AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de belette2911


belette2911
  12 septembre 2020
Voilà un western qui en est un sans vraiment en être un car tous les codes sont absents et ce n'est pas le saloon, les poivrots et la prostituée que l'on croise au début du roman qui feront l'atmosphère western du roman.

Même les Amérindiens sont absents ! Pas d'attaques, pas besoin de faire le cercle, pas de vengeance pour la tuerie des bisons.

Non, juste Will Andrews; un jeune homme frais émoulu de Harvard qui veut découvrir l'Ouest sauvage en participant à une chasse aux bisons.

Miller, le chasseur, connait justement un coin secret où ces grands herbivores pullulent, un coin connu de lui seul qu'il n'a jamais su exploiter parce que le nerf de la guerre c'est l'argent. Là, il a un bleu-bite qui a du fric et qui veut vivre à la dure.

Si en plus Miller lui promet une chasse de dingue, avec des milliers de peaux à vendre et du pognon à se faire, notre gamin est encore plus tenté et deux autres hommes se joindront à eux, Charley Hodge le conducteur de char à boeufs et Schneider, l'écorcheur.

Le baptême sera violent car notre jeune homme verra un fier bison mâle passer de la noblesse de sa masse en marche à une carcasse vide de vie. Hé oui, on croit que…

On souhaite voir la vie sauvage, mais quand tu la prends dans la gueule, la vie sauvage, dans le sang, les viscères et ensuite la puanteur, tu rigoles moins, petit homme des villes. La réalité est dure et cruelle. L'apprentissage se fera dans la douleur.

On ne lit pas Butcher's crossing pour avoir de l'action, oubliez les courses-poursuites, d'ailleurs, le char à boeufs ne se prête pas à la chose et le relief non plus.

On ne lit pas non plus ce roman pour s'extasier sur les paysages et la nature, ici, elle est indomptée, le relief est montagneux, encaissé, le soleil tape dur et si tu traînes trop et que tu te prends l'hiver dans la gueule, tu vas geler sur place.

Et nos quatre hommes vont devoir rester des mois, coincé là-haut, à attendre que le printemps revienne et que la neige fonde… Survivalistes, ils vont devoir l'être.

Entre un jeune homme qui a fantasmé cette chasse au bison, cet Ouest sauvage, cette nature libre de tout et un chasseur qui ne rêve que de flinguer, jusqu'à plus soif, des milliers de têtes de bisons, ça ne pouvait que mal tourner.

La gabegie de ce massacre est superbement retranscrite, on voit les carcasses pourrissantes sous le soleil, juste dépouillées de leur pelisses, la scène du film "Danse avec les loups" est gravée dans la mémoire et ça fait mal au bide un tel gaspillage.

L'écriture est belle, lente, descriptive et évocatrice. Vous aurez chaud, soif, faim et froid avec les personnages. le confinement fut long et dur ? Imaginez un de plusieurs mois, enfermé dans une cabane en peaux de bisons, avec le froid qui s'infiltre et les mêmes vêtements à garder sur le dos…

Vanité, tout n'est que vanité… À force de vouloir gagner un max de fric, d'être celui qui a le plus abattu de bisons, Miller oublie une chose importante : une leçon sur la loi du marché que l'on a apprise avec Caius Saugrenus, dans "Obélix et compagnie"… Une loi basée sur l'offre et la demande.

Bardaf, c'est l'embardée.

Un roman d'aventure qui va au rythme du pas des boeufs, un western qui n'en possède que peu de codes, un nature-writing beau et violent, qui se déroule au milieu des grands espaces, une réflexion sur la vanité des Hommes et la vacuité de certaines choses, comme ces chasses aux bisons juste pour leurs peaux alors que dans le bison, tout est bon.

L'Homme Blanc aime gaspiller ce qu'il pense avoir en quantité, mais à tant va la cruche à l'eau qu'à la fin le puits est vide (oui, j'invente des expressions).

À méditer…

Lien : https://thecanniballecteur.w..
Commenter  J’apprécie          200



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (20)voir plus