AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Kirzy


Kirzy
  04 juillet 2020
Ce roman paru en 1960 se lit comme un anti western tellement John Williams a épuré les codes de ce genre. Il y a bien des hommes rugueux, des prostituées perdues dans un saloon miteux, du whisky bu sec, le cadre somptueux du Colorado ... mais c'est à peu près tout. Les Amérindiens, figures incontournables des westerns, sont ainsi évacués en une phrase.

Surtout, sans aucune bande-son hollywoodienne, l'intrigue en elle-même est resserrée sur une ligne très intimiste, quasi introspective, centrée sur un personnage principal en quête de sens à donner à sa vie. le jeune Will Andrews a fui Harvard et ses promesses d'une vie confortable, littéralement aimanté par l'Ouest sauvage. Il tente alors la grande aventure en partant dans une chasse aux bisons annoncée comme phénoménale avec trois hommes qui ont l'expérience de ces expéditions.

Et là encore, l'auteur propose une torsion de l'attendu, cette fois, du genre roman initiatique. Bien sûr, Andrews va devoir affronter une Nature déchaînée, la faim, la soif à rendre fou, le blizzard à la Jeremiah Johnson. Mais avant tout, ce sont ses fantasmes de régénération loin du monde qu'ils voient exploser à la confrontation de la réalité. C'est face à lui-même qu'il va se mesurer pour savoir ce qu'il a dans les tripes, dans le coeur et dans la tête pour se construire en tant qu'homme, sans dérobade possible.

« Il comprit qu'il n'avait pas fui parce qu'il était écoeuré par le sang, la puanteur et les entrailles visqueuses. Il comprit que ce qui l'avait rendu malade, c'était le choc de voir le bison, si fier et noble quelques moments auparavant, désormais nu et impuissant morceau de viande inerte qui se balançait, grotesque et moqueur, devant ses yeux, dépouillés de son identité, ou plutôt de l'identité qu'Andrews lui avait prêtée. Cette identité avait été tuée ; et Andrews avait senti dans ce meurtre la destruction de quelque chose en lui, auquel il ne parvenait pas à faire face. Voilà pourquoi il s'était détourné.
Encore une fois, dans l'obscurité, sa main se faufila hors des couvertures pour tâter son visage, étudiant le renflement froid et rêche du front, suivant le nez, effleurant les lèvres gercées frottant la barbe épaisse à la recherche de ses traits.
Lorsque le sommeil l'envahit, sa main reposait encore sur son visage. »

Butcher's crossing est un roman empli de scepticisme, profondément mélancolique et désenchanté. Pas un hasard si John Williams choisit de situer son roman dans les années 1870, un point de bascule pour l'Ouest, les gigantesques hardes de bisons ont déjà été décimées par exemple. Dans cet Ouest en pleine mutation, ce n'est pas le pouvoir rédempteur de la Nature virginale qui est mis en avant, c'est la Nature en tant qu'expérience transcendante qui va bouleverser Will , mais pas comme il le pensait.
Un western révisionniste au souffle intemporel et à la beauté singulière. La fin est très puissante tout étant une large part de projection et d'imaginaire au lecteur.
Commenter  J’apprécie          877



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (87)voir plus