AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Yves Sarda (Traducteur)
EAN : 9782709613743
367 pages
J.-C. Lattès (01/11/2007)
3.95/5   21 notes
Résumé :
Une école de médecine " quatre étoiles " nichée dans la verdure du Maryland, réunissant les meilleurs élèves du pays. Outre la réputation de son enseignement, l'établissement offre aux heureux élus un avantage non négligeable : la gratuité des cours. Forcément, il y a une contrepartie, et celle-ci est de taille.
C'est ce que vont découvrir peu à peu Quinn Cleary et Tim Brown, deux étudiants de première année. Evénements bizarres, coïncidences troublantes, mis... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Masa
  20 septembre 2017
Je tiens à préciser que cette lecture a été un véritable coup de coeur et que mon billet risque d'être un parti pris assumé.
Tout commença lorsque j'ai eu la chance de tomber sur UN livre de Francis Paul Wilson. Mon coeur s'est alors emballé et ma main s'en est emparé tel un léopard attrapant une gazelle pour son casse-croûte. Il ne resta pas longtemps dans ma PAL. Dès que je pus, il fut ma lecture.
Il ne faut pas se fier ni sur la couverture, ni sur le titre puisque l'original est : « The select ». Fort de son expérience, Francis Paul Wilson – qui exerce dans la médecine – nous dessine une école prestigieuse où excelle la crème de la crème, l'élite américaine de la santé. le but est de former les meilleurs docteurs du monde entier. Cerise sur le gâteau, la formation est entièrement gratuite, à une condition : celle d'être envoyé, une fois le diplôme acquis, dans l'un des hôpitaux nécessiteux. Mais pour espérer obtenir le précieux sésame, il faut souhaiter faire partie d'une sélection draconnienne.
Ce roman est parfaitement réalisé grâce à une bonne alchimie littéraire. Au programme, des protagonistes attachants, très bien détaillés. Je citerais par exemple Cleary Quinn, l'héroïne. S'ensuit le “mec cool” – celui que tous les hommes détestent (ou envient) parce que toute la gent féminine est attirée par lui. Toutefois, malgré cette éloquence, il n'en reste pas moins sympathique. Même sous ses airs de bourrins, Verran – le chef de la sécurité – m'a bien plu. le casting est complété par d'autres personnages.
À tout ce maelström de figurants, le récit est intelligent. le lexique de la médecine y est digeste. À cela on rajoute une histoire sans temps morts et on se surprend à arriver trop rapidement à terme du roman.
« Mort clinique », c'est aussi de la romance, de l'horreur (surtout sur la fin), du suspense C'est un roman glaçant où le capitalisme prend le dessus sur le social, tel est la conception des instructeurs.
Il serait réducteur de ne lire que « La forteresse noire » (synonyme : « Le donjon ») puisque c'est la seule oeuvre connue de l'auteur, grâce à une adaptation cinématographique, comme il serait anormal de ne pas se pencher sur l'une des oeuvres du docteur Francis Paul Wilson.
Cela faisait bien longtemps que je n'avais pas eu des frissons de plaisirs sur une lecture. Francis Paul Wilson reste et restera l'un des meilleurs auteurs d'horreur, comme le prouve ce petit joyau. Je peux l'affirmer, c'est l'un de mes écrivains préférés. Nul doute que lorsque j'aurais écumé tous ses écrits traduits dans notre langue, je continuerai avec tous les autres prisonniers de son pays natal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          176
gilles777
  28 juillet 2020
Quinn Cleay a toujours voulu devenir médecin, depuis qu'elle est petite fille, Mais ses parents ne sont pas riches et les universités coûtent énormément cher. Voilà que s'ouvre une opportunité, l'école d'Ingraham offre, chaque année, la formation gratuite en médecine à un très petit nombre (50) d'étudiants qui sont sélectionnés suite à une série de tests très poussés. Pas le choix, Quinn s'inscrit à l'examen avec deux de ses amis. Qui aurait pu penser qu'un geste mineur, pendant les tests, aurait de si lourdes conséquences. Mais si Quinn a un objectif, l'école d'Ingraham en a un, elle aussi.
Une analyse des problèmes qui se posent à la médecine actuelle: des besoins de plus en plus importants, à cause du vieillissement de la population, face à des ressources réduites, ainsi que le problème de la recherche pharmaceutique. Un étudiant à l'intelligence atypique, un peu d'amour, un peu de politique, un peu de terreur. Un mélange d'ingrédients assemblés de main de maître pour donner un roman vraiment réussi.
Un très bon thriller dans le milieu de la médecine et très crédible , car l'auteur est médecin. Bien sûr, j'ai beaucoup aimé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          122
UnKaPart
  26 juillet 2021
Pas de fantastique au menu de ce Mort clinique qui relève du thriller médical, efficace et pas mal fichu dans l'ensemble, même si…
Un institut recrute les meilleurs étudiants pour leur assurer gratos une formation de médecin. Au terme de leur cursus, les toubibs vont pour la plupart aller soigner les pauvres. C'est beau ! Beau comme dans l'adage “si c'est trop beau pour être vrai, c'est que ce n'est pas vrai”. Il y a bien sûr une embrouille derrière, qu'on devine très vite : les nécessiteux “soignés” servent de cobayes pour tester à leur corps défendant des traitements et faire ainsi progresser la médecine (ainsi que le portefeuille des labos pharmaceutiques).
Wilson livre un bon thriller avec ce qu'il faut d'indices, investigations, tension, coups fourrés, coups de théâtre, coups sur la tête. Efficace dans la gestion de la recette. Même si – on y revient – pas très inventif à rester dans les clous sans jamais s'écarter des codes du genre.
Le postulat de ne recruter que la crème des étudiants tient moyen debout : vu le but final de l'opération, n'importe quel disciple d'Hippocrate pas trop regardant ferait l'affaire. On regrettera aussi la facilité de la machine à laver le cerveau sortie tout droit d'un roman de SF (genre dans lequel Wilson a écrit). Il aurait été mille fois plus intéressant de mettre en scène un endoctrinement des apprentis médecins pour amener un questionnement sur l'éthique, le coût humain du progrès scientifique, les inégalités d'accès aux soins et de traitement selon qu'on soit plein aux as ou pauvre comme Job, le capitalisme médical, l'argent engrangé sur le dos des malades dont l'essentiel finit dans la poche d'actionnaires plutôt que dans le financement de la recherche. Là non, on a des méchants qui sont méchants et qui le restent, les gentils pareil de leur côté. du noir, du blanc, monolithiques et invariables du début à la fin, sans cette zone de gris propice à susciter la réflexion. Sur les questions humaines et éthiques, on se situe donc loin, très loin d'un Spinrad avec son Jack Barron et le secret de l'éternité.
Reste un bon roman de divertissement pour une lecture pépère en pilote automatique… dont le souvenir se délitera petit à petit, parce que bien sur le moment mais pas impérissable sur le long terme.
Lien : https://unkapart.fr/terreur-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
collectifpolar
  11 novembre 2020
Au coeur du Maryland, la prestigieuse école de médecine Ingraham, subventionner par la Fondation Kleederman, offre aux étudiants la possibilité de bénéficier du meilleur enseignement possible, sans payer de droits d'inscription. Ceux-ci doivent simplement séjourner 4 ans sur le campus. Les médecins issus de l'Institut représentent l'élite de la profession, cependant la quasi-totalité dédaigne les spécialités lucratives, pour se consacrer à l'exercice de la médecine dans les milieux les plus défavorisés
Quinn Cleary et Kim Brown, deux étudiants nouvellement admis vont se trouver confronté à toute une série d'événements troublant qui vend éveiller leur curiosité, et les conduire à découvrir la terrible contrepartie de la gratuité des cours dispensés à l'Ingraham. Par le biais d'expérimentation de techniques médicales de pointe sur des êtres humains, l'auteur, médecin lui-même, nous entraîne dans un thriller redoutablement efficace au suspense haletant

Lien : https://collectifpolar.com/
Commenter  J’apprécie          50
nina2loin
  20 janvier 2012
Ce roman maintient un suspense époustouflant de bout en bout .
Nullement lent , l'action est rondement menée , dans un univers très
contemporain et terriblement d'actualité : le système de santé à l'heure de l'explosion démographique .
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
MasaMasa   19 septembre 2017
Elle n’avait jamais vraiment réfléchi au fait qu’elle passerait une grande partie de sa première année à disséquer un cadavre. Le labo d’anatomie était resté une distraction. Elle avait grandi dans une ferme, Dieu merci. Elle avait aidé à mettre bas des veaux et tuer poulets, dindes et porcs pour le dîner. À l’université, elle avait disséqué tout son soûl vers, grenouilles, poissons, fœtus de porc et jusqu’à un chat en anatomie comparée. Sans problème. Enfin, le chat lui en avait posé un… quand elle avait su qu’il s’agissait d’un chat errant, elle n’avait pu s’empêcher de se demander s’il avait appartenu à quelqu’un, si quelque part un enfant n’attendait pas toujours que son minou revienne à la maison. Mais elle avait dépassé ça.
Ici, c’était différent. À partir d’aujourd’hui, elle disséquerait un être humain… elle trancherait, enlèverait, séparerait les tissus de quelque chose qui avait été autrefois quelqu’un. Intellectuellement, elle s’en était jugée capable, du moins jusqu’aux abords du labo d’anatomie, quand elle avait senti la fraîcheur et l’humidité de l’air chargé en formol lui piquer les narines ; le temps que les doubles portes s’ouvrent et se referment et qu’elle entrevoie fugacement, sous la lumière fluo des blocs de néon, ces rangées de formes recouvertes d’un drap de plastique sur leur table.
Soudain, cette perspective n’était plus abstraite. Il y avait des cadavres sous ces draps et elle allait devoir en toucher un.Y trancher au couteau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
MasaMasa   17 septembre 2017
Quinn aussi le fixa, mais le temps de un ou deux battements de cœur. Elle savait que Jerry serait bientôt mort si personne n’arrêtait l’écoulement de son sang — on ne pouvait pas ignorer ça quand on grandissait dans une ferme. En voyant jaillir le sang, l’histoire du petit hollandais lui traversa l’esprit en un éclair. Elle ne fit qu’un bond et copia à peu près l’épisode du doigt dans la digue.
Le sang était chaud et gluant. La chair déchiquetée lui avait soulevé le cœur au début, mais elle était restée là, à genoux, le doigt dans la plaie, jusqu’à l’arrivée de P’pa avec une trousse de premiers soins et un garrot.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
MasaMasa   18 septembre 2017
Il parlait français comme un natif du pays, il aimait le vin, le fromage, partageait le goût de la bonne chère. Là-bas, on savait vivre.
Commenter  J’apprécie          130
nina2loinnina2loin   14 avril 2012
Au moment où Quinn se laissait entraîner plus loin, elle jeta un coup d'œil en arrière et il lui sembla voir briller des larmes dans les yeux de " son " malade. Elle aurait juré avoir aperçu sa poitrine se gonfler d'un énorme sanglot, au moment même, à l'intérieur, où un rideau tiré masqua la vitre.
Le reste de la visite se déroula dans le flou le plus complet. Quinn ne voyait plus que ces yeux, ces yeux bleus suppliants, au regard naufragé de douleur, qui la fixaient, lui lançant un appel d'entre leur cocon de gaze.
Elle savait qu'elle devrait revenir vers ce patient. Un jour, d'une façon ou d'une autre, c'est ce qu'elle ferait. Pour alléger la souffrance, guérir l'inguérissable. C'était ça le fond du problème. A l'Ingraham, c'était ça le fond du problème.
Il faut que je sois reçue, songea Quinn pour la énième fois de la journée. Y a pas moyen de faire autrement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
nina2loinnina2loin   14 avril 2012
― Un vrai couvre-feu ! s'exclama Matt, s'asseyant sur son lit. Inimaginable ! ça fait pas une journée que je suis ici et cet endroit me gonfle déjà sérieusement. Vous avez vu toutes ces caméras de surveillance un peu partout sur le campus?
Tim posa un doigt sur ses lévres.
― Attention, mon ami. Les murs ont peut-être des oreilles.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de F. Paul Wilson (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de F. Paul Wilson
Vidéo de Francis Paul Wilson
autres livres classés : thriller médicalVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2366 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre