AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2743632518
Éditeur : Payot et Rivages (13/05/2015)

Note moyenne : 2.82/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Depuis son renvoi de la police de New York, Mitch Tobin flirte avec la dépression nerveuse. Aussi, lorsqu'il est interné dans un établissement de soins psychiatriques, peut-on se demander s'il est là en tant qu'enquêteur privé ou en tant que patient...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Marple
  07 juin 2015
Une enquête dans un simili-hôpital psychiatrique, menée par un ex-inspecteur, dépressif, pressé de retourner dans son jardin et obsédé par un mur, et imaginée par Donald Westlake, le père des très loufoques et très drôles Aztèques dansants, ça devait forcément me plaire !
C'est ce que je me suis dit en achetant ce polar et c'est aussi ce que j'ai constaté pendant ma lecture. D'une part, je me suis bien amusée grâce à la patte gentiment moqueuse de Westlake; d'autre part, j'ai trouvé les personnages, tant l'enquêteur que les médecins, malades et autres passagers clandestins, intéressants et parfaits pour leur rôle.
Le titre m'imposait de trouver une pomme de discorde... La voici donc : l'intrigue est un peu faible, au point que j'aie oublié en 15 jours qui était le méchant et que j'aie du aller vérifier avant d'écrire ce commentaire... À part ça, point de pomme de discorde, que des pommes d'amour !
Commenter  J’apprécie          270
MariePoone
  18 août 2016
Ce n'est pas tant l'enquête qui a son importance ici mais la radiographie de la société américaine des années 70. Certains patients de cette maison sont boulimiques, gays, nymphomanes, donc catalogués comme fous et mis à l'asile. D'autres sont pédophiles, meurtriers, kleptomanes et n'ont pas été mis en prison.
Pas le plus grand de Westlake (à l'origine, ce roman a été publié sous le pseudo de Tucker Coe), mais l'on retrouve cette plume pleine d'humour et de tendresse pour les plus chancelants d'entre nous.
Commenter  J’apprécie          00
troisouquatrelivres
  30 novembre 2016

Un ancien policier s'infiltre dans une maison de repos pour malades psychiatriques en rémission : des accidents suspects menacent ces habitants...
Le scénario promet d'être haletant, j'imagine une mise en scène des habitants aux réactions étranges, peut-être moins fous qu'on le pense. Résultat, je me retrouve face à un roman policier assez classique. Les personnalités de chaque résident sont peu développées (le fait qu'il y en ai plus d'une vingtaine n'aide pas beaucoup) et l'enquête est résolues en quatre jours (expéditif).
Résultat des courses : j'ai lu ce roman il y a moins d'une semaine et je ne me souviens plus du coupable. Bof bof.
Lien : http://troisouquatrelivres.b..
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   28 avril 2016
Il collectionnait les bouts de ficelle, amassait les journaux, conservait les détritus. De plus, il était kleptomane et ne cessait de chaparder dans les magasins des bricoles dont il n’avait ni envie ni besoin. C’était sa kleptomanie qui avait attiré sur lui l’attention de la police. Au cours de la perquisition effectuée pour récupérer les objets volés, on avait trouvé sa maison pleine à craquer de vieux journaux, de meubles dépareillés, de sacs d’ordures en état de putréfaction, de monceaux de vieux vêtements, de résidus de toutes sortes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   28 avril 2016
Savez-vous à quoi servent les maisons de postcure ? (Je l’ignorais et il me l’expliqua.) On y accueille des gens qui vont réintégrer la société mais qui ne peuvent ou ne veulent pas faire tout de suite le grand plongeon. Il y a des maisons de postcure pour les anciens drogués, les prisonniers libérés, je crois même qu’il y en a une en Floride pour les anciens prêtres. L’idée, c’est que les habitants d’une maison de postcure sont libres d’aller et venir à leur guise, mais que la barrière protectrice n’est qu’à demi levée et qu’ils cohabitent avec des gens qui ont des problèmes semblables et qui comprennent les leurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   28 avril 2016
Un garçon de quinze ans a-t-il besoin d’un père qui broie du noir à longueur de journée ? Leurs vies seraient plus faciles si je coupais tout simplement les amarres et disparaissais. Il m’arrive de souhaiter en avoir le cran, mais je ne peux pas m’y résoudre. J’ai peur de partir, c’est la vérité.
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   28 avril 2016
Nous avions discuté de Dewey, lequel devait être considéré comme le suspect numéro un. Le premier problème à l’ordre du jour était donc de le retrouver et de l’interroger, soit pour le mettre hors d’état de nuire si c’était lui qui tenait cette épée de Damoclès suspendue au-dessus de nos têtes, soit pour le rayer de la liste des suspects s’il s’avérait innocent.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   28 avril 2016
Une technique est quelque chose que vous pouvez utiliser ou non. Les dents du requin sont efficaces, mais elles ne constituent pas une technique. Ce sont juste des choses qui lui sont propres parce qu’il est un requin.
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Donald E. Westlake (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Donald E. Westlake
Maxim Jakubowski on Donald Westlake - Part 2 of 2
autres livres classés : dépressionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Donald Westlake...for ever

Quand Parker m'a invité à passer chez lui, j'ignorais alors que c'était pour boire un petit coup de

blanc
vinaigre
cidre
gnôle

10 questions
9 lecteurs ont répondu
Thème : Donald E. WestlakeCréer un quiz sur ce livre