AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782266193641
576 pages
Éditeur : Pocket (20/01/2009)

Note moyenne : 4.1/5 (sur 81 notes)
Résumé :
L’heure de l’affrontement final a sonné.
Dans le labyrinthe des souterrains du Hayholt, la forteresse imprenable devenue sanctuaire des forces du mal, Simon Mèche-Blanche et ses compagnons progressent à grand-peine. Car c’est au cœur même de la citadelle qu’il leur faudra livrer la dernière bataille. Là, le destin de Simon se décidera, la rivalité entre le prince Josua Mainmorte et son frère Elias l’usurpateur trouvera sa résolution, les trois épées magiques... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
boudicca
  18 juin 2012
Avec « La tour de l'ange vert » Tad Williams clôt magistralement son cycle « L'arcane des épées ». Tout se regroupe enfin tandis que ceux que l'on a rencontré et appris à apprécier depuis le début de cette aventure entreprennent leur dernier combat qui déterminera le sort d'Osten Ard. Ce huitième et dernier tome est donc celui des batailles décisives et des affrontements suprêmes. L'auteur nous offre ainsi un florilège de scènes de batailles plus épiques et désespérées les unes que les autres, que ce soit à la Pierre de l'Adieu ou encore à Naglimund, deux des lieux les plus stratégiques pour les hommes comme pour les sithis. On assiste également évidemment à la confrontation finale avec Elias et Pryrates au Hayholt où là encore l'auteur nous plonge dans les obscurs sous-terrains du fort dans lesquels on avait déjà compris qu'allaient se jouer beaucoup de choses.
La fin de la saga peut certes paraître légèrement convenue mais au final on est ravi de voir les choses rentrer dans l'ordre et les protagonistes se retrouver là où est leur place. C'est malgré tout avec beaucoup de nostalgie que le lecteur quitte ces personnages attachants et haut-en-couleur (Binabik, Simon, Isgrimnur, Maegwin.... et j'en passe) ainsi que ce monde aussi original que captivant. Certains éléments disséminés par ci par là dans le récit laissent toutefois suggérer que l'auteur n'exclut pas de revenir un jour dans cet univers ce que l'on ne peut qu'espérer avidement. Considérée aujourd'hui par beaucoup comme un classique du genre, « L'arcane des épées » est bel et bien une série de fantasy absolument remarquable. Alors faites le voyage, vous ne serez pas déçu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152
CasusBelli
  16 octobre 2017
Ce huitième et dernier tome clos de fort belle façon le cycle de l'arcane des épées, je me posais la question de savoir comment l'auteur allait s'en sortir pour rendre l'ensemble de l'histoire cohérente, j'avais hâte de connaître les réponses aux dernières énigmes et de voir enfin l'ensemble de l'histoire révélée, je n'ai pas été déçu !
J'ai été en apnée pendant tout le temps de cette lecture. Je suis toujours admiratif quand un auteur nous livre un récit d'une telle complexité et qu'il réussit le tour de force de ne faire aucune fausse note, j'ose à peine imaginer le travail que cela représente...
Comme déjà évoqué dans les critiques précédentes, l'arcane des épées me donne l'impression d'une reprise du seigneur des anneaux augmentée et améliorée, le style plus moderne ainsi que la note "dark fantasy" apportant ce plus auquel je fais allusion.
Tous les personnages de cette saga sont plus vrai que nature, ils ne sont pas parfait, ils souffrent et connaissent la peur et il est très facile de s'identifier ou de ressentir les émotions que procurent les situations dans lesquelles ils se trouvent entraînés.
Ce que je trouve beau, c'est que cette histoire est universelle, le bien contre le mal ce n'est pas très original certes, mais quand c'est raconté comme cela, quand tous les ingrédients sont parfaitement dosés, le plaisir est à l'arrivée, et pour cette raison je dis merci, car je me suis régalé !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Pandorra
  17 avril 2020
C'est avec autant de plaisir que pour les tomes précédents que je me suis plongée dans celui ci, qui marque la fin de la saga ! Et quelle fin ! C'est vraiment riche en rebondissements, en surprises et nous avons enfin les réponses à toutes nos questions !
L'auteur se joue de nous en laissant planer de nombreux doutes sur le sort de certains des personnages principaux, on retient son souffle durant les batailles, on rit parfois aussi, on a peur, on s'étonne, on espère... les montagnes russes émotionnelles !
Le combat final approche et nos amis sont en route pour affronter les forces maléfiques auxquelles s'est alliés le roi Elias, homme que l'on déteste pour ce qu'il est devenu tout en ayant un peu... pitié car c'est le malheur, le deuil, la souffrance qui l'ont poussés dans les bras du perfide Pryrates, le personnage le plus antipathique qui soit : avide de pouvoir et de connaissance, il ne recule devant rien pour parvenir à ses fins et Simon comme les autres en ont déjà fait l'amère expérience.
Dans ce tome, nous retrouvons tous les personnages marquant de la saga, Simon, Binabik, Sludig, Josua, Aditu et Jiriki, Camaris, Tiamak etc... car d'une façon ou d'une autre chacun aura un rôle à jouer, plus ou moins déterminant ! Il y a aussi les lieux importants, Naglimund mais surtout le château du Hayholt construit sur les ruines de la magnifique cité des Sithis : Asu'a.
Et bien sur, la résolution finale, l'affrontement de nos héros, la lutte du bien contre le mal, j'ai trouvé que c'était parfaitement amené par l'auteur, j'étais surprise de la tournure des événements mais ravie de voir enfin le mystère des épées résolues !
Il est difficile d'en dévoiler davantage sans révéler quoi que ce soit, j'ajoute donc, en conclusion globale sur la saga, que c'est une sacrée aventure racontée avec beaucoup de soin par l'auteur à la plume agréable, avec une parfaite maîtrise d'un univers riche à tout point de vue et sans fausses notes, sans incohérences, avec des personnages attachants, beaucoup d'actions, de péripéties, de mystères... Bref j'ai adoré cette saga ! Pour les amateurs du genre fantasy, c'est à découvrir je pense.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Solarine
  08 avril 2016
La série l'arcane des épées prend fin ici avec ce dernier tome : la Tour de l'Ange Vert. Sur l'ensemble de l'oeuvre, je dirai que Tad Williams nous sert une saga fantasy assez classique, avec les marqueurs traditionnels du genre, et même si elle se révèle pleine de déséquilibre, mon avis final est que l'on passe un bon moment de lecture malgré tout. le sentiment persistant après avoir tourné la dernière page est la déception d'obtenir après ces 8 tomes, une fin en queue de poisson soldé par un "happy end" élducoré. Les séries fantasy, souvent écrites en de nombreux tomes, ont cette particularité d'avoir tout le loisir de construire une intrigue solide avec des tissages complexes et qui trouvent leur apogée dans le tome final (Les lecteurs de G.R.R Martin ou d'Abercrombie, pour n'en citer que deux, seront d'accord avec moi). Malheureusement le pari est perdu ici. de même, l'aspect roman d'apprentissage est discutable : le personnage de Simon n'évoluant guère au fil des tomes et un coup de gueule spécial pour le choix des noms : non les noms imprononçables n'apportent pas plus de crédibilité aux personnages fantastiques ! Je rejoins ici Scott Lynch sur la question :
*"Les orthographes complètement fantaisistes de coffee. Comme khaff'ee, ou caff, ou c'khaugh'hey ou… toutes les autres. Ca m'énerve vraiment. Truc personnel. Ecrivez coffee, coffee. Ecrivez tables, tables. Si vous appelez un cheval un bong-bong, vaudrait mieux que ce soit parce que ce p..... de truc n'est pas un cheval : il a un cou de girafe, six pénis et des tympans lance-flammes. Ça, vous pouvez l'appeler comme vous voulez, même bong-bong."*
Malgré tout, il y a de bons éléments (Le personnage de Binabik et son parlé approximatif sont rafraîchissants) et pour les amateurs de heroic fantasy : quête, personnage de légende, bataille de rois et force du mal, L'arcane des épées est une série honnête et agréable à lire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
piccolanina
  10 janvier 2018
Cette épopée m'a emmenée dans un long rêve . Car seule la Fantasy a ce pouvoir .
Je suis encore sous le charme de cette écriture magique , où le coeur palpite à chaque aventure , pleine de périls . Là où le " Mal " régissait en maître ; là où la sagesse s'y opposait avec tellement de force , je me recroquevillais en souffrant avec les personnages .
Quelle imagination !
Quelle richesse de vocabulaire !
Que de couleurs dans les descriptions de lieux !
Quelle précision et quelle passion dans la peinture des caractères .
Du premier au huitième tome , je n'ai découvert que du bonheur à aimer lire !
J'ai trouvé superflu de résumer chaque partie de cette oeuvre dantesque .
La critique de " Boudicca " suffisait largement !
Commenter  J’apprécie          51

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
piccolaninapiccolanina   10 janvier 2018
Des escaliers , apparemment sans support , s'élevaient en tournant jusque dans l'obscurité comme des bandes de toile flottant au vent . Des murs s'élevaient vers le ciel puis se déployaient au-dessus d'eux en de fantastiques éventails de roche fins et multicolores , ou se refermaient sur eux-même en plis ondulés ; chaque surface débordait de la vie des plantes et animaux qui y étaient sculptés . Les bâtisseurs de ce lieu semblaient capables d'étirer la pierre comme du sucre chaud et de la la modeler comme de la cire .
Ce qui avait visiblement été le lit de torrents , même s'il ne contnait plus que de la poussière , courait en tous sens d'une pièce à l'autre sur le sol brisé , enjambés ici et là par de petits ponts ciselés .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
tgranductgranduc   14 octobre 2012
La vie tout entière de Simon venait de se réduire à la longueur de deux bras, le sien et celui du roi. La pièce était sombre. L'emprise des doigts froids d'Elias était aussi implacable que des fers.
"Parle". La voix s'accompagna d'une volute de vapeur comme de l'écume de dragon, quand le souffle de Simon était, lui, invisible. "Qui es-tu ?"
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Tad Williams (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tad Williams
Tad Williams & Deborah Beale: Dragons of Ordinary Farm
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1531 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre