AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782749813752
Éditeur : L'Avant-scène (22/04/2017)

Note moyenne : 4/5 (sur 4 notes)
Résumé :
De quel secret Catherine semble-t-elle prisonnière, depuis ce terrible drame de l'été dernier ? Et pourquoi sa tante veut-elle à tout prix s'assurer de son silence ? Au cœur d'une famille dévorée par la folie, les tabous et la rage, les personnages de Tennessee Williams se débattent jusqu'au vertige, allant chercher dans la haine la vérité de l'amour.

" Nous sommes tous des enfants, dans une immense école maternelle, où nous essayons d'épeler le nom ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
5Arabella
  01 juillet 2020
La pièce est écrite et créée en 1958, et sera adaptée l'année suivante en flm, mis en scène par Joseph L. Mankiewicz. Elle est relativement brève et se compose de quatre tableaux.
Dans le premier tableau, Madame Venable une riche femme âgée parle à un jeune médecin, le docteur Cukrowicz. Ce dernier travaille dans un hôpital psychiatrique où il pratique des expérimentations de lobotomie, et il cherche des fonds pour poursuivre ses recherches. Madame Venable évoque son fil, Sébastien, mort l'été dernier. Une relation très forte existait entre eux, et Madame Venable n'a visiblement pas fait le deuil suite à sa disparition. Elle en vient progressivement à la raison du présence du docteur : sa nièce, Catherine, qui était présente à la mort de Sébastien, tient à ce sujet des propos qui paraissent inacceptables à Madame Venable, et qui veut à tout prix la faire taire. La lobotomie lui paraît être la solution. le docteur veut voir Catherine avant de décider. Catherine arrive accompagnée par une religieuse.
Dans le deuxième tableau, Catherine est bousculée par la religieuse infirmière qui l'accompagne dans sa sortie de l'hôpital privé où sa tante l'a fait internée. Elle se doute du risque de la lobotomie, elle a conscience de la présence du docteur qui l'observe de loin. Elle livre quelques détails de sa relation avec Sébastien et de la personnalité de ce dernier.
Mme Holy, la mère de Catherine, et Georges, son frère, essaient de la persuader de ne plus évoquer la mort de Sébastien, telle qu'elle l'a racontée jusque là. Georges est particulièrement virulent : Madame Venable bloque des legs importants faits par Sébastien à sa famille, mécontente de l'image donnée par Catherine de son fils. Sa mère l'accuse d'avoir inventé une histoire épouvantable, signe d'évidente folie.
Dans le quatrième tableau, le docteur va administrer à Catherine un sérum de vérité pour l'obliger à raconter son histoire, pour juger de son état d'esprit. Ce qui nous permettra de savoir enfin ce qui s'est passé. le récit jette une lumière très différentes sur Sébastien, et sur sa relation avec sa mère. Mais la question de la véridicité du récit et de la folie de Catherine reste posée.
Cette pièce est finalement assez classique : l'unité de temps, de lieu et d'action est parfaite. de plus, nous ne voyons pas de réelle action sur scène, le récit passe par la parole, en particulier, celle de Catherine et Madame Venable, qui livrent toutes les deux leur vision de Sébastien. Une vision idéalisée, reconstruite, par Madame Venable, dans laquelle son fils est un poète, totalement asexué pour ainsi dire. Et la version de Catherine, qui en dresse un portrait très différent, jusqu'à sa mort tragique, très proche de ce que l'on pourrait trouver dans une tragédie. Petit à petit se révèlent les refoulés, le désir, une sexualité malsaine et prédatrice. le vernis de Madame Venable craque petit à petit, et au final son comportement devient plus proche de la folie que celui de sa nièce.
C'est une lecture psychanalytique qui ancre la pièce dans son temps, et donne une vision du drame centrée sur les pulsions, sur les refoulements, les interdits. Les événements tragiques sons expliqués par ce qui habite les individus, et non plus les dieux ou la destinée. Il y a aussi une efficacité presque de l'ordre du suspens dans la façon de révéler la manière dont s'est passé la mort de Sébastien, qui elle est presque cinématographique. Là aussi, c'est une irruption de la modernité dans le théâtre, une façon de moderniser le spectacle théâtral. Rien d'étonnant que la pièce, et aussi de nombreuses autres pièces de l'auteur aient été adaptées avec succès au cinéma.
C'est incontestablement fort et maîtrisé de bout en bout, et pouvant donner lieu à un spectacle puissant, à condition de trouver des acteurs qui puissent faire oublier les monstres sacrés du film, les images de ce dernier pouvant être un obstacle à l'imaginaire du spectateur de la pièce.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          202
Marti94
  12 juin 2017
J'ai lu "Soudain l'été dernier" de Tennessee Williams après avoir vu cette pièce à l'Odéon-théâtre de l'Europe à Paris dans une excellente mise en scène de Stéphane Braunschweig.
Cette pièce a été créée en 1958 et en 1959, Mankiewicz en fit un film intense, que Tennessee Williams détesta, le trouvant trop réaliste.
L'histoire tourne autour de Sébastien Venable, poète américain fortuné, mort l'été dernier dans des conditions troubles, loin de chez lui, dans une station balnéaire espagnole. C'est le personnage principal de la pièce mais on ne le voit jamais.
Pour préserver sa mémoire sa mère, qui le vénère, est prête à tout. D'ailleurs elle a fait interner Catherine, une jeune cousine qui fut la seule à assister au drame. Pour Violette Venable, Sébastien est une sorte De Saint, chaste et pur, sans rapport avec le prédateur sexuel que décrit Catherine.
C'est l'époque où l'expérimentation de la lobotomie se fait sur les malades mentaux. Alors la riche veuve Mrs Venable fait appel à un médecin pour procéder à l'opération et la faire taire.
Pour parvenir à ses fins, Mrs Venable utilise sa fortune afin d'obtenir la soumission de la mère et du frère de Catherine, tandis qu'elle promet au docteur une subvention dont il a besoin pour ses recherches.
Mais ce dernier va rencontrer la jeune fille pour entendre sa version, version affreuse qui ressemble à une hallucination terrifiante.
Le médecin va devoir arbitrer le combat entre les deux femmes. Qui croire? Catherine est-elle vraiment folle?
L'histoire est plus complexe qu'elle en a l'air, c'est une enquête humaine qui cherche à mettre à jour la vérité cachée. Dans cette pièce poétique et cruelle que Tennessee Williams décrivait comme une allégorie, une fable sur l'existence, on retrouve ses obsessions : le Sud poisseux avec le jardin tropical de la Nouvelle-Orléans, le sexe honteux, l'homosexualité refoulé et la folie, lui dont la soeur Rose qui était schizophrène avait subi une lobotomie qu'il ne s'est jamais pardonné.
Lu en juin 2017
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          72
Lagagne
  01 août 2017
Première fois que je lis du Tennessee Williams. le décor dressé dès la première didascalie est particulier : on a beau être dans un intérieur de maison du Sud des USA, c'est une jungle tropicale, vivante et bruyante, qui nous accueille. Moiteur, oppression et étouffement nous accueillent au coeur de cette histoire. Une mère a interné sa nièce, qui soutient une version affreuse de la mort de son fils. Elle veut même la faire lobotomiser. Et c'est par l'entretien avec le médecin que l'on découvre l'horreur.
Folie, violence, homosexualité (?) le tout sur un décor dévorant, mimétique, avec des révélations qui sortent dans la douleur. Une pièce qui mérite d'être vue !
Commenter  J’apprécie          73

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Marti94Marti94   14 avril 2017
CATHERINE. – Où en étais-je ? Ah oui, à ce déjeuner de cinq heures de l’après-midi dans un restaurant de fruits de mer devant le port de Cabeza de Lobo, situé entre la ville et la mer, et il y avait des enfants nus tout le long de la plage qui était séparée du restaurant par une clôture en fils de fer barbelés, notre table était à moins d’un mètre de la clôture qui tenait les mendiants en respect... Il y avait des enfants nus tout le long de la plage, une bande d’enfants tout nus, affreusement maigres et noirauds, on aurait dit une volée d’oiseaux déplumés, et ils venaient se coller contre le grillage comme s’ils étaient propulsés par le vent, le vent chauffé à blanc qui venait de la mer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Marti94Marti94   14 avril 2017
MRS VENABLE. – Voyez-vous, au sens strict, sa vie était son métier.
LE MÉDECIN. – Je vois.
MRS VENABLE. – Non, vous ne voyez pas, pas encore, mais avant la fin de cette conversation, vous verrez. Sébastien était poète. C’est ce que je voulais dire quand je vous ai dit que sa vie était son travail parce que le travail d’un poète c’est sa vie, et... vice-versa, la vie d’un poète c’est son travail, vous ne pouvez pas les séparer
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Marti94Marti94   12 juin 2017
CATHERINE : Aucun asile de fous n’est un endroit agréable et charmant.
Mrs HOLLY : Mais la nourriture y est bonne. N’est-ce pas que la nourriture y est bonne?
CATHERINE : Fais-moi juste un mot d’excuses pour dire que j’ai le droit de ne pas manger du gruau de maïs frit. J’avais le droit de me promener dans la cour jusqu’au jour où j’ai refusé de manger du gruau de maïs frit.
Commenter  J’apprécie          10
Marti94Marti94   12 juin 2017
Le MEDECIN : Miss Catherine, est-ce vous la haïssez ?
CATHERINE : Je ne sais pas ce qu’est la haine. Peut-on haïr quelqu’un et demeurer sain d’esprit ? Vous voyez, je continue à penser que je suis saine d’esprit !
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Tennessee Williams (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tennessee Williams
Micha Lescot lit 'Matin sur Bourbon Street' de Tennessee WILLIAMS.
autres livres classés : asileVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Tennessee Williams, en VO !

Un tramway nommé désir

A Streetcar Named Desire
A Tramway Named Desire

5 questions
53 lecteurs ont répondu
Thème : Tennessee WilliamsCréer un quiz sur ce livre