AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782207136423
368 pages
Éditeur : Denoël (18/05/2017)

Note moyenne : 3.71/5 (sur 80 notes)
Résumé :
Pour cinq ans seulement, jusqu’en 1877, la cité de Futurity dresse ses immenses tours jumelles au-dessus des grandes plaines de l'Illinois. Depuis Futurity, des hommes du futur viennent visiter le XIXe siècle. Et, contre une fortune en métaux précieux, les autochtones peuvent dormir dans la tour n° 1, véritable vitrine technologique d’un incompréhensible XXIe siècle.
C’est dans cette cité, construite à partir d’un futur parallèle, que travaille, comme agent ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
thimiroi
  13 janvier 2018
Le dernier roman traduit de l'auteur de Spin nous présente un voyage dans le temps et une enquête qui pourrait prendre place dans une célèbre collection de poche consacrée aux grands détectives, si cette collection s'intéressait à la science-fiction.
L'action se passe en effet dans les années 1870 aux Etats-Unis, en Illinois. Une cité, Futurity, y a été construite par les hommes du futur. Les autochtones peuvent la visiter, et même y dormir, en échange de métaux précieux, tandis que les touristes venus du futur paient une somme rondelette pour visiter les USA de l'époque.
Evidemment, des trafics illégaux se développent, et notamment des trafics d'armes. Assisté d'une femme du XXIème siècle, Jesse Callum, un autochtone agent de sécurité de Futurity, mène une enquête approfondie pour en déterminer les responsables.
Le roman est d'ailleurs centré sur ce personnage énigmatique et attachant : nous découvrons progressivement son ressenti vis-à-vis de ses employeurs, son terrible passé, ses failles ...
Si le début de la Cité du futur est un peu statique (ceci dit, il faut bien donner les explications nécessaires), l'action devient nettement plus palpitante par la suite, et les scènes d'affrontement dans la dernière partie du livre sont particulièrement dramatiques.
Le roman met aussi en valeur le choc des cultures. La société américaine de la fin du XIXème siècle est une société rigide, incapable d'admettre l'émancipation des femmes, la présidence d'un homme de couleur ou le mariage entre individus de même sexe...
Et lorsque certains "touristes" viennent en aide aux travailleurs et aux Indiens opprimés et que les malversations des dirigeants de Futurity sont découvertes, les belles relations entre l'Etat fédéral américain et les hommes du futur se détériorent et cèdent la place à la violence.
Ce voyage dans le temps est aussi un thriller tout à fait réussi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          573
nebalfr
  30 octobre 2017
WILSON EN LUNES D'ENCRE

L'auteur canadien Robert Charles Wilson est sans doute une des plus belles signatures de la collection « Lunes d'encre » des éditions Denoël – et un auteur qui a eu son impact, globalement mais aussi me concernant, car Spin, son plus célèbre roman, et prix Hugo, fait partie de ces livres qui m'ont incité à ne plus me contenter des « classiques » de la science-fiction, pour me pencher également sur ce que le genre produisait ici et maintenant.

Sans doute est-il pourtant un auteur relativement inégal – même si jamais au point d'être mauvais ; d'ailleurs, les « suites » de Spin, à savoir Axis et Vortex, ne m'avaient guère convaincu… D'autant plus, peut-être, que j'en avais lu d'autres excellents romans ? Comme Les Chronolithes, tout spécialement… Par la suite, je suis loin d'avoir tout lu, et il me reste sans doute quelques très bons titres à découvrir : l'omnibus Mysterium a de bons échos, notamment ; moins, ai-je l'impression, Julian ou Les Derniers Jours du paradis

Cependant, le dernier Wilson en date dans la collection, Les Affinités, m'avait vraiment beaucoup plu – et j'avais le sentiment d'y retrouver le « grand » Robert Charles Wilson, celui des Chronolithes, celui de Spin. Et ce alors même que le thème, sinon le traitement, n'avait pas grand-chose à voir...

UN TRAITEMENT WILSON ?

Car, ai-je l'impression, il y a un « traitement Wilson », une patte, peut-être même une signature, qui revient souvent voire systématiquement dans ses romans ; et j'ai par ailleurs l'impression que ce traitement se « dédouble », d'une certaine manière, pour le meilleur d'un côté, probablement pas pour le pire de l'autre, mais disons tout de même de manière bien moins intéressante – et ce Wilson nouveau qu'est La Cité du futur me paraît tout particulièrement en témoigner, sur un mode plus édifiant que dans Les Affinités... car moins convaincant.

Son atout – particulièrement mis en avant à l'époque de Spin – réside dans ses personnages, et dans leur psychologie fouillée. Même au coeur du « sense of wonder » le plus vertigineux (là encore Spin en est le meilleur exemple), Wilson a le grand talent de rester à hauteur d'homme, et ses personnages ne sont pas des coquilles vides, de simples véhicules ou prétextes de la narration : ils ont une vie, ils ont une âme, ou plutôt une intériorité qui en fait toute la saveur – à charge pour eux d'entretenir des relations non moins complexes avec ceux qui ne sont jamais tout à fait leurs semblables.

La faiblesse de l'auteur – mais à mon sens, hein, c'est très discutable –, c'est sa propension, pour mettre en scène tant ces jolis personnages que ses belles idées science-fictives, à recourir aux expédients du thriller, un genre avec lequel j'ai beaucoup de mal (en littérature, je suis d'un tout autre avis au cinéma), car croulant bien trop souvent sous les codes les plus éculés et envahissants, tel le cliffhanger systématique en fin de chapitre, ce genre de choses. Et ici Wilson se montre plus inégal : par exemple, les suites de Spin, dans ce registre, m'avaient paru plutôt ratées, Blind Lake entre deux eaux, Les Affinités bien plus réussi.

Et La Cité du futur ? On y retrouve de beaux personnages – notamment le principal, et ce alors même que Wilson nous fait presque une frayeur au départ, car il joue du stéréotype au point où l'on peut légitimement redouter la « coquille vide » ; il se rattrape heureusement par la suite (ou, peut-être plus exactement, joue de notre ressenti initial), même si avec probablement moins de finesse que dans ses plus belles réussites en la matière. Par contre, la dimension (policière et) thriller est ici très sensible… et clairement pas convaincante. Elle dessert finalement les bonnes idées de SF qui se trouvaient à l'origine du roman – et c'est bien pourquoi, d'emblée, j'ai envie de qualifier La Cité du futur de titre mineur dans la bibliographie de Robert Charles Wilson. Pas mauvais, mais mineur.

Tâchons de voir pourquoi et d'en dire plus…

TOURISTES DU FUTUR

Le roman se déroule pour l'essentiel aux États-Unis dans les années 1870. Mais dans quelle trame temporelle ? C'est en fait une question essentielle – car le roman traite des impacts du voyage dans le temps dans une perspective éventuellement uchronique (en fait, dans ses meilleurs moments, je suppose même qu'on peut avancer qu'il interroge ce genre devenu très populaire ces dernières années).

En effet, dans ces États-Unis-là, en Illinois plus précisément, est apparu un bâtiment en provenance du futur – ou plutôt d'un futur. Pas totalement un « Big Dumb Object » à la façon des Chronolithes, même si la référence est bien légitime : il s'agit cette fois d'une cité entière (platement appelée, donc, la Cité du Futur, ou bien Futurity, en angliche in zeu texte), mais consistant essentiellement en deux gigantesques tours, reliées par un bâtiment moins démesuré.

Cette cité est en fait un pôle d'excursions touristiques pour des visiteurs du futur – mais attention, pas exactement le futur de ce monde-là : les divergences étant de la partie, l'idée est plutôt que ces touristes viennent d'un autre futur… Solution un peu abstraite, mais qui a l'avantage d'éviter, pour qui ne s'en remet jamais tout à fait, de se casser la tête sur tel ou tel paradoxe à base de grand-père, etc.

Mais oui, il s'agit donc d'un endroit à partir duquel des hommes et des femmes du futur (un futur pour nous très proche, avant 2020 semble-t-il !) se lancent dans des excursions touristiques dans le (ou plutôt un) passé : ils visitent 1870 comme un Européen visiterait, je ne sais pas, le Maroc ou la Thaïlande… En quête d' « authenticité » ? Ça, c'est à voir… Car, si nos touristes constatent avec un vague dégoût (qu'ils transforment sans peine en frisson d'aventure exotique) que l'authenticité c'est peut-être d'abord et avant tout la boue et la crasse, la maladie et la mort, le fait est que leur simple présence suffit à bouleverser un monde qui ne les comprend pas, mais qui, parce que séduit, ou parce que terrorisé, ne saurait de toute façon faire comme si de rien n'était…

Aux abords de la cité se construit bientôt une cité parallèle, sur le modèle de la ruée vers l'or, et des touristes cette fois contemporains se rendent à Futurity pour y entrevoir de saisissants aspects du futur – même si on leur dénie le droit de franchir eux aussi le « Miroir », en sens inverse ; qu'importe : séances de cinéma et incompréhensibles machines volantes sont déjà bien à même de susciter l'effroi comme la fascination des « locaux ». La Cité et son double n'en deviennent que davantage des lieux propices aux trafics, parfois innocents, parfois bien moins...
RIEN N'EST SIMPLE AVEC LE TEMPS

Si Wilson nous épargne globalement les paradoxes les plus migraineux associés de longue date au thème du voyage dans le temps, ce en quoi nous pouvons qualifier son roman de « simple » à cet égard, le fait demeure : rien n'est simple, avec le temps. Mais il s'agit donc ici d'une question d'impact, de choc entre deux mondes qui sont en fin de compte respectivement des pays étrangers (le personnage principal le souligne explicitement : « Le passé est un pays différent. »).

Les prétendues « précautions » prises par la Cité du Futur – et notamment son caractère temporaire : elle n'est là que pour cinq ans, après quoi ne restera plus qu'un bâtiment vide dans les plaines de l'Illinois – ne trompent personne : Futurity est le caprice d'un faiseur d'argent guère porté sur l'éthique, et qui se moque des conséquences autres que pécuniaires de ses actes… Les bonnes intentions affichées par la Cité (en matière d'hygiène et de santé publique, notamment, car les touristes, à terme – il ne faut pas brusquer ! –, fourniront leurs ancêtres alternatifs en vaccins, voire en procédés épargnant aux femmes de mourir en couches…) ne trompent pas davantage.

Tous, cependant, parmi ces êtres du futur, ne se montrent pas aussi matérialistes : au-delà des seuls touristes s'encanaillant dans le passé mythique du Far-West (ou pas tout à fait : si la première partie du roman s'en tient à l'Illinois, les suivantes nous promènent à New York puis à San Francisco – cadres urbains guère en accord avec les clichés du western), il se trouve des activistes aux idées et aux méthodes ambiguës – qui condamnent certes la dimension « coloniale » de ce tourisme particulier, mais peuvent afficher à l'égard des « primitifs » de 1870 une morgue non moins « coloniale », au fond ; car dénonçant le racisme, le sexisme, etc., de cette société ancienne au prisme des critères du début du XXIe siècle

Cause ou effet, ce n'est pas toujours facile à déterminer – mais l'incompréhension des États-Unis de 1870 pour ce monde du futur dépasse clairement les seules merveilles de la science et de la technologie. Ils sont tout aussi marqués, bouleversés, choqués, par les aspects plus ou moins implicites de la société du futur en matière de moeurs et de libertés civiques : il ne faut pas dire « Chinetoque » ? Blancs et Noirs peuvent se promener ensemble l'air de rien ? Un président des États-Unis NOIR ?! Des femmes qui portent le pantalon, et qui votent ? Des hommes qui se marient entre eux, des femmes entre elles ?!?! Mais c'est ABSURDE !!!

Et terrifiant.

Certains sans doute, mais minoritaires, ne manquent pas d'être séduits par ces évolutions – qu'ils entendent éventuellement précipiter, en toute bonne foi… mais aussi parce que, derrière et au-dessus d'eux, se trouvent parfois d'autres hommes et femmes du futur qui considèrent de leur devoir éthique d'apporter la lumière aux êtres simples des années 1870 – via des campagnes de presse, le soutien à des mouvements syndicaux… et éventuellement le terrorisme.

Mais, pour la majorité des Américains de 1870, ce futur – même parallèle – est donc avant tout cauchemardesque ; et il est du devoir des honnêtes gens d'empêcher qu'il se réalise un jour – parce que ce serait un monde absurde ! La fascination se mue donc toujours un peu plus en crainte, voire en dégoût et en haine. Activistes ou pas, le désir de précipiter les choses, via ces aperçus du futur qu'a prodigués la Cité, pourrait très bien aboutir à une situation exactement contraire – une crispation conservatrice, haineuse et violente, prohibant tout progrès… contre ce que l'on était peut-être trop porté à percevoir, naïvement, comme étant le cours « naturel » du temps.

PUPPIES ET SJW

C'est ici que le roman se montre le plus intéressant et pertinent – car lucide. Je suis porté à croire que ce traitement et ces thématiques n'avaient, de la part de Wilson, rien d'innocent, en cette ère navrante où ces connards de Puppies sèment la zone à chaque prix Hugo, et, via le « Gamergate » et autres stupidités du genre, diffusent toujours un peu plus leur bêtise crasse, leur ignorance et leur haine comme autant de « valeurs » à défendre. Bien sûr, cette Amérique, c'est aussi celle qui a voté Trump... Certains passages du roman m'ont fait l'effet d'être assez explicites à cet égard – et très justes, par ailleurs.

Mais, ce qui les rend si justes, c'est aussi que Wilson, à son habitude, n'entend pas se montrer unilatéral – il est bien trop subtil pour cela. Et si les Puppies s'en prennent plein la tronche, ceux que ces crétins qualifient systématiquement de « SJW » (bon sang que je hais cet acronyme…) ne sont pas pour autant ménagés ; car, en l'affaire, Wilson rappelle utilement que l'enfer est pavé de bonnes intentions… Des bonnes intentions, ces activistes du futur n'en manquent pas – mais, s'ils sont bien plus sympathiques que leurs antagonistes, leur brusquerie et leur condescendance plus ou moins conscientes à l'égard des « primitifs » peuvent s'avérer tristement contre-productives… et plus encore leur fanatisme, le mot n'est pas toujours trop fort.

On ne dira pas : « Un partout, la balle au centre. » le positionnement de Wilson n'a pas cette ambiguïté, l'auteur ne pousse pas le relativisme à ces extrémités. Peut-être est-il trop aimable pour cela ? Plus généreux sans doute que moi-même, en tout cas – car je ne veux plus me montrer généreux pour l'Amérique des petits Blancs pauvres qui vote Trump là-bas, le Pen ici ; notez, on me l'a reproché, on m'a dit que c'était du « mépris de classe »… Je ne suis pas de cet avis, mais sans doute aussi parce que les classes, personnellement.. Bref.

Ce qu'il faut retenir ici, sans doute, c'est que les conservateurs crispés des années 1870 ne sont finalement pas des présages d'un Vox Day – cela n'empêche pas, sur ces bases, de viser l'odieux personnage et ses fans, de montrer leur abjection et leur bêtise, mais, dans le contexte du roman comme ailleurs, rien n'est simple, donc ; et certainement pas ces questions sociétales très sensibles – a fortiori quand se pose en outre la problématique des moyens les plus appropriés pour permettre ces avancées plus que souhaitables.

Dans tous les cas, louer un passé idéalisé ou précipiter le futur, avec nos lunettes d'ici et maintenant et les principes censément intemporels qui vont avec, et qui s'avèrent bien plus justement le fruit de circonstances précises, est également dangereux – la dimension éthique du problème s'avérant bien plus complexe que ce qu'un attachement forcené à des principes intangibles et nécessaires (un héritage des Lumières d'un côté, de la contre-Révolution de l'autre) pourrait laisser croire à ceux qui n'entendent pas s'embarrasser de choses aussi futiles que le réel et l'histoire.

C'est ici que le roman se montre le plus intéressant – hélas, le reste n'est à mon sens pas à la hauteur.

DUO DE FLICS

Car on en arrive à ce « traitement » que j'évoquais plus haut – à ces moyens récurrents destinés à narrer une histoire, et à inscrire les idées sciences-fictives dans le contexte d'un récit.

Et donc, tout d'abord, les personnages. Deux sont mis en avant, mais à vrai dire surtout un : Jesse Cullum est un « local », entendre par-là un homme des années 1870. Il travaille dans les services de sécurité de la Cité du Futur, et il brille tout particulièrement, dans les premières pages du roman, en sauvant la vie du président Ulysses S. Grant, victime d'un attentat en pleine visite de Futurity.

L'événement est déterminant, à double titre : d'une part il permet à Cullum de monter quelque peu les échelons, ce qui le rapproche bon gré mal gré des hommes et des femmes du futur, d'autre part il fournit le point de départ de l'intrigue du roman – car cet attentat a certes été commis par un « local », mais à l'aide d'une arme « du futur », un pistolet Glock, qui n'aurait jamais dû se trouver entre ses mains. D'où cette enquête que l'on confie à Cullum – et qui mettra bientôt en évidence que Futurity, de par sa seule présence, génère des trafics éventuellement inquiétants ; et ce que leur raison d'être soit cyniquement et bassement matérielle, ou bien qu'ils s'associent aux entreprises d'activistes dont le radicalisme éthique et politique pourrait s'avérer dangereux…

Toutefois, pour mener cette enquête, Jesse Cullum n'est pas tout seul – on lui associe un personnage-miroir, sur un mode vaguement « buddy movie » : Elizabeth DePaul, une femme donc, et bien sûr du futur. Employée des services de sécurité également, toute magnétique soit-elle, notamment pour Cullum, elle est au fond elle aussi issue d'un milieu relativement populaire – mais de 150 ans postérieur ; et ce décalage suffit à la rendre essentiellement différente. Sur cette base, classiquement, les deux personnages témoigneront autant de leur incompréhension mutuelle que de leur fascination pour l'autre, pouvant comme de juste se muer en désir.

Mais Jesse Cullum est bien le personnage principal – en fait, il est longtemps le seul personnage point de vue, principe abandonné dans la dernière partie du roman, que je n'ai pu m'empêcher, à cet égard (et à d'autres...), de trouver un peu maladroite… Sa caractérisation est un peu déstabilisante, car, dans les toutes premières pages, le bonhomme fait quelque peu l'effet d'une brute, un (mauvais ?) personnage de polar « hard-boiled » ayant troqué le chapeau mou pour des lunettes Oakley – il ne s'intéresse peu ou prou qu'à la perte de ses lunettes tout d'abord.

Mais il ne faut pas s'y tromper : Jesse Cullum est un personnage autrement complexe, et finalement tout sauf brutal, en dépit des apparences – mais insister sur ce point faisait sans doute sens dans la problématique du roman. Elizabeth DePaul de même n'est pas cette sorte de statue froide du futur que nous voyons tout d'abord – avec les yeux de Jesse.

Mais, là, il faut encore distinguer deux aspects dans la caractérisation des personnages : d'une part, ils sont plus profonds que ce que l'on pouvait croire, au regard disons de leur psychologie, de leur intimité, et sur le moment ; ce qui est très réussi – mais, d'autre part, cette psychologie sur le moment se fonde comme de juste sur leurs expériences passées… et, si Wilson s'applique concernant Elizabeth DePaul, personnage finalement singulier, bien plus qu'on ne l'aurait cru, mais sans en faire pour autant des caisses, il s'enfonce toujours un peu plus dans les clichés concernant Jesse Cullum ; parce que son passé s'intègre dans la trame policière/thriller globale, absolument pas convaincante, et qui tend, vers la fin, à phagocyter le roman et à le desservir dans la mise en scène de ses idées SF, ce alors même qu'elle était supposée la permettre et la soutenir.

AUTOMATIQUE

En effet, passé une première partie (environ la moitié du roman) plutôt correcte si pas bouleversante d'originalité, où la trame spécifiquement policière permet de poser l'univers, les personnages et les thèmes, ce qui est sa raison d'être, le roman tend ensuite à basculer toujours un peu plus dans le thriller – et, hélas, le thriller à gros sabots. le passé forcément trouble (mais guère moins convenu) de Jesse Cullum se retrouve intriqué aux événements politico-sociétaux des années 1870 résultant de la création de Futurity, et sur un mode fainéant, ou du moins... automatique.

C'est bien simple : passé la moitié du roman, tout, à chaque page, est, même plus prévisible à ce stade, mais carrément téléphoné. le lecteur n'est jamais surpris, le propos jamais palpitant, et, surtout, le roman enfile les clichés comme un collier de perles… le pire étant probablement ce personnage tristement convenu de la fille-à-papa, c'est-à-dire la fille de l'homme d'affaires à l'origine de Futurity, qui vire activiste rien que pour faire chier le vieux, et qu'il faut sauver quand même contre elle-même si ça se trouve, etc. Pitié…

Mais le reste est à l'avenant – moins agaçant
Lien : http://nebalestuncon.over-bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
Stelphique
  24 mai 2017
Ce que j'ai ressenti:…Quand la ligne du temps se brouille…

Retour dans le passé ou Retour vers le futur…On ne saisit plus bien la frontière avec ce nouveau livre de Robert Charles Wilson…Passé,Futur comme des personnages de théâtre où joue le Présent réinventé par un auteur, conteur funambule, qui désire que l'on pose un regard plus vif sur nos acquis, autant matériel que spirituel. Deux tours plantées, là, défrayant ainsi dans le panorama de l'Illinois de 1876. Une cité futuriste du XXIe siècle dans le passé du XIXe…Un Miroir mystérieux, passage entre deux espace-temps…
« Il s'endormit, comme souvent, en réfléchissant à la complexité du voyage dans le temps. C'était un soporifique bien plus efficace que le comptage de moutons. »
Jesse et Elizabeth, agissent main dans la main, agents du passé et du futur dans une mission périlleuse, où le danger vient, bien sur, de cette frontière plus tellement imperméable, au crime et à l'attraction du profit…Fuyant un quotidien qui leur pèse plus que de raison, ce duo improbable va donc se lancer à l'encontre de cette nouvelle forme de recels avec un tel engouement qu'il déboussole leur passé personnel, autant que celui historique…C'est dans cette bulle de Présent qu'ils vont agir et réconcilier le double effet de Futurity, dans un temps très compté…
« Des hommes bien meilleurs que moi ont vécu et sont morts sans laisser de trace. Je ne suis pas en mauvaise compagnie. »
Robert Charles Wilson revient avec une histoire qui joue avec les voyages dans le temps, nous livrant un récit d'aventures futuristes, mais aux questionnements étiques contemporains, tout en gardant à l'oeil cette Histoire qui s'est déroulée…Je suis toujours admirative de voir les pistes de pensées qu'il nous ouvre, ces courants de réflexions qu'il peut insuffler à nous, lecteurs. A se balader sur cette ligne du temps, on prend toute la mesure du terme Progrès: le passé serait-il la nouvelle ruée vers l'Or? le présent actuel, l'Utopie de nos ancêtres? le Futur, le guérisseur du Passé? C'est tout l'intérêt de la Science-Fiction, et dans ce royaume très fermé de ce genre si particulier, Robert Charles Wilson est un Roi, humaniste et bienveillant avec ses sujets…
« -Le problème, c'est la dérive historique. »
Je ne peux que vous conseiller de vous enfermer dans un cocon du présent,pour apprécier La cité du Futur.
Ma note Plaisir de Lecture 9/10

Lien : https://fairystelphique.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
Le_chien_critique
  29 mai 2017
D'un sujet rebattu, le voyage dans le temps, Robert Charles Wilson y apporte une petite touche de nouveauté et une réflexion éthique sur le concept de tourisme et de progrès. Cependant, le résultat s'avère en demi teinte.
Dès les premières lignes, l'auteur donne le ton : ce sera un roman un peu à part dans sa bibliographie, où un humour léger baignera l'ensemble et donnera lieu à quelques scènes cocasses : des évanouissements à la vue d'un hélicoptère, le choc de la vision d'une femme en pantalon, et où les moeurs du futur à la morale douteuse pour les gens du 19ème siècle : "Où les femmes et les nègres ont le droit de vote et où les petits pédés peuvent se marier entre eux." L'intrigue se déroulant du temps du Far West, ce sera l'occasion aussi de découvrir quelques bons mots du langage de jadis.
Dans les Chronolithes, des monuments apparaissaient soudainement pour clamer au passé les victoires militaires futures de l'hypothétique seigneur de guerre Kuin. Ici, il s'agit d'un futur issu d'un monde parallèle. Pas de risque de modifier la trame temporelle, celle ci étant multiple. Si vous êtes fan de paradoxes temporels, passez votre chemin, ce n'est pas le sujet de ce roman. Son apport est autre : souvent, il est question de voyageurs temporels visitant le passé, c'est le cas ici aussi, mais l'auteur y ajoute un petit plus : Pourquoi les autochtones ne seraient pas intéressés par les gens du futur. La nouveauté est bien là. Les gens du passé viennent voir les technologies extraordinaires et moeurs révoltantes du futur, les voyageurs du futur viennent y reluquer depuis leur confort moderne le mode de vie des autochtones (double bénéfice). Une exposition coloniale remis au gout du jour.
De quoi interroger la place et le rôle de la femme, des étrangers, des déviants, de la norme sociale et in fine le progrès.
A son actif aussi, RCW s'attarde sur la notion de voyage et de son implication quand il est au main de grandes entreprises. le tourisme à la sauce capitaliste est-il éthique ? Vaste question qui sera débattu dans ces pages. Où le progrès est égale à la quantité de profit récolté, et qu'importe les conséquences. (Si vous venez de réservez vos vacances dans des contrées pittoresques, paradisiaques ou aventureuses, ce livre va vous faire réfléchir à votre geste)
Alors, La cité du futur est il pour autant un excellent roman ? Non. Tout ce dont je vous parle plus haut est contenu dans la première partie. le reste est une enquête et thriller qui manque cruellement d'originalité de dynamisme et de liant avec les propos antérieurs. Les péripéties s'enchainent de manière linéaire, le duo de personnages passe futur n'arrivant pas à relever l'ensemble. J'avais parfois l'impression que l'auteur tirait à la ligne comme lors du long chapitre sur l'assaut du manoir de famille. La toute fin relève toutefois l'ensemble par le fait de son ouverture.
Dans les histoires de voyages temporels, les auteurs nous parle du temps, Robert Charles Wilson préfère s'attarder sur le voyage mais de son positionnement original, il n'arrive pas à tenir la longueur d'un roman.
Reste une aventure pas désagréable, mais j'aurais aimé tellement plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
PostTenebrasLire
  27 janvier 2019
Une cité du XXI siècle apparait peu après la guerre de Sécession.
Mais pas de paradoxe temporel. Comment ???
Certes, on remonte dans le temps, mais on change de fil temporel en même temps. le futur de ce passé est un autre futur que celui de la cité.
Ne pas avoir de paradoxe temporel permet de se concentrer sur plusieurs autres points :
– A-t-on le droit de venir dans un endroit moins "avancé" et décider de ce qui est bon / acceptable de lui offrir ? La cité refuse en effet de changer trop le passé pour le laisser plus "authentique". C'est assez cynique (pensons aux maladies).
– Est-ce moral de faire du tourisme dans ces conditions ?
Les touristes viennent pour voir l'Amérique des "Westerns" (je suppose, car aucun touriste ne vient vraiment parler de ses motivations)
– Comment juger le passé à l'aune des valeurs actuelles ?
"S'il y a réellement un progrès moral, le futur semblera inévitablement nous reprocher nos péchés."
– et réciproquement que penser des valeurs du XXI siècle depuis le point de vue de 1876 ?
Des questions intéressantes.
La forme du roman est celle d'une enquête. Un individu du 1876 tente d'assassiner le président des États-Unis avec un pistolet du XXI siècle.
Comment ? Pourquoi ?
Un tandem va enquêter : Jesse de 1876 et Elizabeth du XXI siècle.
Cette forme est un peu trop convenue non ? Les deux personnages sont cependant très attachants.
Le rythme de l'enquête donne le fil conducteur au roman. Cela empêche de traiter plus en profondeur les questions éthiques de ce tourisme temporel.
En résumé :
De bonnes idées
Mais une forme convenue qui escamote d'intéressantes questions.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190

Citations et extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
OlivOliv   09 janvier 2019
"C'est vrai que le général Grant est en visite dans la Cité ?
— Oui, madame, c'est vrai. Je l'ai vu en personne.
— Il est venu pour avoir un aperçu du futur. Où les femmes et les nègres ont le droit de vote et où les petits pédés peuvent se marier entre eux." Elle adressa un clin d'œil à Jesse. "Vous êtes peut-être un vétéran dans la Tour n° 2, mais ici vous n'êtes qu'un bleu. Tant que vous n'aurez pas trouvé vos marques, faites bien attention."
Les serveuses sortirent à un autre étage.
"C'est vrai, ce qu'elle a dit ? demanda Jesse.
— Quelle partie ?
— À propos des gens qui peuvent voter, et tout ça. Dans le monde d'où vous venez.
— Les femmes votent. Les Afro-Américains votent. Et il n'est pas nécessaire d'être hétéro pour se marier.
— Hétéro ?
— Hétérosexuel. Un gars, une fille."
Jesse méditait encore le sujet quand ils atteignirent l'étage administratif.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
OlivOliv   11 janvier 2019
"Les gens viennent ici pour toutes sortes de raisons. La curiosité, la vantardise, l'ennui, qui peut savoir. S'ils veulent croire à l'Amérique immaculée de 1877, Kemp est content de la leur offrir. Mais la réalité se rappelle à eux. Des petites choses, par exemple le crottin dans les rues. Mais aussi des choses plus importantes, comme le travail des enfants, les gens qui meurent de la tuberculose ou de la fièvre jaune. À propos de fièvre jaune, tu devrais éviter d'aller à New Orleans l'année prochaine.
— L'année prochaine ?
— Plus de vingt mille morts dans la vallée du Mississippi. En tout cas, c'est ce qui est arrivé dans le monde d'où je viens. Je l'ai lu sur Wikipédia."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
StelphiqueStelphique   22 mai 2017
Des hommes bien meilleurs que moi ont vécu et sont morts sans laisser de trace. Je ne suis pas en mauvaise compagnie.
Commenter  J’apprécie          230
OlivOliv   08 janvier 2019
Il distingua les passagers qui regardaient par les fenêtres. Des gens aisés venus du futur. Des hommes et des femmes n'ayant pas la même couleur de peau, tous assis côte à côte en bonne intelligence tandis que la voix amplifiée du chauffeur leur débitait des informations à propos de la prairie. S'ils avaient décelé la présence de Jesse, les touristes n'auraient remarqué que son uniforme. Un autre employé de la Cité, sans intérêt – pourtant, s'ils en avaient su un peu plus à son propos, ils l'auraient considéré comme un sujet presque aussi intéressant que le bison. Approchez tous, mesdames en pantalon et messieurs bien rasés ! Et amenez vos gamins turbulents et gâtés ! Observez l'Homme du Passé ! Regardez le farouche vagabond syphilitique venu du pays de la ruée vers l'or !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
StelphiqueStelphique   20 mai 2017
Sur l'horloge, les minutes se changèrent en secondes, aujourd'hui devient hier. La frontière entre le passé et le futur s'appelle le présent, songea Jesse. C'était là qu'il vivait. C'était là que tout le monde vivait. Il la pris dans ses bras et se mit à danser.
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Robert Charles Wilson (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Robert Charles Wilson
Payot - Marque Page - Robert Charles Wilson - Les affinités
autres livres classés : voyage dans le tempsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3240 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

.. ..