AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Éditeur : Harper Collins (07/11/2018)

Note moyenne : 4.8/5 (sur 10 notes)
Résumé :
Denny Malone est le roi de Manhattan North, le leader charismatique de la Force, une unité d’élite qui fait la loi dans les rues de New York et n’hésite pas à se salir les mains pour combattre les gangs, les dealers et les trafiquants d’armes. Après dix-huit années de service, il est respecté et admiré de tous. Mais le jour où, après une descente, Malone et sa garde rapprochée planquent pour des millions de dollars de drogue, la ligne jaune est franchie. Le FBI le ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
Kirzy
  05 novembre 2018
Ferme les yeux, et tu y es, dans Serpico de Sydney Lumet , dans Les Affranchis de Scorcese ou le Parrain mais à l'envers ! Immersion totale dans le New-York côté flic version 2017.
Le parrain, c'est Denny Malone, un flic véreux, sévèrement testostéroné, arrogant, violent, mais terriblement attachant car doté d'une conscience. le Roi de North Manhattan : Harlem est son royaume depuis 18 ans qu'il y bosse, désormais au sein d'une troupe d'élite de la NYPD, The Force. Origine irlandaise, fils de policier , enfance à Staten Island, frère pompier mort dans une des tours le 11v septembre. Mouais, clichés, du vu et revu qui te fais dire que tu vas être sur des rails pépères à 90 sur l'autoroute.
Mais, non, ce roman est bien plus que l'itinéraire d'un flic véreux, c'est un incroyable opéra shakespearien. Ça démarre piano piano, quasiment 200 pages pour te mettre la tête dans le décor, te faire sniffer l'asphalte de Big Apple et surtout te faire aimer ce Roi ripoux qui se décrit comme un paysagiste dont le boulot serait d' "empêcher la jungle de repousser" après le coup de karcher Giuliani dans les années 90.
Et puis, ça décolle, pied au plancher. Voilà Denny pris dans des dilemmes à n'en plus finir, s'enchâssant les uns dans les autres : pourquoi les méchants seraient-ils les seuls à gagner du fric, ceux qui tuent, dealent, torturent ? Comment ne pas devenir le salaud qu'on n'a jamais voulu être une fois qu'on a franchi la ligne, un premier pas, puis un autre ? Faut-il se sacrifier pour sa famille, pour ses amis ? Jusqu'où peut-on trahir les siens sans en payer le prix fort ? Jusqu'où peut-on se trahir sans en crever ?
«  C'est comme quand tu grattes une allumette, tu ne penses pas qu'elle va faire des dégâts, puis le vent se lèvre et la flamme se transforme en incendie qui détruit tout que tu aimes ».
Et là, c'est le brasier pour Denny ! L'écriture s'accélère dans une langue brute, cru, syncopé, on n'est plus dans du Shakespeare-là ! On est en mode opéra allegro furioso dans un tourbillon de corruption à tous les étages, un peu à la James Ellroy : flics, juges, avocats, hommes politiques, mafieux, chefs d'entreprise, un cyclone ! Quand tout un système est pourri, il faut jouer selon ses propres règles. C'est ce que fera Denny. Le final est scotchant. Règlement de compte à l'ancienne. Quel personnage romanesque !
Tout est terriblement contemporain dans ce roman avec en plus de toutes les thématiques évoquées, la question raciale aux Etats-Unis et le Black lives matter. Incroyable bouquin qui n'a à mes yeux qu'un seul défaut, celui de ne proposer que des personnages féminines vraiment minuscules ( l'épouse de flic entre autruche et louve, la maitresse black junkie ) ...
Lu dans le cadre d'une masse critique privilégiée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          684
montmartin
  09 novembre 2018
Denny Malone est bien le dernier homme au monde que l'on peut imaginer finir dans une cellule. Ce n'est pas n'importe quel flic, un héros de la police, s'il y avait un secret qu'il ignorait c'est qu'il n'avait pas été prononcé à voix haute, ni même pensé. Mais Malone est là, sans son arme, sans son insigne. Il est devenu un putain d'indic, un putain de mouchard, une balance, un judas, un flic ripou.
Un tas de gars entrent dans la police pour faire leur vingt ans et toucher leur retraite, lui Malone, il est dans la police parce qu'il aime ce métier. Manhattan North est son royaume et celui de son équipe. Mais Malone a des amis qui attendent qu'il glisse sur une peau de banane pour pouvoir le piétiner.
« La rue c'est bon. C'est là que Malone se sent chez lui, aux commandes, il a le contrôle de lui-même et de son environnement. Quel que soit le problème, la réponse se trouve toujours dans la rue. »
La pauvreté, le chômage alimentent les trafics de drogues et d'armes ici règnent les gangs et on préfère purger une peine de prison plutôt que de dénoncer, car en choisissant la prison on est sûr de rester en vie.
Don Winslow décrit à la perfection la solitude des flics qui luttent contre le crime organisé.
« Comment passer d'une vie à une autre, découvrir un gars ligoté, les mains tranchées avec les plaies cautérisées au chalumeau et ensuite se rendre à un barbecue chez des amis. En dix-huit ans de carrière dans la police, vous voyez des choses que vous auriez aimé ne pas voir. »
L'auteur aborde habilement ce fléau qu'est la corruption. La corruption ne flotte pas seulement dans l'air de cette ville, elle est dans son ADN. Juges, flics, avocats, les prêtres, les salopards de la mairie aucun n'est contre une petite enveloppe. On fait des marchés, on signe des accords, on conclut des petits arrangements entre amis. Mais à trop jouer avec le feu, on finit par se brûler. Quand un domino dégringole, tous les autres suivent, c'est la débandade.
« C'est comme quand tu grattes une allumette, tu ne penses pas qu'elle va faire des dégâts, puis le vent se lève et la flamme se transforme en un incendie qui détruit tout ce que tu aimes. »
Attention c'est du lourd, du brutal pas de place pour les sentiments, un réalisme époustouflant. Un livre en noir et blanc comme les vieux films de gangsters. Ici il faut savoir nager en eaux troubles et le vainqueur c'est celui qui tire le premier. le récit ne nous laisse aucun répit, l'auteur ne mâche pas ses mots, ce sont les mots de la rue, des gangs. L'auteur nous dresse le portrait d'une Amérique violente où les laissés-pour-compte de la société n'ont que les trafics pour survivre et où les armes en vente libre font la loi. C'est étourdissant et glaçant.
« Avec tout ce qu'il a vu, Malone n'est pas un grand admirateur de Dieu, et il devine que c'est réciproque. Il y a un tas de questions qu'il aimerait lui poser, en supposant qu'il puisse l'interroger un jour, nul doute que Dieu refuserait de parler, Il prendrait un avocat et laisserait son fils porter le chapeau. »
Merci à Babelio et aux éditions Harper Collins pour cette lecture si prenante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Didier_Tr
  11 novembre 2018
Quel livre ! Quel souffle ! L'histoire de Denny Malone, sergent à Manhattan Nord, véritable "parrain" du quartier, sur la pente savonneuse car il a franchi la ligne, et il est rattrapé par ses actes, ses errements, ses erreurs. Mais dans un monde où la corruption semble généralisée et toucher tout le monde, flics (partout, tous les grades), avocats, juges, où est véritablement la ligne ?
A partir du récit de la Task Force, le roman déroule quelques épisodes de la vie de Denny, et insiste sur les moments forts qui l'ont conduit face au gouffre.
C'est du très très bon polar, précision du récit, description des personnages, dont beaucoup tiraillés ou partagés entre le Bien et le Mal, les familles, les amours, les "soirées bowling", les descentes, les mensonges, les violences.
J'ai la chance de connaître un peu le quartier, pour y avoir passé en 2005 deux semaines de vacances en échange de maisons sur Malcolm X Boulevard, à hauteur de la 123ème. Un peu au nord de Central Park. C'est un quartier fantastique, haut en couleurs, en phase de boboïsation. On sent cependant que plusieurs mondes s'y côtoient. C'est cette forme de cohabitation que l'on ressent dans le livre. Plusieurs mondes qui ont trouvé un équilibre, mais un équilibre fragile, qui peut basculer à tout moment.
Le roman est l'histoire d'une bascule. Denny Malone et son monde sont en équilibre très précaire.
Si effectivement le livre est en cours d'adaptation au cinéma, j'ai hâte de voir le film, mais il aura beaucoup de mal à rendre la richesse du livre, comme souvent dans ce genre de cas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          171
Bigalow
  03 novembre 2018
Un pur chef-d'oeuvre! Je ne serai pas objectif dans ma chronique, parce que Don Winslow est un de mes auteurs préférés. Mais je pense malgré tout ne pas être aveuglé par mon admiration pour la plume de l'auteur.
Corruption, c'est l'histoire d'un flic new-yorkais, Denny Malone, qui est le chef d'une unité d'intervention de la police. Par extension il règne sur son secteur, contrôle les petits trafics, touche sa commission sur toutes les magouilles, régule le crime à sa manière, bref c'est un "pourri", selon le vocabulaire consacré. Et la vie qu'il a construite va peu à peu s'effondrer.
C'est ce que ce roman nous raconte, à la fois la chute d'un homme, mais aussi ce que ses actions entraînent pour ses proches, et comment il en est arrivé là. C'est une histoire de corruption, comme l'indique son titre, mais aussi de rédemption, et surtout d'hommes finalement pas totalement noirs ou blancs. Mais vendre son âme a un prix, et de Malone, chef tout-puissant qui va revoir ses convictions remises profondément en question, à ses coéquipiers, en passant par tout les protagonistes fort en gueule de cette fresque, personne ne sera épargné. Des flics, tout simplement, qui ne sont pas forcément plus pourris que les autres membres d'un système gangrené. Ce sont ces pratiques frauduleuses que l'auteur dénonce, il en fait une froide autopsie clinique, effrayante et pourtant passionnante.
Et en toile de fond, New York, personnage à part entière, qui charme et qui rebute, des gratte-ciels où se loge le pouvoir aux banlieues rongées par la criminalité.
Presque six cent pages, et j'aurais voulu qu'il en fasse le double.
Un immense merci à Babelio pour cette Masse Critique privilégiée, et aux éditions HarperCollins qui ont récupéré un très grand auteur pour leur catalogue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
elleaimelire
  11 novembre 2018
Vous voulez faire un tour dans le New York des gangs, des trafiquants de drogues, des junkies et des flics véreux ? Entrez dans la vie de Denny Malone et suivez-le dans les rues de Manhattan North. Ouvrez Corruption, vous ne serez pas déçu pas du voyage.
Denny Malone est le chef de The Force, une unité d'élite du NYPD. Il est né à Harlem. Son père était flic avant lui. Son frère, pompier est mort le 11 septembre 2001. Alors, New York, il connait comme sa poche, il y a ses indics, ses alliés. C'est son territoire.
"La rue, c'est bon.
C'est là que Malone se sent chez lui, aux commandes, il a le contrôle de lui-même et de son environnement.
Quel que soit le problème, la réponse se trouve toujours dans la rue."
Mais Denny Malone est aussi un flic corrompu. Au fil des années, il s'est mis dealers, politiques, mafieux dans la poche. Il est l'intermédiaire des avocats et des criminels. La corruption est un engrenage. Ca commence, par un café, un sandwich. Avec ses équipiers Russo et Monty, ils amassent pots-de-vin, avantages, et préparent un bel avenir à leurs familles. Jusqu'au jour où tout bascule. Malone est dans le collimateur des fédéraux.
"Un flic accepte un sandwich au jambon pour tourner la tête, il perd son boulot. le Congressman Trouduc touche plusieurs millions de la part d'un industriel travaillant pour la défense, c'est un patriote."
Don Winslow a fait de longues recherches en amont de ce livre et cela se ressent. J'ai presque eu l'impression de lire un reportage sur le milieu new-yorkais de la corruption. Dès les premières pages, je me suis sentie prise dans l'action. Don Winslow nous décrit les rues de New York de manière tellement réaliste qu'on se sent transporté au côté de l'inspecteur Malone. On est avec lui, dans ses patrouilles, dans ses interventions. On vit avec lui. On sait ce qu'il a fait, ce qu'il va faire, on est dans sa tête.
"Tu savais que tu passerais de charognard à chasseur.
Tu es devenu un prédateur.
Un parfait criminel.
Tu te disais que c'était différent puisque tu volais des dealers et non pas des banques.
Tu te disais que tu ne tuerais jamais personne pour une arnaque.
L'ultime mensonge, l'ultime ligne à franchir."
Et malgré tout ça, je me suis attachée à lui, tout en me disant que c'était incroyable de ressentir ça, puisque Malone est un ripoux. On comprend certains de ses choix ou au moins on s'interroge soi-même sur ce qu'on aurait fait dans la même situation. Il est loin d'être un flic clean, mais peu importe, j'ai eu peur pour lui. J'attendais le moment où tout basculerait.
Entre actions et révélations, j'ai été servie ! On n'a pas le temps de s'ennuyer dans ce livre. L'écriture de Don Winslow est captivante. Les pages s'enchaînent, la lecture devient addictive. J'ai même failli ne pas aller me coucher un soir…
580 pages d'action, de corruption, mais pas seulement. Moments de doute. Remise en questions. Parce que Malone est humain avant tout. Il a un côté blanc, un côté noir, comme chacun d'entre nous. Personne n'est infaillible. A chacun de tout mettre dans la balance et de prendre ses décisions. La meilleure pour soi et pour les autres. En se disant qu'il y a toujours plus pourri que soi.
"Les gens n'imaginent pas ce qu'il faut faire parfois pour les protéger, et mieux vaut qu'ils ne le sachent pas."
Quant à la fin, Don Winslow nous a confié qu'il ne savait jamais comment finissaient ses romans avant d'en arriver au bout. Il écrit, et l'histoire vient. Il nous a avoué avoir lui-même été très surpris par la fin de Corruption 😉
Corruption est une immersion totale dans le New York des corrompus, là où l'argent et la drogue font la loi. Là où chaque décision est un cas de conscience, ou pas. Un roman puissant et époustouflant. Tellement bien écrit et documenté qu'on s'y croirait. Absolument magistral ! Un vrai coup de coeur pour moi !
Lien : https://ellemlireblog.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
JIEMDEJIEMDE   12 novembre 2018
Dans une seule rue, vous entendez cinq langues, vous sentez six cultures, vous écoutez sept genres musicaux, vous voyez une centaine de personnes, un millier d’histoires, et tout ça c’est New York.

New York est le monde.
Commenter  J’apprécie          180
JIEMDEJIEMDE   11 novembre 2018
Ces abrutis pour qui la réponse consiste à armer tout le monde, afin que les gens puissent, par exemple, canarder dans une salle de spectacle, n'ont jamais eu d'arme pointée sur eux et ils chieraient dans leur froc si ça leur arrivait.

Ils évoquent le 2e amendement et les droits individuels, mais en réalité, c'est une question de fric. Les fabricants d'armes, qui financent majoritairement la NRA, veulent vendre leur production, et s'en foutre plein les poches.

Voilà tout.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Didier_TrDidier_Tr   11 novembre 2018
Si vous ambitionnez de devenir animateur de soirées, il est bon d'avoir des talents d'humoriste. Si votre but est de mettre la main sur le trafic de drogue dans le ghetto, il vaut mieux ne pas faire rire.
Vous devez faire peur.
Commenter  J’apprécie          80
Didier_TrDidier_Tr   09 novembre 2018
Il ne faut jamais oublier le pourboire, jamais.
D'abord, ce n'est pas bien. Ensuite, l'info se répand : vous êtes un rat. Quand vous entrez dans un restau, vous voulez que le personnel se dise : "Je veux servir ces gens-là".
Comme ça, vous avez toujours une table.
Et si vous n'êtes pas avec votre femme, personne ne s'en apercevra ni ne s'en souviendra.
Vous n'oubliez jamais le pourboire et vous ne demandez jamais la monnaie sur vingt dollars dans un bar ou dans une épicerie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
montmartinmontmartin   09 novembre 2018
C'est comme quand tu grattes une allumette, tu ne penses pas qu'elle va faire des dégâts, puis le vent se lève et la flamme se transforme en un incendie qui détruit tout ce que tu aimes.
Commenter  J’apprécie          140
Videos de Don Winslow (23) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Don Winslow
QUAND TOUT LE SYSTÈME EST POURRI, AUTANT JOUER SELON SES PROPRES RÈGLES
Denny Malone est le roi de Manhattan North, le leader charismatique de la Force, une unité d?élite qui fait la loi dans les rues de New York et n?hésite pas à se salir les mains pour combattre les gangs, les dealers et les trafiquants d?armes. Après dix-huit années de service, il est respecté et admiré de tous. Mais le jour où, après une descente, Malone et sa garde rapprochée planquent pour des millions de dollars de drogue, la ligne jaune est franchie. Le FBI le rattrape et va tout mettre en ?uvre pour le force à dénoncer ses coéquipiers. Dans le même temps, il devient une cible pour les mafieux et les politiques corrompus. Seulement, Malone connaît tous leurs secrets. Et tous, il peut les faire tomber?
À travers une narration abrupte et remarquablement réaliste, faisant écho à l??uvre de Dennis Lehane comme aux films de Martin Scorsese, James Gray et Brian de Palma, Don Winslow livre un roman policier magistral, tableau étourdissant du crime organisé, actuellement en cours d?adaptation au cinéma par James Mangold (Copland).
https://www.harpercollins.fr/livre/11158/harpercollins-noir/corruption
+ Lire la suite
autres livres classés : roman noirVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1483 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..