AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2264036664
Éditeur : 10-18 (20/02/2003)

Note moyenne : 4.06/5 (sur 124 notes)
Résumé :
Naufragés des tempêtes matrimoniales, Brick et Margaret semblent avoir touché le fond. Véritable " scandale vivant ", Brick éteint ses angoisses à coups de whisky... Comme une chatte sur un toit brûlant, Margaret tente de ranimer leur couple... Mais le fantôme de Skipper, ami défunt de Brick et amant malheureux de Margaret, persiste à semer la discorde parce qu'il " est des sentiments que rien ne peut toucher sous peine de corruption "...
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Meps
  24 août 2016
Quand comme moi, on est un grand adepte de Faulkner, on ne peut rester insensible au charme de Tennesse Williams. Car c'est aussi ici le Sud américain qui parle à travers ses mots, celui qui n'en finit pas de régler ses comptes avec l'esclavage, celui dans lequel les grandes familles et les petites villes se déchirent.
L'ouvrage que j'ai lu comporte deux pièces, l'une à la renommée certaine "La chatte sur un toit brûlant", l'autre plus méconnue "La descente d'Orphée". Elles se répondent parfaitement dans la description de cette Amérique, puisque l'une évoque les tourments familiaux, l'autre dépeignant une ville et sa galerie de portraits d'habitants. Et un point commun dans les deux, deux femmes qui prennent en main leurs destin, Maragaret et Lady. Il faut souligner cette mise en valeur de la femme par l'auteur car c'est particulièrement précurseur, les deux pièces datant respectivement de 1955 et 1957.
Ces deux textes donnent vraiment envie d'aller les voir sur scène car on sent qu'ils ne prendront tout leur sens que mis en chair, les personnages demandant à être pleinement incarnés physiquement, pour que les mots assez simples qui leur sont dévolus prennent corps et sens. Je regarderais déjà avec plaisir les adaptations cinématographiques auxquelles elles ont donné lieu et qui ont contribué, pour la première en tout cas, à sa renommée. Avant je l'espère de pouvoir moi aussi me couler dans la peau d'un des protagonistes...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          285
jovidalens
  01 décembre 2013
Parce que j'allais voir une représentation théâtrale de "La Chatte..." j'ai, heureusement, relu le texte et découvert par la même occasion "La descente d'Orphée".
Quel texte et quelle pensée, quelle sauvagerie dans la rage et l'appétit, l'angoisse, le désespoir de vivre.
La représentation théâtrale, a été de mon point de vue, une adaptation hors sujet : la première partie, traitée façon théâtre de boulevard (en voilà une conception originale !) et la seconde, dans un ton grinçant.
Supprimés tout ce qui nous ramène à l'absence d'intimité : pas de lieu où échapper au regard, aux oreilles des autres, sauf en devenant un professionnel de la dissimulation. Cette chambre conjugale, joue un rôle principal : c'est un vrai hall de gare. Chacun y déboule quand bon lui semble, sans crier gare, et quand la porte est close, des oreilles épient à la porte, aux murs, les conversations téléphoniques, les cris des enfants., des domestiques envahissent la pièce. La rage d'épier, sous le prextexte de prendre soin de l'autre, de le comprendre, ou de défendre les siens est toujours le moteur de toute action. Et ce plaisir, de coincer l'autre dans une case ! Il faut avoir la rage de vivre et de s'en sortir pour faire table rase des préjugés et conquérir une liberté. de quoi étouffer dans cette maison de verre et de papier où tout se voit, où tout s'entend. Et quand Brick parle de la cage de verre de son métier de chroniqueur sportif ne parle-t-il pas du cadre de sa vie ? Lui aussi est devenu un "regardeur" d'autres qui vivent en pleine possession de leurs moyens physiques et intellectuels. Un regardeur regardé et étiqueté comme ces insectes mis sous verre.
Est-il homosexuel ? "Grande" question ! Qu'est-ce qui l'a cassé ? La mort de son ami d'enfance et, surtout, la prise de conscience qu'il n'aura plus jamais ni la force, ni l'insouciance de sa jeunesse ? Cette femme qu'il a aimé et qui exige de lui qu'il se comporte en adulte ? Ce père qui doit affronter la venue de sa propre mort, cesser de dissimuler sa haine pour sa femme, l'ainé de ses fils, assumer sa préférence pour ce fils alcoolique au charme nonchalant, qui essaie de le fuir, lui, le père, qui a gagné sa toute puissance. Ou bien réalise-t-il qu'il n'a rien fait de sa vie et qu'il préfère se réfugier dans une sérenité d'oubli. Pauvre Brick. Il se retrouve rejeté, abandonné par la mort de son ami, coincé entre cette épouse trop séduisante et ce père carnassier. Faut dire qu'ils se ressemblent le Grand Père et Margareth en grands prédateurs dans la hyénitude de cette famille. Violent et âpre, sans pitiè.
Tout aussi violent et cruel "La descente d'Orphée". Là encore, c'est une société qui s'épie, qui dépéce celles et ceux qui ne leur ressemblent pas. C'est une société qui vit comme dans un fortin interdisant son accès, aux "pièces-rapportées", celle épousée-achetée à laquelle son moribond de mari ne laissera aucune chance de lui survivre pour faire autre chose de SON bien, celle qui se réfugie dans la peinture, artiste dont le talent est reconnu, mais qui préfére s'aveugler de ses visions pour mieux transcender la réalité de la cruauté de son shérif de mari, celui qui seulement armé d'une guitare s'est arrété au mauvais endroit, et puis l'"erreur de la nature", celle qui vraiment n'a rien de commun avec cette famille, cette communauté. C'est surement elle, l'oiseau sans pattes, "il ne peut pas se poser et il passe toute sa vie à planer dans le ciel", et si elle réussit à ouvrir tout grand ses ailes, à devenir "couleur de ciel", alors elle échapera à ses congénères, ces oiseaux de proie qui ne l'attraperont jamais parcequ'ils ne la verront "même pas, au sommet du ciel, près du soleil."
Au fond, cette mauvaise mise en scéne m'a permis de redécouvrir un fabuleux écrivain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Kenehan
  19 décembre 2015
Challenge Petits Plaisirs 2014/2015
Challenge Variétés 2015
Catégorie : Un livre qui a gagné le prix Pulitzer (1955)
"Une chatte sur un toit brûlant" est une pièce de Tennessee Williams de 1954 en trois actes qui a remporté le Prix Pulitzer en 1955. Au coeur du delta du Mississippi, dans une riche plantation de coton, la famille Pollitt se rassemble autour du patriarche mourant pour son dernier anniversaire. Une longue et chaude soirée où les tensions vont éclater sous le poids des non-dits.
Un chef de famille qui use de sa toute puissance pour diriger le clan d'une main de fer, qui est lucide quant aux personnalités qui l'entourent et qui adore son dernier fils. Celui-ci, ancien sportif de haut niveau, brisé depuis la mort de son meilleur ami, n'assume pas son homosexualité . Sa sublime femme, surnommée la Chatte, souffre de l'inattention et du manque d'affection de son mari. L'ainé de la famille, Gooper, s'échine avec sa femme Mae à donner l'image d'une famille exemplaire voire modèle et n'hésite devant aucun stratagème pour s'assurer la meilleure place sur le testament. Bref, une famille aux problèmes multiples proche du point de rupture alors que le patriarche est sur le point de disparaître, rongé qu'il est par un cancer dont il n'a aucune idée.
Une pièce forte qui nous emporte dans ce tourment familial à travers de nombreuses oppositions comme l'amour/la haine, la vie/la mort, le désir/le rejet, etc. Très vite on s'attache au couple Brick/Margaret contrairement à celui de Gooper/Mae particulièrement antipathique, de même on apprécie la figure du "Père" tout-puissant et on s'étonne de sa tolérance surprenante pour les années 1950. Personne n'est épargné, les souffrances sont multiples et ne trouvent pas réellement d'apaisement. La soirée est bien trop courte pour que la catharsis opère mais déjà les premiers abcès se percent. Pour autant, les blessures sont bien trop vives et profondes, touchent de trop près la sensibilité de l'âme pour qu'un retour en arrière soit possible, il ne reste plus alors que la fuite de la réalité par l'absence, l'alcool et les illusions.
Un très bon moment avec cette toute première version de la pièce, celle entièrement revendiquée par Tennessee Williams. Une pièce qui jusque dans sa création, sa rédaction et son adaptation a été source de conflits, de souffrances, de sentiment de trahison et d'amertume mais qui reste un chef d'oeuvre incontournable du théâtre américain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Lanto_Onirina
  27 décembre 2013
Un de mes auteurs préférés. Une de mes pièces préférées aussi. « La Chatte sur un toit brûlant » de Tennessee Williams. Immortalisée par Élisabeth Taylor et Paul Newman.
États-Unis, une famille, deux couples viennent rendre visite au grand-père malade. Il y a Maggie et Brick, couple qui bat méchamment de l'aile à cause de la mort de Skipper, meilleur ami de Brick ; une mort que ce dernier met sur le dos de sa femme. Une Maggie frustrée parce que son mari refuse par conséquent d'accomplir son devoir conjugal.
Et il y a Gooper, le frère de Brick, et son épouse qui, comme Maggie, veulent faire main basse sur l'héritage du grand-père mourant. Mais Gooper aura des efforts à faire, Brick étant le préféré des deux frères aux yeux du patriarche.
La famille va s'entredéchirer, Brick sombrer de plus en plus dans l'alcool, son couple atteindre un point de non-retour, malgré les tentatives de Maggie pour raviver la flamme.
Une histoire de famille, d'héritage, d'autodestruction, de déchéance conjugale, de luxure, de fuite face à un quotidien disloqué par trop déprimant. C'est un registre dans lequel Tennessee Williams est particulièrement brillant, avec sa façon géniale d'écrire son intrigue à tiroirs de façon à suivre les différentes relations. On ment, on charme, on désire, on hait, Les personnages sont fouillés et attachants, même quand ils ont mauvais caractère. Tennessee Williams les a dessinés avec épaisseur. Un classique juste incontournable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
bdelhausse
  01 juillet 2014
Le volume se compose de deux pièces. La première pièce du tome, La Chatte sur un Toit brûlant, est un classique. D'ailleurs, la photo de la couverture est issue de l'adaptation cinématographique. Que j'ai vu il y a bien longtemps.
Tennessee Williams nous livre à petites touches le destin de Brick et Margaret. Lui un ancien sportif, qui ne peut se résoudre à l'inaction. Elle, amoureuse et exubérante. Possessive et persuasive.
Les dialogues sont millimétrés, pesés. Les répliques fusent et réagissent. Chez Williams, pas de ressort lié à la situation, mais de l'action, venant des dialogues.
On pourrait être dans du Shakespeare. le Roi meurt et on se partage ses avoirs. Air connu. le happy end, ou ce qui s'en rapproche le plus chez Williams, vient soulager tout ce monde, englué dans les haines et les envies. En l'occurrence, le fait ou non d'avoir des enfants, le fait ou non d'être un "bon" fils... C'est bien vu de Williams, tout à fait ancré dans le quotidien, intemporel, absolu. le dramaturge nous livre une vision exacerbée, déchirante, désespérée de l'âme humaine.
La seconde pièce, La Descente d'Orphée, m'était inconnue. Quand on regarde la distribution des acteurs pour la première parisienne, on est frappé par le niveau très relevé. Arletty, bien sûr, mais pas seulement. Il faut du lourd pour que cela ne soit pas caricatural, à coup sûr.
Tout se passe dans une petite ville américaine. J'ai supposé le Midwest. Avec les tumbleweeds qui roulent au gré du vent. Les haines se lâchent. de nouveau, les trahisons, les compromissions, les secrets se nouent et se dénouent. On est dans un suspense, un thriller, implacable. Chez Tennessee Williams, les gens jugent leur prochain. Les condamnent. Dur. Et cela frappe juste. On se reconnaît. Oh, bien sûr, on n'a pas envie de se reconnaître dans ces femmes envieuses qui passent leur temps à épier et médire... mais c'est tellement bien vu de l'auteur.
Au final, une découverte.
Coller deux pièces peut se révéler tout à fait inadéquat. Cependant, plusieurs points les relient. le poids du passé tout d'abord, pas seulement celui de l'histoire des personnages, mais celui de la Tradition (avec une majuscule). Ensuite la beauté, la jeunesse, et le temps qui passe. Enfin, quelque chose d'instinctif, de primal, de viscéral. Je me suis surpris à penser que les personnages criaient, bien plus souvent que nécessaire. Tellement les répliques me semblaient devoir se hurler, frénétiquement, obsessionnellement.
Mais ce qui m'a le plus frappé dans les deux pièces, ce sont les didascalies, les indications fournies par Williams lui-même. La première pièce est un huis-clos, un duel... mais surtout un ballet. La place des protagonistes est réglée par l'auteur. Cela avance, recule, bouge, se positionne... car les places occupées ont de l'importance. La gestion de l'espace est un acteur à part entière. Efficace, terriblement efficace. La seconde pièce se déroule dans plusieurs endroits selon les tableaux, mais de nouveau on retrouve ce souci du positionnement des acteurs. le hasard n'a pas de place ici.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          82
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
sabine59sabine59   06 décembre 2017
Ah, vous autres, hommes faibles et merveilleux
Qui mettez tant de grâce à vous retirer du jeu
Il faut qu'une main posée sur votre épaule
Vous pousse vers la vie, cette main tendre et légère...

On a tous en nous quelque chose de Tennessee, de Johnny aussi...
Commenter  J’apprécie          185
patacaissepatacaisse   10 mars 2010
Ah, vous autres, hommes faibles et merveilleux qui mettez tant de grâce à vous retirez du jeu ! Il faut qu'une main, posée sur votre épaule, vous pousse vers la vie .... Cette main tendre et légère...
Commenter  J’apprécie          460
Alice_Alice_   12 février 2012
La mort commence trop tôt… On ne connaît rien à la vie, et la voilà déjà ! Oh ! comprenez donc qu’il n’y a que l’amour qui compte et que nous devons nous unir en face de cette chose noire qui vient de s’installer dans notre maison.
Commenter  J’apprécie          180
jovidalensjovidalens   01 décembre 2013
- Vous attendiez quoi ?
- Quelque chose qui donnerait un sens à la vie ; j'attendais comme quand on pose une question et qu'on attend que quelqu'un réponde, mais on ne pose pas la bonne question, ou bien on ne la pose pas à la bonne personne, et la réponse ne vient pas. Est-ce que tout s'arrête parce que la réponse ne vient pas ? Non, tout continue. Et puis...
- Et puis quoi ?
- On reçoit une réponse en trompe-l'oei...
- Qu'est -ce que c'est que cette réponse-là ?
- L'amour...Oui. C'est ça, la réponse en trompe-l'oeil.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
jovidalensjovidalens   16 novembre 2013
Oui, j'ai toujours vécu dans un pays trop vaste, avec trop d'air et de solitude autour de moi, pour pouvoir être contaminé par l'opinion publique. Il y a une chose plus précieuse, plus riche que le coton que l'on peut faire pousser sur une grande plantation et je l'ai fait pousser, et c'est la tolérance.
Commenter  J’apprécie          110
Videos de Tennessee Williams (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tennessee Williams
Micha Lescot lit 'Matin sur Bourbon Street' de Tennessee WILLIAMS.
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature américaine en anglais>Littérature dramatique américaine (40)
autres livres classés : théâtreVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Tennessee Williams, en VO !

Un tramway nommé désir

A Streetcar Named Desire
A Tramway Named Desire

5 questions
44 lecteurs ont répondu
Thème : Tennessee WilliamsCréer un quiz sur ce livre