AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de le_Bison


le_Bison
  22 juillet 2019
« Toutes les histoires sont des histoires d'amour. »

C'est ainsi que commence ce roman, dans le genre ballade irlandaise. Les histoires d'amour c'est mon kif, alors je fonce dans le premier pub, irlandais. Ça braille, ça crie, ça gerbe, mon univers. Des gamins qui se pintent, des vieux qui se pintent, des rousses qui se pintent aussi. le ciel est gris, les nuages menaçants, la pluie arrive en trombe, les buveurs aussi. Mon élément, cette grisaille et ses bières. Et ça cause amour, des love story qui mijotent autant que l'irish stew dans une cuisine que l'on croit abandonnée. Une radio diffuse les grands titres du lion de Belfast, de quoi chavirer quelques coeurs autour d'une bonne bière, c'est que les histoires de coeurs sont au centre de toute une vie, le mien par exemple je l'ai donné à van Morrison. Un flash-info, je coupe le son. Une nouvelle déflagration qui coupe cet élan de bonheur et d'ivresse. On s'y habitue presque dans les rues de Belfast. Des graffitis au mur, des bombes qui sautent, des sirènes, des cris affolés, des pleurs chagrinés, ainsi va la vie dans ses rues. Peut-être pour cette raison que chaque week-end est rythmé au son des verres qui s'entrechoquent.

Le grand roman de l'Irlande des années quatre-vingt. Pas moins que ça ! Les jeunes sont au pub, ils se bourrent la gueule, pensent aux filles en mini-jupes, je les accompagne, je me sers une pinte, deux mêmes, jusqu'à la biture et la passion de ces rousses à la poitrine généreuse, en bonne catholiques. Mais les protestantes sont plus lubriques. Parait-il ! Car la vie à Belfast se rythme aussi au son des sermons, opposition de religions. Les murs d'usines désaffectées se tapissent toujours plus de peinture et de sigles barbares. WTF et OTG. Et puis j'arrive tout simplement au chapitre 10. Je n'ai pas fini ma Guinness alors que je sens une atmosphère différente, pesante, palpable. Ce chapitre n'est pourtant qu'une mise-en-bouche, une entrée en matière sur le chapitre 11, chapitre anthologique sur l'Irlande. Tu veux sentir le pouls de Belfast, lis juste ce chapitre 11, phénoménal et glaçant. Peut-être mon plus grand moment littéraire sur les terres irlandaises.

Après cet intermède presque musical, presque poétique, qu'est le chapitre 11 qui marquera à jamais ta vie de lec-teur-trice, la vie reprend son cours, envie d'aller aux States, mais pour un irlandais, même sous les bombes et les décombres, la vie est à Belfast, Eureka Street. Je rallume la radio, musique. La pluie triste et morose s'abat, ambiance élégiaque dans un cimetière, sauf que je bois seul ma pinte dans ce pub, mon âme enfouie sous ma propre tombe.
Commenter  J’apprécie          634



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (63)voir plus