AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Chantal Wourgaft (Traducteur)
EAN : 9782070418169
256 pages
Éditeur : Gallimard (21/03/2001)

Note moyenne : 3.71/5 (sur 50 notes)
Résumé :
Au fin fond de l’Amérique profonde, au moment de la Prohibition on va procéder à l’élection du Shériff. Cette période est naturellement peu propice à Uncle Sagamore et sa clique, distillateurs à leurs heures... pour pouvoir payer leurs impôts en honnêtes citoyens.

Cela se gâte quand un nouveau candidat se présente qui semble décidé à attraper Sagamore...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
Foxfire
  12 août 2020
Il y a quelques mois, je m'étais régalée avec le savoureux "Fantasia chez les ploucs" de Charles Williams, classique du polar humoristique redneck. Un si bon moment que je n'ai pas tardé à me lancer dans la suite intitulée "aux urnes les ploucs".
Ce second volet m'a un tout petit peu moins emballée que le précédent. Sans doute est-ce dû au fait que le plaisir de la découverte n'était plus là. Ceci dit, "aux urnes les ploucs" n'est en rien une déception. C'est u immense plaisir de retrouver la formidable galerie de personnages de Williams. En premier lieu bien entendu, Sagamore, génie de l'arnaque qui a toujours au moins 3 coups d'avance. La narration est toujours assurée par l'adorable Billy, on retrouve donc le décalage comique entre ce qui se passe et ce qu'en comprend le petit garçon et cela fonctionne encore une fois très bien. Les adjoints du sheriff, Booger et Otis, sont toujours aussi cons, au grand désespoir de leur supérieur mais pour notre plus grand plaisir. En plus, cette fois, Sagamore a un nouvel adversaire assez retors et ce que notre péquenaud préféré va inventer pour s'en débarrasser est inattendu, drôle et assez tordue.
"Fantasia chez les ploucs" et "aux urnes les ploucs" sont sans doute une des influences majeures de la série "Sheriff fais-moi peur" (ça nous rajeunit pas ?!). L'esprit redneck et le jeu du chat et la souris avec le sheriff y sont assez ressemblants même si les romans de Williams sont plus subtils et donc meilleurs que la sympathique mais un peu con série télévisée.
"Aux urnes les ploucs", comme son prédécesseur, est très amusant, une lecture idéale pour l'été. Après ces bons moments passés avec les ploucs de Williams, je suis enthousiaste à l'idée de découvrir d'autres histoires de l'auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          2711
belette2911
  16 février 2017
Qui a dit que la banlieue était morose ? Certains se sont pris en main et n'ont pour destin que de foutre le bordel, de faire tourner en bourrique les flics, ne jamais rien faire pour rien, de gagner de l'argent sans en faire trop et si possible, en arnaquant les autres, de raconter des bobards et de distiller de l'alcool.
Distiller de l'alcool ? Oui, ne cherchez pas à avoir du réseau pour you tuber une vidéo de l'affaire ou instagrammer, snapchater une photo de Sagamore Noonan, nous sommes à Blossom, un bled paumé et au bon vieux temps de la prohibition !
Franchement, je pense que si les Pères Fondateurs des États-Unis avaient connu Sagamore, ils auraient restreint toutes les libertés individuelles !
Sagamore, c'est un homme que l'on aimerait avoir pour oncle, pour ami, pour frère, car avec lui, on ne s'emmerde jamais quand il s'agit de jouer des tours pendables aux policiers ou au nouveau pompiste qui tenterait de nous arnaquer avec des vieux pneus vendus pour des neufs.
Sagamore, c'est le Napoléon – non du crime – mais de l'arnaque ! Attention, pas des arnaques minables, non, de l'arnaque haut-de-gamme, m'sieurs, dames ! Des arnaques drôles où ceux qui voulaient l'arroser se font inonder… Joues pas au plus malin avec lui.
Le genre que quand tu en es le témoins privilégié, tu s'assieds avec des pop-corn pour ne rien rater de l'affaire tant elle est exécuté avec maestria, le tout avec des airs de je-ne-suis-pas-très-malin qui attire ceux qui se croient plus intelligents que lui, comme des mouches sur un pot de miel.
L'oncle Sagamore, si tu cherches à le baiser, il te la foutra bien profond avant même que tu ne sentes ton pantalon descendre !
Et niveau distillerie clandestine, ce bootlegger te ferait un demi litre de whisky en plein milieu du désert avec 3 raisins secs et un gobelet de fer blanc, et le tout avant même que tu ne réalises que les raisins et le gobelet était à toi !
Aidé de son frère Sam, dit Pop, le tout sous les yeux candides et innocents du narrateur, Billy, 8 ans, le fils de Sam (c'est lui qui l'appelle Pop), ces deux là n'en ratent pas une et mériteraient le grand prix de la comédie, ainsi que recevoir tous les César et Oscar du coin.
J'avais déjà pouffé de rire dans leurs aventures précédentes, « Fantasia chez les ploucs » et même si maintenant je connais la musique et les tours pendables de Sagamore, je me suis de nouveau laissée prendre au jeu de comprendre comment il arrivait à distiller de l'alcool sous les yeux de centaine de personnes, du shérif, du pompiste baisé par Sagamore (et qui se venge en se présentant à l'élection pour le poste du shérif) alors qu'il ne sort pas une goutte de son installation dans laquelle il dit vouloir faire de la térébenthine.
Sagamore n'en rate jamais une de se faire du fric, de jouer des tours pendables et là, personne ne comprend ce qu'il fabrique avec son frère puisqu'il perd de l'argent et qu'il ne sort pas une goutte de térébenthine (ni d'alcool) de son alambique !
Tout le monde sait qu'il est en train de distiller de l'alcool mais personne ne comprend comment il y arrive et le pauvre shérif ne comprend plus un mot dans cette pantomime que Sagamore Noonan joue avec son frère Sam.
Même moi je n'avais pas trouvé la solution ! Sagamore reste le plus fort pour blouser les gens et nous faire rire, sourire, nous taper sur les cuisses, le tout sous le regard furax du shérif (et de ses adjoints) qui sent sa place foutre le camp.
La plume de Charles Williams fait une fois de plus mouche, ses personnages sont hauts en couleurs et inimitables, imbattables, leur gouaille et leur verve n'appartiennent qu'à eux et c'est toujours un plaisir de lire pareil roman noir à l'humour si bien distillé.
Aaaah, si seulement il existait encore d'autres romans avec mes ploucs préférés qui ne sont pas si ploucs que ça, que du contraire !
Un roman noir feel-good qui a tout d'un grand. Un excellent Charles Williams, une fois de plus.

Lien : https://thecanniballecteur.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
rulhe
  05 mars 2019
on retrouve avec plaisir
sagamore noonan son frère pop et le jeune Billy neuf ans. qu'on a connu dans ( fantasia chez les ploucs, adapté au cinéma en 1971 par Gérard Pires,
avec lino Ventura dans le rôle de sagamore , jean yanne, Mireille d'arc dans le rôle d'une stripteaseuse.)
sagamore continue toujours à distillé son whisky de contre bande surveiller par les hommes du shérif qui voudrait bien le coincé, nous sommes en pleine prohibition.
cette fois il va se lancer en politique pour être shérif.
coup bas, arnaques en tout genre, mauvaises fois aussi, mais c'est bien connu que les promesses engage que ceux qui y croit
pour des élections qui vont faire date.
c'est drôle, déjanté et politiquement incorrect.
👍
Commenter  J’apprécie          180
Sharon
  16 février 2019
Aux urnes, les ploucs ! Aux urnes, les ploucs ! Aux urnes, les ploucs ! Non, je n'ai pas bugué, en ce dernier jour du mois du polar, j'ai simplement voulu terminer avec un polar hilarant, énergisant, paumé au fin fond du Texas.
Si vous avez aimé le bikini de diamant, vous vous régalerez avec le récit de ses élections. Sagamore Noonan est libre comme l'air, et pourtant, le shérif ne désespère pas de le coincer un jour pour de bon. Sauf qu'il n'a pas la date, et l'espoir... pas trop non plus. Seulement, le shérif est élu, les élections approchent dangereusement et un candidat se présente face à ce brave shérif qui depuis douze ans se ronge les sangs pour coincer les frères Noonan - non, parce qu'il ne faut pas oublier que le frère de Sagamore, Sam dit Pop, est là, tout comme Billy, son neveu et narrateur de l'intrigue, flanqué de son inénarrable chien.
Soyons clair, soyons net, soyons précis : Sagamore, c'est le roi de l'arnaque, capable d'arnaquer n'importe qui. Attention ! Cela ne veut pas dire que Sagamore sombre dans la facilité, bien au contraire. Je ne dirai pas que c'est un plaisir d'être arnaqué par lui, non, il ne faut pas exagérer. Je dirai que ceux qui se sont faits arnaquer auraient dû y réfléchir à deux fois avant de s'attaquer à Sagamore, ou pire : avant de le sous-estimer. Sagamore réfléchit beaucoup - au contraire de certains de ses adversaires. Il n'est pas sans faire penser aux prestidigitateurs qui détournent notre attention pour mieux nous duper - avec notre consentement, il faut bien le dire.
Un livre drôle et réussi, pour découvrir le fin fond du Texas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
beauscoop
  08 février 2019
Une histoire loufoque à la Laurel et Hardy ou Marx Brothers. Certains passages sont à se tordre de rire tant les frères Noonan font du n'importe quoi et sans être stupides par eux même; il faut considérrer ce court roman comme une distraction.
Commenter  J’apprécie          130

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
DonJoplinDonJoplin   08 avril 2019
"...tu peux foutre Sagamore Noonan en plein désert, avec trois raisins secs et un gobelet de fer, et il te fabriquera un demi-litre de gnole sans te donner le temps de t'rendre compte que deux des raisins sont à toi, et que, tout compte fait, le gobelet aussi t'appartient..."
Commenter  J’apprécie          82
belette2911belette2911   09 février 2017
— Quant à savoir ce qu'il fait, vous m'en demandez trop... C'est comme l'histoire du médecin qui a inventé un traitement pour une maladie qui n'existe pas. Qui sait ? Il cherche peut-être à inventer une infraction inédite à la loi et il espère que le délit en question portera son nom ; ou alors, il essaie de rendre délictueuse une chose qui ne l'est pas et de faire voter une nouvelle loi, sur cette simple présomption que, même si son activité ne paraît pas répréhensible, elle est forcément contraire aux intérêts de la société et de l'humanité en général, du moment qu'elle est exercée par Sagamore Noonan.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   13 juillet 2016
La distillation clandestine de la goutte est un art en voie de disparition, reprend Curly, du moins dans les communes où les lois sont respectées. Et on se laisserait même aller à une certaine tristesse en songeant que la jeunesse de notre beau pays ne connaîtra jamais les secrets de la préparation du moût, ni du montage d’un alambic… Imaginez une génération entière d’enfants entre six et sept ans, dont l’ignorance est telle qu’ils ne seraient même pas capables de tirer parti de ces tubes de cuivre ou encore d’installer et d’exploiter leur propre alambic derrière la cuisinière
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
belette2911belette2911   09 février 2017
— Même si, toute sa vie, Noonan, il n'a rien fait d'autre que de se fich' du monde, la justice veut pas le savoir. Les auteurs de la Constitution ont voulu garantir la liberté des individus, et on peut pas leur en vouloir puisque, de leur temps, il n'y avait pas Sagamore Noonan. Donc, je l'ai pas arrêté pour la bonne raison qu'il n'existe pas de preuve valable de son délit.
Commenter  J’apprécie          50
belette2911belette2911   09 février 2017
— Allez, on y va, dit Miss Malone. Qu'est-ce qu'on attend ?
— Minute, fait Murph. J'ai envie de voir ça.
— Quoi ?
— La souris qui va bouffer le matou.
Commenter  J’apprécie          90

Video de Charles Williams (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Charles Williams
Nous avons rencontré Thomas Chatterton Williams, qui nous explique comment il a eu l'idée d'écrire UNE SOUDAINE LIBERTÉ
Description du livre : En 2011, Thomas C. Williams est encore inconnu du public américain lorsqu'il publie Une soudaine liberté. le jeune journaliste y décrit son enfance dans le New Jersey, celle d'un garçon né d'un père noir et d'une mère blanche qui a décidé de se fondre dans la masse des jeunes afro-américains de son âge grâce aux cultures urbaines, et notamment au hip-hop. Un vocabulaire cru, une démarche spécifique, une façon de s'habiller, un rapport trouble à l'argent et aux filles reproduisant l'imaginaire des clips qui se succèdent à la télévision. Une vision de l'histoire et de l'art aussi, lorsqu'on respecte une minute de silence pour l'anniversaire de la mort d'un rappeur assassiné mais qu'on ne connaît pas la date du décès de Martin Luther King, qu'on célèbre Jay-Z mais qu'on n'a jamais entendu parler de Toni Morrison. La littérature et l'imaginaire n'ont plus leur place lorsqu'on cherche à reproduire des codes au nom d'une identité, tournant le dos à la culture. Une adolescence aux teintes « gangsta » donc, également marquée par l'obsession du père de Thomas pour les livres et les échecs. Grâce à l'éducation parallèle que ce dernier s'obstine à donner à ses fils, Thomas réussit finalement à entrer à l'université de Georgetown, à Washington. Il réalise alors qu'une autre voie est possible, il découvre de nouvelles manières de penser le monde, de nouvelles musiques, et les voyages qui lui permettront d'aller vers des cultures radicalement différentes. Puis Thomas passera plusieurs mois à Paris avec l'impression d'avoir fait exploser le carcan des cultures urbaines, cette "colle invisible". Une soudaine liberté est un texte qui pointe avec justesse les dérives de certaines cultures qu'il est aujourd'hui difficile de critiquer, malgré leur violence et leur misogynie. Un récit d'une grande sensibilité sur le métissage, les identités noires et la possibilité de s'affranchir de son milieu.
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Colin Reingewirtz.
ACHETER LE LIVRE : https://www.grasset.fr/une-soudaine-liberte-9782246819967
+ Lire la suite
autres livres classés : prohibitionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
16516 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre