AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070425460
Éditeur : Gallimard (13/11/2002)

Note moyenne : 3.64/5 (sur 21 notes)
Résumé :
« Des hommes, des femmes et des enfants, demeuraient serrés les uns contre les autres sur les ponts. Beaucoup pleuraient en silence. Beaucoup s'étreignaient. D'autres restaient à l'écart, prostrés dans une douleur muette. Tous éprouvaient le même chagrin, la même détresse devant l'inconnu qui s'ouvrait devant eux et qui ressemblait à cette nuit si noire et si hostile. Chacun, à ce moment, se retrouvait seul dans sa souffrance. Et chacun s'accrochait à une certaine i... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (4) Ajouter une critique
Peteplume
  07 mai 2017
De tous les livres d'Anne Wiazemsky, ceux que je préfère est ceux qui sont le moins autobiographiques. J'ai toujours eu du mal à me figurer le succès dont elle bénéficiait à une certaine époque et je l'ai donc boudée... jusqu'à ce que je lui donne récemment une deuxième chance. Après avoir lu Une poignée de gens qui me réconcilia avec l'auteure, je me devais de lire la suite soit Aux quatre coins du monde. Je m'attendais à vivre — à cause du titre, sans doute — le tourments de la vie des Russes blancs en exil mais, en fait, c'est la période, non moins tourmentée et souffrante, qui précède l'exil qui est relatée dans ce roman. J'y ai trouvé beaucoup de finesse dans la description de cette période si particulière telle que vécue par une famille pricière où le passé n'est plus mais ou l'on vit encore de l'espoir de retrouver le paradis perdu... jusqu'à ce que l'évidence de l'Histoire s'impose, implacable et meurtrière.
Il m'en reste l'impression d'une belle découverte et la leçon qu'un(e) auteur(e) ne peut être apprécié(e) sur quelques unes de ses oeuvres... À tous ceux qui s'intéressent de près ou de loin à la Russie, à la révolution de 1917, je recommande la lecture des deux romans ci-dessus cités qui permettent de toucher du doigt cette réalité, sans préjugé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
markko31
  31 décembre 2014
Dans cette suite à Une Poignée de gens, on retrouve le style limpide et empathique de Wiazemsky. Les personnages sont toujours aussi bien dessinés, clairs et sensibles.
Le titre est trompeur, nous nous trouvons tout au long du roman dans "l'avant", déjà l'exil mais en Crimée, avant le complet déracinement, douloureux et sans retour.
Contrairement au livre précédent qui naviguait entre élégie et inconscience, ce récit est le constat par la famille Belgorodsky de son monde déjà effondré, et sa trajectoire vers la résignation. Les violences de la Revolution Russe leur apparaissent d'abord assourdies par les murs du havre de paix de Baïtovo et les nouvelles lointaines de Petrograd ou de Moscou. Mais bien vite, l'Hisoire en marche deviendra écrasante et les touchera de plein fouet.
Anne Wiazemsky réussit à la fois à nous faire croire qu'elle est le témoin direct de cette époque particulière et à toucher à quelque chose de plus universel. C'est encore elle qui l'explique le mieux.
"C'est ma façon de parler d'aujourd'hui en me référant au passé. Chaque fois que je regarde, à la télévision, ces colonnes de gens qui fuient le Rwanda, le Kosovo, quelque endroit du monde, je songe que c'est toujours le même effondrement. Ces êtres chassés qui n'ont plus d'identité et se dirigent vers nulle part me hantent."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Comtesse57
  30 mai 2016
toujours l'âme slave & l'exil!!
Commenter  J’apprécie          30
crapahutevida
  07 juin 2017
Poignant...
Commenter  J’apprécie          00
Citations & extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
markko31markko31   31 décembre 2014
A croire qu'hommes et bêtes s'étaient couchés sans attendre la nouvelle année. Comme si chacun, tacitement, n'en espérait plus rien. Bichette, la première, rompit le silence.
- Bonne et heureuse année, dit-elle sur un ton qui se voulait léger.
-Bonne et heureuse année, répondirent mécaniquement Xénia, Olga et Nathalie.
Elles s'embrassèrent à tout de rôle dans la nuit sombre et froide. Soudain une fusée éclata dans le ciel, aussitôt suivie de quelques autres. De la plage de Yalta, on tirait un feu d'artifice. Mais le ciel un bref instant illuminé redevint noir et le silence, à nouveau, recouvrit tout.
1919 venait de commencer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
crapahutevidacrapahutevida   07 juin 2017
Adichka et Nicolas se connaissaient depuis l'enfance et leur domaine, dont ils avaient depuis la mort de leur père l'un et l'autre la charge, étaient très proches. Des relations de voisinage, fréquentes et agréables, s'établirent entre les deux jeunes couples. En 1916, la vie à la campagne, dans cette partie de la Russie centrale, semblait encore protégée des troubles et des émeutes qui déjà désorganisaient les grandes villes. Il en fut tout autrement dès le printemps 1917, jusqu'à l'assassinat d'Adichka, le 15 août. Le 13, une foule immense avait envahi le domaine des Belgorodsky. Conduite par des agitateurs étrangers à la région, cette foule jusque-là pacifique avait exigé l'arrestation et le jugement immédiat des maîtres. Malmenés puis emprisonnés, Nathalie et Adichka assistèrent impuissants au déferlement de haine et de violence. Des paysans qui leur étaient demeurés fidèles voulurent les faire évader. Il leur fallait pour cela des armes et des chevaux et ils allèrent demander l'aide de Nicolas Lovsky. Mais celui-ci jugea l'entreprise trop risquée. « Nous serons tous pris et massacrés », dit-il comme ce fut noté dans un rapport de police dont Nathalie eut connaissance un mois après. En refusant d'agir, Nicolas avait sincèrement cru protéger sa femme, ses amis et leurs alliés paysans. Qui pouvait alors prévoir que quelques heures plus tard Adichka serait assassiné par des soldats mutins venus on ne savait d'où ? Le pillage des autres grands domaines de la région ? Le lynchage des propriétaires terriens qui ne surent s'enfuir à temps ? Adichka Belgorodsky avait péri le premier, victime innocente s'il en fut de ce que la veille encore, incrédule, il appelait la « folie des hommes ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
crapahutevidacrapahutevida   07 juin 2017
Lettre d'Olga Voronsky
à Léonid Voronsky

10 avril 1919

Mon cher époux, mon Léonid,

Si quelques-unes de mes lettres sont bien arrivées et si certaines des tiennes ont su me trouver à Yalta, j'ose espérer que celle-ci te parviendra. Je la confie au cousin de nos voisins qui compte par d'aventureux moyens gagner la Lituanie où tu te trouves. Eh bien voilà, ce que nous redoutions tous depuis quelques jours est arrivé, nous partons demain sous la protection de la flotte anglaise pour Constantinople car, comme nous le pressentions depuis le début du mois, les Rouges sont à notre porte C'est le commandant de la flotte anglaise qui a prévenu l'impératrice douairière de l'imminence de leur arrivée, mettant à sa disposition et à celle de sa famille un croiseur. Mais avec la grandeur d'âme et le courage qui la caractérisent, elle a exigé que la protection britannique s'étende sur tous les Russes candidats à l'exil, plus d'un millier de personnes, dit-on. Nous avons eu quarante-huit heures pour rassembler nos bagages : pas plus de deux malles par famille ainsi que l'exige le règlement draconien de la flotte anglaise. Nous serons très nombreux, demain, à partir. Si le gros de l'embarquement aura lieu à Yalta, nous nous embarquerons du petit port que l'arrière-grand-père de Xénia a fait construire à deux kilomètres du palais de Baïtovo. J'espère que nous y serons plus en sécurité qu'à Yalta ou sur les routes. La situation politique s'est inversée en un rien de temps ! Jamais je n'aurais cru ça possible il y a seulement un mois, et même encore, à quelques heures du départ, je n'arrive pas à y croire !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
crapahutevidacrapahutevida   07 juin 2017
JOURNAL DE TATIANA
10 avril 1919

Demain nous quittons la Russie sur un navire anglais. Ce grand départ me serre le cœur. Qu'adviendra-t-il de nous tous ? Les adultes font bonne figure malgré leur tristesse. Sauf tante Xénia qui ne cache pas son soulagement (mais cela fait presque deux ans qu'elle veut quitter la Russie avec ses enfants. À l'époque, je me souviens que personne ne la prenait au sérieux). Tante Olga, comme d'habitude, supervise tout y compris le contenu de mon bagage. Ce ne serait pas la mère de ma Daphné chérie je dirais volontiers qu'elle m'agace. Ma sœur Nathalie est je ne sais où avec Bichette qui elle s'enfuit vers le Caucase. Ces derniers jours, Nathalie semblait plus lointaine qu'à l'ordinaire. Elle avait retrouvé ce que nous appelons entre nous « son visage de pierre ». Je voudrais tant que ma sœur soit de nouveau heureuse ! Que lui réserve sa nouvelle vie ? Et la mienne ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   17 février 2017
Elle avait repris ses jeux de petite fille avec les enfants. Elle commençait aussi a s'intéresser à des garçons plus âgés, à s'émouvoir de certains de leurs regards. Depuis sa rencontre avec deux d'entre eux, elle considérait tout autrement la guerre civile qui fauchait tant de jeunes gens ; la drôle de vie qu'on menait depuis la prise du pouvoir par les bolcheviks. Une vie dont elle avait pourtant appris à aimer le caractère imprévisible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Anne Wiazemsky (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anne Wiazemsky
Hommage à Anne Wiazemsky, comédienne et écrivain .En savoir plus : https://www.franceculture.fr/litterature/anne-wiazemsky-je-parle-de-moi-pour-parler-dautre-chose Figure de la Nouvelle Vague et écrivain confirmé, Anne Wiazemsky est morte le 6 octobre 2017. Retour en images et en interview sur sa riche carrière au cinéma et en littérature.
autres livres classés : après-guerreVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Anne Wiazemsky

"Fille de", non, mais petite-fille de :

André Malraux
André Maurois
François Mauriac
Georges Duhamel

10 questions
50 lecteurs ont répondu
Thème : Anne WiazemskyCréer un quiz sur ce livre