AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Une enquête de Maisie Dobbs tome 1 sur 11

Jean-Christophe Napias (Traducteur)
EAN : 9782253119029
381 pages
Le Livre de Poche (14/11/2007)
4.12/5   46 notes
Résumé :
Londres, 1929. Maisie Dobbs monte sa propre agence de détective privé. Un métier peu commun pour une jeune femme.
Mais cette fille d’un modeste marchand de quatre saisons n’est pas comme les autres. Placée comme domestique dans une demeure aristocratique de Belgravia, elle réussit à intégrer le prestigieux Girton College de Cambridge, au prix d’un travail acharné.
Mais, quand survient la Grande Guerre, elle n’hésite pas à endosser l’uniforme d’infirmi... >Voir plus
Que lire après Une enquête de Maisie Dobbs : Maisie DobbsVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
4,12

sur 46 notes
5
9 avis
4
5 avis
3
3 avis
2
1 avis
1
0 avis
J'ai choisi ce livre par hasard, et quel merveilleux hasard! Grand coup de coeur!

Pour son aspect atypique, d'abord. Ne comptez pas lire un policier au sens habituel du terme. Certes, il y a plusieurs enquêtes, et une détective ( ce qui, en soi, est déjà rare au début du 20ème siècle ...) Mais elle agit de façon toute personnelle, et l'essentiel du livre est ailleurs, selon moi.

Pour l'atmosphère anglaise d'une époque, admirablement reconstituée, également. L'auteure avoue s'être inspirée des souvenirs de ses parents dans sa description du Londres des années 20.

Mais les deux éléments du roman qui ont retenu toute mon attention, , ce sont l'héroïne, Maisie Dobbs, et le thème douloureux au centre de tout, les ravages de la première guerre mondiale pour les rescapés, brisés à jamais.

Quel beau personnage, courageux et déterminé, cette Maisie! Son intelligence lui permettra de se faire remarquer par ses maitres, alors qu'elle n'est qu'une simple fille de cuisine. Et grâce à un précepteur avisé, qui deviendra son mentor, elle pourra suivre des études. Bien sûr, on peut trouver trop gentils ces aristocrates qui l'entourent de leur gentillesse et l'aident, mais pourquoi pas?

Cependant, son avenir est suspendu par la guerre. Elle y participera en tant qu' infirmière , en France, comme celui qu'elle aime, médecin. Non, non, pas de romance rose, croyez-moi! Juste l'enfer des tranchées...

L'auteure entrecroise subtilement le passé récent, celui de l'adolescence de Maisie jusqu'à la période de combats , et l'année 1929, alors qu'elle est devenue détective, après la guerre . Utilisant à la fois la psychologie, son intuition et l'examen minutieux des faits, elle enquête surtout sur une ferme qui accueille des gueules cassées, sous l'autorité d'un certain Jenkins.

On sent que Maisie cache un lourd secret , et à cet égard, les dernières pages sont fort émouvantes...

Voilà un livre original, une jeune femme attachante ,des destins poignants, et une Angleterre , entre Londres et le Kent, bien attirante. Attendez-vous à boire en compagnie des personnages de nombreuses tasses de thé revigorantes!🍵😉
Commenter  J’apprécie          340
• 1929, Maisie Dobbs vit à Londres.
-> Londres, début du XXe siècle ? Ne partez pas, le 'so british' me hérisse souvent, mais là j'ai aimé.

A Londres, Maisie est détective privé, métier plutôt rare pour une femme à cette époque.
-> Détective privé, enquête ? Ne partez pas, ce roman policier est atypique, plutôt dans la lignée de 'Un long dimanche de fiançailles' (Japrisot) et 'Par un matin d'automne' (Goddard) que dans le style Sherlock, Poirot, Miss Marple.

• La première affaire que l'on confie à Maisie : trouver ce que fait Celia Davenham tous les mardis et jeudis à l'insu de son mari.
-> Histoire d'adultère ? Ne partez pas. En suivant la jeune épouse, Maisie replonge dans son propre passé...

• ... lorsqu'elle était infirmière de guerre en France.
-> Souvenirs de guerre ? Encore un roman sur la première guerre mondiale, alors ? Certes, mais restez encore un peu. Celui-ci est brillant, il a été écrit plus de dix ans avant tous ces textes commémoratifs plus ou moins réussis. C'est peut-être un détail pour vous, mais... ♪♫ etc.

Une fois ces éléments du décor en place, vous êtes ferré, vous êtes tour à tour ému, curieux, révolté... Peut-être de loin en loin agacé par un peu de guimauve. Mais finalement, de l'amour et de la douceur au milieu de la boue, des obus et des corps déchiquetés, ça ne se refuse pas.

En bref, voilà une belle histoire triste de gamins envoyés au front. Ils sont partis "la fleur au fusil", ils y sont restés, six pieds sous terre. Ils ne sont pas rentrés, ou les pieds devant ou - moindres maux, quoique - gueule cassée, poumons ruinés, membre amputé, ciboulot ravagé, raison envolée...
Tant de destins brisés, de jeunes veuves, de mères détruites.
La guerre et ses dommages collatéraux, ses ravages à long terme.

Parfait. Et mis en valeur par une construction impeccable.
Commenter  J’apprécie          302
J'ai passé un excellent moment avec Maisie Dobbs, l'héroïne de ce roman qui se passe en 1929 en Angleterre. Cette jeune femme atypique est en effet un genre de détective privé teinté d'une psychologue hors pair.
Elle ne se contente pas de répondre à ses clients en leur apportant des réponses, elle les aide aussi à accepter les choses et à aller de l'avant, quelles que soient ses découvertes.
Une bonne part du roman nous renvoie dans le passé, plus particulièrement pendant la première guerre, Maisie ayant été infirmière sur le front, elle a été confrontée à des horreurs sans nom et l'enquête qu'elle mène a un rapport avec cette période de sa vie passée.
La reconstitution historique est particulièrement bien décrite, l'ambiance de ces années où tout pouvait basculer dans la vie d'un individu du jour au lendemain est magnifiquement relatée et on comprend mieux ce qu'auront à vivre ensuite les survivants de cette guerre, blessés, mutilés, portant en eux une fragilité immense les empêchant parfois de retourner à leur vie d'avant.
J'ai dévoré ce roman et j'ai beaucoup apprécié cette jeune femme intelligente, volontaire et désireuse d'apporter de l'aide à quiconque la demande.
Commenter  J’apprécie          210
Maisie Dobbs est une jeune femme indépendante, qui vient de s'installer comme détective privé. Nous sommes en 1929, et le monde reste encore très marqué par la première guerre mondiale.
le premier client de Maisie vient la voir pour une histoire somme toute banale pour un détective privé : il pense que sa femme le trompe. En poursuivant cette enquête, Maisie va s'embarquer dans une autre histoire, bien plus palpitante et bien plus déroutante : celle des gueules cassées de cette première guerre. A cette enquête se mêle aussi le récit de la propre vie de Maisie.

Une jolie découverte, ce roman de Jacqueline Winspear : elle nous offre ici une héroïne assez atypique, une intrigue intéressante et bien menée, une écriture plaisante. Je vais me laisser tenter par la suite.
Commenter  J’apprécie          230
C'est un livre plaisant à lire, divertissant. Plutôt bien écrit et bien traduit.
Il m'a cependant manqué quelque chose pour m'attacher aux personnages, que ce soit Maisie, Maurice, Mme Rowan ou autres. On reste en surface de tout le monde, on effleure tout sans rien pousser à fond.
Seul Billy blessé de guerre qui aide Maisie de toutes les façons qu'il peut, ressort un peu du lot.

Je pense que tout cela est un peu trop "lisse", malgré les descriptions de la guerre de 14/18 et de ses horreurs, tout ça est bien trop aseptisé et édulcoré pour moi, très mignon, très fleur bleue, très "bcbg". Par ailleurs il n'y a pas vraiment d'humour, seule la cuisinière (Mme Crawford) est un peu amusante. Et l'enquête est vraiment cousue de fil blanc, décevante de mon point de vue. Et la façon dont Maisie clôt toute cette histoire est carrément surréaliste, or, on n'est pas dans un roman fantastique, donc, ça jure un peu avec la cohérence de l'ensemble...

Maisie est "parfaite", mais justement, c'est trop, franchement elle m'agace comme personnage principal, on dirait qu'elle apprend tout en quelques semaines sans que ça lui pose le moindre problème, y compris la méditation, elle n'a aucun défaut, que des qualités, et ce n'est pas le genre d'héroïne que j'apprécie.

Bref, ça se laisse lire agréablement. Sans plus...

Commenter  J’apprécie          180

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
Alors qu'un chef de train équipé d'un porte-voix ordonnait aux civils de s'éloigner du convoi, le père se dressa sur la pointe des pieds, tâchant d'apercevoir une dernière fois son fils.
Maisie s'écarta du passage pour permettre aux soldats d'embarquer. Elle vit l'homme qui se baissait, prenait le chien et plongeait son visage dans le pelage épais de l'animal. Le chagrin qu'il n'osait pas montrer fit tressaillir ses épaules, et le chien tordit la tête pour lui lécher le cou et le réconforter.
(p. 186)
Commenter  J’apprécie          160
Le jeune soldat allongé devant elle était conscient, et il avait les yeux rivés au visage de Maisie, cherchant une indication, même infime, qui lui indiquerait ce qu'elle pensait de son état. Les infirmières en chef du London Hospital avaient été claires sur ce point : "Ne changez jamais d'expression quand vous découvrez une blessure. Et fixez-les droit dans les yeux : ils ont le regard plongé dans le vôtre pour y voir leur avenir."
(p. 232-233)
Commenter  J’apprécie          90
- S'il y a toujours un vainqueur et un vaincu, il y a aussi des innocents des deux côtés, lui expliqua-t-il. Les gens vraiment mauvais sont peu nombreux, et ils n'ont pas besoin d'une guerre pour agir parmi nous. Mais cette guerre leur fournit provisoirement un masque.
(p. 291)
Commenter  J’apprécie          100
"Laissez le chagrin s'exprimer, lui avait appris Maurice. Et soyez bien prudente dans vos gestes, sous peine d'anéantir la liberté qu'une personne éprouve de partager sa tristesse avec vous."
Commenter  J’apprécie          110
- Et quelle belle automobile ! (Maisie)
- Une vraie petite bombe ! D'après les gens des Garages Morris, elle peut monter jusqu'à cent cinq kilomètres à l'heure - de zéro à quatre-vingt kilomètres à l'heure en vingt-cinq secondes ! (Georges)
Commenter  J’apprécie          70

autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (127) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2854 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..