AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Douglas E. Winter (Éditeur scientifique)Jean-Daniel Brèque (Traducteur)
EAN : 9782226049520
410 pages
Albin Michel (13/11/1990)
3.08/5   75 notes
Résumé :
Aujourd'hui, vampires et monstres ne sont plus seulement parmi nous. Ils sont en nous. Atrocement, irrémédiablement humains...

Un reporter de faits divers sanglants, plus sanguinaire que le plus sanguinaire des vampires... Un peintre génial et fou dont la création recèle des secrets mortels... Des cauchemars d'enfants exorcisés à l'occasion d'un deuil... Une piscine qui s'ouvre sur un autre monde... Une nuit de violence et de peur dans un cimetière in... >Voir plus
Que lire après 13 histoires diaboliquesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Ce n'est pas un genre littéraire que j'apprécie particulièrement. J'ai trouvé la grande majorité des histoires présentées sans grand intérêt. Ce livre, permet se faire une idée assez large de ce qui ce fait dans la littérature de l'horreur.
Un point positif ressort tout de même de ma lecture. La treizième et dernière histoires écrite par Jack Cady " A cause des ténèbres" sort du lot. Il y a une vrai recherche dans la mise en place de la trame et de l'ambiance. Un regard pertinent sur ce que deviennent les anciens combattants et les démons qu'ils doivent affronter lors de leur retour à la vie normale.

Je n'ai qu'un seul regret. Avoir dû attendre la fin du livre, pour découvrir quelque chose qui me donne envie de continuer à tourner les pages.
Commenter  J’apprécie          40
Pour diaboliques qu'elles puissent être, les histoires proposées dans cette anthologie n'ont rien à voir avec le Diable. Pas de diable mais une entité maléfique pourra se manifester dans l'une ou l'autre, façon Grand Ancien, ou de façon plus insidieuse, façon Horla.
King et Barker s'en tirent avec les honneurs, Harrison et Morrell se distinguent par l'atmosphère développée dans leurs récits.
Cady mérite le détour : sa novella regorge de punchlines sur le thème de la guerre.
Un recueil qui se lit bien, on ne frissonne pas mais les ambiances sont glauques...
Commenter  J’apprécie          20
C'est un genre littéraire que j'apprécie particulièrement. Mais j'ai trouvé la grande majorité des histoires présentées sans grand intérêt. Ce livre, permet se faire une idée assez large de ce qui ce fait dans la littérature de l'horreur.
Un point positif ressort tout de même de ma lecture. La treizième et dernière histoires écrite par Jack Cady " A cause des ténèbres" sort du lot. Il y a une vrai recherche dans la mise en place de la trame et de l'ambiance. Un regard pertinent sur ce que deviennent les anciens combattants et les démons qu'ils doivent affronter lors de leur retour à la vie normale.
Commenter  J’apprécie          00
Ce roman est une anthologie regroupant 13 auteurs qui sont maîtres en littérature de la terreur.
Le roman commence par une introduction de Douglas E. Winter qui nous décrit différents aspects de la terreur en fonction des années où elle est faite et de ses effets sur nous.
Le roman est classé en cinq parties, chaque partie recouvre un thème. La mort, le sang, les secrets, la noirceur et bien sûr quelques contes.
Ce roman m'aura fait découvrir certains auteurs que je ne connaissais pas du tout, et que je suis prêt à découvrir.
Commenter  J’apprécie          00
D'excellentes nouvelles et d'autres un peu moins bonnes mais de quoi satisfaire tous les goûts et donc tous les lecteurs!
Lien : http://louvinette.over-blog...
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
Cherchant désespérément à survivre, à s'échapper de cette ultime prison que nous appelons l'enfer, un pécheur frénétique a bondi. il m'a attrapé l'oeil et poignardé le cerveau, la porte de mon âme. Mon âme. Elle suppure. je peins pour en ôter le pus.
Commenter  J’apprécie          70
Dans la lumière épaisse et brumeuse du soleil, je descendis Sherman Boulevard jusqu'à l'Orpheum-Oriental. Autour de moi, le monde était immobile, figé comme une case de bande dessinée. Au bout d'un certain temps, je remarqué que les voitures sur le boulevard et les quelques piétons sur le trottoir ne s'étaient pas vraiment figés mais avançaient avec une lenteur extrême. Je voyais les jambes des hommes se déplacer dans leurs pantalons, le genou s'avançant à la rencontre du pli, le revers se soulevant doucement au-dessus du soulier, le soulier s'élevant comme la pâte de Tom le Chat quand il rampait vers Jerry la Souris. La peau chaude est reprisée de Sherman Boulevard... Je pensais que j'allais marcher éternellement le long de Sherman Boulevard, passons près des piétons et des voitures presque immobiles, passons devant le cinéma, devant le marchand de vin, franchissant la grille, passant devant la piscine et les balançoires, devant les éléphants et les lions tendant leur gueule pour qu'on les nourrisse, devant le parc secret où mon père écumait de rage ou de déception, devant les ormes et jusqu'à l'autre grille, devant les grandes maisons de l'autre côté du parc, devant les vitrines et devant les pelouses aux piscines gonflables entourées de bicyclettes, devant les allées en épi et les panneaux de basket-ball, devant les hommes qui descendaient de leurs voitures, devant les terrains de jeux ou des enfants couraient dans tous les sens sur une surface d'un noir luisant. Puis devant des champs et des marchés populeux, devant de grands tracteurs jaunes aux roues souillées de boue séchée qui ressemblaient à du vieux bois, devant des charrettes pleines de foin, devant des forêts profondes ou des enfants perdus suivaient une piste de morceaux de pain qu'il est conduisait à la porte d'une maison en pain d'épice, devant d'autres villes où personne ne me verrait parce que personne ne connaîtrait mon nom, devant toutes les choses, devant tous les gens.
Commenter  J’apprécie          00
Lorsque j’étais enfant, mon père - comme je l’aimais - m’a emmené un jour cueillir des champignons. Nous avons roulé loin de la ville, avons enjambé une clôture en fil de fer barbelé, et traversé une forêt pour atteindre une colline couronnée d’ormes morts. Mon père m’a dit de fouiller en haut de la colline pendant qu’il fouillerait en bas.
Une heure plus tard, il est revenu avec deux poches en papier remplies de champignons. Je n’en avais pas trouvé un seul.
- Je pense que tu as trouvé le bon coin, dis-je.
- Mais il y en a tout autour de toi, dit mon père.
- Tout autour de moi ? Où ça ?
- Tu n’as pas assez bien regardé.
- J’ai fait le tour cinq fois.
- Tu as cherché, mais tu n’as pas vraiment vu, dit mon père. (Il ramassa un long bâton et le pointa vers le sol.) Fixe bien le bout du bâton.
J’obéis…
Et je n’ai jamais oublié le frisson d’excitation qui me traversa l’estomac. Les champignons apparurent comme par magie. Ils avaient toujours été là, bien sûr, si parfaitement adaptés à leur environnement, leur couleur si semblable à celle des feuilles mortes, leur forme si semblable à celle des bouts de bois et des rochers, qu’ils avaient été invisibles à mes yeux de profane. Mais une fois que ma vision se fut ajustée, une fois que mon esprit eut réévalué les impressions visuelles qu’il recevait, je vis des champignons partout, apparemment par milliers. J’avais marché sur eux, j’étais resté debout sur eux, je les avais regardés, et je ne les avais pas vus.
(Orange pour l'angoisse, bleu pour la folie, David Morrell)
Commenter  J’apprécie          00
La guerre est une chose normale. Dans le cas contraire, nous cesserions de la faire aussi souvent. (Jack Cady, dans "A cause des ténèbres")
Commenter  J’apprécie          20
Tel était donc la demeure de la mort ; tels étaient sa forme et sa nature. Son étiquette était parfaite. Lors de sa visite, il n'y avait eu aucune violence ; rien qu'un calme profond et immuable qui rendait inutiles tout besoin de démonstration affective.
Commenter  J’apprécie          00

Dans la catégorie : Textes de fictionVoir plus
>Rethorique>recueils de textes appartenant à plus d'une littérature nationale>Textes de fiction (173)
autres livres classés : horreurVoir plus
Les plus populaires : Imaginaire Voir plus

Autres livres de Douglas E. Winter (3) Voir plus

Lecteurs (286) Voir plus



Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
957 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur ce livre

{* *}