AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jeannine Kalmanovitch (Traducteur)Madeleine Michelin (Traducteur)Lynn Rosaz (Traducteur)Gisèle Harrus-Révidi (Préfacier, etc.)
ISBN : 2228901164
Éditeur : Payot et Rivages (13/09/2006)

Note moyenne : 3.84/5 (sur 41 notes)
Résumé :
L'amour qu'une mère donne à son enfant est-il mesurable ? Pourquoi une mère devrait-elle être " suffisamment " bonne ? Trop d'amour est-il nuisible ? Trois textes du célèbre pédiatre et psychanalyste anglais - " La préoccupation maternelle primaire " (1956), et " La capacité d'être seul " (1958) - pour évoquer la curieuse folie qui prend toute mère enceinte lorsqu'elle fusionne avec son bébé ; la nécessité, pour que l'enfant devienne autonome, de ne pas le combler t... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
TCHITAT92
  30 avril 2017
Excellent petit ouvrage de Donald Winnicott sur l'importance de la relation primaire de la mère à son nourrisson dans le développement psychique du tout-petit. Ses théories, passionnantes, nous sont présentées avec beaucoup de clarté et d'humanité. On parle beaucoup de la période de la petite enfance, déterminante pour l'être en devenir qu'est le petit enfant, mais il est plus rarement traité, surtout de manière aussi argumentée et scientifique, de cette toute première période de vie, lorsque l'enfant passe progressivement du nourrisson qui "ne fait qu'un" avec sa mère, au petit être humain doué de son propre "self". Je n'hésiterai pas à continuer sur ma lancée Winnicottienne, dont l'approche à la fois médicale (il était pédiatre) et psychanalytique offre une vision fascinante du développement de l'enfant !
Commenter  J’apprécie          100
Pepina
  15 novembre 2011
Quand on devient parent on a un milliard de livres qui nous disent comment faire, de gens pour toujours savoir mieux que nous ce qui est bon pour l'enfant. On se sent souvent tiraillés entre les différents sons de cloches, les règles qu'on nous donne. Ce livre à ça de vraiment bon je trouve : il nous en libère. Comment? Tout simplement en nous disant qu'on ne peut qu'être le parent qu'il faut à l'enfant qu'on a, puisque c'est l'interaction qu'on a avec notre enfant qui fait qu'on est le parent qu'on est. Dès lors si 'lont écoute son enfant et qu'on s'écoute on est à peu près sûrs de faire ce qu'il y a de mieux pour son enfant.
Commenter  J’apprécie          80
Flocava1
  24 juin 2019
Livre exemplaire à mettre entre les mains de toutes les futures mamans afin de se tranquilliser sur le fantasme de la bonne mère et pour éviter de courir après l'inatteignable en oubliant conséquemment d'être à soi et dans la relation mère enfant en toute authenticité et responsabilité. Je suis et reste une inconditionnelle de cet auteur
Commenter  J’apprécie          10
Tage
  03 avril 2019
Texte très court. Néanmoins, tout y est. Pour ceux qui n'ont pas analysé en cours ce concept de mère suffisamment bonne, ce texte est fondamental. Il n'est pas aisé de le comprendre néanmoins il faut insister car il est pertinent (et ne s'embarrasse pas de digressions superflues).
Commenter  J’apprécie          00
Just-Lou
  08 février 2017
C'est plus en tant que mère qu'analyste que j'ai abordé ce petit ouvrage. Mais attention, sa petite taille comme son contenu sont trompeurs. Sans notion de psychologie (comme le fait de connaître les topiques freudiennes...) il est difficile de se saisir de ce corps dense.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
avatar905avatar905   15 juin 2014
Que voit l'enfant quand il regarde le visage de sa mère? "Généralement, ce qu'il voit, c'est lui même. En d'autres termes, la mère regarde le bébé, et ce que son visage exprime est en relation directe avec ce qu'elle voit." Elle est son premier miroir, sa première référence quant à lui-même. Beau si elle le trouve beau, ce qu'il traduira par aimable, digne d'être aimé, de mobiliser l'attention d'autrui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
TCHITAT92TCHITAT92   30 avril 2017
Ensuite, le bébé commence à avoir besoin d'une mère défaillante. Cette défaillance, elle aussi, est un processus graduel qui ne s'apprend pas dans les livres. Il serait regrettable qu'un petit humain continue à faire l'expérience de l'omnipotence alors que son appareil psychique est devenu capable d'affronter les frustrations et les défaillances relatives à l'environnement. Lorsque la& colère ne se transforme pas en désespoir, elle peut procurer de la satisfaction.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Just-LouJust-Lou   17 janvier 2017
On ne peut pas partir du principe que le psychisme du nourrisson se développera de façon satisfaisante en association avec le soma, c'est à dire avec le corps et la mise en œuvre de ses fonctions. L'existence psychosomatique est un accomplissement et, même si elle est fondée sur une tendance innée à grandir, elle ne peut être effective sans la présence d'un être humain qui participe activement au holding (maintien)t et au handling (maniement) du bébé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Just-LouJust-Lou   07 janvier 2017
Analysant la capacité d'être seul, étape suivante et selon lui primordiale dans le développement de la vie psychique de l'enfant, Winnicott, une fois de plus, travaille un paradoxe que les cliniciens ignoraient: la nécessaire présence de l'absence, du vide, du manque, en vue de construire la capacité qu'à l'enfant d'être seul mais en présence de la mère, cachée à ses yeux.
Commenter  J’apprécie          20
Just-LouJust-Lou   15 janvier 2017
La mère qui atteint cet état que j'ai nommé "préoccupation maternelle primaire" fourni un cadre (setting) dans lequel la construction de l'enfant pourra commencer à se manifester, ses tendances au développement à se déployer, et où lui, l'enfant, pourra ressentir le mouvement spontané et vivre en propre ses sensations particulières à cette période primitive de sa vie.
Commenter  J’apprécie          10
Video de Donald W. Winnicott (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Donald W. Winnicott
Il y a soixante-cinq ans, Donald W. Winnicott présentait à la Société britannique de psychanalyse son célèbre exposé sur les « objets et phénomènes transitionnels » qui allait bouleverser l?accompagnement psychologique du tout-petit enfant? et l?économie du jouet.
Aujourd?hui, les parents achètent le précieux « doudou » que l?enfant est censé « trouver-créer » dans son environnement immédiat pour, entre autres, apprivoiser l?absence de la mère (du père, des parents?). Ces nouveaux objets transitionnels, surinvestis par les adultes (parents et professionnels), jouent-ils toujours leur rôle initial ? Que disent-ils de la fragilité de nos liens ?
Les objets numériques (téléphones portables, jeux vidéos, robots?) qui nous relient les uns aux autres et meublent notre solitude, sont-ils les doudous d?aujourd?hui ? Ou des objets-fétiches, si l?on en croit notre dépendance à leur égard ?
Psychiatres, psychologues, psychanalystes, sociologues, philosophe et puéricultrice revisitent le concept de Winnicott à l?ère de la marchandisation et des nouvelles technologies.
+ Lire la suite
Dans la catégorie : ParentsVoir plus
>Psychologie des adultes>Célibataires, divorcés, veufs, mariés, parents...>Parents (28)
autres livres classés : psychologieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
298 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre