AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Nadine Gassie (Traducteur)
EAN : 9782743614478
490 pages
Payot et Rivages (07/10/2005)
3.45/5   38 notes
Résumé :
Cloudstreet tel est le nom donné à la maison dans laquelle deux familles modestes jetées par-dessus bord suite à divers revers se retrouvent un beau jour. Les Lamb, menés à la baguette par Oriel, véritable commandant en chef, s'adonnent avec ferveur à la prière et au labeur, seule façon pour eux de sortir de la misère et du drame qui fit perdre la raison à Fish l'enfant rieur.

Les Pickles, rêveurs impénitents, vivent dans un total désordre et maugrée... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
AnneMarieLA
  17 août 2022
Cloudstreet, c'est le nom d'une rue dans une ville d'Australie, mais c'est aussi le nom donné à la grande maison centrale de cette rue, centrale pour ses habitants car à son rez de chaussée s'est installée une sorte de modeste épicerie-traiteur « une demeure immense, à la peinture écaillée, dotée d'yeux et d'oreilles, et qui dégage même pour eux, une impression d'opulence impie », « une maison vibrante et respirante », « une grande maison foutraque ».
Dans cette grande maison, se sont installées 2 familles venant d'horizons différents :les Lamb et les Pickle : 13 personnes en tout. Ces familles qui s'opposent dans plusieurs domaines : le rapport au travail, le rapport à l'argent, les relations parents-enfants ont cependant en commun la modestie de leur situation sociale, et aussi, en leur sein, la présence d'un handicapé. Dans la famille Lamb, c'est le père Sam, qui a perdu un bras  ds un accident de pêche, dans la famille Pickle, c'est l'un des 3 fils, Fish, rescapé d'une noyade occasionnée par l'inattention de son Quick , rescapé grâce aux efforts désespérés de sa mère pour le ramener à la vie par le bouche à bouche, mais qui reste diminué « il n'est pas revenu tout entier du monde de la mort » 
Peu à peu, insensiblement, les deux familles qui cohabitent d'abord chacune de leur côté du couloir central , qui ne se fréquentent pas, apprennent se rencontrer, s'entraider, se mêler . Ils forment ce que l'auteur appelle « une tribu, un équipage »et la maison un navire battu par les tempêtes de la vie, qui ne manqueront pas au cours des 20 années sur lesquelles se déroule le roman. La maison apparaît alors comme un nid hors duquel personne ne peut être heureux, un cocon protecteur : les enfants, qui, adultes, l'ont quittée, y reviennent pour s'y installer et y retrouver le bonheur.
CLOUDSTREET, c'est le roman d'une aventure collective où alternent tendresse, haine, mais toujours beaucoup d'émotion. Les personnages ne sont ni entièrement exemplaires, ni toujours entièrement sympathiques. Pas de manichéisme, non plus.
On y voit vivre des personnages poignants: les deux personnages de mère, mais aussi, en particulier pour moi, l'un des enfants Lamb : Fish, celui « qui n'est pas revenu tout entier du monde de la mort ». Fish lié par un rapport fusionnel à son frère Quick, pourtant responsable de la noyade qui l' a diminué, un enfant qui hurle la nuit et fait frémir toute la maisonnée, mais trouve l'apaisement en jouant du piano ou plutôt en cognant sans trêve ni harmonie sur l'instrument. C'est sur ce personnage que se termine le roman, une fin douce mais bouleversante .
Lire ce livre, c'est entrer dans l'intimité de 13 personnages , découvrir la part d'ombre que chacun d'eux porte en lui, assister à des moments de crise, mais aussi de renaissance , vibrer en empathie avec eux , c'est devenir soi-même témoin de leur vie . Comme l'écrit le narrateur au début du roman «  tu ne peux t'empêcher de t'inquiéter pour eux, de les aimer, de les désirer, ceux qui continuent à défiler dans les fétides galeries confinées du temps et de l'espace, sans toi » . J'ajouterai : tu ne peux t'empêcher de conserver leur souvenir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Ladybug
  08 août 2011
En Australie, deux familles modestes, les Pickles et les Lamb - treize personnes en tout - sont réunies par les aléas de la vie. Elles sont amenées à cohabiter dans une grande maison quelque peu délabrée.
Doux-amer est un qualicatif qui s'accorde bien à ces chroniques familiales. On est tour à tour amusé puis envahi par la mélancolie à suivre les aventures des familles Pickles et Lamb, mais souvent on ressent les deux en même temps. Dans la famille Pickles, les parents semblent trop abimés pour sortir la tête de l'eau, ils vivent dans le désordre et le détachement de tout, au grand désespoir de Rose la fille ainée. Ils se trouvent mis face à leur dérive car ils croisent chaque jour les membres de l'autre famille, les Lamb, modestes comme eux, en but à des difficultés et des malheurs comme eux, mais ordonnés et entreprenants. J'ai apprécié la compagnie de ces personnages singuliers et attachants (surtout Quick et Rose), et aimé déambuler dans cette grande maison délabrée mais animée des bruits de la vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Sophie_
  23 septembre 2017
L'ambiance de la maison de Cloudstreet se retrouve dans le style de l'écriture, qui oscille volontairement entre surréalisme, simplicité et chaos.
Je n'ai pas été séduite par l'histoire (finalement assez triste) de ces deux familles qui cohabitent.
Commenter  J’apprécie          20
aniapellegry
  04 février 2015
Quel roman! la folle histoire de 2 familles en colocation que tout sépare.
Ce roman montre encore une fois la richesse de la littérature australienne!
Commenter  J’apprécie          30


Videos de Tim Winton (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tim Winton
Entretien avec Tim Winton (en anglais), deuxième partie. 2008.
autres livres classés : australieVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1311 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre