AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2228905429
Éditeur : Payot et Rivages (14/04/2010)

Note moyenne : 4.04/5 (sur 13 notes)
Résumé :
Winnicott est devenu mondialement célèbre avec la notion d'objet transitionnel. Cet objet, que l'on associe d'habitude au doudou ou à l'ours en peluche, est la première possession du bébé, qui lui donne un nom, puis s'arroge des droits sur lui : il le câline, l'aime, le mutile. L'objet survivra à cet amour et à cette haine. Mais, peu à peu, il sera désinvesti puis "relégué dans les limbes". Il ne sera pas oublié, il perdra juste sa signification. L'enfant n'aura don... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
colimasson
  10 avril 2016
Mais pourquoi rangent-ils ce bouquin, à la bibliothèque, dans la catégorie réservée aux éducateurs spécialisés d'enfants ? Un professionnel du gosse, s'il ne sait pas qu'il ne doit pas lui niquer son doudou à l'enfant, il aura beau lire toute la collection du petit Donald, il ne sera jamais bon à rien. Ça ne va pas lui servir à grand-chose de concret de savoir ce qu'est un objet transitionnel, à l'éducateur. Ça ne sert à personne, en fait, sinon à celui qui aura envie de changer sa grille de lecture des événements anodins. Tout ça parce que Donald avait envie d'infliger une nouvelle blessure narcissique à l'humanité, une de plus depuis les plus connus d'entre les contempteurs de la fierté humaine : Galilée, Darwin et Freud -mais il y en eut d'autres bien sûr, les blessures se succèdent depuis des millénaires et on essaie de les oublier tant bien que mal.

Donald, lui, il dit que les plus grandes créations de l'art, de la religion, de la philosophie et tutti quanti ressortent de l'aire intermédiaire dans laquelle s'agitent les objets transitionnels. C'est-à-dire, rien de concret dans tout ça les mecs, même si vous essayez de nous faire croire que vos créations sont plus vives et carnées que la réalité, non, ça résulte seulement des petits compromis que vous vous arrangez dans le dos du vrai pour supporter vos angoisses de séparation et d'unité. Mais c'est déjà pas mal, ce n'est pas à la portée de n'importe qui.

Alors, l'objet transitionnel, parlons-en. Quand il naît, le gosse, il ne se distingue pas de la mère. Maman = moi, moi = maman. Au début, ça marche, parce que la mère subit la « maladie naturelle » de la maternité. Donc, elle ne vit plus que son gosse, lorsque tout se passe bien (ce qui est, en fait, plutôt rare, non ?). Ensuite, la mère devient suffisamment bonne, c'est-à-dire qu'elle commence à se dire que c'est pas si mal que ça le monde finalement, que le gosse, on va le laisser se démerder un peu tout seul. Et progressivement, le bébé se voit confronté à des séparations, des trucs qui le rendent fou de flippette, et c'est là qu'apparaît l'objet transitionnel qui permet de faire le lien entre moi et le reste du monde, qui atténue les angoisses quand l'objet réel visé n'est pas là, occupé à batifoler dans les pâquerettes pendant que bébé flippe sa race. Dans l'aire intermédiaire, le bébé développe son imagination, fantasme un peu la piquenaude, développe son intellect, ça permet de faire un bon petit humain bien préparé pour délirer plus tard.

De l'inadaptation de ce phénomène en découlent plein de malformations mentales amusantes. Par exemple, la plus répandue d'entre toutes c'est lorsque l'objet transitionnel comme moyen se transforme en objet transitionnel comme fin. C'est-à-dire que, mettons que maman me manque, ou n'importe quoi d'autre qui m'a satisfaite à un moment donné : je me mets à illusionner comme une tarée, ma créativité s'épuise à engendrer des jeux, des histoires, la bombe atomique et « Guerre et paix », si bien que j'en oublie l'objet d'origine. Et lorsque maman revient je me dirais : « oh bordel ! c'est pas du tout comme je l'avais imaginé ! ça se passe jamais comme prévu, ô monde cruel ! », c'est-à-dire que mon aire intermédiaire m'aura fourni des satisfactions bien supérieures à celles que peut me fournir la réalité. Qu'est-ce qu'on fait alors dans ce cas ? Ben rien, on peut bien vivre dans son aire intermédiaire après tout, regardez Van Gogh, Antonin Artaud, Gérard de Nerval, hein, ils ont tous bien fini pas vrai ?

Bravo Donald pour ce concept prometteur et stimulant, digne d'un bon taré mental comme je les aime.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          171
ladymoonlight
  05 août 2019
Les objets transitionnels et les phénomènes transitionnels ou comment l'enfant gère l'angoisse d'un environnement familial défaillant voire absent. C'est une bonne approche pour tenter de comprendre les psychoses infantiles et les psychoses de l'adulte, surtout les délires chroniques quand le sujet souffrant ne distingue pas le réel du monde extérieur et l'imaginaire du monde intérieur mental qu'il se crée. Ce serait parce qu'il n'a jamais pu s'approprier un objet ou un phénomène qui représentent sa mère pour calmer son angoisse, qu'il aurait donc été empêché de développer son imaginaire lui permettant de distinguer l'intérieur de l'extérieur.
L'objet transitionnel, un objet qui appartient aux deux mondes. Idées intéressantes
Commenter  J’apprécie          20
Tage
  03 avril 2019
Livre un peu ardu pour ceux qui n'ont pas de grandes connaissances du vocabulaire de la psychanalyse. Aussi, ceux qui ne connaissent pas Winnicott peuvent être étonnés de certains termes. Néanmoins, le fond est là et bien là. On aborde un sujet fondamental de ses conceptualisations : le "non moi à moi" et le "trouvé-crée". Ces deux concepts, parfois relégués au second plan dans les cours universitaires, sont, à mon sens, fondamentaux. Ils sont transposables dans toutes les cliniques (en particulier celle relative à la clinique des groupes).
Commenter  J’apprécie          00
Chantalfortin
  05 avril 2014
L'importance de la doudou.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
colimassoncolimasson   17 avril 2016
Nous supposons ici que l’acceptation de la réalité est une tâche inachevée, qu’aucun être humain n’est affranchi de la tension que suscite la mise en rapport de la réalité intérieure et de la réalité extérieure ; nous supposons aussi que cette tension peut être relâchée grâce à l’existence d’une aire intermédiaire d’expérience qui n’est pas contestée (les arts, la religion, etc.) : cette aire intermédiaire est en continuité directe avec l’aire ludique du jeune enfant qui est « perdu » dans son jeu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
colimassoncolimasson   10 avril 2016
[Définition de l'aire transitionnelle]

Aire d’expérience qui est intermédiaire entre le pouce et l’ours, entre l’érotisme oral et la relation objectale vraie, entre l’activité créatrice primaire et la projection de ce qui a déjà été introjecté, entre l’ignorance primaire de la dette et la reconnaissance de cette dette.
Commenter  J’apprécie          90
colimassoncolimasson   19 avril 2016
Si un adulte parvient à trouver du plaisir dans son aire intermédiaire propre sans rien exiger, nous pouvons alors reconnaître les aires intermédiaires correspondantes qui nous sont personnelles et nous réjouir de trouver des points communs, c’est-à-dire, pour les membres d’un groupe qui s’intéressent à l’art, la religion ou la philosophie, une expérience qui coïncide.
Commenter  J’apprécie          70
colimassoncolimasson   23 avril 2016
L’enfant apprécie de découvrir que les pulsions agressives ou de haine peuvent s’exprimer dans un environnement connu, sans qu’il y ait un retour de haine et de violence de la part de l’environnement. Un enfant a le sentiment qu’un bon environnement devrait être capable de supporter les sentiments agressifs exprimés sous une forme plus ou moins acceptable. […] Il se peut que nous n’aimions pas être détestés ou blessés, mais nous ne devons pas ignorer ce qui sous-tend le contrôle de soi en matière de pulsions colériques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
colimassoncolimasson   04 mai 2016
Il faut que la déprivation vienne se greffer sur une expérience précoce satisfaisante pour que ce processus [de prise de conscience de la déprivation] puisse avoir lieu et que l’enfant atteigne la haine liée à la déprivation.
Commenter  J’apprécie          71
Video de Donald W. Winnicott (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Donald W. Winnicott
Il y a soixante-cinq ans, Donald W. Winnicott présentait à la Société britannique de psychanalyse son célèbre exposé sur les « objets et phénomènes transitionnels » qui allait bouleverser l?accompagnement psychologique du tout-petit enfant? et l?économie du jouet.
Aujourd?hui, les parents achètent le précieux « doudou » que l?enfant est censé « trouver-créer » dans son environnement immédiat pour, entre autres, apprivoiser l?absence de la mère (du père, des parents?). Ces nouveaux objets transitionnels, surinvestis par les adultes (parents et professionnels), jouent-ils toujours leur rôle initial ? Que disent-ils de la fragilité de nos liens ?
Les objets numériques (téléphones portables, jeux vidéos, robots?) qui nous relient les uns aux autres et meublent notre solitude, sont-ils les doudous d?aujourd?hui ? Ou des objets-fétiches, si l?on en croit notre dépendance à leur égard ?
Psychiatres, psychologues, psychanalystes, sociologues, philosophe et puéricultrice revisitent le concept de Winnicott à l?ère de la marchandisation et des nouvelles technologies.
+ Lire la suite
autres livres classés : psychologieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
306 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre