humanité. Retiré dans un monastère, il réussit à faire parvenir une lettre à son ami Carl Mendelius, professeur d'études bibliques à l'Université de Tübingen en Allemagne et ancien prêtre. Il le somme d'être son porte-parole face aux dirigeants de la planète qui ont un rôle à jouer avant l'imminence de la catastrophe, sans se douter réellement du danger que cette mission représente. Reste-il encore sur Terre des rêveurs, des "bouffons de Dieu" pour croire en la bonne parole de l'amour et du salut ?
En lisant le résumé de la quatrième de couverture, j'ai cru voir dans Morris West un précurseur de Dan Brown que j'adore. Ma déception a donc été grande car malgré une intrigue intéressante qui démarre dans les coulisses du Vatican, l'action a rapidement fait place à des discussions sans fin sur le Bien et le Mal. Le questionnement théologique et les références bibliques associées traditionnellement compliqués pour le non-spécialiste rendent la lecture difficile et (soyons franc ) parfois ennuyeuse, d'où ma note de 8/20. Certes la fin véhicule un message d'espoir que le croyant appréciera.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
ladesiderienneladesiderienne   07 janvier 2016
Anneliese avait enfin terminé sa lecture. elle posa la lettre sur la table et la couvrit de ses grosses mains boudinées. Elle choisit ses premières paroles avec une précaution toute médicale.
" Carl, je ne suis pas certaine d'être qualifiée pour juger de cela. Je ne suis pas croyante et je ne l'ai jamais été. Quelle que soit la faculté qui permet de sauter de la raison à la foi, je ne l'ai jamais possédée. Certains sont sourds aux harmonies, d'autres sont aveugles aux couleurs, moi je suis une athée incurable. Je l'ai souvent regretté. Dans mon travail je me suis parfois sentie handicapée quand j'ai eu affaire à des patients profondément croyants. Voyez-vous, Carl - elle poussa un long gloussement - d'après moi, vous et vos pareils, vous vivez dans un état d'illusion totale qui par définition est la folie. D'autre part, comme je ne peux pas prouver votre erreur, je suis obligée d'admettre que c'est peut-être moi qui déraisonne."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
ladesiderienneladesiderienne   22 janvier 2016
Toujours, il avait admiré les Anglais, sans toutefois les comprendre totalement. La subtilité de leur humour lui échappait souvent. Leur affectation l'irritait. La lenteur de leurs mœurs commerciales ne manquait jamais de le surprendre. Cependant, ils étaient fidèles en amitié ; ils avaient le sens de l'histoire et ils jetaient un regard tolérant sur le ridicule et l’excentricité. Il leur arrivait d'être possessifs, cupides et capables d’incroyables cruautés sociales et pourtant, ils avaient institué de grandes œuvres de bienfaisance. Ils étaient humains envers les fugitifs et pour eux, la vie privée était un droit et non un privilège. Donnez-leur une cause qu'ils comprennent, mettez en danger les libertés qu'ils chérissent et ils descendront dans la rue par milliers, ou bien, ils marcheront, dignes et solitaires, à la rencontre du bourreau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
ladesiderienneladesiderienne   11 janvier 2016
Carl Mendelius ôta ses lunettes et se frotta les yeux pour chasser le sommeil. Il avait lu ce rapport avec le dénouement d'un ami et l'attention d'un intellectuel honnête. Maintenant, en cette heure solitaire, bien après minuit, il lui fallait émettre un jugement sur le texte, sinon sur l'homme qui l'avait écrit. Une terreur soudaine et glacée s'empara de lui, comme si la pénombre de la pièce était hantée par de veux fantômes accusateurs : les spectres des hommes brûlés comme hérétiques, des femmes noyées pour sorcellerie et des martyrs innombrables gémissant sur l'inutilité de leur sacrifice.
En ces années de mise en question, il avait du mal à prier. Il en sentait le besoin, mais les mots ne lui venaient pas. Il était semblable à un homme enfermé dans le noir depuis si longtemps qu'il en avait oublié le son de la voix humaine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
ladesiderienneladesiderienne   14 janvier 2016
- Vous pensez que nous allons sauter ? demanda Mendelius.
- J'en suis persuadé. Les armements sont pratiquement prêts. Les tout derniers prototypes seront opérationnels dans un an. Nous n'avons plus assez de pétrole. Les gouvernements tombent au fur et à mesure entre les mains de joueurs et de fanatiques. C'est un vieux truc : si vous êtes en butte à des émeutes chez vous, lancez une croisade à l'extérieur. L'homme est un animal fou et sa folie est incurable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
ladesiderienneladesiderienne   21 janvier 2016
La chasse aux livres s'avéra fructueuse. Il dénicha une édition originale des "Fêtes Galantes" de Verlaine avec un quatrain autographe collé à l'intérieur de la couverture. Verlaine l'avait toujours hanté, cet ivrogne triste et perdu qui écrivait des complaintes angéliques et qui vivait en enfer avec Rimbaud et qui, s'il existait une justice dans l'univers, devait être en train de chanter des cantiques de joie aux pieds de l’Éternel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
autres livres classés : vaticanVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

La guerre de Catherine

Où est confiée Rachel ?

dans un couvent
à la maison de Sèvres
dans une ferme

5 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : La guerre de Catherine de Claire FauvelCréer un quiz sur ce livre