AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2743645520
Éditeur : Payot et Rivages (07/11/2018)

Note moyenne : 3/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Kirby, un Américain installé au Belize ― minuscule Etat d'Amérique centrale ―, a acquis un terrain dans la jungle sur lequel il a édifié un faux temple maya avec la complicité de villageois locaux. Ces derniers fabriquent pour lui des "antiquités" qu'il entend vendre à des clients américains. Son but est quand même de s'enrichir le plus possible, on ne va pas se le cacher. Mais lorsque lesdits clients arrivent au Belize en même temps qu'une archéologue i... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
encoredunoir
  14 décembre 2018
Eh bien oui, il reste encore des inédits de Donald Westlake, et en voici un nouveau exhumé par les éditions Rivages.
Kirby Galway, un Américain, s'est installé au Belize dans le but de faire fortune dans l'élevage de vaches. Mais le terrain de pâture que lui a vendu Innocent St.Michael, un fonctionnaire bien installé, s'est révélé être, dans sa partie basse et non occupée par la jungle, un marécage à la saison des pluies et un désert de poussière à la saison sèche. Kirby s'est donc reconverti. Grâce à ses talents de pilote et à sa rencontre avec une communauté maya locale, il convoie de la marijuana vers les États-Unis et il s'est lancé dans le trafic de fausses pièces archéologiques précolombiennes que fabriquent les artisans du village voisin. Pour mieux berner antiquaires et directeurs de musées américains, il a même fait édifier un faux temple maya sur sa propriété. Tout se passe pour le mieux jusqu'à ce que la machine se grippe : des clients qui arrivent trop tôt, une archéologue naïve et idéaliste qui voudrait voir de plus près le terrain, des fonctionnaires locaux attirés par l'appât du gain…
On est donc là dans la veine comique de Donald Westlake et l'on retrouve dans les malheurs de Kirby tous les ingrédients qui ont fait la réputation de l'auteur américain disparu en 2008 : des méchants pas très fins, des gentils qui forment une belle brochette de bras cassés, des quiproquos et des coups de théâtre à la pelle. C'est donc avec un plaisir non dissimulé que l'on se plonge dans ces aventures rocambolesques portées par ce qu'il faut d'exotisme et un humour piquant mais sans cynisme – et ça fait parfois du bien. Entre aventure et roman comique, on passe incontestablement un bon moment de lecture.
Sans être un chef-d'oeuvre redécouvert comme le fabuleux Mémoire morte, Tous les Mayas sont bons, est donc une honorable comédie, un livre qui contentera certainement les adeptes du Westlake auteur des aventures de Dortmunder ou de romans comme Aztèques dansants, mais qui permettra peut-être aussi à de nouveaux lecteurs de découvrir de le découvrir.
Lien : http://www.encoredunoir.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
mimo26
  21 novembre 2018
Donald Westlake était un grand écrivain de polars new-yorkais décédé il y a 10 ans laissant un vide abyssal jamais comblé derrière lui. Depuis, Rivages, son éditeur français a publié quelques inédits, puis la source s'est tarie. Et soudain arrive maintenant ce “tous les Mayas sont bons “ avec un titre français sentant bon les jeux de mots à deux balles que nous offraient les éditeurs français dans les années 60, 70 et 80 pour les polars. Alors, si vous ne connaissez pas ce grand maître, nul doute que ce ne sera pas forcément un roman marquant pour vous et que de multiples autres entrées beaucoup plus riches sont recommandées. Tout bon libraire saura vous guider entre autres vers “le couperet” ou “ Aztèques dansants”, très réussi qui montre un peu lui aussi un réel intérêt de Westlake pour les civilisations précolombiennes.
Si vous êtes un fan, par contre, malgré que vous puissiez légitimement vous demander pourquoi ce roman sorti en 1985 aux States ne fasse son entrée chez nous que plus de trente ans plus tard, vous ne pourrez certainement pas résister et je vous comprends très bien…
Capable d'écrire des comédies policières ébouriffées et hilarantes dans sa série consacrée à John Dortmunder cambrioleur new-yorkais particulièrement touché par une scoumoune qui ne le lâche jamais avec sa bande sympathique de bras cassés et des polars beaucoup plus sombres avec sa série Parker, Westlake était brillant dans tous les genres qu'il touchait. Celui-ci avec sa profusion d'informations sur le Bélize en Amérique Centrale, se rapproche de “Kawaha”, roman d'aventures situé dans l'Ouganda des années 70 du triste sire Idi Amin Dada.
Roman d'aventures donc situé dans la jungle du Bélize qu'il a arpentée avec son épouse et à qui il a dédié le roman pour avoir enduré un trip avec lui dans l'enfer vert, se double aussi d'une farce et d'un énorme jeu de dupes, d'arnaques avec moult rebondissements, trahisons en cascade. Ce n'est sûrement pas le meilleur de Weslake que l'on retrouve ici mais le rythme est bien là, le ton gentiment moqueur et un humour souvent très fin, pince sans rire qui est une de ces marques de fabrique, bien présents, font que c'est du Weslake et… c'est bon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
MademoiselleMaeve
  17 décembre 2018
Tous les Mayas sont bons est le « nouveau » roman de Donald Westlake paru chez Rivages. Nouveau, pas tout à fait. Il est paru en anglais en 1985, mais il est nouveau en français. de toutes manières, malheureusement l'auteur est décédé en 2008, donc la nouveauté sera forcément relative.
Personnellement, j'adore la série Dortmunder de Donald Westlake. C'est drôle et totalement fou et j'ai plaisir à suivre les aventures de ce beautiful loser et de sa bande de bras cassés qui imaginent des braves plus tordus et loufoques les uns que les autres.
Alors un « nouveau » Westlake, moi ça me met en joie. le dernier que j'avais lu, Dégâts des eaux, m'avait tellement fait rire que j'avais hâte de me plonger dans cette histoire qui allait forcément être rocambolesque et totalement dingue.
Alors pour commencer, si comme moi, vous adorez Dortmunder, il faut savoir que Tous les Mayas sont bons n'est pas une de ses aventures. Donc point de braqueurs en mousse dans ce roman. Mais Kirby, un Américain installé au Belize. le Belize, pour ceux qui comme moi ne le savaient pas, se trouve en Amérique centrale, au sud du Mexique et à l'est du Guatemala.
Kirby fait dans le trafic d'antiquités. D'antiquités fabriquées par les villageois avec qui il est en affaire. le but étant de truanderie des riches Américains crédules. Mais une « fichue peste » d'archéologue vient mettre son grain de sel dans une entreprise qui roulait bien et ça va vite devenir un gros bordel…
Je ne vais pas vous cacher que j'ai été moins séduite que lorsque je lis une histoire de Dortmunder, même si l'on retrouve tous les quiproquos chers à l'auteur. Mais je crois que mon coeur est à Dortmunder. Mais si vous aimez les embrouilles et les histoires de trafic et que vous avez envie de rencontrer des personnages fantasques, n'oubliez pas que Tous les Mayas sont bons. J'ai un peu honte de cette chute.
Lien : https://mademoisellemaeve.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   11 novembre 2018
Bon vivant, aimant la compagnie des femmes, baignant dans le confort et le luxe, il était rond comme un tonneau mais en excellente condition physique, et possédait un cœur qui aurait pu propulser un navire à vapeur. Des Indiens mayas, des conquistadors espagnols, d’anciens esclaves africains et des navigateurs irlandais naufragés avaient joint leurs efforts pour concourir à sa création, et la plupart auraient sûrement été fiers du résultat de leur labeur. Ses cheveux étaient africains, sa peau café au lait était maya, son courage irlandais, et la fourberie de son esprit totalement espagnole.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   11 novembre 2018
Les gens qui ne sont pas célèbres sont toujours ravis quand on les reconnaît. « Oh, oui, c’est moi », avait répondu Lemuel. Il avait le visage rond, le regard bienveillant derrière des lunettes rondes, et une large bouche souriante au-dessus d’un nœud papillon à pois.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   11 novembre 2018
C’était une troupe réduite et un lot d’animaux tristes. Imaginez, sur la plage, des chevaux qui dansent, des girafes et des éléphants.
 
Évidemment, nous, les villageois, avons fait tout ce que nous avons pu pour les aider. L’eau, la viande et la nourriture pour les animaux ont rapidement entraîné une situation délicate pour la ville, mais nous avons quand même réussi à les remettre sur pied. Les gens du cirque étaient gentils et ils nous ont présenté deux ou trois spectacles gratuits dans le parc principal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   11 novembre 2018
Aujourd’hui, l’université de Miami est aussi reconnue que n’importe quelle école britannique pour former des avocats destinés aux Caraïbes. Quelques hommes un peu plus âgés, en tenue soignée mais passe-partout, étaient certainement des expatriés partis au nord pour profiter de l’avantageuse grille des salaires américaine ; ils rentraient au pays pour afficher leur statut financier et, accessoirement, fuir les horribles hivers de Brooklyn où tant de Béliziens déracinés avaient élu domicile.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   11 novembre 2018
La guerre. Dans une ou deux générations, tout sera terminé, mais la destruction de sites mayas irremplaçables, c’est pour toujours. Le gouvernement du Belize fait ce qu’il peut, mais il manque de fonds et de bras. Et pendant ce temps, les trafiquants et les directeurs de musées américains sans scrupule…
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Donald E. Westlake (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Donald E. Westlake
Maxim Jakubowski on Donald Westlake - Part 2 of 2
autres livres classés : BelizeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Donald Westlake...for ever

Quand Parker m'a invité à passer chez lui, j'ignorais alors que c'était pour boire un petit coup de

blanc
vinaigre
cidre
gnôle

10 questions
9 lecteurs ont répondu
Thème : Donald E. WestlakeCréer un quiz sur ce livre