AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Yves di Manno (Autre)
ISBN : 2714308929
Éditeur : José Corti (18/03/2005)

Note moyenne : 4.39/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Paru en cinq livraisons, de 1946 à 1958, Paterson est sans conteste le " grand œuvre " de William Carlos Williams, et l'une des bornes majeures de la poésie nord-américaine du XXe siècle. Construit autour de la ville ouvrière du New Jersey qui lui donne son titre, et suivant le cours métaphorique de la rivière Passaic, ce long poème offre le portrait éclaté d'une ville américaine à travers son paysage immédiat, ses scènes contemporaines, mais aussi les multiples str... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Danieljean
  19 juillet 2016
Paterson passe pour être le chef-d'oeuvre poétique de William Carlos Williams. Et c'est vrai. C'est une entreprise aussi considérable et ambitieuse que les Cantos de Pound. Cette apologie de cette grande ville industrielle de la région natale de l'auteur, qu'il compare à un géant couché (c'est-à-dire qu'il lui donne une dimension mythologique) et qui se métamorphose à l'infini en révélant toutes ses dimensions historiques et sociales est d'abord le lieu d'élection de son autobiographie et, en même temps, la matrice de sa pensée poétique. Celle-ci s'enracine dans ce qu'il appelle le "local", un point nodal d'où émanent images, symboles, réminiscences, faits divers, méditations bucoliques. Des univers innombrables se pressent et se superposent dans un double mouvement incessant, centrifuge et centripète, comme une marée de l'écriture qui monte et descend n'étant interrompue que par des commentaires en prose qui élargissent le champ de l'investigation de l'auteur et qui, souvent, le fait revenir dans la sphère intime ou dans la réalité du monde à laquelle l'écrivain est confronté. L'ambition de l'écrivain a été, entre 1946 et 1958, de dépasser tous les genres poétiques pour les fondre dans une vertigineuse imbrication de perspectives, de l'épopée à l'églogue, en utilisant des techniques issues des arts plastiques comme le collage et l'assemblage
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
DanieljeanDanieljean   19 juillet 2016
La descente nous attire
comme nous attira la montée
La mémoire est une manière
d’accomplissement
une manière de renaissance
et même
une initiation, puisque les espaces qu’elle révèle sont
de nouveaux territoires
peuplés de hordes
jadis inaperçues,
d’une autre espèce –
puisque leurs déplacements
ont pour buts d’autres buts
(même s’ils furent, en d’autres temps, abandonnés)

Nulle défaite n’est seulement faite de défaite – puisque
le monde qu’elle révèle est un territoire
dont on n’avait jamais
soupçonné l’existence. Un monde
perdu,
un monde impensable
nous attire vers d’autres territoires
et nulle pureté (perdue) n’est plus pure que le
souvenir de la pureté .

Avec le soir, l’amour s’éveille
bien que ses ombres
qui n’existent qu’en vertu
de la lumière solaire –
soient gagnées par le sommeil, lâchées par
le désir

L’amour sans ombres s’étend à présent
qui ne s’éveille
qu’avec la montée de
la nuit.

La descente
faite de désespoirs
sans s’achever
entraîne un autre éveil :
qui est l’inverse
du désespoir.

À ce que nous n’achevons pas, à ce
qui est refusé à l’amour,
à nos espoirs perdus –
succède une descente
infinie, ineluctable .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
NievaNieva   24 février 2017
Le feu brûle ; c'est la première loi.
quand le vent l'attise, ses flammes

s'étendent alentour. La parole
attise les flammes. Tout a été combiné

pour qu'écrire vous
consume, et pas seulement de l'intérieur.

En soi écrire n'est rien ; se mettre
en condition d'écrire (c'est là

qu'on est possédé) équivaut à résoudre 90%
du problème : par la séduction

ou à la force des bras. L'écriture
devrait nous délivrer, nous

délivrer de ce qui, tandis
que nous progressons, devient — un feu,

un feu destructeur. Car l'écriture
vous agresse aussi, et il faut

trouver le moyen de la neutraliser — si possible
à la racine. C'est pourquoi,

pour écrire, faut-il avant tout (à 90%)
vivre. Les gens y

veillent, non pas en réfléchissant mais
par une sous-réflexion (ils cherchent

à s'aveugler pour mieux pouvoir
dire : Nous sommes fiers de vous !

Quel don extraordinaire ! Comment trouvez-
vous le temps nécessaire, vous

qui êtes si occupé ? Ça doit être
merveilleux d'avoir un tel passe-temps.

Mais vous avez toujours été un drôle
de bonhomme. Comment va votre mère ?)

— La violence du cyclone, le feu
le déluge de plomb et enfin
le prix —

Votre père était si gentil.
Je me souviens très bien de lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
PasoaPasoa   10 juillet 2018
Le monde est le lieu d'élection du poème.
Quand le soleil se lève, il se lève dans le poème
et quand il se couche l'obscurité descend
et le poème s'assombrit,

on allume les lampes, les chats rôdent et les hommes
lisent, lisent - ou marmonnent, contemplent
ce que révèlent les lumières minuscules ou ce
ce qu'elles cachent ou ce que leurs mains cherchent

dans le noir.

in LIVRE III - Bibliothèque, p. 110
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
OttoDidaktOttoDidakt   05 juin 2017
"Nous voulons atteindre à la rigueur de la beauté. Mais comment retrouver la beauté quand c’est l’esprit qui l’emprisonne, sans qu’elle puisse lui échapper ?"
Commenter  J’apprécie          150
NievaNieva   24 février 2017
Le monde est le lieu d'élection du poème.
Quand le soleil se lève, il se lève dans le poème
et quand il se couche l'obscurité descend
et le poème s'assombrit.
Commenter  J’apprécie          100
Dans la catégorie : Poésie américaineVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature américaine en anglais>Poésie américaine (87)
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
775 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre