AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2330081588
Éditeur : Jacqueline Chambon (06/09/2017)

Note moyenne : 4.03/5 (sur 43 notes)
Résumé :
S'appuyant sur des faits réels, ce roman bouleversant raconte le destin de Filiz, une jeune Kurde vivant dans un village reculé de Turquie. Mariée à 12 ans et mère à 13 ans, elle va vivre terrorisée sous la coupe d'un homme violent qui pense qu'une femme bien tenue par son mari doit toujours être ornée de "bijoux bleus" ...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
Annette55
  04 août 2018
Je croyais emprunter un livre apaisant , une romance d'été : mal m'a en a pris .......
Voici un ouvrage bouleversant lu d'une traite, la gorge serrée, révoltée, clouée à ma chaise, jusqu'à la dernière page apportant in extremis une touche de résilience bienvenue ....
C' est l'histoire de Filiz, basée sur des faits réels , une jeune fille vivant dans un village reculé de Turquie.
L'innocente Filiz , mariée à douze ans , mère à treize ans , soumise et terrorisée sous la coupe de son mari, Yunus, dédaigneux et méchant , brute , qu'elle sert comme une esclave domestique.
La belle - mère , dite " l'araignée", tisse sa toile , lui interdit de manger, même enceinte , et le mari fort de son statut d'époux , transforme la sexualité conjugale en viol avéré chaque jour et grossesses non désirées .
Des "bijoux" bleus ,bleu pâle ou bleu foncé ne tardent pas à recouvrir son corps , fruits de la tyrannie et des coups qui sont la signature du borné Yunus.
Indifféremment il la bat avec un outil en bois ou en fer qui déterminera la nuance de "bleu" .
Elle subit cette violence sans broncher , se tait , ainsi que ses enfants Halil , Selin et Séda battus comme plâtre eux aussi ........tout ceci à huit- clos ........
L'indicible est raconté crûment sans fioritures , en phrases et chapitres courts , presque minimalistes , des mots qui claquent et résonnent d'une extraordinaire poésie , douce , baignée de couleurs et de lumière , paradoxe d'un tel ouvrage.
Comment de par le monde , peut- on rabaisser une femme au niveau d'un chien ? ( dans notre pays les chiens sont bien traités)
Folie, imbécilité , orgueil masculin , obscurantisme d'un autre âge ?
Heureusement le 1er août 1998, les voisins ont appelé les urgences et la police , une page se tournera , Fiiiz et ses enfants s'en sortiront ........
Elle voit enfin la lumière de la liberté .......
Un livre poignant à ne pas mettre entre les mains d'âmes sensibles !
" Des coups pleuvent du plafond.
Des coups pleuvent des murs.
Des coups surgissent des interstices du parquet .
Un coup . Deux coups . Un coup . Deux coups .
Tu me bats à mort mais tu ne m'atteins pas
Il me brise le nez, me brise les deux mâchoires .
Il me brise les bras et les côtes .
Il brise la table de nuit, le bois du lit, les dessins des enfants tombent du mur .
Tu veux ma vie , mais tu es mon bourreau ..."
Traduit de l'allemand par Pierrick Steunou chez Actes Sud.
Un premier roman qui a reçu le prix Mara -Cassens en Allemagne .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          574
Shan_Ze
  22 février 2018
Filiz est née en Turquie au milieu de ses nombreux frères et soeurs. Attirée par un garçon, elle se marie très vite avec lui. Mais le bonheur n'est pas là comme elle l'attendait, ce sont les bijoux bleus qui fleurissent sur son corps...
L'histoire de Filiz est basée sur une histoire vraie, elle raconte par petites touches son enfance, et tout de suite après son entrée dans la vie adulte, brutale. Son mari n'a aucune considération pour elle, un mot ou un regard qui ne va pas, pas d'humeur et c'est les coups qui tombent. Longtemps, elle subit cette violence qu'elle recouvre de mots plus doux. On ne distingue parfois difficilement le rêve et la réalité... Un cauchemar qu'elle traverse avec ses enfants, une vie impossible. Cette souffrance n'est pas normale mais ces femmes battues n'osent parfois rien faire pour sortir de cette violence qui est parfois banalisée.
Un témoignage que j'ai lu d'une traite, qui m'a mis les larmes aux yeux.
Commenter  J’apprécie          310
Cacha
  24 juin 2019
Une très jeune fille turque se laisse enlever et épouser, contre l'avis de ses parents, par un jeune homme qui s'avèrera extrêmement violent et la frappera presque tous les jours, ainsi que leurs trois enfants. Elle trouvera son salut, bien tardivement cependant, en Autriche où ont émigré.
L'imagination permet à Yildiz d'échapper à sa condition de femme battue, de femme esclave et harcelée. Elle est constellée de bleus, d'où le titre du roman, et comme le sont plus ou moins les femmes de son village.
Nous connaîtrons son sort dans les deux dernières pages, cette histoire véridique m'a tenu en haleine jusqu'au bout et m'a donné des frissons.
J'aurais aimé entendre aussi parler des femmes battues autrichiennes (pas seulement turques, il y en a dans tous les pays) et savoir comment empêcher un tel homme de nuire.
Commenter  J’apprécie          300
Josephine2
  03 septembre 2018
Chaque mot claque comme les coups qui pleuvent, les humiliations, les viols. Voilà la vie de Filiz qui a fuit sa famille pour vivre avec Yunus, qui deviendra son mari pour le pire.
Elle qui rêvait, comme toutes les filles, de grand amour. Filiz APPARTIENT, corps et âme à Yunus, c'est son esclave dans tous les sens du terme.
Et cela ne suffira pas. Les enfants y passent aussi, lorsque la mère n'y suffit plus.
Le pire, c'est les paroles de sa mère, venue lui rendre visite en Autriche, qui a assisté à la violence que Filiz subit et qui lui dit avant de repartir : « Il faut que tu donnes plus d'amour à ton mari, sinon tu vas le perdre. Que deviendront alors les enfants ? »
Ah ça elle en a des bijoux bleus, Filiz, elle les collectionne. du bleu le plus pâle au plus foncé, en passant par le noir et le rouge… Des bijoux de toutes les nuances de bleus ! Ne vous fiez pas au titre, ce n'est pas un roman à l'eau de rose. Et c'est tiré d'une histoire vraie.
Un premier roman choc qui fait frémir de la tête aux pieds. J'ai les poils qui se hérissent en fermant la dernière page.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          261
tynn
  24 janvier 2018
« Les bijoux bleus des femmes portent la signature des hommes. L'outil, bois ou fer, et le nombre de coups, déterminent la nuance de bleu »

Bien joli titre que propose Katherine Winkler pour son premier roman inspiré de faits réels: la descente aux enfers d'une jeune kurde mariée à 13 ans, esclave conjugale d'un mari brutal qui la passe à tabac quotidiennement, mère de jeunes trois enfants, eux aussi communément battus comme plâtre.
Des petits chapitres courts pour des tranches de vie, une construction minimaliste, des mots simples, rudes, qui claquent comme les coups sur la peau. Une plume appropriée pour éloigner le cauchemar du quotidien. Juste les faits, car jamais ne s'expriment les sentiments de douleur, de révolte, de haine. Par atavisme archaïque, la femme battue n'est que silence assourdissant. À peine voit-on poindre un désir de suicide pour s'échapper.
On plonge véritablement dans l'horreur en huit clos, avec très peu de contexte extérieur. Dans ce récit à une voix, jamais l'homme ne s'explique. Peut-on parler de folie ou d'obscurantisme d'une société où la femme est moins considérée que le chien?
Un témoignage éprouvant pour tenter de comprendre les abîmes mortifères de la dépendance et de l'amour mêlés, de l'impuissance personnelle et culturelle.
On lit fasciné, révolté, le souffle court, même si les faits sont connus, déjà racontés dans d'autres histoires sur des cultures arriérés et patriarcales.
Un douloureux chemin vers une intégration réussie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
Annette55Annette55   04 août 2018
"Je suis debout dans l'étable entre les vaches dans un casier vide, les mains posées sur la barre métallique. Yunus se tient derrière moi, La Fourche dans les mains. Il me frappe avec le manche en bois. Les coups sont sourds, le bois résonne sourdement . En moi . Il frappe de plus en plus fort . Quand ses forces le lâchent , il frappe avec les dents en fer de La Fourche ...
TAPIS qu'on bat . "
Commenter  J’apprécie          280
Shan_ZeShan_Ze   06 février 2018
Dans ma tête je tiens ma comptabilité des recettes et des dépenses, la paix achetée, les coups épargnés et les coups reçus.
Combien de coups pour moi sont un coup pour les enfants ? Combien de coups de poing valent combien de coups de queue ? Combien cela coûte-t-il d'empêcher un coup ? Combien pour empêcher un viol ?
Commenter  J’apprécie          120
Shan_ZeShan_Ze   04 février 2018
J'entends les voisines chuchoter. Elles se penchent vers moi et me murmurent à l'oreille la chanson des femmes bleues. Tel est ton destin, tu dois vivre ainsi, même s'il est un chien. Nous devons toutes vivre ainsi, nous devons souffrir, nous ne pouvons rien faire pour nous venir en aide.
Commenter  J’apprécie          90
rkhettaouirkhettaoui   19 décembre 2017
Il y a des femmes bleu clair comme la mère de Necla et des femmes bleu foncé comme la mère de Fidan ; il y a des femmes bleu-rouge et d’autres bleu-noir. Il y a des femmes qui portent leur bleu autour du cou comme un collier ou bien dans le creux juste en dessous comme un médaillon, certaines le portent en bracelet autour du poignet, d’autres autour de leurs chevilles.
Beaucoup de femmes changent de bijoux bleus d’une semaine sur l’autre, d’autres d’un jour à l’autre. Certaines continuent de sourire malgré leurs bijoux, comme Leyla, d’autres se taisent en bleu, comme Zehra.
Les femmes bleu clair deviennent bleu foncé, les bleu-rouge deviennent bleu-noir. Des bleu foncé deviennent aussi des bleu clair, mais c’est rare et les femmes qui portent le bleu-noir, comme Ayşe, ne se défont jamais plus de la lourde teinte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
BluerockBluerock   30 janvier 2018
Nous, les enfants, sommes un troupeau.
Le foin est notre lit. Odeur d'été des blés fauchés. Nous sommes allongés en travers, les uns par-dessus les autres. Qui peut savoir à qui appartient ce pied, à qui cette main.
Notre mère ?
Nous respirons à fond. Nos corps sentent la journée d'hier. La sueur, le soleil. Nous nous pétons à la figure.
J'entends dire que nous sommes dix. J'entends dire que je suis la septième.
Comme une vache, ma mère met bas ses enfants, l'un après l'autre, entre semailles, moissons et semailles. Lourde et grosse, elle est debout dans la chaleur de midi et retourne le foin. Entre deux bottes, un enfant lui tombe du ventre. Une fois une fille, l'autre un garçon, puis une fille, puis un garçon, encore une fille, encore un garçon, comme des perles sur un fil.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : femmes battuesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Tête de Turc !

De quelle pièce de Molière cette réplique est-elle extraite ? Que diable allait-il faire dans cette galère ? Ah maudite galère ! Traître de Turc à tous les diables !

Le bourgeois gentilhomme
Monsieur de Pourceaugnac
Les Fourberies de Scapin
La jalousie du barbouillé

10 questions
39 lecteurs ont répondu
Thèmes : turquie , turc , littérature , cinema , humour , Appréciation , évocationCréer un quiz sur ce livre
.. ..