AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782020257275
128 pages
Éditeur : Seuil (01/01/1997)

Note moyenne : 3.57/5 (sur 34 notes)
Résumé :

Un soir d'été, le jeune résistant juif Elisha apprend qu'il est choisi pour commettre à l'aube un acte irrémédiable. Il doit tuer. Sa victime John Dawson, un officier de l'armée d'occupation britannique en Palestine, qu'il n'a jamais rencontré auparavant et que l'on retient en otageElisha a une nuit entière pour se préparer, pour assumer le rôle du bourreau. Et aussi pour défendre son acte vis-&#... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
gouelan
  01 novembre 2017
L'aube c'est une histoire d'ombre. L'ombre que deviendra un jeune homme après avoir exécuté un officier anglais.
Elisha est juif, rescapé des camps de la mort. Des bourreaux il en a connu, les victimes étaient ses frères.
Et pourtant il doit tuer cet homme, imiter les gestes de ceux qui ont fait de sa vie un silence, un désert. Il doit le faire pour la cause ; la Palestine libre. Mais il n'éprouve pas de haine. La mort de l'officier anglais n'a pas de sens.
Elisha est autant victime que bourreau.
La narration est lente, pure, profonde, comme une étincelle d'éternité. L'ambiance est oppressante, les murs se referment sur une incompréhension, une absurdité.
"La guerre, remarqua Ilana, c'est comme la nuit. Elle couvre tout."
Elle couvre l'aube.
Commenter  J’apprécie          480
CSBlitaussi
  15 janvier 2020
Palestine sous mandat britannique. Il fait nuit, Elisha un jeune juif de 18 ans, survivant du camp de concentration Auschwitz/Buchenwald réfléchit au meurtre qu'il doit commettre à l'aube.
Elisha a perdu ses parents et n'a plus de famille, tous ont péri dans les camps de concentration pendant la guerre. Une fois libéré du camp, il décide de s'installer à Paris pour suivre des cours de philosophie. Il rencontre Gad, membre d'un groupe sioniste terroriste et décide de le suivre en Palestine pour chasser l'occupation britannique. Elisha a appris à manier les armes et se prépare à sa première opération terroriste. Les Britanniques ont condamné à mort David ben Moshe, membre du groupe sioniste. Pour se venger les terroristes ont capturé un officier britannique, John Dawson, afin de négocier la libération de David ben Moshe. Mais les négociations ne vont pas dans le bon sens, les Britanniques ont décidé de pendre David ben Moshe. John Dawson doit mourir à son tour et c'est Elisha qui est désigné pour accomplir cette tâche.
C'est une histoire qui est surtout centrée sur les questionnements internes d'Elisha, il sait qu'il ne sera plus la même personne, une fois sa tâche accomplie. Il ne hait pas John Dawson, mais il doit le tuer, tout est tourmenté dans sa tête. Il n'a pas vraiment envie, mais c'est son devoir pour le bien de la Palestine. C'est une histoire sur les idéologies et jusqu'à où un être humain est prêt d'aller pour atteindre ces idéologies. Une histoire courte qui perturbe, mais qui est poignante...
Challenge Multi-défis
Challenge ABC
Challenge Riquiqui
Challenge XXième siècle
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Youplala
  10 mars 2015
C'est étrange... l'aube évoque toujours de nouveaux commencements, de nouveaux projets, une nouvelle vie... toujours envisagés positivement.

Pourtant il existe des commencements monstrueux, qu'on souhaiterait ne jamais avoir commencé, qu'on aurait voulu éviter à tout prix. Comme ce que décrit le narrateur, dont nous suivons la dernière nuit avant qu'il ne devienne le bourreau d'un homme dont la seule faute était d'être là au mauvais moment.
Il ne veut pas, mais le doit. Son engagement n'est pas de ceux dont on peut se délier. Il doit aller au bout, quitte à perdre celui qu'il est. Et passer du statut de victime à celui de bourreau, tout comme les bourreaux ayant exterminé sa famille, son peuple...
Ce livre est en dépit de la douceur de son écriture un coup de poing dans la gueule. Il réveille votre conscience, vous remue l'âme, vous fouaille dans les entrailles.
Lisez-le, faites-le lire, prêtez-le, offrez-le. Ces cent petites pages seront parmi les plus utiles que vous aurez lues de toute votre vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Allaroundthecorner
  01 septembre 2019
Si certains considèrent ce roman comme une suite de la Nuit, c'est bien parce que le protagoniste, Elisha (sorte de double de l'auteur) est un rescapé des camps, plus précisément d'Auschwitz et de Buchenwald. Il est orphelin, il a perdu tout le monde pendant la guerre. Et aussi, parce qu'Elisha vit à Paris avant d'être recruté par Gad, un extrémiste sioniste, prêt à tout pour s'approprier ce qu'il pense être leur terre (à comprendre : la terre des juifs).
Elie Wiesel a été dans ces camps, il a séjourné à Paris après la guerre, il a étudié la philo à la Sorbonne. Bref la base du personnage est bien inspirée de l'auteur.
Oui, mais rapidement on observe des digressions. Elisha voulait étudier à la Sorbonne, mais ne l'a pas fait. Au lieu de cela, il est parti pour la Palestine aux côtés de Gad pour rejoindre ce qu'ils nomment le Mouvement. À cette époque la Palestine est sous mandat britannique (de 1920 à 1948), c'est donc contre eux que vont se battre Elisha et les autres.
L'histoire se déroule sur une seule nuit, celle précédent l'exécution d'un soldat britannique, en représailles de l'exécution d'un des membres du Mouvement. le bourreau n'est autre qu'Elisha, qui va s'interroger sur la position de bourreau. de victime (des camps), il devient lui-même bourreau. Il devient un homme qui doit en tuer un autre simplement à cause de ses croyances. Finalement, n'est-il pas tout aussi méprisable que les autres ?

On se pose tout un tas de questions sur ce qu'on est prêt à faire au nom d'une idéologie, croyance, religion. On est amené à se mettre à la place de la victime d'abord, à celle du bourreau ensuite.
Et puis, la question demeure jusqu'aux dernières pages, va-t-il devenir cet être abject qui tue un homme non pas par haine ou par envie, mais simplement parce qu'on le lui dit ?
Mon avis en intégralité :
Lien : http://allaroundthecorner.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
lesprads8
  24 novembre 2013
j'ai adoré ce récit... il raisonne longtemps en nous...
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
gouelangouelan   01 novembre 2017
— Nous nous disons que nous sommes engagés dans une lutte sacrée, poursuivit-elle, que nous luttons contre quelque chose ; nous nous battons contre les Anglais, nous nous battons pour une Palestine libre, indépendante. C'est ce que nous disons. Mais, je le sais bien, Elisha, les mots, les mots ne font que donner un sens à nos actes, tandis que nos actes - une fois réduits à leur dimension réelle, c'est à dire primitive ont la couleur, l'odeur du sang. C'est la guerre, nous disons-nous. Il faut tuer. Alors, nous tuons. Il y a ceux - comme toi - qui tuent avec leurs mains et d'autres - comme moi - qui tuent avec leur voix. Chacun tue à sa manière. Mais, que pouvons-nous faire d'autre ? La guerre a ses lois. Si tu les nies, tu nies sa valeur et tu offres à l'ennemi la victoire. Nous ne pouvons pas nous le permettre. Cette fois-ci, nous avons besoin d'une victoire, d'une victoire gagnée à la guerre, nous en avons besoin pour survivre, pour continuer à nous maintenir à la surface du temps...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
YouplalaYouplala   04 mars 2015
- Je veux que vous me donniez votre avenir.

Enfant, élevé dans un milieu hassidique, j'avais entendu beaucoup d'histoires étranges au sujet du Meshulah, ce messager mystérieux du destin qui peut faire n'importe quoi, n'importe quand, n'importe comment. Ce messager - dont la voix vous fait frissonner - est tout-puissant, puisque sa mission le dépasse et vous dépasse. Chaque mot qu'il prononce relève de l'absolu, de l'infini ; son sens vous attire et vous fait peur. Gad est sans doute un Meshulah, me suis-je dit. Ce n'était pas son apparence physique qui me faisait penser à cela ; c'était sa voix, c'était ce que cette voix disait :

- Qui êtes-vous ? lui demandai-je à nouveau.

Il me faisait peur. Quelque chose en moi me disait qu'au bout du chemin que je ferais avec lui m'attendrait un homme qui me ressemblerait et que je haïrais. Je crois que, déjà, je savais qu'un jour je tuerais un homme.

- Je suis un messager.

Je me sentis devenir blême. J'avais donc deviné juste. C'était un messager. L'homme du destin. A lui, on ne pouvait rien refuser. Il faut tout lui donner, même l'espoir, s'il vous le demande.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
YouplalaYouplala   05 mars 2015
- Le jour où Londres comprendra que, pour rester en Palestine, l'Angleterre doit payer le prix du sang, l'occupation britannique touchera à sa fin, assurait Gad. Je le sais bien. C'est injuste. C'est inhumain. C'est cruel. Mais nous n'avons pas le choix. Pendant des générations nous avons voulu être meilleurs, plus purs que ceux qui nous persécutaient. Vous avez le résultat : Hitler, les camps d'extermination en Allemagne.
Eh bien, nous en avons assez d'être plus justes que ceux qui prétendent parler au nom de la justice. Ils n'invoquaient par la justice quand le tiers de notre peuple était anéanti par les nazis. Quand on tue les Juifs, tout le monde se tait. Vingt siècles de notre histoire le prouvent. Nous ne pouvons compter sur personne, sinon sur nous-mêmes.
S'il faut devenir injuste et inhumain pour chasser ceux qui sont injustes et inhumains envers nous, nous le deviendrons. Nous n'aimons pas semer la mort. Jusqu'à présent, nous avons toujours préféré le rôle de la victime à celui du bourreau. TU NE TUERAS POINT : ce commandement fut donné à l'humanité du sommet de l'un des monts de Palestine. Nous étions les seuls à y obéir. Nous cesserons de l'être. Nous serons comme tout le monde.
La mort sera, non pas notre métier, mais notre devoir. Pendant les jours, les semaines, les mois à venir, vous n'allez penser qu'à ceci : tuer ceux qui font de nous des meurtriers... Tuez-les pour que nous puissions redevenir des hommes...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
tracey11tracey11   16 juillet 2012
Il ne faut pas avoir peur de la nuit, me confia-t-il en me prenant le bras. La nuit est plus pure que le jour. On pense mieux, on aime mieux, on rêve mieux la nuit. La nuit, tout devient plus intense, plus vrai. Une phrase prononcée le jour prend un sens différent, plus profond, plus lointain, quand son écho nous parvient la nuit. La tragédie des hommes, c'est qu'ils ne savent pas quand il fait nuit et quand il fait jour. Ils disent la nuit des choses qu'ils devraient dire le jour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
tracey11tracey11   16 juillet 2012
Tu es la somme de ce que nous étions, m'expliqua le petit garçon qui ressemblait à celui que j'avais jadis été. Alors, c'est un peu nous qui exécuterons John Dawson demain à l'aube. Tu ne peux pas le faire sans nous. Tu comprends maintenant?
Je commençais à comprendre. Un acte absolu, comme celui de donner la mort, engage non seulement l'être lui-même mais aussi tous ceux qui ont participé à sa formation. En tuant un homme, je faisais d'eux des assassins.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Elie Wiesel (23) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Elie Wiesel
Dans cette archive de 1970, le rescapé Elie Wiesel, devenu ensuite écrivain, philosophe et prix Nobel de la Paix à 58 ans, se remémore ses mois de détention au camp d'Auschwitz. Il y a été déporté à 15 ans, avec toute sa famille. Comment vivre avec ces souvenirs douloureux, omniprésents, avec ce sentiment de culpabilité ? Pourtant, il lui était nécessaire de croiser à nouveau le regard de Eichmann, plusieurs années après lors de son procès. Il raconte.
Culture Prime, l'offre culturelle 100% vidéo, 100% sociale de l'audiovisuel public, à retrouver sur : Facebook : https://facebook.com/cultureprime Twitter : https://twitter.com/culture_prime La newsletter hebdo : https://www.cultureprime.fr
Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/¤££¤13Elie Wiesel6¤££¤6khzewww2g/?sub_confirmation=1
Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture
+ Lire la suite
autres livres classés : palestineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1970 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre