AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782290340523
127 pages
J'ai Lu (01/03/2004)
3.51/5   79 notes
Résumé :
Un mandarin de la gynécologie est assassiné dans son appartement de Tourmens, Apprenant le meurtre, Le Poulpe se souvient du temps passé. C'était à la fin des années 70. Le temps de l'apprentissage, de l'amour et de l'amitié, le temps des rencontres de Gabriel, qui croyait tout savoir, avec Luciane et Alice ...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
3,51

sur 79 notes
5
1 avis
4
4 avis
3
3 avis
2
1 avis
1
0 avis

Marple
  27 mars 2015
Touche pas à mes deux seins ? Heu... si, après un livre comme ca, on peut toucher (un peu) à mes seins ! Parce que ce livre a beau avoir plein de défauts plus gros que lui, je l'ai lu avec délices...
Certes, l'intrigue est un peu simpliste, les personnages sont un peu binaires, tout blancs ou tout noirs, le poulpe est un peu absent, au point que j'aie du lire les autres critiques pour comprendre qui il était, et les lubies de Winckler sur la médecine, les grands pontes ou les séries télé sont un peu présentes... Mais ce livre a du souffle, du coeur et du sens !
Autour du meurtre d'Edouard Goffin, gynécologue réputé, l'histoire alterne les points de vues et les époques : aujourd'hui et hier, compte-rendus d'auditions et confidences sur l'oreiller, esbroufe, langue de bois et intégrité... Se dessinent les portraits de gens bien, médecins, juges, enquêteurs, secrétaires, et d'autres qui le sont nettement moins.
Se dessine aussi, comme souvent chez Winckler, une critique des grands pontes, de l'hypocrisie, de la lâcheté, du copinage, de l'argent tout-puissant... Non pas sous la forme d'un discours moralisateur, mais bien d'une histoire qui fait la part belle à des valeurs comme l'amitié, la tendresse, l'humanité, la fidélité, l'intégrité, l'intelligence, le courage.
Bref, ce livre a certainement bien fait souffrir Édouard Goffin, mais il m'a fait beaucoup de bien.
Challenge 'Petits plaisirs' 12/xx et challenge Variétés
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          414
Herve39
  26 septembre 2021
Attention, rien de grivois dans ce titre, il faut plutôt le prendre du côté médical. Et c'est normal puisque l'auteur est avant tout médecin, médecin et auteur de polar, drôle de mélange mais qui prend bien, du moins pour moi.
Je ne connaissais pas le principe de la collection "Le poulpe" que je trouve très original, le fait de faire mettre en scène, par différents écrivains, un héros récurrent avec une structure commune doit bien sûr donner des résultats totalement inégaux mais la chance était de mon côté puisque je suis tombé sur un bon cru.
Martin Winkler a même fait se rencontrer Gabriel Lecouvreur dit "Le poulpe" et Bruno Sachs, un de ses héros notamment joué au cinéma par Albert Dupontel dans "la maladie de Sachs".
Mais pour en revenir à cet ouvrage, il est question bien sûr d'un meurtre, la victime étant un salaud, peu de personnes le regretteront et le lecteur ne peut que se conformer à leur opinion. La trame est différente d'un policier classique, la moitié du livre va nous faire revenir plusieurs années en arrière avec deux récits entremêlés. Tout s'est joué, en effet, bien avant et l'on vérifie ici l'adage "la vengeance est un plat qui se mange froid". Malheureusement, j'ai trouvé l'assassin bien avant la fin, le fait de faire intervenir m'y a bien sûr aidé. Mais cela ne m'a pas gêné pour la suite et ce mélange de policier et de médical tient très bien la route. Les personnages sont convaincants, l'intrigue intéressante.
Donc, si je croise à nouveau un céphalopode au détour d'une boîte à livres, je le dégusterai avec plaisir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          222
pictura
  22 août 2014
Toujours un régal de lire un poulpe.
Ici, c'est l'univers médical, l'auteur, Winckler connait bien le sujet et dans ses ouvrages il n'hésite pas à nous montrer l'ambition dévorante de ces hommes en blouse blanche qui oublie le côté humain, relationnel. Il est lui-même un médecin. Il aime taper sur ces pontifes, plein de pouvoirs, d'arrogance, d'abus, détestables à souhait.
Touche pas à mes seins (tout le monde reconnait le jeu de mots ? ) est écrit avec un découpage intégral, on suit la procédure du juge, l'enquête, puis notre ami le poulpe, puis un de ses amis etc.. un peu épistolaire.
C'est comme un jet de piste, la trame devient apparente à la moitié du livre et on plonge dedans avec délectation, avide de finir le bouquin ; et puis quel bonheur de lire l'aventure menée par un juge qui fait bien son boulot, défenseur de l'orphelin et pas que du riche avocat (il me rappelle la série engrenage avec l'excellent juge François Roban)
LE livre est différent des autres poulpe dans la mesure où il n'y a pas d'enquête de Gabriel qui est ici très lisse, trop lisse. On ne le reconnait pas du tout.
Winckler a repris ses personnages (Bruno Sachs, la ville de Tourmens). Au début, je prenais ça pour un clin d'oeil mais le clin d'oeil est devenu un oeil fermé puis tout un cyclope y est apparu. Il n'avait pas besoin de se servir d'eux pour le poulpe. Au contraire, l'écriture d'un poulpe doit être facile, souple, on abat les cloisons, on ne fait pas dans la dentelle et le poulpe bastonne, bastonne…Une petite histoire de 100 pages doit se suffire à elle-même.
Enfin, c'est un détail après tout, juste mon avis…
C'est une bonne histoire, qui ravira les amateurs de polar.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
KiriHara
  04 novembre 2016
Poursuivons notre immersion dans les oeuvres de la saga "Le Poulpe" avec "Touche pas à mes deux seins" de Martin Winckler.
Après avoir lu les premiers dans l'ordre, voici un gros saut de fait avec le numéro 221.
Martin Winckler est un ancien médecin de campagne devenu écrivain et rendu célèbre par son roman "La maladie de Sachs" adapté, depuis, au cinéma, avec Albert Dupontel dans le premier rôle.
Bruno Sachs est, semble-t-il, un personnage récurrent de l'oeuvre de Martin Winckler. Ce sera encore le cas dans cet épisode qui ressemble terriblement à un "cross-over", ces épisodes d'une série mêlant ses personnages à ceux d'une autre série. le concept a souvent été utilisé à la télé (un épisode de "Walker Texas Rangers" avec le personnage de Sammo Hung dans "Le flic de Shangaï" et inversement), au cinéma (Les personnages de "Lucky Stars" avec ceux de "Pom Pom" ou plus récemment, "Alien Vs Prédator" et "The Avengers"), mais aussi dans la littérature ("Arsene Lupin contre Sherlock Holmes").
Effectivement, dans "Touche pas à mes deux seins", Martin Winckler se fait un plaisir de brasser son personnage, Bruno Sachs, son milieu de prédilection, la médecine, les hôpitaux et les passages obligés de tout épisode de "Le Poulpe", ou presque.
Goffin, un éminent gynécologue se fait abattre, en pleine nuit, dans son appartement de Tourmens. Quand Gabriel Lecouvreur découvre la nouvelle, dans le journal, cela déclenche en lui les souvenirs de jeunesse, à l'époque où il côtoyait la belle Alice, sa soeur jumelle Lucianne et Bruno Sachs, jeune interne, dans le service de Goffin.
Le roman de Martin Winckler est, indubitablement, une oeuvre hybride. A la fois un épisode du "Poulpe", sans en être vraiment un, il diffère tout autant dans le fond que dans la forme.
Dans la forme, l'ouvrage est très court et se lit rapidement, comme tout épisode de la saga, on y retrouve Gabriel Lecouvreur, Cheryl, sa petite amie, brièvement le patron du bar. L'histoire débute bien par le crime, comme on peut s'y attendre. Mais la forme diffère également par quelques passages obligés absents. Pas de bières pour Lecouvreur, pas de bagarres, pas d'enquête, mais également par le style de narration. Ici, la narration alterne entre trois personnages, Bruno Sachs, le juge Watteau et Gabriel Lecouvreur. le premier et le dernier racontent à une femme (une amie pour Bruno, Cheryl pour Gabriel) leurs souvenirs du passé, à l'époque où ils étaient tous deux amis et où ils ont côtoyé Alice, Lucianne et le fameux professeur Goffin. le Juge Watteau, lui, est le narrateur témoin de l'enquête au présent.
Chaque chapitre prend le titre d'un film ou d'un livre et avance grâce à la narration de l'un ou l'autre des personnages. C'est ainsi à un ouvrage polyphonique que nous avons à faire, exercice de style un peu étrange, voire incompatible avec une histoire de Gabriel Lecouvreur, usuellement le seul héros des romans.
Martin Winckler prends alors pour prétexte la jeunesse de Gabriel pour aborder ses sujets de prédilections, l'univers hospitalier et le monde de la santé et les débordements existants dans ce milieu ainsi que l'ego démesuré de certains médecins. Il en profite, également pour développer une intrigue, somme toute sommaire et assez prévisible et peu originale.
Effectivement, je ne vous rejouerai pas le thriller à base de jumeaux ou de jumelles, tant celui-ci est éculé ("Faux semblants", "Les rivières pourpres", "Double impact"...).
Du coup, avec un manque d'action, une enquête minimaliste et prévisible, ceux et celles qui liraient "Touche pas à mes deux seins" comme une histoire du "Poulpe", comme moi, pourraient être déconcertés et légèrement déçus.
Car l'humour instauré par Jean-Bernard Pouy dans le premier épisode de la saga n'est même pas présent et on se sent alors orphelin des qualités des premiers ouvrages.
Au final, "Touche pas à mes deux seins" pourrait se comparer à un film de genre réalisé à la façon d'un film d'auteur, usant des codes du premier tout en se déroulant avec la lenteur et la contemplation (pour ne pas dire l'ennui) du second.
Loin d'être le meilleur épisode de la saga, le roman de Martin Winckler peut tout de même s'enorgueillir d'oser tenter un mélange des genres pas toujours très prenant mais suffisamment digeste pour tenir le lecteur jusqu'au bout malgré une fin ultra-prévisible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
christinebeausson
  21 juin 2013
Le post-scriptum du livre indique
"Les personnages, les lieux et les situations décrits dans ce roman sont imaginaires.
Les crimes, eux, ne le sont pas tout à fait.
En février 2010, le New York Times révélait qu'un chercheur sud-africain réputé avait reconnu publiquement avoir falsifié les résultats de ses essais sur la chimiothérapie du cancer du sein.
La publication de ces essais truqués avait incité des cancérologues de plusieurs autres pays du monde à recourir au même protocole thérapeutique, et entraîne des effets secondaires graves chez leurs patientes."
La lecture de ce livre aujourd'hui nous rappelle les procès en cours sur les implants mammaires.....
Le fric toujours le fric.....
Le pouvoir toujours le pouvoir....
L'autre particularité de cette enquête est qu'il n'y a pas d'enquête...juste une quête des souvenirs et des rêves de jeunes adultes et leurs durs confrontations avec les temps actuels!
Merci Mr Winckler, et j'essaierai de ne pas oublier de lever mon verre à votre santé le premier mardi de chaque mois d'octobre!
À nos rêves et à nos espoirs, car il faut toujours continuer à espérer!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Herve39Herve39   25 septembre 2021
Il marque une pause puis, murmurant très près du micro, il se remet à décrire, photographies à l'appui, le bouton virginal du sein prépubère, la courbe naissante du sein adolescent, le galbe altier du sein adulte, la plénitude du sein gravidique, les crevasses du mamelon allaitant, la flétrissure des poitrine ménopausées.
- Souvenez-vous, messieurs, que toute la vie physiologique de la femme se lit sur sa poitrine...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
zazimuthzazimuth   19 juillet 2015
La vérité est bonne et belle à dire, mais elle a toujours des conséquences imprévisibles, et ce sont les individus qui paient les pots cassés, pas les institutions ou les compagnies commerciales... (p.95)
Commenter  J’apprécie          60
christinebeaussonchristinebeausson   21 juin 2013
On riait, on rêvait et on refaisait le monde. Un monde sans militaires pour moi, sans mandarins pour Charly et Bruno, sans flics et sans juges à la solde des bonnes mœurs pour Jean, sans famine et sans maladie pour Luciane et Alice, et on le rebâtissait tous ensemble, sans souffrance et sans argent.
Commenter  J’apprécie          30
christinebeaussonchristinebeausson   21 juin 2013
Ils se promettront de lever leur verre chaque premier mardi d'octobre en souvenir d'Alice, de Luciane et de Charly, et ils tiendront parole.
Commenter  J’apprécie          40
zazimuthzazimuth   19 juillet 2015
Ce qui est effrayant, c'est qu'en douze années de carrière ni la presse, ni un avocat, ni le moindre prévenu n'a jamais exprimé l'ombre d'une critique à votre égard. (p.149)
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Martin Winckler (44) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Martin Winckler

Anne Ghesquière reçoit dans Métamorphose Martin Winckler, le célèbre médecin féministe, à l'écoute des femmes depuis plus de 40 ans, essayiste et auteur de romans best-sellers engagés comme le Choeur des femmes. Nous allons parler de notre corps et d’une médecine au service des femmes à travers la publication de son tout nouveau livre "C'est mon corps". Un podcast humaniste revivifiant avec un inspirant médecin pionnier ! - Episode #128
Dans cet épisode avec Martin Winckler, j'aborderai les thèmes suivants :
Vous introduisez la notion de charge physiologique des femmes, qu’entendez-vous par là ? Pourquoi le discours et l’attitude médicale échoue-t-il selon vous à régler les vrais problèmes des femmes ? Comment le poids des normes peut-il être aliénant pour les femmes qui ne correspondent pas aux stéréotypes ? Pour vous on ne peut pas bien soigner une femme sans savoir qui elle est ? Que conseilleriez-vous à une femme qui n’arrive pas à ressentir de désir sexuel ? Parlons du clitoris, sa physionomie et pourquoi a-t-il été si longtemps ignoré par la science ? Comment prendre soin de son vagin ? Comment bien choisir sa méthode de contraception ? Et la contraception masculine ? Il n’est pas obligatoire de passer par un gynécologue pour obtenir un contraceptif ? La pose d’un stérilet (DIU) ne doit pas faire mal, encore une idée reçue ? Que penser des méthodes de contraception naturelles ? Faut-il se rendre tous les ans chez le gynéco ? Quel est le bon rythme au niveau des contrôles ? Quid de l’endométriose ? Des conseils pour vivre la grossesse et l'accouchement de manière sereine ? Pourquoi dites-vous, qu’avant 25 ans, un frottis de dépistage du cancer du col est inutile ? Peut-on lutter contre les "effets négatifs" de la ménopause ? L’âge de la puberté est de plus en plus tôt et celui de la ménopause de plus en plus tard ? Est-il besoin de se remémorer le serment d’Hippocrate des médecins, D’abord ne pas nuire ? Vous dites que le système immunitaire féminin est très sophistiqué ? Quelle est l’importance du consentement dans la relation médecin/patient ?
Qui est mon invité de la semaine, Martin Winckler ?
Martin Winckler est un médecin qui écoute les souffrances et les angoisses des femmes depuis plus de 40 ans. Il est aussi essayiste et auteur de romans best-sellers engagés comme le Cœur des femmes. Être femme n’est pas toujours un long fleuve tranquille. Là où le corps des hommes passe par une transformation majeure : la puberté, celui des femmes change tout au long de la vie. Et entre les règles, la contraception, les grossesses, les IVG, les fausse couches, la ménopause, l’endométriose, les femmes vivent potentiellement des bouleversements physiologiques et hormonaux intenses qui ne sont pas toujours entendus par le corps médical et ou le consentement fait parfois défaut.
Il publie un nouveau livre aux éditions L’Iconoclaste : « C’est mon Corps, toutes les questions que se posent les femmes sur leur santé ». Aujourd’hui nous allons parler de notre corps et d’une médecine au service des femmes.
Quelques citations du podcast de Martin Winckler :
"La médecine d'aujourd'hui est encore extrêmement sexiste" "Beaucoup de médecins continuent de soigner avec des dogmes" "On ne peut interdire à une femme une stérilisation volontaire" "On peut dire que l'on soigne encore aujourd'hui selon l'ancien régime, cela va trop lentement" "Le regret fait partie de la vie, mais ne soyons pas paternaliste concernant les femmes"
+ Lire la suite
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Connaissez-vous bien Martin Winckler ?

Quel est le patronyme de Martin WINCKLER ?

Marc ZAFFRAN
Martin ZAFFRAN
Matthieu ZAFFRAN

10 questions
53 lecteurs ont répondu
Thème : Martin WincklerCréer un quiz sur ce livre