AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Francis Ledoux (Traducteur)
ISBN : 2264029730
Éditeur : 10-18 (16/11/1999)

Note moyenne : 3.79/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Drogue, homosexualité,
Greenwich Village,
il y a dans Une femme nommée Moïse
tous les ingrédients de certains best-sellers. Il y a surtout cette manière froide
et pourtant attendrie de Tennessee Williams pour décrire et aimer ces paumés
qui flottent dans New York :
mais Moïse est à Sucre d'orge
ce que la dope est au bourbon
finis les petits jeux pervers du Sud
et les verts paradis
dans cette vill... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
ATOS
  20 mars 2018

La pendule… La pendule de Tennessee Williams. ! .. « Va te faire foutre, pendule, espèce de petit simulacre nickelé, à une patte, de mon coeur, et allez vous faire foutre, vous aussi, points de suspension, terribles points qui trahissez ma répugnance à me considérer comme quitte ou à estimer la phrase parfaitement achevée. La pendule complète chaque phrase d'un tic-tac ; ses battements sont brefs, nettement marqués, et ils se poursuivent obstinément jusqu'à que la pendule s'arrête de contrefaire le coeur parce qu'elle est au plus bas. »  Le temps que l'on crée, et cette pendule qui va, …. Ce n'est pas l'histoire….Plutôt quelques grandes pages . Une époque, un village. Greenwich Village. Spirales Blue-Jay. Moïse allume sa dernière cartouche . Lance, n'est plus. L'entrepôt est désert. La fièvre glisse sous la glace. Et pourtant rien n'arrêtera jamais « le temps d'après minuit ». Un jardin livre , un terrain drague, un radeau ivre, une vague de jazz..Semelles de nuit sur la poudre des visages. Déclaration d'amours de Tennessee Williams au Village. La pendule qui va et cette plume qui bat.. Cygne de Baudelaire, …. « Je pense aux matelots oubliés dans une île, Aux captifs, aux vaincus !... à bien d'autres encor ! »…Un texte magnifique au rythme surprenant. Une toile maîtresse.
Astrid Shriqui Garain
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
le_Bison
  31 janvier 2012
Le (anti)héros du jour, sorti de la plume de Tennessee Williams, n'a pas de nom. Il est simplement un paumé du Sud (Sweet Alabama) venu dans le Nord à New-York pour survivre dans ce qui ressemble plus à un cagibi qu'à un véritable lieu de vie. Il est écrivain, et vous vous doutez que s'il est proche d'être sans domicile et s'il partage ses rencontres avec des paumés, c'est qu'il n'a pas encore percé dans le métier. Les lettres de refus d'éditeurs s'enchaînent. Il les conserve toutes, et s'en sert pour prendre des notes, pour faire ses écrits et mettre sur papier ses émotions, en plus de son Blue-Jay, carnet à spirale made in US.
Par certains côtés, il m'a fait immédiatement pensé au Bandini de John Fante.
J'y ai retrouvé cette même foi en son talent. Époque changeante, les épisodes de la vie de notre (anti)héros solitaire se font nettement plus trash qu'aux temps où Bandini arpentait les trottoirs poussiéreux de L.A. et fréquentait les piaules miteuses de motels sur Bunker Hill. Si Bandini adorait les femmes, lui est plus porté vers les hommes, et en particulier Lance, un patineur au destin tragique, bel éphèbe noir dont les ébats sexuels, même les plus crus, ne me seront pas épargnés. Parmi les autres paumés que fréquente notre écrivain, il y a cette « femme nommée Moïse ». A la fois muse et peintre déjantée ou disjonctée, elle marque sa marginalité dans l'exubérance de ses toiles et de son comportement social. Et malgré son comportement frôlant souvent l'hystérie, elle reste ce point de stabilité que notre écrivain a besoin pour survivre, malgré la présence de Charlie, le remplaçant de Lance, dans les frasques sexuelles de sa vie.
En plongeant un peu plus dans ma réflexion, je ne vois pas ce roman comme une simple caricature de quelques paumés de New-York dans une vie faite uniquement de sexe et de drogue. Il s'agit aussi de découvrir ce que la marginalité peut avoir dans le pouvoir créatif de l'Art. Il faut avoir vécu pour arriver à transposer ses émotions à travers une toile ou sur une page blanche. Mais à trente ans, certains ont plus vécu que d'autres, et cela se ressent immédiatement. Cela donne une force supplémentaire à leur témoignage et ce roman fut un grand choc pour moi. Non pas que les mots employés par l'auteur me trouble ou m'obsède (il y est souvent question de sodomisation et d'ondinisme par exemple), mais le regard de ces paumés sur la vie est tout à fait émouvante, presqu'attendrissante.
Lien : http://leranchsansnom.free.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          121
bina
  24 mai 2012
Tennessee Williams fait partie des écrivains américains que je souhaitais découvrir, mais me voila déçus. Surtout par la forme.
Le narrateur d'Une femme nommée Moïse est un paumé qui se veut écrivain, qui squatte dans des lieux marginaux, écrit sur une caisse dans des Blue Jay (petits cahiers bleus). Monde cru, monde de névrose, avec une certaine hystérie du sexe quelque soit les personnages: le narrateur, le nègre vivant de la glace, Lance, Charlie, et Moïse, qui revient régulièrement. Moïse, femme, peintre en robe translucide, névrosée elle-aussi. Les relations des uns avec les autres. La drogue qui coule à flot dans le comportement des personnages.
Mais surtout un style d'écriture qui ne permet pas d'accrocher, des phrases interrompues, repises, désordonnées. Un style qui reflète la psychologie déglinguée des personnages mais qui me laisse de marbre.
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
le_Bisonle_Bison   31 janvier 2012
A Thelma (Alabama) nous avions de l’eau courante chaude toute la nuit ; il m’arrivait de me glisser dans la salle de bains. Je faisais couler le robinet et me savonnais la queue ; puis je la poussais en cadence entre les paumes de mes mains jointes jusqu’au moment où j’éjaculais, cuisses serrées sur un coin de lavabo.

Habitude nocturne solitaire, délicieuse giclée dans la tuyauterie d’un lavabo de la semence originelle qui, dans mon cas, ne convient pas à une descendance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
le_Bisonle_Bison   31 janvier 2012
Il recueillit dans le creux de ses mains mon pipi, puis s’en frotta le visage comme d’une lotion après-rasage – et, oui, ce fut une note d’intimité que moi, son ainé de plus de dix ans, non natif de la terre à bestiaux du Texas, je me suis senti obligé de consigner.
Commenter  J’apprécie          30
le_Bisonle_Bison   01 février 2012
La libido est dans l’inconscient, qui dépend du thalamus, qui se trouve dans la partie postérieure du cerveau, ce qui me ramène à mes classes de géographie à Thelma dans l’Alabama et au triste mais amical souvenir de Miss Florida Damestre professeur de géographie.
Commenter  J’apprécie          30
binabina   24 mai 2012
Quoiqu'il en soit, j'ai toujours considéré l'art d'écrire comme l'occupation la plus solitaire, la mort mise à part.
Commenter  J’apprécie          60
le_Bisonle_Bison   31 janvier 2012
Merveilleuse nuit de plaisir. J’ai eu dix biroutes et pris les huit plus grosses dans le cul. » Cette inscription était signée : « Le Gros Cul de Black Bay.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Tennessee Williams (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tennessee Williams
Micha Lescot lit 'Matin sur Bourbon Street' de Tennessee WILLIAMS.
autres livres classés : new yorkVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Tennessee Williams, en VO !

Un tramway nommé désir

A Streetcar Named Desire
A Tramway Named Desire

5 questions
45 lecteurs ont répondu
Thème : Tennessee WilliamsCréer un quiz sur ce livre