AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Danièle Bondil (Traducteur)Pierre Bondil (Traducteur)
EAN : 9782743609160
361 pages
Éditeur : Payot et Rivages (02/02/2002)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 36 notes)
Résumé :
Branson, dans le Missouri est pour tout journaliste le prototype de la ville de "bouseux" américains. C'est pourtant là que se déroule l'événement médiatique de l'année. Mus par leur instinct grégaire et la promesse d'articles bien juteux, ils se rendent sur place pour assister à l'incroyable procès du célèbre chanteur de musique country, Ray Jones, accusé de meurtre avec préméditation, de viol et de sodomie sur la personne de Belle Hardwick, l'une de ses employées.... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
zazaleb
  12 septembre 2014
Ceux qui aiment les polars avec crime, enquête, rebondissement, sang, suspense, angoisse etc ...seront déçus. "Moi, mentir ?" est un prétexte à dénoncer les méthodes crapuleuses de la presse à scandale, mais c'est aussi une très bonne introduction au système judiciaire américain. J'ai beaucoup apprécié ce roman dont le dénouement tout à fait inattendu surprend le lecteur (en tout cas, moi, il m'a surpris), même si la structure habituelle du roman policier est si peu respectée que je n 'attendais presque plus que soit révélée la clé de l'énigme.
Commenter  J’apprécie          90
Scara
  03 décembre 2012
Ce livre rompt avec le rythme habituel de Westlake, généralement envolé comme une pièce de théâtre bien ficelée. Aucun mot n'est superficiel et le récit est beaucoup plus construit sur les dialogues que sur les descriptions.
Ici, le regard de l'auteur se focalise sur les préparations du procès d'un chanteur de country, accusé d'avoir tué une jeune femme, et en particulier sur les méthodes de la presse à scandale qui noyaute tout pour s'assurer des scoops bien croustillants.
Mais rira bien qui rira le dernier!
Personne n'est bien net dans cette histoire, pas même les seuls journalistes qui semblent animés d'une certaine déontologie, qui retournent leur propre méthode contre les collègues à scandale.
Pas même notre chanteur à succès, qui se laisse accuser de façon curieusement désinvolte ...
Commenter  J’apprécie          30
Gwelan
  31 juillet 2017
Un policier ? oui il y a un cadavre, la police et des juges. Mais le réel intérêt de ce livre est la critique des méthodes utilisées par le journalisme à scandale. Procédés que ne répugnent pas à utiliser ceux qui se veulent combattre ces méthodes.
Commenter  J’apprécie          10
LindaLapostolle
  31 août 2011
Une incursion dans le monde journalistique à potins, où tout est permis pour couvrir une histoire. Un chanteur country est accusé de meurtre, voilà quelque chose à se mettre sous la dent pour les journalistes de ces publications sans scrupules Une bonne histoire malgré quelques longueurs. Un dénouement auquel on ne s'attend pas vraiment.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   10 janvier 2020
Quand bien même il avait une confiance indéfectible dans son savoir-faire avec le beau sexe (il aurait sans nul doute tourné lui-même les choses de la sorte), ils avaient réglé ce genre d’âneries une bonne fois pour toutes au tout début de la présence de Sara à Galaxy , et maintenant la simple vue de Harry ne faisait que raviver le souvenir de ces jours anciens placés sous le signe d’une enivrante irresponsabilité, une époque où mettre en cachette un micro dans les toilettes d’une star de la télévision représentait le nec plus ultra de la réussite journalistique. Maintenant elle pouvait se regarder dans la glace et voir quelqu’un d’honnête, de valable, une personne bien, une authentique journaliste d’enquête travaillant pour un magazine sérieux et respectable ; mais, devait-elle reconnaître, cette époque révolue avait été très amusante. La vue de Harry Razza faisait revivre tous ces souvenirs. Tout comme la remarque suivante de l’Australien : — Quel endroit pourri, Sara. Tu as dû faire quelque chose d’éminemment condamnable dans ton nouvel emploi pour être exilée au fin fond de ces pâtures. — Arrête, Harry, nous sommes tous les deux ici pour Ray Jones et tu le sais pertinemment. — Quelque ménestrel, si j’en crois la rumeur, fit-il en écartant Ray Jones d’une main méprisante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   10 janvier 2020
« Le problème, c’est que nous étions trop jeunes quand nous nous sommes mariés, nous ne savions pas ce que nous voulions vraiment, nous ne savions pas qui nous étions. Je ne dis pas que c’est de la faute de Marcie, je crois que c’est tout aussi dur pour elle que pour moi, et elle est coincée exactement comme je le suis. Et maintenant il y a les enfants, tu sais, et cela nous écarte encore plus l’un de l’autre. Nous n’étions nous-mêmes que des gamins, quelqu’un aurait dû nous dire : “Ne faites pas ça ! Cherchez d’abord à savoir qui vous êtes, ne vous inventez pas des liens avant même d’avoir essayé vos ailes.” Je ne dis pas que c’est de la faute de Marcie, je sais que c’est affreux pour elle aussi et elle a les enfants encore plus que moi. Nous avons joui ensemble et nous avons cru que c’était l’amour, tu sais, l’amour pour l’éternité, mais qu’est-ce que nous en savions ? C’était le sexe et rien d’autre. Nous n’étions que des gosses, et le sexe était comme une nouvelle sucette, tu sais, à l’époque nous ne pouvions pas nous empêcher de nous tripoter sans arrêt et puis les enfants ont commencé à arriver.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   10 janvier 2020
Néanmoins, la célébrité est une arme à double tranchant. Dans les quatre années qui s’étaient écoulées depuis la construction de sa salle de spectacle et depuis qu’il avait acheté sa maison de Porte Regal, Ray Jones avait fait un certain nombre de choses pour se gagner les bonnes grâces de la communauté, prêtant son nom à des campagnes pour récolter des fonds pour les hôpitaux, organisant un spectacle de bienfaisance pour les boy-scouts de la ville, des choses comme ça, des choses que n’importe quelle célébrité douée de sens commun fait quand elle tente de s’implanter au sein d’une communauté. Une portion de ce réservoir de jurés potentiels allait nourrir des sentiments chaleureux à son égard, en raison de ses actions généreuses à Branson, et cela faisait partie du travail de Warren Thurbridge et de son équipe de les dénicher puis de leur faire intégrer le jury. Il fallait avaler la publicité négative, espérer que la publicité positive ferait son effet. Rester sur place dans le comté de Taney.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   10 janvier 2020
L’ivresse que l’on ressent à se trouver au cœur même du génie de l’Amérique est quelque chose de très difficile à décrire. En dépit des complications et des subtilités issues de deux siècles d’histoire, les Américains sont dans l’essence demeurés ces mêmes êtres frustes et simples qui vinrent braver l’inconnu pour façonner une civilisation au sein des terres vierges du nouveau continent. Le processus consistant à dompter cette terre magnifique et sauvage se perpétue ici, à Branson, dans le Missouri, au milieu des rocailles et des broussailles noyées par le sable, en ce lieu où les vérités éternelles que constituent la famille, l’honnêteté et la bravoure se voient confrontées de manière inattendue à nombre de nos maux postmodernes : le meurtre, le viol, les passions inavouables et un système judiciaire complexe, cynique, indifférent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   10 janvier 2020
Le cul et les seins, c’était pas le truc, à Branson, alors pourquoi garder un trio féminin de choristes ? À l’époque en tout cas, Honey Franzen, qui était aussi intelligente que belle, avait depuis longtemps cessé de vocaliser et de se trémousser sur scène derrière Ray pour devenir sa secrétaire particulière et son constant réconfort particulier, l’endroit où, quand Ray éprouvait la nécessité de s’y rendre, elle éprouvait celle de le laisser entrer. C’était elle-même, en fait, qui avait engagé la fille chargée de la remplacer dans le trio des Jones Girls, et quelques années plus tard elle l’avait mise à la porte, en même temps que les deux autres et ultimes Jones Girls.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Donald E. Westlake (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Donald E. Westlake
Maxim Jakubowski on Donald Westlake - Part 2 of 2
autres livres classés : presse à scandaleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Donald Westlake...for ever

Quand Parker m'a invité à passer chez lui, j'ignorais alors que c'était pour boire un petit coup de

blanc
vinaigre
cidre
gnôle

10 questions
9 lecteurs ont répondu
Thème : Donald E. WestlakeCréer un quiz sur ce livre