AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Marie-Claude White (Autre)
EAN : 9782246322214
219 pages
Éditeur : Grasset (14/09/1983)

Note moyenne : 3.79/5 (sur 42 notes)
Résumé :
La Route bleue est le livre américain de Kenneth White, plein d'Indiens, d'Esquimaux, de baleines au long d'un itinéraire qui va de Montréal à la baie d'Ungava. L'auteur ressuscite Melville, Powys, Lawrence et Matsuo Basho. Et si nous voyageons ici sur une route pleine de personnages et de sensations, nous y explorons aussi l'imaginaire de Kenneth White, qui s'efforce de réaliser la "vraie vie" dans une âme et un corps et de créer cette expérience poétique du monde ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
nadejda
  30 janvier 2012
Ce n'est pas à un simple voyage que nous invite Kenneth White qui part de Montréal pour atteindre tout au nord la baie d'Ungava qui signifie en esquimau «le lieu le plus lointain». Il poursuit ainsi la route vagabonde qu'il avait commencé à emprunter en découvrant l'existence (ou le rêve) du Labrador dans un livre de prix reçu à douze ans.
«Peut-être la route bleue est-elle ce passage parmi les silences bleus du Labrador.
Peut-être l'idée est-elle d'aller aussi loin que possible -- jusqu'au bout de soi-même -- jusqu'à un territoire où le temps se convertit en espace, où les choses apparaissent dans toute leur nudité et où le vent souffle, anonyme.
Peut-être.
La route bleue, c'est peut-être tout simplement le chemin du possible.
De toute façon, je voulais sortir, aller là-haut et voir.» (Préface)
Atteindre le Labrador c'est aussi retourner à la source, retrouver son visage originel, s'ouvrir et peut-être relier deux pôles de sa vie puisqu'il y cohabite une «Nouvelle Ecosse» et un «Cap Breton». Kenneth White nous entraîne dans cette redécouverte des origines en compagnie de ses auteurs préférés, Melville, Walt Whitman, Thoreau et Bashô et en tentant de faire jaillir la vérité perdue ou détruite des êtres qu'il croise sur sa route, en particulier les indiens ; une route bien souvent jonchée de bouteilles de bières vides et de hot dogs. Pour Kenneth White dont l'esprit vagabond est ouvert sur un monde multiple, tout prend part à ce qu'il nomme la «géopoétique».
Dans une librairie de Sept-Iles il achète un livre attiré par le titre ,«Le passage du Nord-Ouest», et se réfugie dans un café pour le lire. Un choc :
«L'auteur (Michel Serres) parlait mon langage. Même ses mots étaient les miens.
Merde et remerde !
J'avais envie de souligner chaque phrase.
(...) En revenant à ma chambre du North Coast Hotel, je suis passé devant une jeune fille qui vendait des pommes au bord de la route.
Elle avait les yeux les plus bleus que j'aie jamais vus
Dans ces yeux, j'ai vu le Labrador.» p 78-79
Il nous fait, par sauts, franchir l'espace entre rêve et réalité les reliant dans une «pensée qui nage et qui vole», «une philosophie océanique».
La route bleue «chemin de (re)naissance et de reconnaissance» se termine par un long poème que le vent lui a apporté, dont ce petit extrait :
«et ce monde était un nouveau monde
et ma pensée aussi était nouvelle
rien qui ressemble à un «esprit»
seulement les traces bleues sur la neige
le vol des oies sauvages
et les feuilles rouges de gel»
Cette route bleue que j'ai parcouru pour la seconde fois, à presque trente ans d'intervalle, a su me réserver encore de bien belles surprises et les rêves qu'elle avait fait naître, toujours vivants, se jouent de l'espace et du temps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
Walden-88
  22 février 2015
Lorsque Kenneth White arrive à Montréal avec pour projet de se rendre au Labrador, il se heurte à l'incompréhension et la surprise de ces interlocuteurs. Les Québécois, pour qui ce lieu n'a qu'une signification lointaine et obscure, lui répondent invariablement qu'il est fou ou lui demandent si "c'est un joke ou quoi ?". Notre poète écossais en vient à douter, le Labrador serait-il un lieu sorti tout droit de son imagination ? Mais c'est une contrée belle et bien réelle, White entreprend donc son vagabondage qui le mène de Montréal au Labrador, en longeant la rive nord du Saint-Laurent, puis la côte nord. Il traverse des villes aux noms évocateurs et poétiques tels que Chicoutimi, Sept-Iles, Rivière-au-Tonnerre, Schefferville, Goose Bay pour enfin atteindre la baie d'Ungava qui veut dire "le lieu le plus lointain".
A travers ce voyage, Kenneth White, ressuscite ses "compagnons fantômes" : Cartier, Whitman, Thoreau et nous fait revivre cette attirance que beaucoup, avant lui, ont eu pour ces terres sauvages, ce grand dehors. La route bleue foisonne de caribous, d'érables et d'Indiens; elle est le théâtre de belles rencontres avec Eskimo Joe ou Jean-Baptiste Mackenzie. Mais c'est aussi la vérité et les conséquences dévastatrices de la civilisation sur les Indiens, une route bien souvent jonchée de bouteilles de bières vides et de hot dogs arrosés de ketchup comme partout ailleurs même dans "le lieu le plus lointain".
La route bleue est plus qu'un simple voyage, c'est une démarche personnelle de l'auteur qui vise à un retour aux sources, aux origines d'un monde encore sauvage où son esprit serait libre de rêver.
C'est une très belle découverte que ce récit ! J'ai pris du plaisir à suivre son parcours sur une carte, m'imaginant à ses côtés et c'est bien bien volontiers que je suivrais à nouveau Kenneth White sur la route bleue ou ailleurs...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
MarcoPolo85
  15 février 2013
En entamant ce livre de Kenneth White, j'ai commencé par prendre une carte de l'Est Canadien suffisamment précise pour que je puisse accompagner ce poète depuis le Québec jusqu'au Labrador.
Et mon voyage a pu démarrer, mené de toute part par mon écrivain Écossais.
Celui-ci voulait donc aller au Labrador (genre de Sibérie Canadienne). Mais à Montréal, on lui a répondu: "il fait frouaid là haut" ou encore "Monsieur, c'est un joke ou quoi?". Comme dit Kenneth White: "le Labrador? Ce n'est tout de même pas une création de mon esprit! C'est un endroit, non? Et si c'est un endroit, çà veut dire qu'on peut y aller, il me semble".
Et, c'est donc ce qu'il a fait. il a pris les transports en commun, longé l'estuaire du St Laurent jusqu'à la fin de la route, puis monté vers Shefferville, au nord.
Il a rencontré des "Montagnais" (des Indiens), escamotés et même bouffés par notre civilisation dévastatrice; des gens qui ont perdu les liens étroits qui les unissaient à dame nature.
Et, pourtant, c'est çà que Kenneth White est venu chercher (et moi aussi) : un monde encore sauvage pour pouvoir rêver et poétiser.
"...au cours de mes allées solitaires
j'ai pensé à bien des choses
j'ai pensé à la terre
dans ses premiers sursauts
quand le temps était fait
de froides aurores
et l'espace envahi
du vol d'oiseaux déments..."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Franz
  06 novembre 2017
« le sens de l'espace ».
De ses nombreuses pérégrinations intellectuelles et géographiques, Kenneth White prend le chemin bleu du fleuve Saint-Laurent que les Amérindiens ont de tout temps nommé le « chemin qui marche », de Montréal au Labrador, comme un itinéraire ample et inspirant, un cheminement mental vers le dépouillement et la clairvoyance. En cherchant à remonter aux « principes », le poète fraie avec les éléments primordiaux : « roche, vent, pluie, neige, lumière » et passe des seuils jusqu'à entrer dans le « grand rapport » pour pouvoir écrire le monde.
L'auteur relate ses rencontres avec humour et empathie. Sa route démarrée à Montréal s'émaille d'anecdotes drôles et révélatrices. Des listes de mots, des expressions québécoises, des haïkus s'égrènent et s'insèrent avec naturel dans le récit à mesure que les kilomètres défilent : Québec, Chicoutimi, Pointe-Bleue, Havre-Saint-Pierre, Schefferville, Goose Bay. Les terres nues du Labrador offre enfin avec la baie d'Ungava, [« le Lieu le plus lointain » en esquimau] et ouvre sur un long poème aux accents rimbaldiens, une dérive métaphysique, sans lieu ni formule, aux abords d'un immense espace blanc.
Ecrite avec allant et simplicité, fluidité et lucidité, « La Route bleue » peut trouver de nouveaux lecteurs à travers les rééditions successives (2013, 2017) et bon marché (8 €) de l'éditeur le Mot et le reste. Sises à Marseille, les éditions ont le bon goût de plonger dans les années fécondes de Kenneth White pour en exhumer des textes remarquables épuisés depuis des années à l'instar de « La Route bleue » [Grasset et Fasquelle, cop.1983]. Alors que le fondateur de l'Institut international de géopoétique a cédé sa place de président, il peut être éclairant pour lecteur d'aller à la rencontre d'un écrivain ensemençant les paysages de ses traversées éphémères, les fécondant durablement aux regards d'autrui avec des textes évocateurs. Bien des éléments du récit retiennent l'attention et aiguisent la curiosité. Kenneth White puise aux sources inspirantes de la littérature avec Thoreau, Lawrence, Whitman, Basho… et surtout il sait donner à ressentir la vastitude des terres d'Amérique avec une économie de moyens qui est le résultat d'une remarquable assimilation et d'une longue décantation fructueuses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
romain29
  18 septembre 2013
Pérégrinations de Kenneth White entre Montreal et la Baie d'Ungava en quête du Labrador.
Un vrai récit de voyage, entrecoupé d'extraits de ses lectures et de passages sur l'Histoire Indienne entre contemplation de la nature et une recherche sur l'humain et les croyances.Une oeuvre riche de part son contenu et de part sa forme, le récit commence sous forme d'un carnet de voyage avec un style propre à la géopoésie, et qui se termine en poème.
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
nadejdanadejda   29 janvier 2012
l'homme a besoin d'arrimer son savoir
mais il lui faut un espace vide
dans lequel se mouvoir

je vivais et marchais
comme jamais encore
devenais un peu plus qu'humain
connaissais une plus large identité

les traces de caribou sur la neige
le vol des oies sauvages
l'érable rouge à l'automne
mordu par le gel
tout me devint plus réel
plus réellement moi
que mon nom même p 189
Commenter  J’apprécie          190
nadejdanadejda   29 janvier 2012
Ecrire un haïku, c'est sauter hors de soi-même, c'est s'oublier et prendre un bon bol d'air frais.
(...) On dit dans les textes zen : quand tu arrives au sommet de la montagne, continue à grimper. Disons ici : quand tu arrives au bout de la route, continue à marcher. p 122
Commenter  J’apprécie          210
Walden-88Walden-88   22 février 2015
Mais la civilisation a réussi à atteindre même "le lieu le plus lointain", sous la forme d'une agglomération qui porte le nom de Fort Chimo.
Fort Chimo, sur les bords de la rivière Koksack, est une confusion de baraques rouges et vertes et de hangars, avec une poignée de maisons plus bourgeoises en périphérie. On y trouve même quelques habitations en forme d'igloos, afin que les vieux Esquimaux se sentent chez eux.
Oui, tout cela est civilisé. On peut y jouer au billard, on peut même y jouer au Bingo. On peut aller au cinéma de la Mission catholique. On peut y jouir de tous les avantages sociaux. On n'y voit pas d'Esquimaux morde à belles dents dans la viande de baleine ou de caribou. Nenni. On y mange du kraft, du baloney et des hot dogs arrosés de ketchup comme partout ailleurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
nadejdanadejda   29 janvier 2012
«Un homme purement animal serait beau comme un cerf, brûlant comme une flamme nourrie directement au feu souterrain. Et il participerait de l’invisible. Il respirerait le silence et jamais ne cesserait de s’émerveiller.» Frère Lawrence
p 38
Commenter  J’apprécie          90
Walden-88Walden-88   22 février 2015
Est-ce que j'aimerais avoir une cassette de ses chants ? Il a un magnétophone portatif sur son établi, un engin tout déglingué, rafistolé avec du Scotch. Il dit qu'il aime faire des enregistrements pour ses enfants. Surtout quand il est "en voyage". Il leur a enregistré le bruit de ses pagaies sur le lac, celui de ses pas sur la neige de la forêt, et ses chants aussi, bien sûr, car ils ne connaîtront bientôt plus ces choses-là et il ne veut pas qu'ils oublient tout. Il a cinquante-huit ans et il sait qu'il ne va pas tarder à mourir, car il est malade. S'il me fait une cassette de ses chants, c'est parce que "comme ça ils voyageront loin".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Kenneth White (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Kenneth White
Interview Kenneth White.
autres livres classés : canadaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
854 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre