AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070425460
Éditeur : Gallimard (13/11/2002)

Note moyenne : 3.64/5 (sur 21 notes)
Résumé :
« Des hommes, des femmes et des enfants, demeuraient serrés les uns contre les autres sur les ponts. Beaucoup pleuraient en silence. Beaucoup s'étreignaient. D'autres restaient à l'écart, prostrés dans une douleur muette. Tous éprouvaient le même chagrin, la même détresse devant l'inconnu qui s'ouvrait devant eux et qui ressemblait à cette nuit si noire et si hostile. Chacun, à ce moment, se retrouvait seul dans sa souffrance. Et chacun s'accrochait à une certaine i... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (3) Ajouter une critique
Peteplume
07 mai 2017
De tous les livres d'Anne Wiazemsky, ceux que je préfère est ceux qui sont le moins autobiographiques. J'ai toujours eu du mal à me figurer le succès dont elle bénéficiait à une certaine époque et je l'ai donc boudée... jusqu'à ce que je lui donne récemment une deuxième chance. Après avoir lu Une poignée de gens qui me réconcilia avec l'auteure, je me devais de lire la suite soit Aux quatre coins du monde. Je m'attendais à vivre — à cause du titre, sans doute — le tourments de la vie des Russes blancs en exil mais, en fait, c'est la période, non moins tourmentée et souffrante, qui précède l'exil qui est relatée dans ce roman. J'y ai trouvé beaucoup de finesse dans la description de cette période si particulière telle que vécue par une famille pricière où le passé n'est plus mais ou l'on vit encore de l'espoir de retrouver le paradis perdu... jusqu'à ce que l'évidence de l'Histoire s'impose, implacable et meurtrière.
Il m'en reste l'impression d'une belle découverte et la leçon qu'un(e) auteur(e) ne peut être apprécié(e) sur quelques unes de ses oeuvres... À tous ceux qui s'intéressent de près ou de loin à la Russie, à la révolution de 1917, je recommande la lecture des deux romans ci-dessus cités qui permettent de toucher du doigt cette réalité, sans préjugé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
markko31
31 décembre 2014
Dans cette suite à Une Poignée de gens, on retrouve le style limpide et empathique de Wiazemsky. Les personnages sont toujours aussi bien dessinés, clairs et sensibles.
Le titre est trompeur, nous nous trouvons tout au long du roman dans "l'avant", déjà l'exil mais en Crimée, avant le complet déracinement, douloureux et sans retour.
Contrairement au livre précédent qui naviguait entre élégie et inconscience, ce récit est le constat par la famille Belgorodsky de son monde déjà effondré, et sa trajectoire vers la résignation. Les violences de la Revolution Russe leur apparaissent d'abord assourdies par les murs du havre de paix de Baïtovo et les nouvelles lointaines de Petrograd ou de Moscou. Mais bien vite, l'Hisoire en marche deviendra écrasante et les touchera de plein fouet.
Anne Wiazemsky réussit à la fois à nous faire croire qu'elle est le témoin direct de cette époque particulière et à toucher à quelque chose de plus universel. C'est encore elle qui l'explique le mieux.
"C'est ma façon de parler d'aujourd'hui en me référant au passé. Chaque fois que je regarde, à la télévision, ces colonnes de gens qui fuient le Rwanda, le Kosovo, quelque endroit du monde, je songe que c'est toujours le même effondrement. Ces êtres chassés qui n'ont plus d'identité et se dirigent vers nulle part me hantent."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Comtesse57
30 mai 2016
toujours l'âme slave & l'exil!!
Commenter  J’apprécie          30
Citations & extraits (4) Ajouter une citation
markko31markko3131 décembre 2014
A croire qu'hommes et bêtes s'étaient couchés sans attendre la nouvelle année. Comme si chacun, tacitement, n'en espérait plus rien. Bichette, la première, rompit le silence.
- Bonne et heureuse année, dit-elle sur un ton qui se voulait léger.
-Bonne et heureuse année, répondirent mécaniquement Xénia, Olga et Nathalie.
Elles s'embrassèrent à tout de rôle dans la nuit sombre et froide. Soudain une fusée éclata dans le ciel, aussitôt suivie de quelques autres. De la plage de Yalta, on tirait un feu d'artifice. Mais le ciel un bref instant illuminé redevint noir et le silence, à nouveau, recouvrit tout.
1919 venait de commencer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaouirkhettaoui17 février 2017
Elle avait repris ses jeux de petite fille avec les enfants. Elle commençait aussi a s'intéresser à des garçons plus âgés, à s'émouvoir de certains de leurs regards. Depuis sa rencontre avec deux d'entre eux, elle considérait tout autrement la guerre civile qui fauchait tant de jeunes gens ; la drôle de vie qu'on menait depuis la prise du pouvoir par les bolcheviks. Une vie dont elle avait pourtant appris à aimer le caractère imprévisible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui17 février 2017
En Ukraine, comme en Crimée, la situation s'était retournée et les vainqueurs d'hier, perdant du terrain, des hommes et des munitions, semblaient en très mauvaise posture.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui17 février 2017
Depuis deux ans chaque jour apportait son lot de mauvaises nouvelles. Les morts s'ajoutaient aux morts, on achevait un deuil pour en commencer un autre.
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : exilVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Anne Wiazemsky

"Fille de", non, mais petite-fille de :

André Malraux
André Maurois
François Mauriac
Georges Duhamel

10 questions
49 lecteurs ont répondu
Thème : Anne WiazemskyCréer un quiz sur ce livre