AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782714479761
544 pages
Belfond (05/07/2018)
4.15/5   47 notes
Résumé :
Des tensions de l'Europe en guerre à l'Amérique jazzy des sixties, Beatriz Williams livre un final palpitant, une magnifique histoire d'amitié et de passion, pour ponctuer la trilogie des sœurs Schuyler.
À l'automne 1966, l'intrépide Pepper Schuyler est dans les ennuis jusqu'au cou : non seulement la belle est enceinte de son ex-patron, politicien influent qui la pourchasse à travers le pays, mais elle se retrouve seule et sans ressources. Son unique bien : u... >Voir plus
Que lire après Une maison sur l'océanVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (25) Voir plus Ajouter une critique
4,15

sur 47 notes
5
9 avis
4
9 avis
3
3 avis
2
2 avis
1
0 avis
Voici une romance passionnante et addictive sur fond de deuxième guerre mondiale , plus exactement les chapitres courts alternent entre les années 1935 à 1938 , jusqu'en 1966…

À l'automne 1966 , l'intrépide , jolie , mondaine , Pepper Schuyler aux jambes dorées d'antilope qui prend le soleil de la Floride———elle respire la classe de la haute société de Palm Beach—— est vraiment dans les ennuis , eh, oui , enceinte de son patron, un politicien qui la pourchasse à travers le pays , elle se retrouve seule et sans ressources .

Son seul bien, une Mercedes de collection qu'elle vient de vendre à une mystérieuse acquéreuse , une certaine Annabelle Dommerich . …..
Cette célèbre violoncelliste française attache une valeur particulière à ce véhicule .
Elle seule connaît l'histoire de cette voiture mythique , sa course éperdue à travers l'Allemagne nazie jusqu'à son arrivée en Amérique .
Et le destin fabuleux et tragique de deux amants en fuite qu'elle abritait ,…
Un extravagant parcours du Sud de la France ,à Antibes en 1935, en passant par Paris en 1937, l'Allemagne nazie , en 1938 jusqu'au camp de Dachau , Cocoa Beach en 1966 , pour finir Cumberland Island , en 1966.
J'ai emprunté ce livre par hasard à la médiathèque, en fait c' est le dernier volet d'une saga que je n'ai pas lue , l'histoire des filles Schuyler et le destin. mouvementé d'Annabelle Dommercich , une jeune franco - américaine prise entre deux amours contradictoires , son amant le beau Stefan , riche héritier d'une famille juive allemande et Herr Johann von Kliest , baron prussien et général de l'armée allemande aux ordres du gouvernement du Reich .
L'auteure délivre les secrets au compte goutte , bien sûr , des tensions de l'Europe en guerre, à l'Amérique des sixties , les zones d'ombre , l'époque nazie est parfaitement documentée , les destins des personnages ,dont je ne dirai rien , ce serait dommage ……s'entremêlent jusqu'à la nuit dé cristal et la fuite éperdue vers la liberté …
Les chapitres sont bien construits , équilibrés, entre les horreurs
commises contre les juifs , les destructions de mille synagogues et de sept mille commerces lors de la nuit de cristal, les prisonniers dans les camps comme celui de Dachau, le parcours—— physique et moral ——-entrepris par les peuples d'Europe entre les deux guerres , l'héroïsme silencieux de certains allemands comme Stefan , l'intrigue : une magnifique histoire d'amitié , de tension , de passion, d'amour , aux personnages habilement décrits , prêts à risquer leur vie et à affronter le pire …
L'auteure , que je ne connais pas est une conteuse hors pair .

Elle a l'art de prendre le lecteur dans ses filets , ne plus le lâcher et lui procurer une foule d'intenses émotions , un plaisir certain à découvrir et déguster ce triangle amoureux : Annabelle , Stefan', Johann ….

On ne lâche pas cet ouvrage haletant , vivant , même si c'est une belle romance sur fond historique bien documentée ! .
«  Quand un homme vole votre femme , il n'y a pas de meilleure vengeance que de le laisser la garder . »
SACHA GUITRY





Commenter  J’apprécie          258
Après « La vie secrète de Violet Grant » et « Les lumières de Cape Cod », deux romans de Beatriz Williams que j'avais adorés, j'attendais avec impatience ce troisième volet consacré à la soeur cadette de Vivian et Tiny, la pétillante Pepper. « Une maison sur l'océan » sort aujourd'hui 5 juillet dans la collection le Cercle des éditions Belfond. Je précise que chaque roman peut se lire indépendamment des autres.

Juillet 1937: Annabelle Dommerich se retrouve au Ritz pour fêter le départ de son ami Nick Greenwald pour les Etats-Unis. Son mari n'est pas là, retenu en Allemagne par ses obligations militaires. Son frère Charles l'accompagne. Annabelle passe une bonne soirée jusqu'au moment où elle entend une voix qu'elle reconnaît très bien et qu'elle n'avait plus entendu depuis un certain temps. Celle d'un certain Stephan…

1966: La belle Pepper, enceinte de six mois, va enfin découvrir qui a acheté la magnifique Mercedes « special Roadster » qu'elle avait restaurée avec Caspian à Cape Cod. Elle découvre avec étonnement qu'il s'agit d'une acheteuse; Anne Dommerich, la jeune cinquantaine, violoncelliste de renom. Après une brève discussion, cette dernière invite la jeune femme à dîner puis à venir s'installer chez elle dans son cottage à Cocoa Beach. Une installation précipitée et surprenante. D'autant plus surprenante que Pepper aime sa liberté. Mais enceinte du jeune sénateur chez qui elle travaillait, Pepper peut-elle refuser cette proposition? A-t-elle vraiment le choix?

Quel plaisir de retrouver la famille Schuyler et cette atmosphère des sixties! Ce troisième roman est surtout consacré à Annabelle mais j'avoue que cela ne m'a absolument pas gênée (pourtant j'adore Pepper et j'avais tellement hâte de la retrouver!) tant l'histoire d'Annabelle est addictive!

Une nouvelle fois, nous oscillons entre deux périodes: novembre 1966 quand Annabelle et Pepper se rencontrent et un retour en arrière qui commence en 1935 alors qu'Annabelle n'est âgée que de 18 ans. La jeune femme, américaine par sa mère et française par son père a le titre de princesse. Son père, prince décadent mais sans le sou a séduit une belle américaine qui, elle, n'avait pas de titre mais était riche. le mariage n'a pas duré, le père de la jeune fille étant trop occupé par ses maîtresses. A la mort de sa mère, la jeune Annabelle est repartie vivre en France chez son père. Entre exubérance et décadence, la vie au côté de son père tranche avec les dernières années passées chez les bonnes soeurs. Mais cet été 1935 va marquer Annabelle à tout jamais…

Comme dans tous les romans du Cercle, l'héroïne (ou plutôt les deux héroïnes) sont des femmes gouvernées par leur liberté et leur indépendance. La piquante Pepper et l'étonnante Annabelle irradient toutes deux par leur surprenante beauté. Même si vingt-cinq ans les séparent, leurs vies se font écho et leur destin semblent liés. Si elles ne se sont jamais rencontrées avant, beaucoup de choses les relient. Annabelle comprend très bien la situation de Pepper et devine ce que cache cette apparente assurance. Car si Pepper montre qu'elle est forte et indestructible, elle est surtout une jeune femme gouvernée par ses sentiments qui cache une fragilité certaine…

J'ai été complètement happée par cette histoire. J'ai adoré l'histoire d'Annabelle; j'ai voyagé avec elle dans les années trente à Antibes , à Paris, en Allemagne. Entre années folles et montée du nazisme, L'Histoire joue un rôle très important dans le récit; non seulement elle tourmente le destin de la jeune femme mais trouble également ses amours. Dès les premières pages du roman, nous savons qu'Anna a été mariée à un certain Johann von Kleist, général de l'armée allemande, qu'un dénommé Stephan Silvermann a su la bouleverser et que lorsqu'elle rencontre Pepper, elle est veuve depuis un an de M. Dommerich.

Qui est donc ce fameux M. Dommerich avec lequel elle a été mariée pendant vingt-cinq ans? Pourquoi était-il si important pour elle qu'elle retrouve cette Mercédès avec laquelle elle a fui l'Allemagne en y laissant une partie de son coeur? Je me suis interrogée tout au long de ma lecture, émettant de nombreuses hypothèses sur l'identité du mari d'Annabelle et sur son passé. Pourquoi a-t-elle fui l'Allemagne? Avec qui? Comment s'est-elle retrouvée en Floride? Car si Beatriz Williams distille quelques indices au fur et à mesure que l'intrigue progresse, elle sait surtout très bien induire son lecteur en erreur et nous faire languir pour révéler la vérité seulement aux dernières pages du récit.

Je conseille?

Ne passez pas à côté de ce fabuleux roman! « Une maison sur l'océan » est un récit qui se savoure, qui se déguste. La plume de Beatriz Williams fait à nouveau des merveilles, rendant son lecteur une nouvelle fois passionné. J'ai été totalement conquise par ce troisième volet et j'ai passé un très bon moment en compagnie de Pepper, d'Annabelle, de Stephan…..Je ne voulais pas terminer ce roman car je n'avais aucune envie de quitter ces personnages. Mais dès que l'on commence cette lecture, il est très difficile de pouvoir s'arrêter!

Lien : https://ladybookss.wordpress..
Commenter  J’apprécie          90
J'avais énormément aimé L'été du cyclone que j'ai lu l'été dernier et Les lumières de Cape Cod que j'ai lu au printemps. Mais ce dernier, Une maison sur l'océan, je l'ai adoré. C'est un excellent roman, le dernier d'une trilogie dont je n'ai pas lu le premier intitulé La vie secrète de Violet Grant que j'espère lire très prochainement, le second de la série étant Les lumières de Cape Cod. Une maison sur l'océan se situe dans le temps juste après ce dernier et s'intéresse à la troisième filles Schuyler dont le surnom est Pepper. Enceinte, elle fuit son amant, un jeune sénateur lui ayant intimé de se débarrasser du bébé. C'est à ce moment là qu'elle rencontre Annabelle Dommerick, 49 ans, qui vient lui acheter la fameuse Mercedes-Benz que Pepper a retrouvé cacher sur la propriété de sa soeur. Même si on suit l'évolution de la situation de Pepper et d'Annabelle, c'est surtout l'histoire de cette dernière trente ans auparavant qui va nous être raconté. Cette histoire formera un lien avec celle de Pipper.
Le récit concernant Annabelle en 1935 est incroyable. Sortie tout juste d'un enseignement strict reçu dans un couvent, à dix-neuf ans, elle vit une formidable passion avec Stefan Silverman, un riche juif de bonne famille qu'elle soigne dans son yacht après qu'il ait reçu une balle dans la jambe. Ils s'aimeront passionnément mais Stefan a ses secrets. Et le destin les séparera. Mais Annabelle est enceinte de Stefan et épouse à Paris un général de l'armée allemande de presque vingt ans son aîné, veuf avec quatre enfants. Cependant, un jour Stefan réapparaît.
L'intrigue peut sembler commune au premier abord. Or, elle ne l'est absolument pas car il s'agit d'une histoire incroyable. Et c'est tout le talent de Beatriz Williams qui s'y trouve pour en faire une intrigue hors de commun. L'histoire est en effet très originale et pleine de surprises avec de l'amour, de l'aventure et du suspens. Annabelle est une superbe héroïne, un personnage fort. Je suis irrémédiablement conquise par la plume, le style et l'imagination fertile de cette autrice surprenante.
Une maison sur l'océan vient ainsi clôturé avec brio cette trilogie des soeurs Schuyler qui est, vous l'aurez compris, un formidable coup de coeur !
Commenter  J’apprécie          80
Je connaissais déjà Beatriz Williams grâce à L'été du cyclone, un roman que j'avais beaucoup aimé, mais qui ne saurait égaler son petit dernier. Aussi, lorsque j'ai vu celui-ci sur le catalogue de NetGalley, je me suis laissée tenter, et j'ai bien eu raison. Un grand merci à eux ainsi qu'aux éditions Belfond.

Pepper Schuyler, jeune femme influente de l'époque, dû à des problèmes financiers, se voit obligée de vendre une vieille Mercedes de collection qu'elle a trouvé et qui a été réparée par ses soins. Pepper est un personnage haut en couleur, elle ne manquera pas de vous faire sourire. Néanmoins, derrière cette image de femme superficielle qu'elle laisse paraître, se cache un femme très attachante.

La mystérieuse acquéreuse, Annabelle, va la prendre sous son aile, et Pepper, endettée jusqu'au cou, n'a pas le choix que de la suivre. C'est ainsi que nous découvrons l'histoire de ces deux femmes. le récit d'Annabelle est plus développé car c'est bel et bien elle la protagoniste du récit. A travers une alternance passé / présent, nous nous immisçons dans la vie d'Annabelle pendant la période de l'avant-guerre. le contexte politique est tendu. C'est pendant cet été-là qu'Annabelle rencontrera Stefan, une rencontre qui va bouleverser le cours des choses. L'histoire de Mme Dommerich est trépidante, déchirante et pleine de surprises. L'auteur préserve une dose de mystère tout au long de la lecture pour le plus grand bonheur des lecteurs.

Ce roman est très addictif et une fois commencé, vous ne pourrez plus le lâcher. Il s'agit ici du dernier tome d'une trilogie. Chacun évoquant le destin d'une des trois soeurs Schyler. Vous l'aurez compris, ici c'est Pepper que l'on suit. Je n'ai remarqué qu'il s'agissait d'une trilogie qu'après avoir commencé ce roman, mais ne vous inquiétez pas l'histoire est parfaitement compréhensible si vous n'avez pas lu les tomes précédents.

Très intriguée par l'histoire de cette famille, c'est sans aucun doute que je lirai les deux autres romans de l'auteure.
Commenter  J’apprécie          50
Qu'il fait bon d'être en été. Non seulement il fait beau et chaud, mais le moral des gens va mieux depuis quelques jours ! Pour moi l'été c'est la possibilité de lire des livres un peu légers qui font du bien et qui se lisent tout seul. Pas besoin de prendre du temps, juste de se laisser porter par les mots, l'histoire, les personnages. Fan de lecture, c'est plus facile pour moi que de regarder un film, car je m'ennuie vite avec les images des autres.
C'est pour cela que j'ai sauté sur l'opportunité, proposée par Netgalley, de lire une petite romance, dernier tome d'une saga autour de 3 soeurs, dont j'avais lu l'année dernière le second volet, Les Lumières de Cape Cod. Cette année, c'est l'histoire de la troisième soeur Schuyler, Pepper, que nous conte Beatriz Williams dans Une Maison sur l'océan aux éditions Belfond.

Synopsis

Des tensions de l'Europe en guerre à l'Amérique jazzy des sixties, Beatriz Williams livre un final palpitant, une magnifique histoire d'amitié et de passion, pour ponctuer la trilogie des soeurs Schuyler.
À l'automne 1966, l'intrépide Pepper Schuyler est dans les ennuis jusqu'au cou : non seulement la belle est enceinte de son ex-patron, politicien influent qui la pourchasse à travers le pays, mais elle se retrouve seule et sans ressources. Son unique bien : une Mercedes de collection, qu'elle vient de vendre pour une coquette somme à une mystérieuse acquéreuse, Annabelle Dommerich.
Il faut dire que cette célèbre violoncelliste française attache une valeur sentimentale particulière à ce véhicule. Elle seule connaît l'histoire de cette voiture, de sa course éperdue à travers l'Allemagne nazie jusqu'à son arrivée en Amérique. Et le destin des deux amants en fuite qu'elle abritait...
Alors qu'Annabelle décide de prendre Pepper sous son aile et lui offre un refuge sur une plage déserte de Floride, les deux femmes se livrent peu à peu leurs secrets.
Ensemble, parviendront-elles à affronter les zones d'ombre de leur passé ?

Comme dans les autres volumes (à vrai dire n'ayant lu que le second sur Tiny, je suppute que c'est le même procédé dans le premier sur Vivian), l'auteure mélange les époques, les flashs blacks. Nous sommes à la fois en Allemagne et en France à la fin des années 30, entre 1935 et 1938 et aux États-Unis en 1966. L'histoire se focalise sur le destin d'Annabelle, princesse franco-américaine, prise entre les amours de deux hommes que tout oppose, comme Jean Valjean et Javert : le beau Stefan Silvermann, riche héritier d'une famille juive allemande et Johann von Kleist, baron prussien et général de l'armée nazie aux ordres du gouvernement d'Hitler. C'est en fait le principal reproche à faire à ce roman : c'est avant tout et surtout l'histoire d'Annabelle et Pepper, enceinte jusqu'aux yeux de toute façon, n'est que très passive ici. C'est comme si l'auteure avait en tête l'histoire d'Annabelle et de son triangle amoureux et qu'elle avait voulu la faire entrer de force dans sa saga sur les soeurs Schuyler. C'est, je l'avoue, un peu gênant, car on se dit que 1° l'auteure aurait pu consacrer un vrai roman plus complet à l'histoire d'Annabelle et que 2° on aurait aimé qu'il arrive plus de choses palpitantes à Pepper (de son vrai nom… Prunela… c'est sûr, c'est moins piquant). C'est un roman deux-en-un et c'est un peu bancal.

Par contre, l'auteure reste attachée à ses héroïnes très vivantes et très actives. Ce sont toutes des femmes qui prennent leurs destins en main, même si finalement, comme toujours dans ce genre de roman, les hommes sont omniprésents et forment, il faut bien le dire, le centre de leurs univers. Aucune de ces femmes ne peut être célibataire : elles doivent à un moment ou à un autre être avec un homme, non seulement parce que c'est la trame obligatoire d'une romance, mais aussi parce que, je pense, il est encore difficile de faire changer les mentalités actuelles. Ainsi, Pepper, qui est pourtant l'effrontée de la fratrie, puisqu'elle a des aventures sans être mariée, avec des hommes mariés et qu'elle tombe enceinte, ne peut finalement, qu'être rattrapée par ce destin qui semble encore aujourd'hui inévitable : rencontrer un homme et vivre avec lui.
L'autre remarque que je me suis faite durant cette lecture, c'est que les personnages masculins décrits dans cet opus sont vraiment des personnages pensés et écrits par une femme ! Aucun homme, réel et normal, ne se comporterait comme le font Stefán, Johann et Florian. Pour eux, tout tourne autour de la femme de leur vie, que cela soit Annabelle ou Pepper, ce qui est, dans la vraie vie, tout à fait impossible ! L'auteur nous écrit là les fantasmes amoureux de la plupart des femmes occidentales et je trouve que ce n'est pas la meilleure façon de participer à l'émancipation féminine.
Lien : https://metreya.org/2018/07/..
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
Quand il y a du désordre, l'esprit a du mal à trouver le calme.
Commenter  J’apprécie          200
Ça se passe toujours comme ça. On monte dans le mauvais train et on rate son arrêt, et puis on ne peut plus faire demi-tour. Le temps de revenir sur ses pas, le bon train est déjà parti.
Commenter  J’apprécie          60
La maison était petite et belle, une villa miniature nichée dans les falaises, faite de briques jaunes qui s'effritaient et surmontée d'un toit de tuiles rouges. Il y avait un petit ponton et un hangar à bateaux, ainsi qu'un escalier taillé directement dans la roche qui menait à la maison.
Commenter  J’apprécie          30
«  Tout voir sans regarder ; tout entendre sans écouter » ….

CÉSAR RITZ , Roi des hôteliers , hôtelier des rois.
Commenter  J’apprécie          80
Savez-vous ce que j'aime le plus dans l'océan? C'est la manière dont toute l'eau est connectée. Chaque partie a un nom différent, mais en fait ça n'est qu'une grande masse d'eau salée, partout autour de la Terre. Comme si on touchait l'Europe, l'Afrique ou l'Antarctique. Si on ferme les yeux, on a l'impression de les sentir, juste là, au bout des doigts.
Commenter  J’apprécie          20

Video de Beatriz Williams (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Beatriz Williams
A l'occasion de la parution de son roman "L'été du Cyclone", Beatriz Williams s'adresse à ses lecteurs français. En savoir plus sur le livre: http://bit.ly/1IMwyR9 Disponible en librairie aux éditions Belfond.
autres livres classés : roman d'amourVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (122) Voir plus



Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
5195 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..