AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2800125616
Éditeur : Dupuis (06/05/1998)

Note moyenne : 3.23/5 (sur 41 notes)
Résumé :
Guerrière solitaire et fougueuse, Aria est engagée comme conseiller militaire parmi des hommes rudes et frustes. Elle se lance ainsi dans sa première aventure !
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Alfaric
  01 avril 2017
"Aria" du belge Michel Weyland créée en 1979, est une BD Fantasy aussi vénérable et aussi honorable que "Thorgal "de Jean van Hamme et Grzegorz Rosinski (mais je dois signaler qu'à ses débuts la série Aria est graphiquement plus aboutie que la série Thorgal). de loin il ne faut pas se fier aux apparences d'une Natasha heroic fantasy, et de plus près il ne faut pas non plus se fier aux apparences de grande soeur de Zorya, Marlysa, ou Atalante… Car avec son héroïne fille du vent et de l'aventure, sans peur et sans reproche le Women's Lib fait son irruption dans la Fantasy à la Jack Vance et à la Michael Moorcock ! (Barbarella, Laureline, Yoko Tsuno, Aria mêmes combats !!! ^^)
L’auteur est issu de l’Ecole de Bruxelles, ou Ecole Hergé, donc graphiquement c’est forcément agréable à l’œil (d’autant qu’il est assisté aux couleurs de son épouse). Mais l’Âge d’Or du "Journal de Tintin" est passée, et les dessins ressemblent à un croisement entre Moebius et les meilleurs auteurs de l’écurie Vaillant qui nous offert cette inoubliable "Histoire de France en BD" qui n’a toujours pas été remplacée…
L'univers d'Aria associe initialement une narration à la va-comme-je-te-pousse à des thématiques adultes caractéristiques de la new wave SFFF : avec l'héroïne tantôt orgueilleuse et révolutionnaire, tantôt altruiste et émancipatrice nous sommes donc entre Sword & Planet, Science-Fantasy, Planet Opera et post-apocalyptique… Mais dans tous les cas de figure je suis resté dans le plaisir vintage entre humour, action et tendresse !

Dans ce tome 1, intitulé "La Fugue d'Aria" et sorti en album en 1982, le seigneur Suryam est aux abois : lui et ses armées subissent défaites sur défaites et il ne peut rien contre les troupes du dénommé Galbec qui lui ont déjà ravi les deux tiers de son royaume… Il demande au seigneur Wilfar de lui envoyer son meilleur conseiller militaire, qui au son grand désarroi de son machisme et de sa misogynie s'avère être une femme… Il lui donne un mois pour transformer dix lavettes et tire-au-flanc pour en faire de vrais soldats, et entre développement personnel, autosuggestion et yoga c'est déguisée en homme qu'elle les remet dans le droit chemin avant de partir en mission… Après avoir survécu au piège de la trahison dans un passage fantastico-onirique digne du cinéma des années 1970, la team Aria traverse un pays ravagé par les feux de la guerre et c'est avec un enfant et un vieillard qu'Aria pénètre dans le camp de Galbec pour détruire ses troupes de l'intérieure armée de son charme et de sa ruse…
Ah ça, on sent la Fantasy d'une autre époque, celle d'avant les machinlogies tolkienistes formatée par les yankees… Ici on est dans un univers à la fois féodal et celtique, qui pourrait vite basculer de l'heroic fantasy à la science-fiction (car l'auteur qui a commencé par l'un avant de passer à l'autre, aime les deux, et aime encore plus les associer), et personnellement le multivers mis à part je me suis presque cru dans une version humoristique de "La Porte d'Ivrel" de C.J. Cherryh… ^^
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
LiliGalipette
  18 avril 2011
Jeune, jolie et blonde, Aria est chef militaire. Elle est engagée pour entraîner une cohorte d'hommes de l'armée de Suryam, en guerre contre celle de Galbec. Fine tacticienne, elle déjoue les ruses de ses ennemis et offre la victoire à Suryam.
Les premières aventures d'Aria, publiées dans le journal de Tintin, sont violentes mais légères, elles s'achèvent et laissent la place aux suivantes. "Ma vie est une chevauchée passionnante à travers le monde." (p. 8 - le tribunal des corbeaux) Aria est encore une jeune aventurière, guerrière à ses heures, libre avant tout. Elle joue de ses charmes et de sa prétendue fragilité pour envoûter les hommes, gagner leur confiance, se tirer d'affaire et mener à bien ses projets. Son épée au service de la justice, elle parcourt le monde en quête d'aventures et de révélations. Valeureuse et courageuse, elle dissimule des blessures tenaces. Farouche avec les hommes, son coeur est à prendre mais au terme d'un long combat.
L'univers d'Aria se déploie dans un monde que l'on pourrait croire légendaire et mythologique mais qui est davantage post-apocalyptique: "mon grand-père me racontait des légendes terrifiantes où il était question notamment d'une énergie porteuse à la fois de vie et de mort selon la manière dont on l'utilisait, de pollutions meurtrières... mon grand-père m'a montré ce dessin [...] ce symbole était synonyme de danger, de mort, de destruction." (p. 45 - Les larmes de la déesse) Et, de fait, Aria découvre des armes étranges, des outils issus de technologies oubliées, des substances mortelles qui ne sont pas sans rappeler les dangers du nucléaire et de l'uranium.
Aria change de contrées au gré de ses aventures et explore des mondes aux accents orientaux, latins, nordiques, africains, etc. Sur son cheval, Furia, bel étalon blanc aux airs de licorne, elle parcourt le monde sans s'encombrer de bagages. Instinctivement, elle éprouve de la sympathie pour les opprimés et sait reconnaître les coeurs sincères. Aria rencontre souvent des enfants, témoins de mondes plus purs, souvent victimes de la barbarie et de l'ignorance. Les animaux, parfois inquiétants et fantastiques, se révèlent aussi des compagnons fidèles et doués d'humanité.
Il y a un humour particulier dans le choix des noms et des personnages. L'auteur prend plaisir à croquer et à griffer certaines célébrités. Ainsi Calista Flockhart devient un champignon hallucinogène et Mimie Mathy est une guérisseuse.
Les aventures d'Aria sont teintées de mysticisme, de poésie, de philosophie et d'humanité. L'auteur dépeint des mondes soumis aux désirs coupables des hommes: l'orgueil, l'avarice, la luxure, la mégalomanie, l'ivresse du pouvoir sont dépeintes sans concession. Par un trait habile, les personnages portent sur eux la marque de leur vice. Aria, lumineuse voire solaire, échappe toujours aux sévices et ressort toujours plus fortes des épreuves auxquels les monstres inhumains la soumettent.
Bref, voici une série que j'aime beaucoup et qui n'a pas fini de me surprendre! Alors, tentés?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Lou987
  19 septembre 2017
[Une critique qui concerne toute la saga, comprenant 37 tomes!]
Vous faites partie de ces mélancoliques des années Thorgal, ce bon vieux temps de la fantasy, du médiéval, des héros sauvages et charismatiques, au destin palpitant et à l'histoire émouvante ? Vous savez, la bonne vieille BD classique, lue par nos parents, reprise par d'autres scénaristes ou dessinateurs, pour perpétuer le mythe parce qu'ils ont été des best-sellers à leur époque, parce qu'ils ont révolutionné le genre ? C'est tout naturellement que je vous dirige vers la saga Aria. Oui, oui, la fameuse Aria, cette jolie blonde intrépide qui évolue dans un univers mêlant science et magie, amour et trahison. Et puis son cheval, Furia, son fidèle compagnon de route, auquel on s'attache rapidement puisqu'il est le seul qui ne la laisse pas tomber… Depuis 1982, Michel Weyland (scénariste, dessinateur et coloriste), aidé de Nadine Weyland pour les couleurs, nous plonge dans un univers médiéval-fantastique devenu légendaire. Allez, je vais vous en dire plus.
> Coup de crayon
Pour cette première année où je propose des idées BD à la sauce Renards, je voulais vous faire voyager dans les temps anciens, ceux où les auteurs tâtaient le terrain, découvraient les possibles de l'imagination et instauraient un certain style franco-belge reconnaissable aujourd'hui parmi tous. La saga Aria de Michel Weyland s'inscrit dans cette veine classico-traditionnelle, grâce à ses traits détaillés, les décors denses et foisonnants, la planche devient un terrain de jeu. En effet, la case devient extensible, elle s'imbrique, se décuple, rapetisse, s'élargit jusqu'à disparaître et laisser une place totale au paysage, par exemple. L'espace de la planche s'adapte à l'histoire, rappelant Little Nemo in Slumberland, de Winsor McCay (bon, de loin, parce que Monsieur McCay date de 1905, quand même, mais l'idée est là), Michel Weyland proposant d'époustouflants décors, paysages, personnages de pied, créatures fantastiques, le tout baigné dans des couleurs plutôt vieux jeu, tout ce pour quoi on se régale. Sans oublier le personnage d'Aria, elle-même charmante et ravissante, car nous devons concéder des traits réalistes et très réussis à Michel Weyland. Oui, je vous conseille Aria parce qu'artistiquement et esthétiquement parlant, elle en jette quand même, ce qui permet de nous plonger totalement dans l'univers médiéval-fantastique créé par Michel Weyland.
> Coup de plume
Que dire de cette histoire plutôt originale racontant les aventures palpitantes d'une héroïne forte et indépendante ? Aria nous fait découvrir tout un univers de fantasy et fantastique, plein de créatures surprenantes et d'ennemis angoissants, de dénouements plus ou moins heureux mais tout aussi réussis les uns que les autres. Il faut néanmoins souligner que les prises de parole peuvent être riches et denses en détails et en informations, et cela reflète bien l'état de la BD franco-belge de l'époque. Pourtant, cela n'empêche pas l'amateur.rice d'être captivé.e et de tourner la page pour connaître la suite, bien au contraire ! Aria est une guerrière émancipée, sans attaches, qui parcourt le monde et les villages en défendant les plus faibles et en prouvant son courage et sa force. Une série qui s'étend sur plus de 37 tomes, nous permettant de suivre l'évolution de ce personnage intriguant !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
JunoR
  09 février 2017
Premier tome de la série, cet album pose les prémices du personnage avec toute l'immaturité littéraire et graphique de l'auteur. Cette immaturité se ressent partout: dans l'histoire, dans les personnages, dans le contexte géo-politique posé, dans les dialogues et dans le dessin.
L'absence complète d'enjeu, de profondeur et de remise en question de l'héroïne est ce qui me pèse le plus, dans cet album. On y sent également de nombreux clichés, notamment féministes, par lesquels l'auteur essaye de nous convaincre du bien fondé de ses paradigmes avec autant de subtilité qu'un tank.
Néanmoins, l'histoire est légère et originale, le dessin et les couleurs sont agréables et si l'univers médiéval uchronique posé ne deviendra merveilleux (fantasy) que dans les prochains albums, on pressent que l'imaginaire de l'auteur se réjouit d'avance d'y poser mille créatures fantastiques.
Bilan mitigé, donc, pour ce premier album. Les histoires d'Aria étant très souvent des "one shot", il n'est pas forcément nécessaire de les lire dans l'ordre. Aussi, en tant que fan de la série, je vous recommande de ne pas commencer par cet album-ci qui n'est pas très représentatif de la suite ni véritablement intéressant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Pixie_dust
  05 mai 2017
J'ai lu la série "Aria" pendant mon adolescence et j'avais beaucoup aimé, alors en tombant sur cet album par hasard, j'ai décidé d'y jeter un oeil.

La prémisse de la belle guerrière intelligente qui évolue dans un monde de brutes épaisses machistes est un peu cliché... Les illustrations sont biens, mais trahissent un peu l'âge de la bande-dessinée. J'ai trouvé les dialogues et le scénario assez pauvres...
Petite déception pour moi, mais ce n'est que le premier tome : on voit que le personnage, l'univers et les illustrations n'étaient pas encore parvenus à "maturité"! Peut-être m'y risquerai-je à nouveau dans le futur...
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   14 avril 2017
- Un médecin !!! C’est Dieu qui nous l’envoie ? Comment as-tu fait pour enrayer le mal à temps ? Quel est ton remède ?
- Oh ! Il est très simple !... Seulement il demande beaucoup de courage !
- Ha ! du courage, nous en avons à revendre ! Parle !
- Il suffit de respecter une semaine de jeûne, rester au lit 7 jours bien au chaud avec de l’eau de pluie comme seule repas ! Croyez mon expérience !
- Une semaine sans manger !?... Sans viande saignante !? Un vrai suicide !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
JunoRJunoR   09 février 2017
SURYAM
Reste donc! ... J'avoue que je me suis laissé emporter hier soir! ... Il faut dire que je perds mon sang-froid quand une femme me ridiculise...

ARIA
Alors donne-moi ton plus bel appartement, ton meilleur cuisinier et un valet, beau garçon si possible. Dorénavant, tu me traiteras comme un grand seigneur, vu?!
Commenter  J’apprécie          10
LiliGalipetteLiliGalipette   17 mai 2012
Si tu veux, je vais te l'éduquer ton armée ! Et quand j'aurai le temps, je m'occuperai de toi ! Prépare tes langes !
Commenter  J’apprécie          40
AlfaricAlfaric   14 avril 2017
- Quoi ?! Une femme !? Je t’ai envoyé chez le seigneur Wildfar chercher son meilleur conseiller militaire et que e ramènes-tu ? Une femme !... Ha !... Tu as de l’humour à revendre, toi !...
- Mais… Seigneur Suryam… Je ne me suis pas payé ce long voyage pour vous faire une blague aussi stupide !... Mais je n’y peux rien si le meilleur conseiller militaire de votre ami est du « sexe faible » !
Commenter  J’apprécie          00
AlfaricAlfaric   14 avril 2017
- Tout le monde est présent pour vingt-sixième conseil des anciens ? Oui ? Paaarfait ! Fixez l’ordre du jour, Juxtaf !
- Bien seigneur… Hem !... UN : approbation du P.V. de la réunion précédente. DEUX : examen de situation financière. TROIS : la sécurité dans nos campagnes. QUATRE : la position du mari dans sa famille ! Ha ha !... les femmes se rebellent !
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
Video de Michel Weyland (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Weyland
ACTU-tv reportage effectué dans sa demeure de Faimes, près de Huy, sur Michel Weyland, dessinateur belge de l'héroïne de bédé ARIA
autres livres classés : bande dessinéeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3496 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre