AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782262020798
448 pages
Perrin (28/08/2003)
3.76/5   25 notes
Résumé :
Parce que l'idée d'une "Belle Époque" date d'après le désastre de la Première Guerre mondiale et qu'elle reflète d'abord la nostalgie des contemporains, les historiens se sont longtemps méfiés de l'expression. Ils se sont d'abord attachés à montrer l'envers du décor d'une époque aux inégalités sociales flagrantes. Sans prendre le contre-pied systématique de ce point de vue ? presque devenu un lieu commun des sciences historiques ?, Michel Winock s'attache au contrai... >Voir plus
Que lire après La Belle Epoque : La France de 1900 à 1914Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Grâce aux archives du cinéma, nous avons tous la possibilité de voir des images des rues de Paris dans les années 1900.

 Il règne une joyeuse animation sur les grands boulevards et aux abords des esplanades. Chacun vaque à ses occupations ; des couples se promènent ; des enfants traversent, souvent suivis par un chien ; des artisans ou commerçants poussent leurs chariots chargés de matériels divers ; des cavaliers fièrement campés sur leur palefroi sortent d'un parc. Une grande variété d'attelages s'offre aux regards des consommateurs installés à la terrasse des cafés. Coche, cabriolets, calèches, voitures hippomobiles de toutes dimensions utilisées pour le transport de voyageurs ou de denrées, circulent sans règles, au petit bonheur, en long et en travers. Quelques rares automobiles roulent au pas en zigzaguant pour éviter les piétons qui traversent en diagonale sans se soucier du trafic. Tout un peuple déambule dans la gaîté, partout règne une certaine insouciance de vivre dans un respect des traditions où l'amabilité des moeurs a conservé quelque chose du XVIIe siècle.

 Dans les rues commerçantes, des vendeurs poussent leur chariot à la force des bras, des pataches tirées par de robustes percherons transportent des meubles, plus loin une berline arrêtée près d'une boutique encombre la circulation pour effectuer une livraison de bière. Un omnibus surgit dans un carrefour, le conducteur encourage deux vaillants chevaux qui tirent avec peine une quinzaine de passagers repartis sur deux niveaux.

 Les couleurs de ce tableau sont magnifiées par un soleil éclatant. Dans les parcs les femmes sont vêtues d'élégantes toilettes et portent des ombrelles. Des enfants plus légèrement vêtus marchent à leurs côtés, costume marin pour les garçons, robes blanches plissées pour les filles. Chez les hommes, le costume domine ; les plus coquets portent une lavallière ou un oeillet à la boutonnière, presque tous arborent couvre-chef et moustaches ou barbe à la landru. Les personnes âgées n'ont pas le monopole de la canne qui donne à tous les marcheurs élégance et autorité.

 Ce spectacle a été transposé sur la toile par un peintre de talent : Jean Béraud (1849-1935). Jean Béraud est le peintre de la vie parisienne à la belle époque. Il a représenté dans ses tableaux toutes les classes sociales : les bourgeois, le peuple, les intellectuels. Mais aussi les lieux emblématiques de la capitale : les théâtres, les parcs, les jardins, les immeubles haussmanniens, la seine, le vieux Paris. Ses tableaux sont d'un réalisme saisissant et témoignent de la vie foisonnante, colorée et pleine d'espérance de cette période si particulière de notre histoire.


 La Belle Époque désigne la période qui s'étend de la fin du XIXe siècle au début de la Première Guerre mondiale. Elle est un carrefour exceptionnel où convergent tous les progrès et innovations qui vont transformer la société : l'électricité, le téléphone, le cinématographe, l'automobile, l'aviation, le développement de la presse et de l'édition, la culture de masse, les grandes expositions, l'essor du chemin de fer, la création du métro. Dans le monde des arts et spectacles l'imagination est également au pouvoir et les innovations artistiques foisonnent : l'art nouveau avec Guimard à qui est confié la décoration des entrées du métro, le "style nouille" de ses édicules est célèbre dans le monde entier et participent à la légende de la "Ville Lumière", le théâtre avec Sarah Bernhardt, Edmond Rostand et son Cyrano (3 000 représentations entre 1897 et 1913 !), la musique avec Debussy, Fauré, Saint-Saëns, Ravel. La littérature est représentée par Anatole France, Guillaume Apollinaire et Marcel Proust. Sur le plan économique, social et politique la France est également en ébullition. de nombreuses lois tentent d'améliorer le sort des plus démunis et des travailleurs (souvent les mêmes), la loi sur la liberté syndicale de 1884 commence à porter ses fruits, la loi sur le repos hebdomadaire de 1906 accorde à tous les salariés un repos de 24 heures après six jours de travail par semaine , la loi de 1910 organise un système de retraite pour les ouvriers et les paysans.

 Mais ce tableau idyllique ne reflète qu'une partie de la réalité, la France reste un pays très inégalitaire. La société est corsetée dans un carcan de règles archaïques, notamment concernant les femmes qui sont encore sous l'autorité du mari (avant la loi de 1965, une femme ne peut travailler sans l'accord de son mari ni ouvrir de compte en banque à son nom propre). Les enfants ne parlent pas à table, sauf s'ils y sont invités. La condition ouvrière peine à s'améliorer (catastrophe de Courrières en 1906, 1200 mineurs trouvent la mort dans un coup de grisou). L'alcoolisme et la tuberculose sévissent surtout dans les milieux pauvres mais la syphilis est un véritable fléau qui frappe toutes les catégories sociales (Guy de Maupassant devient fou et perd son oeil droit avant de mourir à 43 ans). Les lois sur la réduction du temps de travail pour les femmes et les enfants ont pour conséquence des licenciements pour cette catégorie de personnel jugée moins rentable par les employeurs.

 Sur le plan de la politique extérieure le modèle de développement repose encore sur le colonialisme même si des voix commencent à s'élever sur la prétendue supériorité de la race blanche (Clémenceau).

 La montée du nationalisme de l'Action française (Maurice Barrès, Charles Maurras) qui a trouvé son terreau dans l'antisémitisme révèlé par l'affaire Dreyfus, va donner l'élan nécessaire aux revanchards de la guerre de 1870 qui veulent récupérer l'Alsace et la Lorraine. Malgré les efforts pour la paix et le talent oratoire de Jean Jaurès, des jours sombres se profilent à l'horizon.

 Cette époque, marquée par l'optimisme et dont on garde souvent l'image d'un âge heureux, ne s'est pas déroulée sans heurt. Toutefois, pour moi, elle suscite toujours une certaine émotion, car elle correspond à la jeunesse de mes grands-parents. Tout ce qu'ils ont vécu, aimé ou détesté s'est inscrit dans la mémoire transgénérationnelle ; comment expliquer sinon que je puisse éprouver un sentiment de nostalgie pour une époque qui n'est pas la mienne ?

 C'est tout cela qu'évoque ce livre captivant qui aborde tous les aspects de la France d'avant la Première Guerre mondiale. Il est divisé en quatre grandes parties : 1 - Vues générales, 2 - La société, 3 - Familles religieuses et politiques, 4 - Cultures.

 L'ouvrage comporte un index général, une abondante bibliographie classée par thèmes et la liste détaillée des gouvernements de 1899 à 1915.

 Grâce au talent de l'auteur à la fois précis, clair et complet j'ai appris beaucoup de choses en passant un agréable moment de lecture. Cet ouvrage est sans aucun doute l'un des meilleurs livres d'histoire que j'ai pu lire depuis longtemps.

Bibliographie :

- "La Belle Epoque", Michel Winock, Tempus (2011), 429 pages.
Commenter  J’apprécie          100
Un livre sur une période donnée de l'histoire qui est extrêmement riche.
Tous les aspects de la société sont étudiés afin de se faire une idée de cette époque. C'est très complet.
Les seules difficultés dans la lecture, qui sont intrinsèques au genre du livre d'histoire, concernent peut-être la redondance de certains chapitres et la quantité de données chiffrées.
L'information transmise semble être un puits sans fin de connaissances. Il ne faut pas lire ce livre dans le but de s'initier à l'histoire de cette période, mais plutôt pour se spécialiser.
Commenter  J’apprécie          20
; Très intéressante synthèse sur la période précédant la Première guerre mondiale .Comme toujours c'est l'occasion de parallèles avec notre époque et cela ne rend pas très optimiste.Certes l'histoire ne se répète pas mais il y a des mécanismes sociaux qui se retrouvent et ce n'est pas très rassurant de les repérer dans ce préambule à la Catastrophe….
Commenter  J’apprécie          30
Michel winock livre un tableau complet de la France des années 1900-1914, période surnommé la belle époque après la Grande guerre. Tous les domaines sont explorées : politique, économie, société, spiritualité. un beau travail d'historien pour avoir une bonne vision d'ensemble de ce moment fort de la IIIe République.
Commenter  J’apprécie          20
Un bon ouvrage très complet sur cette tranche des années 1870 à 1914, avec toutes les dimensions de la société de cette BELLE EPOQUE
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Au-delà des chiffres ,il faudrait tenter de retrouver l'air du temps ,une série d'images qui témoignant du progrès ,des meilleures conditions de vie,des multiples scintillements d'une époque qui commence à s'éclairer à l'électricité ,voit passer des automobiles de plus en plus rapides et des aéroplanes dans les airs.
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Michel Winock (31) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Winock
Par Annette WIEVIORKA, directrice de recherche émérite au CNRS
Tout historien, et même préhistorien, établit un lien avec "ses" morts dont il tente de restituer l'histoire, de la Lucy d'Yves Coppens aux morts qui sont ses contemporains. L'opération historiographique a souvent été décrite, de Jules Michelet à Michel de Certeau, comme opération de résurrection des morts et oeuvre de sépulture de ces morts qui hantent notre présent. Il y a aussi d'autres morts. Ceux des siens qui sont autant de dibbouk pour l'historien parce qu'ils ont orienté sa vie. Ce sont des morts fauchés avant d'avoir été au bout de leur vie, des morts scandaleuses. "Je suis le fils de la morte". Ce sont les premiers mots de l'essai d'égo-histoire de Pierre Chaunu. Ces morts nourrissent les récits familiaux, devenu un nouveau genre historique, de Jeanne et les siens de Michel Winock (2003)("La mort était chez nous comme chez elle") à mes Tombeaux (2023). Les morts de la Shoah occupent une place tout à la fois semblable et autre. C'est la tentative d'éradiquer un peuple, la disparition du monde yiddish dont ceux qui en furent victimes prirent conscience alors même que le génocide était mis en oeuvre. Ecrits des ghettos, archives des ghettos, rédaction de livres du souvenir, ces mémoriaux juifs de Pologne écrits collectivement pour décrire la vie d'avant, recherche des noms des morts, plaques, murs des noms, bases de données.... Toute une construction mémorielle. Vint ensuite le temps du "je"(qui n'est pas spécifique à cette histoire) , celui des descendants des victimes, deuxième, troisième génération, restituant l'histoire des leurs. Chaque année, plusieurs récits paraissent, oeuvres d'historiens ou d'écrivains, qui usent désormais des mêmes sources, témoignages et archives, causant un trouble dans les genres.
+ Lire la suite
autres livres classés : belle epoqueVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (99) Voir plus



Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
3176 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..