AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070147212
304 pages
Éditeur : Gallimard (14/11/2016)
3.3/5   5 notes
Résumé :
Earl Haack Junior a été élevé pour devenir un Machiavel armé d'un flingue et portant une étoile... Son père, shérif dans une petite ville du Nebraska située sur l'autoroute de la drogue arrivant du Mexique - la fameuse Interstate 80 -, lui a très tôt enseigné sa façon particulièrement radicale et expéditive de maintenir l'ordre des choses. Lorsqu'après un passage par les Stups de Denver (où il perd définitivement ses illusions) il revient prendre la succession de so... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
belette2911
  04 août 2017
♫ Black is black ♪ comme le chantait si bien Los Bravos… et ces paroles sont parfaites pour illustrer l'atmosphère de ce roman noir qui ne se décline pas en 50 nuances de "grey" (gris) mais en 50 nuances de black (noir).
Ces 50 nuances de black allant du noir serré au noir sombre, en passant par le noir profond comme le trou d'une tombe creusée en pleine nuit dans un coin perdu du Nebraska, afin d'y enterrer une personne qui dérange l'ordre.
Conseil d'ami, ce roman noir n'est pas fait pour les personnes sensibles ou possédant un sens de la justice aigu, car ici, les gens nuisibles qui menacent l'ordre sont appelés des animaux et doivent être ou enfermé en cage ou muselé… Pour toujours ! Si vous voyez ce que je veux dire…
Certes, bien qu'étant pour une justice équitable, je ferme volontiers les yeux (dans un roman) quand on élimine les trafiquants de drogues et toute la racaille qui tourne autour comme des mouches autour d'une merde bien fraiche…
MAIS… (ben oui, il y a tout de même un « mais) le problème est que le shérif Earl Haack Jr qui élimine cette racaille de trafiquants et tout ce petit monde, est une raclure lui aussi. D'accord, il les élimine pour faire régner l'ordre dans sa ville, comme son père shérif avant lui, mais c'est aussi surtout pour mettre la main sur une partie de leur trafic.
Sa philosophie est que puisqu'on ne peut lutter contre les narcos-trafiquants, autant aller dans le même sens qu'eux et se remplir les poches par la même occasion, tout en maintenant l'ordre dans la ville. D'une pierre deux coups.
L'écriture est âpre, sans concession, les personnages sont plus dans les nuances de gris sombre ou de noir que d'une autre couleur, ne cherchez pas de rédemption, il n'y en aura pas, ou très peu. Même pas un personnage à sauver du lot !
Autant j'avais ressenti de l'empathie pour le shérif Corey dans « Pottsville, 1280 habitants » de Jim Thompson, autant je n'ai ressenti aucun atomes crochus avec le shérif Earl Haack Jr, ni avec sa femme, ni avec sa troupe d'éliminateurs de premier ordre.
L'ordre dans la ville et non le chaos… le shérif Earl applique l'adage de son père, et on peut dire qu'il l'applique avec zèle, créant pour finir du chaos en voulant mettre le l'ordre.
Un roman noir âpre, des personnages qu'on n'aimerait pas croiser ou boire un verre avec eux, une écriture au cordeau, une analyse d'une société qui tranche dans le lard, des morts à la pelle, des balles qui sifflent, tout le monde qui surveille tout le monde, une guerre larvée pour prendre le pouvoir et le contrôle du marché, bref, une OPA qui n'est pas publique et qui aura tout du RIP inscrit sur votre tombe anonyme.
Un roman noir sombre, qui possède un rythme propre à lui, assez agité sur le final, et très giclant de sang avant, un roman noir rural, sauvage, des personnages énigmatiques, dangereux comme des crotales enragés.
Un roman noir intense et violent.

Lien : https://thecanniballecteur.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
LeaTouchBook
  28 décembre 2016
La Série Noire me fait découvrir la plume de Frank Wheeler Jr : fan absolue du genre du roman noir je ne pouvais que me régaler entre ces pages !
L'ordre serait-il le pilier nécessaire au bon fonctionnement d'une communauté ? C'est ce que pense notre héros Earl suite à un enseignement paternel des plus convaincants. Il faut faire régner l'ordre pour que tout puisse se dérouler normalement. Pourtant lorsque le lecteur rentre dans l'histoire, lorsqu'il lit entre les lignes il ne peut constater qu'une chose : la violence, la vengeance, la haine et le sang.
C'est ainsi que le chaos est réduit au silence par les armes et les coups, l'ordre naît de cette poigne de fer du shérif. L'auteur instaure avec brio cette ambiance inhérente au rural noir, à ces petites villes au bout de la campagne qui ne fournissent pas assez de vigueur, d'espoir pour s'épanouir et s'agrandir. Des villes où les habitants n'aiment ni la nouveauté ni les étrangers. Une ville comme il y en a des milliers mais qui restent invisibles face aux grandes villes américaines et pourtant, elles forgent l'âme des États-Unis.
Pour moi le point fort de ce livre repose véritablement sur cette atmosphère, sur ce petit coin paumé où repose tant d'âmes tourmentées. Après il y a les protagonistes mais à part Earl qui a conscience de qui il est, de ce qu'il doit faire, les autres personnages sont soit trop antipathiques soit pas assez approfondis pour que l'on s'y arrête véritablement à mon sens. L'ordre des choses est un livre qui repose sur tout un héritage de la littérature américaine, un livre témoin de tout un pan de la société qui est passé sous silence.
En définitive, une excellente lecture si vous êtes un adepte absolu du country noir américain !
Lien : http://leatouchbook.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
belette2911belette2911   23 juillet 2017
— Et donc, t'as deux nanas cinglées dans ta vie, je dis.
— Tessa est cinglée d'une autre façon. Violeta, elle crie et me balance des trucs lorsqu'elle pique une crise, elle me gifle. Ensuite, je la gifle à mon tour, et on baise sur le plan de travail ou sur la table, elle me mord l'oreille et tout rentre dans l'ordre.
— Bon sang, Mikey, je dis. Je ne viendrai plus jamais manger chez toi.
Commenter  J’apprécie          20
belette2911belette2911   23 juillet 2017
Si on est intelligent et observateur, en bossant à la Brigade des stupéfiants, au niveau fédéral ou local, on apprend une chose très vite… Rien ne pourra jamais arrêter le trafic. Ceux qui acceptent cette évidence font un choix. Ils peuvent se résigner à pointer et à compter les heures avant la retraite, ou bien ils peuvent en profiter.
Commenter  J’apprécie          20
belette2911belette2911   23 juillet 2017
— Devenir un caïd dans ce business, c'est comme se dessiner une cible dans le dos.
Commenter  J’apprécie          110
belette2911belette2911   23 juillet 2017
— Tu sais ce qui se passera quand il tombera, n'est-ce pas ?
— La nature a horreur du vide.
— Hein ?
— Un truc que j'ai appris à l'université. Je veux dire, une fois que le chef n'est plus là, les autres vont se battre pour prendre sa place. Une putain de foutue guerre entre les parties concernées.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   21 novembre 2016
Je sais comment m'y prendre avec la loi. Même votre loi à vous. J'ai appris ça à la dure pendant que je tirais mes trois ans à Joliet. J'ai appris que si on bosse avec la loi, tout le monde y trouve son compte, tout le monde est content. Et on meurt moins vite.
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : nebraskaVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2188 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre