AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur La Fille des collines (10)

jeranjou
jeranjou   31 mars 2013
Ça avait l’air idiot et très sentimental, un peu boy-scout même, de dire « Je veux que ma femme soit heureuse », mais quand on y réfléchissait, ce n’était qu’une façon de dire : je veux être heureux.
On ne peut pas vivre avec une femme heureuse sans être heureux soi-même.
Commenter  J’apprécie          4010
jeranjou
jeranjou   26 mars 2013
Nous remontâmes sur la plage, vers le feu qui n'était plus qu'un lit de braises rougeoyantes. [...]

Nous nous étendîmes sur la sortie de bain jaune et regardâmes le vent fouiller les braises et envoyer des étincelles voltiger dans les dunes vides.

La plage était noire sur des kilomètres et nous étions les seuls êtres vivants sur un continent sombre et sauvage. Elle avait ôté son bonnet de bain et la lueur du feu qui mourait jouait dans ses boucles et chauffait les doux contours de son corps.
Commenter  J’apprécie          280
jeranjou
jeranjou   25 mars 2013
Les grands chênes blancs, de l’autre coté du vallon, étaient voilés et sombres comme les nappes de brumes éparses, et sur ceux qui n’étaient pas loin, nous apercevions les anneaux gris-brun qui révélaient les niveaux des eaux pendant les crues d’hiver. Un moqueur se réveillait, et seul son chant accompagnait le gargouillement profond de l’eau sur le banc de sable en dessous de nous.

- C’est joli, non ?


Je m’imagine parfaitement écouter l'oiseau-moqueur chanter devant ce beau paysage embrumé à l’aube....
Commenter  J’apprécie          268
jeranjou
jeranjou   14 mars 2013
Lee leva les yeux sur moi. Aucun de nous deux n'avait bougé.

Une mèche de cheveux était retombée sur son front et on aurait dit une zébrure à l'encre de chine sur la paleur mortelle de son visage.
Commenter  J’apprécie          240
jeranjou
jeranjou   18 mars 2013
- Vous avez eu beaucoup d'oiseaux ? demanda Sam.
- A peu près une douzaine, répondit Lee. Notre vieux Gras-et-Moche ici présent faisait des trous dans l'air et il fallait que je les descende pour lui.

Sam hocha la tête et me sourit, un peu géné.
- Ouais ! tout l'monde a son mauvais jour de temps en temps.

- Encore un peu coup, Sam, proposa Lee.


Bob Crane pas très bon tireur et son frère Lee, l'as de la gachette déja un peu éméché après la chasse chez le distilleur d'alcool clandestin Sam.
Commenter  J’apprécie          190
jeranjou
jeranjou   15 mars 2013
- Merci. je ne sais pas pourquoi tu as fait ça, mais c'est la chose la plus gentille qu'on ait jamais fait pour moi depuis que je suis née.
- De rien Angelina, répondis-je, mal à l'aise.

Ses yeux sont magnifiques, pensai-je, quand elle ne s'en sert pas comme des armes.
Commenter  J’apprécie          190
jeranjou
jeranjou   13 mars 2013
Je ne lui racontai pas que j'avais voulu devenir un pro de la boxe et la claque que j'avais prise. C'était quelque chose que je préférais oublier. J'étais assez bon dans les combats de boxe intercollèges pour commencer à croire que j'étais bon. [...]
J'avais disputé huit combats professionnels et j'avais pris la première sortie dans six d'entre eux; alors j'avais abandonné le métier avant de devenir crétin à force de recevoir des gnons.
Ce n'est pas un boulot pour les deuxièmes classes.


Je rejoins tout à fait Bob Crane, le narrateur, dans son analyse.
Commenter  J’apprécie          130
jeranjou
jeranjou   17 mars 2013
Je ne sais toujours pas pourquoi nous ne nous entendions pas. Je m'étais souvent demandé, pendant toutes ce années, s'il me détestait pas inconsciemment parce que ma venue au monde avait tué ma mère.
Elle était morte trois jours après ma naissance.

La terrible blessure de Bob Crane, comme une possible raison de la relation conflictuelle et détestable avec son père.
Commenter  J’apprécie          110
jeranjou
jeranjou   16 mars 2013
« Elle aimait la bagarre venez-y voir
Mais elle savait filer quand il fallait
Elle les rendait très nerveux
Quand elle défaisait ses cheveux
Mais sous ses robes déchirées, elle cachait une peau de lait

Elle n'était pas blanc comme neige
Mais j'aimais bien son manège
Elle disait "le ciel me protège"

C'était une drôle d'héroïne
C'était la fille des collines »


« La fille des Collines » de Niagara ressemble comme deux gouttes d’eau au portrait de l’héroine du roman. Mystère et boule de gomme, si vous avez le numéro de téléphone ou le mail de Muriel Moreno, on pourrait lui demander…
Commenter  J’apprécie          110
jeranjou
jeranjou   14 mars 2013
Angelina sortit de la maison et se dirigea vers le puits avec son seau. Elle passa devant nous sans un mot, mais j’aurai parié qu’elle pouvait sentir le regard de Lee car, en arrivant à sa hauteur, elle lui coula un long regard oblique.
- Elle devrait être interdite par la loi, articula Lee lentement d’une voix émue tandis qu’elle disparaissait dans la maison. Il redevenait tout drôle.
- Elle l'est, remarquai-je. Une petite loi sur le détournement de mineurs.
- Elle a dix-huit ans. Tu l’as entendu dire. Elle n’est pas mineure.

Je haussais les épaules
- Son père te tuerait.


Les deux frères Crane, Bob et Lee, en compagnie de la ravissante Angelina Harley.
Commenter  J’apprécie          60


    Acheter ce livre sur

    FnacAmazonRakutenCulturaMomox





    Quiz Voir plus

    Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

    Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

    seul
    profond
    terrible
    intense

    20 questions
    1769 lecteurs ont répondu
    Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre