AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Bernard Hoepffner (Traducteur)
EAN : 9782264017642
304 pages
Éditeur : 10-18 (30/11/-1)

Note moyenne : 3.73/5 (sur 46 notes)
Résumé :
Les personnages d'Edmund White baignent dans la tendresse, sans aucune cruauté, froideur ou haine ; ceci en dépit de la franchise avec laquelle est décrit ce monde dur qu'était le milieu homosexuel américain du début des années soixante et l'anonymat apparent d'une partie des relations sexuelles du héros.

Edmund White nous entraîne à la suite de son héros, celui de Un jeune Américain, maintenant au seuil de l'âge adulte.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
henrimesquida
  24 juillet 2017
Les personnages d'Edmund White baignent dans la tendresse, sans aucune cruauté, froideur ou haine ; Avec une franchise délibérée et un humour poignant, le narrateur autobiographique de E. White poursuit le récit des aventures inaugurées dans Un jeune Américain. L'adolescent, devenu étudiant, cherche maintenant à affirmer son homosexualité après avoir suivi une cure psychanalytique destinée à le guérir de sa différence. A New York où il suit ses cours, il va de découvertes en déconvenues 2ème partie d'une trilogie commencé avec "un jeune Américain" et terminé avec "la symphonie des adieux.
Une langue très belle, de'excellents portraits, des observation surprenantes de réalisme . Si on a connu l'expérience du Coming out on ne peut qu'être étonné (mais là on s'en approche) puisque le livre s'achève sur la révolte de Stonewall (et le coming out se fera dans la troisième partie). Ici c'est la partie années 70 ou le narrateur (je) vit la décennie de ses vingt ans.
Ce second tome est l'histoire d'une solitude. Celle d'un jeune homosexuel plein de honte et de haine de soi, qui longtemps se crut seul de son espèce, seul avec sa " maladie", et qui, afin de s'en guérir et de rejoindre la voie de la normalité, celle qui lui permettrait d'écrire sur les sujets importants que sont le couple, l'enfantement ou l'adultère, suivit pendant des années une cure psychanalytique. () Émerge le portrait d'un personnage lourdaud, naïf et provincial, souvent comique, parfois emplit de tristesse qui " monte " à New York, la grande ville avec ses bas-fonds.
Un livre fort, magnifique et inoubliable!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
tristantristan
  18 janvier 2018
C'est vraiment daté. Et finalement pas très intéressant. (simple opinion)
Commenter  J’apprécie          20
Tu_vas_voir_ce_que_tu_vas_lire
  28 janvier 2019
Deuxième volume d'une série de textes autobiographiques entamée en 1982 avec Un jeune américain, La tendresse sur la peau reste un des récits les plus célèbres d'Edmund White. Son héros, à l'aube de sa vie d'adulte, y découvre avec étonnement le New York des années 1960 et la liberté - encore relative, mais impressionnante pour ce jeune provincial qui peine à accepter son homosexualité - qui y règne pour les minorités.
S'étendant jusqu'à 1969, l'année des émeutes de Stonewall, La tendresse sur la peau dépeint brillamment la variété des relations et des aspirations de sa vaste galerie de personnages. Edmund White montre ici qu'il y a cent façons de se vivre homosexuel, et ressuscite avec une grande finesse le quotidien des milieux gay des années 1960, fait d'espoir et d'incertitude.
Lien : https://balises.bpi.fr/litte..
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
salingerJDsalingerJD   11 octobre 2015
[vision americaine debut 60's du socialisme, étonnement d'actualité]
Pour nous le socialisme était tout d'abord social, puisque tous ceux que nous aimions étaient de notre côté - Les jeunes pauvres ( mais pas les vieux indigents), les paysans étrangers (mais pas les paysans américains sectaires), le prolétariat d'Europe de l'Est ( mais pas les ouvriers de l'automobile de Detroit), les fous inspirés (mais pas ceux qui étaient simplement dinques), les noirs opprimés ( mais pas les petits blancs pauvres).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
salingerJDsalingerJD   26 septembre 2015
Je n’étais pas gêné par ma propre immoralité, puisque je savais que j'étais sensible à autrui et je pris ma compassion facile pour de la bonté
Commenter  J’apprécie          50
salingerJDsalingerJD   08 octobre 2015
Je suis encore très délicat, comme une langouste entre deux carapaces.
Commenter  J’apprécie          50
salingerJDsalingerJD   26 septembre 2015
[a propos d'un couple lesbien-fin des années 1950]
C'est bizarre quand même que nous trouvions leur mariage charmant, mais que nous ne puissions pas supporter le modèle hétérosexuel qu'elles copient !
Commenter  J’apprécie          10
salingerJDsalingerJD   28 septembre 2015
Je me suiciderai quand j'aurai trente ans.Trente ans c'est la ménopause des gays.
Commenter  J’apprécie          00

Video de Edmund White (2) Voir plusAjouter une vidéo

Edmund White : Jean Genet
Pour présenter le livre de Edmund WHITE "Jean GENET" (éd. GALLIMARD), Olivier BARROT résume la personnalité et la vie de Jean GENET, en précisant que l'auteur du livre tente maladroitement de rendre compte des multiples facettes de l'artiste.
autres livres classés : homosexualitéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
998 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre